Nous sommes le Lun 20 Nov 2017 01:19


L'inhibition intellectuelle

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar soazic » Dim 17 Avr 2016 18:29

ah tiens, c'est drôle la phrase de Lao Tseu est ma signature sur un forum de mamans!
Un point nevralgique que je lis aussi dans vos propos est celui des émotions. je les vis comme dangereuses car trop puissantes, et effectivement tout est mis sous cloche, je me sens souvent coupées d'elles, l'impression que je pourrais mourir d'un trop plein d'émotions. Dans ma situation familiale, à la noix, ainsi que professionnelle je me retrouve également le moteur et l'écoutante, une place choisie mais à sens souvent unique.
Je pense être incapable de colère (juste de sautes dhumeur!)
Mon jardin intérieur déborde, je ne sais plus qu'en faire, c'est la jungle. Une jungle enfermée dans un donjon...
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1099
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar samjna » Dim 17 Avr 2016 19:54

Khajib a écrit:
samjna a écrit: J'ai même croisé naguère un supélec après 30 ans d'encadrement qui ne savait plus résoudre un système de deux équations à deux inconnues pour aider fifille. j'imagine que les circuits RLC, c'était pas top non plus.

C'est plutôt effrayant... J'espère ne jamais tombé aussi bas. Je vais suivre tes conseils, rester patient et persévérant et peut-être qu'un jour mon cerveau retrouvera sa vitesse de croisière!


En tout cas, ça semble normal, même si ça implique que la normalité soit effrayante. Ca m'a permis de comprendre la phrase "La culture, c'est ce qui reste quand on a tout oublié"...
Que ça semble normal n'implique pas non plus que tout le monde fonctionne pareil dans la perte et dans la récupération. Je serais ravi de lire d'autres témoignages.

Un truc désagréable, c'est la perte de la technicité: comme quand de mémoire, on se représente excellemment la forme de la tour Eiffel. Ce dont on se félicite jusqu'au moment où l'on s'avise d'essayer de compter les poutrelles ( enfin pour l'immense majorité des gens parce que j'ai pu en croiser, peu représentatifs de l'espèce, qui pouvaient effectivement les compter ).
Ce qui fait que quand je me remets à un domaine, je vais être en décalage pendant un moment entre les intuitions que j'en ai gardé et la technicité perdue pour les traduire en argumentaires ou démonstrations correctes. Un peu comme si je remets des patins à roulettes après un arrêt prolongé: vaut mieux pas que je m'élance en toute confiance dans ma gloire passée...

Il m'est arrivé deux fois d'avoir perdu jusqu'à l'intuition - enfin, de m'en être rendu compte: une fois aux échecs où je n'ai plus eu le "sens du jeu" pendant quelques jours ( 6-7 ans sans jouer ), et avec quelques textes latins (10-15 ans ?). Je ne m'attendais pas à pouvoir les lire tout seul, mais la langue même ne m'évoquait plus aucune familiarité pour suivre la traduction que je lisais. Bon, c'est revenu aussi. Mais ça, ça m'est vraiment très désagréable ( unheimlich ) si même la culture fiche le camp.

L'idée, je suppose consiste à entretenir un petit peu régulièrement pour ne pas en arriver là, mais c'est difficile de penser à tout. Je trouve pas mal de participer à un forum pour cela.
Pas sûr que c'était un WISC !
Avatar de l’utilisateur
samjna
 
Messages: 293
Enregistré le: Ven 27 Nov 2015 05:55
Localisation: Au bout du bout de l'ouest...
Présentation: -->
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Fish » Dim 17 Avr 2016 21:50

J'ai même croisé naguère un supélec après 30 ans d'encadrement qui ne savait plus résoudre un système de deux équations à deux inconnues pour aider fifille. j'imagine que les circuits RLC, c'était pas top non plus.


Je doute que cela soit une preuve d'inhibition intellectuelle. On apprend de théories mathématiques pointues en prépa et en école d'ingénieur. Ensuite, on bosse, et les maths se résument à des règles de trois sous Excel. Alors le cerveau fait son travail de sélection. Ce qui ne sert jamais tombe dans l'oubli. C'est pareil pour tout le monde, cela n'a rien à voir avec la douance ni avec une quelconque régression.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar samjna » Lun 18 Avr 2016 07:04

En gros, oui. C'était pour dire à Khajib que l'inactivité pouvait être une raison suffisance à ce qu'il décrivait. Plusieurs causes peuvent donner ce genre d'effet.

Pour ce que j'en ai lu rapidement sur ce post, je pense pas que l'inhibition intellectuelle soit un phénomène spécifique à la douance, mais surtout aux esprits atypiques propulsés dans un milieu normatif. Et si le concept a été développé d'abord pour les gamins, faudrait voir comment il tient la route ou s'adapte concernant un adulte.
Pas sûr que c'était un WISC !
Avatar de l’utilisateur
samjna
 
Messages: 293
Enregistré le: Ven 27 Nov 2015 05:55
Localisation: Au bout du bout de l'ouest...
Présentation: -->
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Khajib » Mer 20 Avr 2016 16:21

samjna a écrit:En gros, oui. C'était pour dire à Khajib que l'inactivité pouvait être une raison suffisance à ce qu'il décrivait. Plusieurs causes peuvent donner ce genre d'effet.

Je me sens convaincu par ton argument. Je vais essayer de refaire travailler mon cerveau plus régulièrement. Si je constate une rapide amélioration et que les neurones se reconnectent je t'en ferai part. A priori je dirais que ça commence plutôt bien. En effet ces jours dernier j'ai réappris à résoudre des équations différentielles du premier ordre et c'est revenu assez vite. A dire vrai, j'en ai même tiré un certain plaisir.
soazic a écrit:Une jungle enfermée dans un donjon...

Y a un dragon dans ton donjon? :D (désolé... blague pourrie... c'est de l'humour de rôliste)
"Are you afraid, afraid to die? Don't be afraid, afraid to try. Are you afraid, afraid to die? Don't be afraid of suicide." Type O Negative
Avatar de l’utilisateur
Khajib
 
Messages: 13
Âge: 37
Enregistré le: Jeu 10 Mar 2016 14:53
Présentation: presentations/suis-place-ici-t7283.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar samjna » Mer 20 Avr 2016 21:47

Khajib a écrit: A priori je dirais que ça commence plutôt bien. En effet ces jours dernier j'ai réappris à résoudre des équations différentielles du premier ordre et c'est revenu assez vite. A dire vrai, j'en ai même tiré un certain plaisir.


Chez moi, quand ça revient, ça revient par bloc. Et quand ça revient pas, c'est l'occasion de chercher à comprendre ce que j'avais pas compris... Genre le th. d'existence des solutions par exemple... (je me rappelle juste qu'il est très laid)

Y a une bonne quinzaine d'années, y avait le gamin d'un voisin qui se vautrait en prépa qui était venu me voir et on avait un peu cherché ensemble à comprendre ce qu'on lui demandait de faire.

Si tu as une victime consentante pour t'assister et que vous vous entendez suffisamment, ça peut être amusant et utile au deux.
Pas sûr que c'était un WISC !
Avatar de l’utilisateur
samjna
 
Messages: 293
Enregistré le: Ven 27 Nov 2015 05:55
Localisation: Au bout du bout de l'ouest...
Présentation: -->
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Khajib » Jeu 21 Avr 2016 12:58

samjna a écrit:Si tu as une victime consentante pour t'assister et que vous vous entendez suffisamment, ça peut être amusant et utile au deux.

J'ai un pote avec qui j'ai gardé le contact par courriel et qui est fortiche en math et physique. Il m'arrive de lui envoyer des documents que j'écris en LaTeX pour lui poser des questions.

Autrement, en ce qui concerne plus précisément le sujet du topic, à savoir l'inhibition intellectuelle, j'ai réfléchi à une petite théorie (qui n'engage que moi quant à sa validité bien évidemment).
En effet, si j'ai bien compris les témoignages publiés sur ce topic, cette "anorexie" mentale serait un moyen de défense pour mieux s'intégrer à la masse des gens dits "normaux". Les individus HP acceptent de sacrifier une partie de leur intelligence pour mieux ressembler aux autres, paraître moins "bizarres" et du coup mieux s'intégrer. Et l'idée serait que ce sacrifice serait absolument nécessaire et que les HP deviendraient plus bêtes autant dans la sphère publique que privée.
Si j'ai dit des bêtises, corrigez-moi!!!! :^)
Or je pense que, justement, en distinguant les sphères publique et privée on pourrait arriver à une solution efficace pour lutter contre cette inhibition. En effet, autant, dans la vie publique, on peut garder ses remarques et ses questions pour soi et éviter de passer pour l'intello de service en restant au niveau des autres, autant dans la sphère privée, on a plus de liberté. En fait, il s'agirait d'alimenter son cerveau avec de la bonne nourriture intellectuelle pour soi avant tout et pour personne d'autre. Et surtout le plus important à mon avis: étudier des trucs qui nous motivent et nous donnent du plaisir (j'insiste bien sur la dimension du plaisir car d'après plusieurs sources sérieuses les HP seraient très forts pour ce qui les passionne vraiment et parfois cancres pour ce qui ne les intéresse pas). Faire tout ça pour soi, sans en parler à quiconque et en restant discret sur cet aspect de notre vie et ainsi maintenir une vie intellectuelle malgré tout. Je prendrai comme exemple l'excellent film "Le Hérisson" lui-même adapté du livre "L'élégance du hérisson" (j'ai vu le film mais pas encore lu le livre). On suit l'histoire d'une concierge un peu bourrue et réservée dans un immeuble parisien. Aux yeux de tous les habitants de l'immeuble, elle n'est que la concierge et donc un peu simple d'esprit et peu cultivée et elle ne fait rien pour changer la situation. Mais une petite fille de l'immeuble (dont la curiosité, les doutes et les questionnements pourraient suggérer qu'elle est peut-être HP elle-même) va s'intéresser à cette concierge par intuition qu'il y a anguille sous roche. Et elle va découvrir tout au long du film que cette concierge a une "pièce secrète" qu'elle est la seule à connaître, dotée d'une immense bibliothèque très fournie et où elle assouvit son besoin de lecture "sérieuse" et orientée vers la philosophie surtout. Du coup on s'aperçoit que cette "simple concierge" est en fait une intellectuelle autodidacte, mélomane et versée dans la philosophie et la grande musique.
Tout ça pour dire que si vous ne voulez pas faire le monsieur/madame je-sais-tout aux yeux des autres, cela ne veut pas dire que vous n'avez pas le droit de vous faire plaisir dans la vie privée quitte à être un peu égoïste. Après tout ne dit-on pas "Charité bien ordonnée commence par soi-même"?
"Are you afraid, afraid to die? Don't be afraid, afraid to try. Are you afraid, afraid to die? Don't be afraid of suicide." Type O Negative
Avatar de l’utilisateur
Khajib
 
Messages: 13
Âge: 37
Enregistré le: Jeu 10 Mar 2016 14:53
Présentation: presentations/suis-place-ici-t7283.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Cassini » Mar 3 Mai 2016 17:54

Mettez-moi devant un problème pratique à résoudre, je trouve les solutions à la fois les plus ingénieuses et les plus simples (souvent, ceci va avec cela).

Je peux faire des calculs intuitifs, trouver la bonne réponse en pensant que c'est la plus logique - sauf si je suis sous pression.

Mon expérience personnelle, c'est justement d'avoir vécu un traumatisme initial avec mon père, très probablement HP, et qui ne captait pas que mon esprit s'absentait (tout comme celui de ma mère) lorsqu'on me sollicitait sur des problèmes de maths, de chiffres, car ça lui paraissait si simple... il s'énervait terriblement.

Là-dessus, je peux greffer en couches successives une bonne dizaine d'occasions où j'ai ancré le raptus mental en panique, devant une personne représentant l'autorité, le père... et que je me suis trouvée privée de mes moyens intellectuels les plus élémentaires.

Alors c'est pour ça que j'ai décidé de me lancer dans une thérapie EMDR, pour débarquer cette espèce de boucle mentale qui m'auto-hypnotise, et me met dans une position d'attardée mentale ici et là... ce qui suscite des comportements de réponse de perversion narcissique en face, quand la personne y est encline.



C'est un autre type d'inhibition intellectuelle, qui surgit dans des circonstances très spéciales - je comprends peu à peu comment et pourquoi.
Cassini
 
Messages: 273
Enregistré le: Lun 18 Avr 2016 20:45
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar kaliska » Lun 9 Mai 2016 10:23

Je me retrouve beaucoup dans les témoignages de ce fil.

Khajib, je pense que ton exemple avec L'élégance du hérisson ne tient pas. On ne peut pas se couper en morceaux. On peut adapter son comportement selon les situations mais on ne peut pas changer ce que l'on est profondément. L'enjeu de l'inhibition intellectuelle me semble justement d'être d'assumer qui l'on est. René, la concierge de L'élégance du hérisson, a préservé son intelligence et sa sensibilité mais elle a sacrifié toute vie sociale. Lorsqu'elle recommence à se lier aux autres, elle ne peut plus se cacher.

J'ai lu quelques trucs qui m'ont permis d'avancer là-dessus. En espérant que ça sera utile : il y a les articles du mouvement de psychologie humaniste québécois ; Le soi hanté, formidable sur cette question des traumatismes et de la manière de les résoudre ; et, dernier en date, L'attachement, un instinct oublié qui synthétise les travaux de John Bowlby sur l'attachement.

Avec tout ça… je suis toujours bloquée (haha). Mais je sais mieux où je vais et il n'y a quasiment plus de différence entre ce que je montre et ce que je suis. Cette tension-là est résolue.

Mon vécu correspond tout à fait à ce que vous évoquiez sur le contrôle intellectuel et émotionnel et j'ai un petit témoignage pour l'illustrer ;)

J'ai découvert le mouvement de psychologie humaniste en octobre dernier, alors que je ne ressentais quasiment plus rien, et ça m'a fait un bien fou. J'ai réalisé que mes émotions avaient un sens, qu'elles pouvaient m'aider, que nous étions alliées. Je me suis réveillée un matin et mon cerveau fonctionnait à nouveau à toute vitesse. Je ne me souvenais pas qu'il pouvait aller si vite. Je comprenais immédiatement des sujets sur lesquels je ne m'étais pas penchée depuis des années, ceux que je range habituellement dans "Sujets intéressants mais un peu la flemme aujourd'hui. À regarder demain." Ça a duré une semaine et c'est une des plus belles semaines de ma vie. Je me sentais libre. J'ai discuté d'un problème avec un proche le week-end suivant, les émotions fortes étaient au rendez-vous : tout s'est arrêté. Depuis, je cherche. C'est comme avoir vu le soleil un jour dans sa vie avant qu'il ne disparaisse à nouveau. Ça m'a beaucoup rassurée sur le fait que ma vivacité n'était pas définitivement perdue !
Sauve-toi, la vie t'appelle.
Avatar de l’utilisateur
kaliska
 
Messages: 10
Âge: 27
Enregistré le: Jeu 8 Oct 2015 07:25
Présentation: kali
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Mumu971 » Lun 1 Aoû 2016 21:01

Je vais partager ici mon experience de l'inhibition intellectuelle. J'en souffre de moins en moins depuis que j'ai été diagnostiquée HP. Cette découverte est très récente puisque ne datant que d'à peine 3 semaines.
J'ai toujours beaucoup apprécié la lecture, depuis toute jeune, j'étais donc censée disposer d'un vocabulaire riche et varié. Sauf que durant toutes ces années, les mots auxquels me donnait accès mon cerveau dépassaient rarement "truc" "chose""machin" pour ponctuer mes conversations, sans compter les "euh" entrecoupés de silences interminables durant lesquels mon esprit tournait à vide. Idéal pour se construire une image de niaise. J'ai eu des parents aimants et qui cependant ne favorisaient pas l'envie d'apprendre car l'échec n'était pas autorisé. J'étais pourtant en avance pour mon âge. Bien sûr, il m'arrivait de récupérer mon intelligence et j'ai pu ainsi réaliser certains de mes rêves professionnels et personnels mais la crainte de m'exprimer en public ou en privé, avec ce mal tapi dans un coin de ma tête prêt à enserrer mon cerveau de ses tentacules immondes.
Ce n'est pas par magie bien sûr, mais depuis que je sais de quelle façon je fonctionne, les mots remplacent mes maux et je m'étonne de plus en plus de la facilité avec laquelle je parviens à m'exprimer. Rien n'est gagné et il me faudra certainement plus que quelques petites semaines pour guérir mais je me sais sur la bonne voie. Donc, c'est parti pour une nouvelle et fantastique deuxième partie de vie.
Ce n'est pas en lui tenant les ailes qu'on aide un oiseau à voler. L'oiseau vole simplement parce qu'on l'a laissé être oiseau.
Avatar de l’utilisateur
Mumu971
 
Messages: 54
Âge: 53
Enregistré le: Lun 18 Avr 2016 19:39
Localisation: Là oú personne ne m'attend.
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Marina » Dim 26 Mar 2017 03:51

Bonjour,

Je me permets de reprendre le sujet. Aujourd'hui ma mémoire me fait défaut, donc je ne me souviens déjà plus exactement des différentes contributions et de ce qui m'a fait réagir. Cependant, je souhaiterais aborder trois points. Et peut-être, sur le dernier, pourrez-vous m'apporter commentaires et voies de réflexion. Vous pouvez, si vous le souhaitez, allez directement au point 3 qui concerne directement le sujet de l'inhibition intellectuelle.

1. Dépression et AD
Je suis en dépression depuis plus de 20 ans. Pas constamment avec la même intensité, heureusement... Et pas toujours sous AD. D'ailleurs, je n'en prends plus. La dépression elle-même diminue la capacité du cerveau. Les AD, bien souvent, l'endorment et rendent la concentration impossible. Aujourd'hui, il existe cependant des traitements qui stabilisent l'humeur et stimulent. Et se rendre compte de l'amoindrissement de ses facultés peut également engendrer un cercle vicieux. (C'est pour cela que la dernière fois, les psy de l'hôpital ont modifié mon traitement pour quelque chose de plus stimulant et excitant.)
Mais on en sort!!! Malgré mes difficultés de concentration liées à mes nombreux questionnements, "je" "remarche" à peu près correctement. Alors espoir et courage! Il s'agit de commencer par des choses simples, ne surtout pas mettre la barre trop haut pour ne pas par la suite s'auto-flagéler et rester fier de ses petits progrès.

2. L'anorexie.
Non, finalement, inutile d'en parler ici. Ceux que ça intéresserait peuvent volontiers me contacter en privé.

3. Le sujet qui m'intéresse aujourd'hui est l'inhibition intellectuelle.
Je suis certaine d'en avoir fait, dans une certaine mesure, sans réellement encore totalement la comprendre. Sauf qu'elle a commencé très très jeune et que je pense également l'avoir contrôlée. Se pose cependant la question de la cause et de la conscience, ainsi que du degré de cette dernière.
J'ai un vague souvenir de moi déchiffrant une étiquette de bouteille d'eau. De même, je me souviens d'un jour, où ma mère m'a demandé ce qui était écrit en m'indiquant un mot dans un journal, de le lire dans ma tête, et de lui répondre "E.T". J'étais en Afrique, ce qui signifie que, dans tous les cas, j'avais moins de cinq ans. Et j'ai cette certitude, qu'effectivement, je savais lire.
J'ai appris il y a très récemment que la dame qui s'occupait de moi à l'époque avait dit à ma mère que je savais lire, alors qu'on ne m'avait jamais appris. Et que je disais à mes parents que c'était à six qu'on apprenait à lire et que, par conséquent, il n'y avait aucune raison que j'apprenne avant. De même, au CP, l'école a souhaité me faire sauter une classe. J'ai toujours pensé que c'était mes parents qui avaient refusé. Dans les faits, c'est moi-même.
Je me demande donc comment on peut, dès 3-4 ans, prendre de telles options, conscientes pour le coup, comment on peut se renier à ce point? Il s'agit nécessairement d'une stratégie d'adaptation, sauf que je vivais en brousse, entourée de quelques familles européennes. Mon seul réel entourage quotidien se composait donc de mon père, ma mère et ma soeur. Je suis à peu près certaine d'avoir compris, aux vues de la suite de mon histoire. Mon père m'a toujours beaucoup aimé, adoré. J'ai, depuis un certain nombre d'années, douté de l'amour de ma mère. Force est de constater qu'aujourd'hui, il n'existe pas. Idem pour ma soeur. Je sais également que j'ai toujours eu ce besoin qu'on m'aime, au moins qu'on m'apprécie, que je l'ai toujours cherché à tout prix, étant capable de totalement me renier pour ce faire; je sais que je ne me suis jamais aimée, même si je progresse. Je pense d'ailleurs que c'est ce qui tourne le moins rond chez moi d'ailleurs. J'ai le sentiment d'avoir également toujours été un élément de discorde dans ma famille. Par tout un faisceau d'éléments, je pense donc avoir compris que si j'ai fait ça, c'était dans l'espoir bien vain que ma mère et/ou ma soeur m'aime(nt) car j'étais trop tout et que je prenais trop de place dans le coeur de mon père.

Quelqu'un comprend il cela ? Quelqu'un a-t-il vécu une chose similaire?
Peut-on réellement dès cet âge là avoir conscience de sa différence, dans un environnement si réduit, et, du moins, consciemment décider de se diminuer? Ou bien j'étais juste déjà complètement fainéante (hypothèse envisageable).
C'est une pièce essentielle de mon puzzle et j'ai mis 35 ans à mettre le doigt dessus. C'est navrant. :-)

Marina
Avatar de l’utilisateur
Marina
 
Messages: 109
Images: 0
Âge: 40
Enregistré le: Dim 19 Mar 2017 00:15
Localisation: Paris
Présentation: Qui?Pourquoi?Comment?Tout ça et "Turpitudes", j'aime bien
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Fish » Dim 26 Mar 2017 11:48

Ce que tu décris me semble différent de l'inhibition intellectuelle.

L'inhibition intellectuelle se traduit par des performances faibles aux tests psychotechniques. Mais ça signifie aussi des performances faibles dans toute activité scolaire ou intellectuelle (et c'est généralement ce qui amène à passer des tests psychotechniques). Cela n'a rien à voir avec le fait de se percevoir stupide et de se comporter pour correspondre à cette perception. Savoir lire à 5 ans est un signe objectif que ton cerveau marchait très bien, et qu'il n'était pas inhibé du tout. L'inhibition intellectuelle, ça aurait été par exemple de ne toujours pas savoir lire à 8 ans, malgré un cerveau qui fonctionne normalement.

Ce que tu décris relève plus probablement du manque de confiance en soi et de la construction plus ou moins inconsciente d'un faux-self. A lire ce forum, il semble que c'est très répandu, à des degrés plus ou moins importants selon les individus.
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Marina » Dim 26 Mar 2017 22:46

Bonjour,

Merci Fish.

J'entends. Je pense tout de même que cette construction du faux-self, dès 3-4 ans, visant à cacher/démentir ses capacités doit nécessairement conduire à une forme d'inhibition intellectuelle.
Cependant, je vais approfondir les concepts respectifs et surtout chercher à comprendre les mécanismes qui les sous-tendent.
Avatar de l’utilisateur
Marina
 
Messages: 109
Images: 0
Âge: 40
Enregistré le: Dim 19 Mar 2017 00:15
Localisation: Paris
Présentation: Qui?Pourquoi?Comment?Tout ça et "Turpitudes", j'aime bien
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Fish » Dim 26 Mar 2017 23:46

Ben en fait, il me semble que le terme d'inhibition intellectuelle correspond à une situation bien particulière, décrite entre autre dans cet article:
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/garsep/gauvrit.htm

Ce même terme aurait pu être utilisé pour décrire autre chose, comme par exemple restreindre plus ou moins consciemment ses performances en apparence et alors que le cerveau à l'intérieur déborde d'activité. Ça aurait pu, oui. Et ce n'est pas très difficile de comprendre pourquoi tu as envie d'utiliser ce terme pour décrire ton ressenti. Mais ça, on l’appelle plutôt faux-self. L'article cité ci-dessus décrit une situation où l'individu met réellement son intelligence sur OFF. Il ne se contente pas de la masquer aux autres et de se conformer à une image d'idiot, il "choisit" de devenir stupide et il y parvient, même si c'est réversible.

Dans les deux cas il s'agit d'un mécanisme de défense. Mais pour le faux-self, la stupidité n'est qu'apparente, et l'intelligence continue de s'exprimer dans les actes de l'individu. Pour l'inhibition intellectuelle cela va bien au delà du masque.

Je me trompe peut-être, mais à te lire j'ai l'impression que ce qui te concerne relève plutôt du faux-self. S'il s'agit bien de cela, tu trouveras plein d'informations dans ce fil:
psychologie-sante/faux-self-t1030.html
Avatar de l’utilisateur
Fish
Poisson Pilote
 
Messages: 254
Images: 9
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: L'inhibition intellectuelle

Messagepar Marina » Lun 27 Mar 2017 02:16

Je te remercie Fish,

Je vais étudier tout cela.
Au delà des définitions et subtilités de l'un ou l'autre des concepts, c'est ce que j'ai produit/vécu qu'il m'intéresse de comprendre.
Je vais donc chercher et tes références mes donneront certainement des pistes, sur les dégâts potentiels de ce type d'attitude. Elles ne résoudront pas tout, mais me permettront d'en comprendre certains cheminements et de faire acte de résilience.

Par ailleurs, je me suis donc rendu sur le sujet faux-self, comme tu l'indiquais.
Je n'ai pas pu encore tout lire... 8 pages. Il me semble juste que le débat/sujet n'est pas suffisamment structuré pour que j'y trouve rapidement mes réponses.
La notion de faux-self semble visiblement recouvrer des réalités bien différentes, en fonction des vécus de chacun. Aussi, comme souvent à mon habitude, sans vouloir exprimer un point de vue, j'ai relaté des faits et des impressions. Chacun y prendra ce qu'il voudra et j'espère que ceci génèrera plein de réactions qui permettront d'apporter les nuances nécessaires au débat.

A toi,
Marina
Avatar de l’utilisateur
Marina
 
Messages: 109
Images: 0
Âge: 40
Enregistré le: Dim 19 Mar 2017 00:15
Localisation: Paris
Présentation: Qui?Pourquoi?Comment?Tout ça et "Turpitudes", j'aime bien
Profil: En questionnement
Test: NON

Précédente

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Déficience intellectuelle
par Ianthe » Sam 14 Nov 2015 18:35

Réponses: 9

Vues: 931

Dernier message par Ianthe Voir le dernier message
Sam 28 Nov 2015 23:12

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités