Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement
Avatar du membre
joran
Messages : 1096
Enregistré le : dim. 26 juin 2011 00:39
Présentation : iuhbvfuigylkayg
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : *au pied de la montagne*
Âge : 41

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par joran » dim. 20 déc. 2015 13:38

shinoune a écrit :
Hors-sujet
@ Melle Rose : Je me suis adressée à Clairedelune vu sa question mais ma réponse peut concerner tous ceux qui se retrouvent devant ce genre de situation. Et je pense qu'ils sont nombreux, j'en ai même fait partie. C'est donc bon à savoir. De plus, nous sommes bien dans le sujet ... Mais je pense avoir tout dit, sauf si questions de la part de Claire, alors oui en MP
Nota Bene
Shinoune a écrit :... informez-vous avant de choisir un psy, soit au premier contact (mail ou tel) ou lors de la première séance, demandez-lui son cursus de formation.
;) merci pour le tuyau.
Je me dis en ce moment que ça peut être bien que je vois quelqu'un, parce que je gamberge un peu plus que d'habitude, et que m'aider à faire le tri ou avoir une réflexion différente de la mienne ne peut pas faire de mal.
Mais je ne savais pas trop comment faire pour choisir un psy formé à la question hp.
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."
Périclès

Avatar du membre
Korrigan
Messages : 455
Enregistré le : mar. 8 sept. 2015 17:21
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : En attente d'un signal GPS valide...

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Korrigan » ven. 25 déc. 2015 16:04

Comme annoncé dans ma présentation, je voulais revenir sur mon expérience « malheureuse » avec ma psy. J’ai voulu essayer d’évoquer l’hypothèse qui me taraude depuis longtemps avec quelqu’un d’extérieur. J’ai choisi ma psy… Mauvaise pioche !! Lorsque j’ai évoqué l’hypersensibilité, elle m’a dit qu’elle ne savait pas ce qu’était l’hypersensibilité.
J’ai beaucoup aimé la remarque de Vlid qui demande si ce qu’elle n’ a pas compris, c’est hyper ou sensibilité.
Je peux parfaitement (enfin je crois) entendre que ce n’est pas la bonne hypothèse, mais là j’ai entendu que ça n’était même pas une vraie hypothèse. En gros, je m’égarerai dans une hypothèse utopique !! Houha quel choc !! Peut-être suis-je en effet barnum mais je n’ai pas eu l’occasion d’échanger. Le di-alogue était à sens unique. En fait lors de cette consultation, j’ai eu le sentiment qu’elle cherchait la pathologie à me coller sur le dos. Je ne suis déjà pas à l'aise avec le sujet à cause du manque d'humilité que cela peut sous-entendre, ça ne s'est donc pas arrangé... :tmi: Pour vivre heureux vivons caché. C'est mon état d'esprit du moment et je pense que c'est la raison pour laquelle ça fait 15 ans que j'ai cette hypothèse qui traine dans ma tête. :@
Honnêtement, ça m’a beaucoup ébranlé jusqu’à en reparler avec une amie qui est "comme moi", avec qui nous nous sommes toujours très bien entendu sans savoir pourquoi sinon ce mode de fonctionnement identique. Ouf si je suis dingue, je ne suis pas seul. Chic.

Voilà voilà.

C'est cool de vous avoir, je pense que vous pouvez comprendre cette expérience ;)
Korrigan

"Pour avoir du talent, il faut être convaincu qu'on en possède." Gustave Flaubert

"Là où règne force intérieure et confiance en soi disparaissent méfiance, peur et doute." Dalaï-Lama

Avatar du membre
Ames
Messages : 16
Enregistré le : mer. 10 févr. 2016 09:17
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7182.html
Profil : Bilan non concluant
Test : WAIS
Âge : 46

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Ames » dim. 6 mars 2016 16:53

Je veux bien prendre tout le recul nécessaire pour envisager d'autres pistes à mon mal être.
Mais quels autres tests, quels autres traitements peuvent être envisagés dans un cas comme le mien:
-Découverte de la douance récente avec le diagnostique de mon fils. Mon fils me ressemble beaucoup ( et pas seulement physiquement :P )
-Je découvre dans la foulé les livres, les conférences, les forums sur la douance et m'y identifie largement. Il y a quand même une chose sur laquelle je n'arrive pas à me faire une idée c'est l'intelligence même :lol: . Je connais mes limites mais je ne connais pas les limites de l'intelligence...
-Avec ce retour dans le passé (que m'a imposé ce questionnement) je me souviens de deux psy : un psychiatre consulté durant six mois dans le cadre de "la peur de la réussite" qui provoquait chez moi des confusions dans les dates d'examains à la fac :rofl: "oups c'était hier l'examain d'analyse?" Ouais quand même! :nod: ; et un psychologue du travail croisé bien plus tard dans le cadre d'un entretien pour un emploi et qui au bout de deux heures a donné un avi favorable pour un poste d'expat dans un domaine dans lequel je n'avais jamais exercé. Ces deux psy avaient évoqué rapidement la douance pour mon cas. Mais il n'y avait eu aucune raisonance chez moi car je ne prends jamais en compte les compliments.

Aujourd'hui je veux bien prendre en compte tout ça car je sens que j'ai besoin de nouveauté pour avancer. Je tourne en rond (depuis trop longtemps déjà ). Je me dis que s'il y a d'autres capacités en moi dont j'ignore l'existence, il est temps que je les découvre. J'ai espoir que cela me donne un nouvel élan dans la vie, avec en prime cette confiance en moi qui m'a tant fait défaut.

LaKlo
Messages : 61
Enregistré le : jeu. 24 mars 2016 07:20
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par LaKlo » jeu. 14 avr. 2016 02:32

Avant toute chose, je ne sais pas exactement si c'est le bon endroit où poster. Je laisse à l'équipe le soin de déplacer ce message s'il le faut.
Puisque c’est le sujet qui me préoccupe là tout de suite maintenant, je ne vais pas faire dans le travail soigné, mais dans l’expression d’un ressenti que nombreux j’en suis certaine pourront comprendre et développer à leur manière.
Je suis à la veille de la w.a.i.s. Moins de 24 heures.
Le film du jour s'intitule "mais quel délire tu t'es encore tapé ?".
Forcément, je ne cherche pas très loin: je doute. Depuis le réveil, j'ai un petit bonhomme sur l’épaule qui me fait monter les larmes aux yeux: «non, tu ne peux pas prétendre ce genre de choses. Qui te dis que dans la tête des gens que tu croises tous les jours, il n’y a pas la même activité que dans la tienne ? Tes questions ne sont-elles pas les leurs ? Pour qui te prends-tu de pouvoir seulement oser penser être différente ? Quel est ton référentiel ?»
J’arrive à me contrôler un minimum, je sais que ce sentiment est à sa place, mais bon sang, ça annonce une journée pour le moins lourde.
Du coup, je replonge dans un réconfort vieux et bien assimilé: je ne suis pas ceci, je ne suis pas cela…
Comment expliquez-vous si vous le ressentez comme tel que le doute puisse avoir une place aussi logique dans nos différentes démarches ? Quels en sont les mécanismes ?
Vos idées me seraient bien utiles pour parvenir à rationaliser un peu, et surtout, pour ne pas exploser avant demain ! ;)
;)

Avatar du membre
samjna
Messages : 293
Enregistré le : ven. 27 nov. 2015 05:55
Présentation : -->
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Au bout du bout de l'ouest...

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par samjna » jeu. 14 avr. 2016 05:17

LaKlo a écrit : Qui te dis que dans la tête des gens que tu croises tous les jours, il n’y a pas la même activité que dans la tienne ? Tes questions ne sont-elles pas les leurs ? Pour qui te prends-tu de pouvoir seulement oser penser être différente ? Quel est ton référentiel ?»
[...]
Du coup, je replonge dans un réconfort vieux et bien assimilé: je ne suis pas ceci, je ne suis pas cela…
Comment expliquez-vous si vous le ressentez comme tel que le doute puisse avoir une place aussi logique dans nos différentes démarches ? Quels en sont les mécanismes ?
Vos idées me seraient bien utiles pour parvenir à rationaliser un peu, et surtout, pour ne pas exploser avant demain ! ;)
Je pense que ça vient d'un phénomène de miroir alimenté par les neurones du même nom.

Si je (me) regarde dans une glace, l'éventuelle - si je la ressens - inversion droite-gauche vient de l'illusion ou pas de prendre le point de vue de l'image du miroir que je saisis comme étant moi ou bien comme n'étant qu'une image. Ca peut même osciller très vite, comme une figure ambigüe, si je suis focalisé là-dessus.

De la même façon, si je croise quelqu'un, habillé à peu près comme moi, et marchant à peu près comme moi, etc, je vais selon mon point de vue, déporté ou non, et selon le niveau d'abstraction auquel je (me) suis placé, me dire que je suis comme lui, ou bien différent de lui et peut-être attribuer des raisons et des causes variés à cette similitude ou à cette différence selon que mon humeur du moment fait que quelque chose privilégie en moi l'une de ces possibilités et renforce ou non cette humeur.

Et si je me sens différent de l'autre, mais que c'est un autre, il a de son coté toutes les raisons de son monde pour se sentir inégalement différent de moi... ou pas. Et si je suis suffisamment différent, il peut même penser à toute autre chose pendant que je pense que je suis différent.
Pas sûr que c'était un WISC !

Miss souris
Messages : 1088
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 16:20
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t7027.html
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Âge : 46

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Miss souris » jeu. 14 avr. 2016 15:31

LaKlo : dans ma façon de penser, l'éventualité se confond avec la réalité (et ce, quelle que soit la probabilité). En clair, si je me dis "et si ... ", dans ma tête, c'est comme si cela arrivait. Du coup je suis la spécialiste de la recherche de solutions aux problèmes qui n'existent pas... Voilà comment j'expliquerai que le doute en vienne à devenir un élément central, ou pilier, du raisonnement. Après, je ne sais pas si cette hypothèse te correspond, mais je sais que cela m'aide à prendre un peu de distance quand je pars en vrille dans ma tête.
Bon courage pour ton attente, de mon point de vue tu as déjà le plus dur derrière toi ...

LaKlo
Messages : 61
Enregistré le : jeu. 24 mars 2016 07:20
Profil : Diagnostic -
Test : WAIS
Âge : 40

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par LaKlo » lun. 25 avr. 2016 11:34

Merci à vous deux pour vos avis, même si je n'y ai pas répondu plus tôt... :1cache:
Samjna, j'ai un peu de mal à comprendre l'ensemble de ce que tu dis mais je crois que nous sommes d'accord sur un point: nous pouvons dire qu'un être humain s'adapte à l'autre dans l'instant, et en permanence.
Ceci dit, je trouve que cela ressemble un peu à un transfert de la manière dont tu en parles.
Du coup, face au miroir, je me demande juste si on peut faire un transfert avec soi-même ?
(parce qu'à moi, ça me semble pas forcément évident)

Miss souris, j'ai lu (mais dans une source qu'il m'est aujourd'hui impossible à retrouver) un article parlant du fait que l'inconscient ne connait pas la différence entre rêve et réalité, et ne connait pas non plus la négation.
Du coup, ce que tu me dis me parle car je m'en sers comme d'une arme en cas de besoin: j'imagine et verbalise ! Par exemple si un collègue me tape sur les nerfs, si ma belle-mère m'agace ou autre (je suis sure que tu trouveras tes propres exemples), je joue à faire semblant, avant ou après l'événement, au beau milieu de ma cuisine (ou ailleurs aussi, ça marche !).
Je leur dis tout à ceux qui me cassent les pieds ! J'imagine l'ensemble des mots que j'aurais envie de leur dire, même les claques que j'aimerais leur mettre. Je mime aussi des fois ! :punch:
Et au final, ben ça marche pas mal pour moi: quand j'ai fini, je me sens quand même soulagée, au point que parfois, cela suffit à ce que je ne repense plus à l'agacement jusqu'à ce que je le croise à nouveau dans d'autres circonstances.

Au final, le doute me laisse toujours perplexe dans le schéma de son apparition mais je n'ai pas encore fini d'y réfléchir !

Encore merci en tout cas de vos avis, j'espère que votre travail de réponse pourra servir encore à d'autres !
Par contre, je crois que ça dévie un peu du thème de ce topic...
;)

Avatar du membre
samjna
Messages : 293
Enregistré le : ven. 27 nov. 2015 05:55
Présentation : -->
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Localisation : Au bout du bout de l'ouest...

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par samjna » lun. 25 avr. 2016 12:39

LaKlo a écrit : Samjna, j'ai un peu de mal à comprendre l'ensemble de ce que tu dis mais je crois que nous sommes d'accord sur un point: nous pouvons dire qu'un être humain s'adapte à l'autre dans l'instant, et en permanence.
Ceci dit, je trouve que cela ressemble un peu à un transfert de la manière dont tu en parles.
Du coup, face au miroir, je me demande juste si on peut faire un transfert avec soi-même ?
(parce qu'à moi, ça me semble pas forcément évident)
Je pensais à la projection avant le transfert et l'autre, eh bien ça peut faire que je m'apparais comme pareil ou différent. Y a plein de miroirs: l'autre, les mots, la mer...
Et oui, je peux projeter puis transférer sur moi-même, le mot "moi" est déjà très pratique. Et on peut faire plein de choses avec un miroir. Je crois que ça a à voir avec le mythe de Narcisse. C'est parfois sans difficulté mais pas sans problème...

Pour la négation, y a ce texte de Freud:
http://psychanalyse-paris.com/1276-La-Negation.html
Pas sûr que c'était un WISC !

diogene

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par diogene » lun. 12 sept. 2016 01:10

Moi j'aimerais savoir comment se répartissent les surdoués diagnostiqués sur l'échelle des revenus.

sisilamouche
Messages : 16
Enregistré le : ven. 11 nov. 2016 21:13
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Pays de la loire
Âge : 53

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par sisilamouche » jeu. 23 févr. 2017 19:15

Je ne sais pas trop dans quel topic insérer ma question....qui est la suivante :
Comment se fait il, durant la passation du Wais, que les consignes ne soient pas strictement identiques selon les psy?
Il me semble que cela a forcément un impact sur les résultats.
A titre d'exemple, pour l'épreuve codes je n'ai eu aucune directive mise à part celle de remplir les cases. Or j'ai pu lire dans certains témoignages qu'il était parfois exigé de remplir les cases les unes après les autres.
J'ai constaté d'autres différences selon les subtests. Vocabulaire, similitudes...où parfois le psy intervient pour suggérer de meilleures réponses alors que parfois non...etc

Avatar du membre
Traum
Messages : 441
Enregistré le : jeu. 15 janv. 2015 22:22
Présentation : Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : D'est en ouest
Âge : 31

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Traum » mar. 28 févr. 2017 17:04

En fait, si, il y a un manuel auquel se référer pour les règles de passation. On peut s'autoriser quelques écarts mais pour certaines choses, non. À Codes, il faut effectivement remplir les cases les unes après les autres, et non pas autrement. Pareil pour Symboles, pareil pour d'autres.
Pour les subtests de l'ICV, il y a des directives pour savoir si oui ou non on doit relancer.
Ensuite, il y a la personnalité du psy qui entre en ligne de compte. Certains vont arrêter la personne dès que le temps imparti est passé, d'autres vont attendre que la personne donne la réponse même si cette dernière n'est plus cotable ; certains vont arrêter d'administrer les items selon les règles d'arrêt, d'autres les administreront quand même même si on ne pourra plus les coter, juste pour mieux évaluer le fonctionnement de la personne. (Les règles d'arrêt sont faites pour fluidifier la passation et éviter que la personne ne se sente en échec.) Certains vont jusqu'à ne pas dire quels sont les items chronométrés pour ne pas angoisser leurs patients (ça a un revers aussi).
Il y a un impact jusqu'à la manière dont la suite de chiffres est énoncée.

Mais non, les règles ne sont pas strictement identiques… aussi parce qu'en face du psy, il y a des personnes.
Il y a des choses que les psys ne peuvent pas, voire ne doivent pas faire.
On n'arrête pas un item en cours de route pour le reprendre la fois suivante ; idéalement, on devrait éviter de décomposer la passation (le mieux est de tout passer en une fois, sinon deux à moins d'une semaine si le patient est trop épuisée / la passation trop longue). On doit au moins administrer les 10 subtests obligatoires. On ne peut pas opérer des substitutions n'importe comment et pas uniquement parce que ça permettrait au patient d'avoir un meilleur résultat : il faut qu'il y ait une raison valable et que ça ait du sens cliniquement. Etc., etc.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain

sisilamouche
Messages : 16
Enregistré le : ven. 11 nov. 2016 21:13
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Pays de la loire
Âge : 53

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par sisilamouche » mar. 28 févr. 2017 21:56

Traum a écrit :En fait, si, il y a un manuel auquel se référer pour les règles de passation. On peut s'autoriser quelques écarts mais pour certaines choses, non. À Codes, il faut effectivement remplir les cases les unes après les autres, et non pas autrement. Pareil pour Symboles, pareil pour d'autres.
Pour les subtests de l'ICV, il y a des directives pour savoir si oui ou non on doit relancer.
Ensuite, il y a la personnalité du psy qui entre en ligne de compte. Certains vont arrêter la personne dès que le temps imparti est passé, d'autres vont attendre que la personne donne la réponse même si cette dernière n'est plus cotable ; certains vont arrêter d'administrer les items selon les règles d'arrêt, d'autres les administreront quand même même si on ne pourra plus les coter, juste pour mieux évaluer le fonctionnement de la personne. (Les règles d'arrêt sont faites pour fluidifier la passation et éviter que la personne ne se sente en échec.) Certains vont jusqu'à ne pas dire quels sont les items chronométrés pour ne pas angoisser leurs patients (ça a un revers aussi).
Il y a un impact jusqu'à la manière dont la suite de chiffres est énoncée.

Mais non, les règles ne sont pas strictement identiques… aussi parce qu'en face du psy, il y a des personnes.
Il y a des choses que les psys ne peuvent pas, voire ne doivent pas faire.
On n'arrête pas un item en cours de route pour le reprendre la fois suivante ; idéalement, on devrait éviter de décomposer la passation (le mieux est de tout passer en une fois, sinon deux à moins d'une semaine si le patient est trop épuisée / la passation trop longue). On doit au moins administrer les 10 subtests obligatoires. On ne peut pas opérer des substitutions n'importe comment et pas uniquement parce que ça permettrait au patient d'avoir un meilleur résultat : il faut qu'il y ait une raison valable et que ça ait du sens cliniquement. Etc., etc.
Merci pour ce post instructif. Donc quand j'irai chercher chercher mes résultats, il faudra que je lui demande si elle m'a collé un zero :o ou si mes resultats sont valides sachant que pour codes et barrage je n' ai respecte aucun ordre et n'ai eu aucune consigne à ce sujet. Je suis curieuse de savoir ce qu'elle va me répondre ;)

o_laurent_o

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par o_laurent_o » sam. 10 févr. 2018 16:41

Le patient qui arrive avec ses propres hypothèses

Recevoir un patient qui propose déjà son diagnostic et nous demande de bien vouloir le vérifier ou l'infirmer est devenu courant avec internet (les gens se renseignent, croient trouver eux-mêmes LA solution) et nous savons que nous provoquons des déceptions lorsque nous n'avons pas pour finir un OUI ou un NON clair sur cette proposition précise.
Nous savons que les gens se sont raccrochés à cela, pour poser des mots sur quelque chose qui les ennuie ou les entrave.

Le problème est que cette hypothèse diagnostique masque la plainte initiale, celle qui vous a conduit à rechercher des réponses.
C'est pour moi LE conseil a donner à toute personne qui se rend chez un psy de manière générale. D'un simple mauvais premier rendez-vous, vous pouvez perdre plusieurs années.
Dans mon cas, j'ai cru souffrir de dépression et j'ai tellement lu et appris sur le sujet que d'une, je m'étais convaincu que c'était le cas et de deux, mon discours et mes récits au psychiatre étaient totalement orientés en ce sens de façon tout à fait involontaire.

Orson Automne
Messages : 6
Enregistré le : lun. 21 août 2017 13:56
Présentation : C'est là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Orson Automne » ven. 16 févr. 2018 01:57

Autant je crois comprendre le point de vue du psy qui reçoit un patient "auto-diagnostiqué", autant j'avais un fort soupçon quand j'ai vu ma psy pour l'anamnèse, soupçon étayé par des lectures (web et livres) croisées avec des souvenirs et des constats. Et le résultat est que mon soupçon était fondé et que mon HPI est maintenant confirmé.
Il me semble plus que raisonnable de laisser la place au doute et le praticien établir le diagnostic, mais ne pouvons-nous pas nous faire un peu confiance quand même ?

Tous les auto-diagnostic ne sont pas faux, même s'ils doivent toujours être exprimés sous forme de questions, histoire d'éviter les querelles d'égo avec le (la) thérapeute.

Ainsi j'ai posé la question de la douance à mon psychiatre, qui m'a répondu, en substance, qu'il avait l'intuition (?!) que cela ne me concernait pas, que les psychologues se faisaient beaucoup d'argent avec ça, et d'autres fariboles avant de conclure que j'en savais plus que lui sur la question. Gné ??
Heureusement, je n'ai pas pris son avis au sérieux.

Une petite digression : Comme il m'est arrivé quelques déboires médicaux autres, depuis quelques années je cherche de mon côté, je contrôle ce que me racontent les praticiens, et l'an dernier j'ai fait confirmer un diagnostic de diabète, et il était grand temps ! 4,24 de glycémie...

Je pense qu'il est impératif de savoir écouter le praticien, et lui accorder la dose de confiance adéquate (ni trop, ni trop peu), mais le concept de patient expert, pour moi, est loin d'être une chimère.

o_laurent_o

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par o_laurent_o » ven. 16 févr. 2018 08:06

Orson Automne a écrit :
ven. 16 févr. 2018 01:57
Tous les auto-diagnostic ne sont pas faux, même s'ils doivent toujours être exprimés sous forme de questions, histoire d'éviter les querelles d'égo avec le (la) thérapeute.
Tout à fait d'accord. Il ne s'agît pas d'arriver avec des réponses mais avec des questions.
Oui il faut se faire confiance quand on voit qu'on arrive pas à intégrer ce que nous raconte le praticien. C'est peut-être qu'il y a un faux diagnostic.

P.S: (Je ne sais pas s'il y a des psychiatres sur le forum mais là gros coup de gueule pour le coup). Il se pourrait qu'il y ait plus de psychiatres charlatans que de psychologue charlatans (des charlatans, il y en a dans toutes les professions :) ). Connaitre le DSM par cœur ne fait pas de vous un médecin psychiatre. Comme l'a dit un bon psychiatre, le vrai psy est celui qui a d'abord fait le travail sur lui même. Et comme l'a dit un bon psy, "Seuls les siths sont aussi absolus".

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3140
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 48

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Grabote » ven. 16 févr. 2018 09:43

o_laurent_o a écrit :
ven. 16 févr. 2018 08:06
le vrai psy est celui qui a d'abord fait le travail sur lui même.
Oui, je pense aussi que c'est la base pour faire du bon boulot, je me demande bien combien de psy-chiatre-chologue-thérapeute l'applique ? Ça pourrait faire partie des questions à poser quand on envisage de travailler avec quelqu'un-e : "Avez vous fait un travail sur vous même ? Combien de temps si ce n'est pas indiscret ? Avez vous une supervision ?"
"...un peu partout, tout le monde s'entretue, c'est pas gai, mais d'autres s'entrevivent, je vais les retrouver" Jacques Prevert

Avatar du membre
Louise
Messages : 1043
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Louise » ven. 16 févr. 2018 11:00

Ça veut dire quoi, pour vous, "un travail sur soi-même"?

o_laurent_o

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par o_laurent_o » ven. 16 févr. 2018 11:46

J'entends par là d'avoir traité avec succès ses traumas et avoir donné un sens à sa vie. Un psychiatre me disait "j'ai fais ma propre introspection"

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3140
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 48

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Grabote » ven. 16 févr. 2018 12:20

Je n'aurai pas mieux dit. :)
J'ajouterai "incarner ce que l'on prône, montrer l'exemple quoi.
J'ai une copine psychothérapeute, et je dois dire que je suis effarée par la dichotomie entre son discours de thérapeute et sa façon de vivre sa vie. Elle ne fait pour, elle même, pratiquement rien de ce qu'elle conseille à ses patientes. Et je ne vous dit pas le nombre "d'angles morts " qu'elle trimballe ... J'avoue que ça me met très mal à l'aise et que je ne la conseille pas autour de moi en partie à cause de ça.
"...un peu partout, tout le monde s'entretue, c'est pas gai, mais d'autres s'entrevivent, je vais les retrouver" Jacques Prevert

Avatar du membre
Valdemort
Messages : 59
Enregistré le : lun. 22 juin 2015 22:05
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/ ... t6396.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Suisse
Âge : 43

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Valdemort » ven. 16 févr. 2018 12:37

En Suisse, quelques centaines d'heures de thérapie et de supervision sont exigées pour obtenir le titre de psychothérapeute, ce n'est pas le cas en France?
« Il faut encore avoir du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse. » (Nietzsche)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1043
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Louise » ven. 16 févr. 2018 14:00

o_laurent_o a écrit :
ven. 16 févr. 2018 11:46
J'entends par là d'avoir traité avec succès ses traumas et avoir donné un sens à sa vie.
Je suis désolée d'insister mais je ne comprends toujours pas trop. Est-ce que tu veux bien me définir "trauma" tel que tu l'entends et "donner un sens à sa vie" tel que tu l'entends également? L'introspection, c'est plus clair pour moi, oui. Et effectivement, si on est pas un minimum capable d'identifier nos propres émotions et fonctionnement, cela paraît compliqué de réussir à le faire chez les autres.

Je suis la première à fantasmer ce métier, je confronte mes représentations à la réalité, et ça bouscule pas mal :D.

Pour moi, aujourd'hui (très possible que ça évolue encore...), les qualités les plus importantes seraient le respect du patient et de sa liberté individuelle, la capacité à identifier ses propres biais et à douter, le travail sur la juste distance, la remise en question et une formation continue tout au long de sa vie pro, l'ouverture à la transversalité, la capacité à identifier dans sa boîte à outils celui qui conviendra à son patient.
Honnêtement, j'ai connu d'excellents toubibs qui se soignaient fort mal, ce qui ne les empêchaient en rien d'être d'excellents toubibs. :D
On peut passer 10 ans chez un psy et ne pas avancer. On peut appliquer des outils thérapeutiques croisés au cours d'un bouquin et régler une problématique ou réaliser un boulet qu'on se traîne depuis des années.

Après, plus j'avance dans la formation, et plus je me demande comment des personnes qui sortent du bac, avec pas tellement d'expérience de vie (entendre, pas d'enfants, pas de vie de couple, pas d'expérience pro, etc.. bref quelques événements perturbants qu'on peut croiser dans une vie et qui font sacrément évoluer), peuvent appréhender ce métier. Après, je me projette peut être aussi, mais quand je vois celle que j'étais à la sortie du bac (17 ans, hyperscolaire, pleine de certitudes, assez immature affectivement...un gros bébé :D), je me dis que j'ai bien fait de partir vers la bio plutôt que vers la psycho (j'avais déjà hésité à ce moment là...), parce que je ne vois pas bien quel genre de psy j'aurais pu faire à 22 piges à la sortie...
Valdemort a écrit :
ven. 16 févr. 2018 12:37
En Suisse, quelques centaines d'heures de thérapie et de supervision sont exigées pour obtenir le titre de psychothérapeute, ce n'est pas le cas en France?
Je te renvoie au topic viewtopic.php?t=9105 qui détaille ce qu'il faut pour avoir le titre de psychologue et celui de psychothérapeute en France (ce sont deux titres différents).
Non, c'est plutôt une question de formation et de pratique (la supervision est réalisée lors des stages et fortement recommandée par la suite, mais pas obligatoire)

Orson Automne
Messages : 6
Enregistré le : lun. 21 août 2017 13:56
Présentation : C'est là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Orson Automne » ven. 16 févr. 2018 15:00

o_laurent_o a écrit :
ven. 16 févr. 2018 08:06
Tout à fait d'accord. Il ne s'agît pas d'arriver avec des réponses mais avec des questions.
Oui il faut se faire confiance quand on voit qu'on arrive pas à intégrer ce que nous raconte le praticien. C'est peut-être qu'il y a un faux diagnostic.
Oui, ce n'est pas qu'une question de forme mais de démarche, de questionnement sincère, en se tenant prêt à considérer la réponse et à en différer l'appréciation.
Faux diagnostic du psychiatre, c'est certain en ce qui me concerne. C'est souvent le cas pour nous les HPI (testés + ou - ou non), il semblerait. :roll:
o_laurent_o a écrit :
ven. 16 févr. 2018 08:06
P.S: (Je ne sais pas s'il y a des psychiatres sur le forum mais là gros coup de gueule pour le coup). Il se pourrait qu'il y ait plus de psychiatres charlatans que de psychologue charlatans
Est-ce du charlatanisme ou bien (en partie) le fait que la relation avec le psychiatre soit biaisée par une dépendance plus contraignante (médicaments, mdph, difficulté d'en trouver un qui accepte de faire un suivi, prise en charge Sécu, etc...) ? Je n'arrive pas à savoir si celui-là est vraiment limité ou fin renard, car son obstruction m'a conforté dans la démarche de trouver une psychologue compétente (et recommandée par une association reconnue) et de passer le test malgré le coût. :wasntme:
Ce qui est sur c'est que je ne vais pas faire les tests projectifs avec lui, et je ne sais pas encore si je vais lui communiquer les résultats du WAIS...

HS ? Dans sa volonté (apparente ?) de discréditer, il a laissé échapper des éléments, notamment sur l'autisme, qui me servent dans mon questionnement sur le TSA.
Le lien avec le sujet c'est qu'on est (je suis) parfois (souvent) obligé de chercher de son (mon) côté des diagnostics à confirmer ou invalider si on (je) veut (...x) avancer.

Avatar du membre
Louise
Messages : 1043
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Louise » ven. 16 févr. 2018 15:56

J'avoue que je ne sais pas si le cursus de formation des psychiatres comporte de la formation à la passation de tests, et je ne sais pas, si comme en psychologie, il y a différents courants selon les universités pour enseigner la psychopathologie. On a quand même tendance à appliquer... ce qu'on a appris (ou pas, donc). Ceci expliquerait cela?

Orson Automne
Messages : 6
Enregistré le : lun. 21 août 2017 13:56
Présentation : C'est là
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 51

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Orson Automne » ven. 16 févr. 2018 18:51

Je ne sais pas non plus pour la formation des psychiatres, qui sont quand même docteurs en médecine + spécialité. Mais j'ai cru comprendre que le mien avait des a-priori négatifs sur les psychologues spécialisés en douance (gentil euphémisme).
Outre que les médecins peuvent enrichir leurs compétences en passation de tests(?) et/ou en douance (ma psy m'a parlé du professeur Revol, dont il me tarde de lire quelque chose) beaucoup utilisent des outils communs avec la psychologie, comme la psychanalyse. Chacun son métier ? oui c'est vrai, mais nous sommes au milieu.
Une remarque de mon toubib, qui sonnait comme une excuse, était que les médecins s'appuient sur les statistiques, ce qui ne joue pas en faveur des atypiques.
Je râle (un peu) mais il ne faut pas oublier que nous sommes dans une société et à une époque qui rendent beaucoup de choses possibles... Stay hopefull. :)

Avatar du membre
Louise
Messages : 1043
Enregistré le : mer. 28 mars 2012 07:43
Présentation : Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Somewhere over the rainbow
Âge : 40
Contact :

Re: Tests, incertitudes, mythe de l'expert

Message par Louise » ven. 16 févr. 2018 19:27

Bon alors moi aussi j'ai des a priori négatifs sur les psychologues spécialisés en douance (et pourtant grosso merdo, je travaille à en devenir une... :D). J'ai aussi des a priori négatifs sur M. Revol, et sur la psychanalyse. (qui sont de moins en moins des a priori et de plus en plus des désaccords argumentés) Et j'aimerais que les professionnels de la douance s'appuient un peu plus sur les statistiques, justement :D (ça leur permettrait de découvrir par exemple, que non, 1/3 des HP n'est pas en échec scolaire). Je ne peux pas parler des psychiatres, parce que je ne connais ni la formation, ni leur métier!
Le problème, c'est qu'il y a beaucoup beaucoup d'approches, de courants, de méthodologies et de "thérapies" selon la formation ou la façon de travailler, même d'un psychologue à l'autre... qu'il y a un certain nombre de guerres de chapelles... et que les personnes qui veulent "juste un suivi" n'ont ni accès à ces infos, ni forcément l'envie de les connaître, ni la possibilité de savoir avant d'aller sonner chez un pro si l'approche de celui-ci va leur convenir et les faire avancer...

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message