Nous sommes le Sam 23 Sep 2017 12:05


THQI tentative de compréhension

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Bradeck

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Bradeck » Mer 23 Nov 2016 11:47

Offtopic :
Damned... je n'aime point quand les offtopic s'enchainent... Pardonnez-moi les modos :P
Turambar a écrit:Merci pour la réponse, je vais essayer de répondre précisément. Je répondrai quand même en guise d'intro : Bradeck, attention où tu mets les pieds : Où je veux


En fait là, j'ai mis les pieds dans un terrain connu personnellement, pour ce type de questionnement. Mais avec mes raisons à moi, ma passation à moi, etc...

Mon "offtopic" sur la confiance en soit ne s'adressait pas particulièrement à toi.
L'exercice est souvent difficile de répondre à un post de quelqu'un qui souhaite résoudre une problématique perso, en tentant une réflexion personnelle générale.
Je ne me permettrais jamais de "juger" du bien fondé de tel ou tel facteur sur les résultats de la passation de quiconque. Je n'étais pas là, je ne connais pas les gens, etc. Et d'ailleurs, même en connaissant la personne, les circonstances de la passation, je je ne me permettrais pas non plus. Donc désolé si cela a pu apparaître comme tel.

C'est pour cela que mon laïus se terminait par : "C'est à chacun de voir quel est l'impact que cela à pu avoir sur sa passation", et certainement pas aux autres (mis à part les professionnels).

Turambar a écrit:Les résultats ont été surprenants, et donc je creuse, peut-être jusqu'au jour où je me dirais que ça n'a pas d'importance, mais j'ai besoin de manipuler les concepts avant de les adopter, rejeter ou dépasser.

C'est tout à fait normal, c'est la phase de "digestion", elle est nécessaire, saine, justement pour en arriver au stade où l'on intègres ce que cela veut dire pour nous, chacun à sa manière.

Donc : Bonne digestion :)
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1755
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar kalimeris » Jeu 24 Nov 2016 12:48

Offtopic :
Bradeck a écrit:Par contre, je vais également revenir sur "la confiance en soi".

Cela me rappelle une étude réalisée auprès d'étudiants américain. On leur a dit : Voilà, on va vous interroger sur telles thématique. Tout d'abord, merci de nous dire si d'après vous, vous allez réussir ou non.
Puis on les a interrogés. Conclusion: Ce sont ceux qui s'y connaissaient le moins qui étaient le plus sûr de réussir. Car plus on connaît, plus on est au courant de ses lacunes, donc on sait qu'on peut se tromper. Alors qu'en ne connaissant que de loin, on peut se dire "Pff, facile, je sais".
Je n'ai plus les thèmes en question, mais imaginez celui-ci : "On va vous interroger sur qu'est-ce qu'un surdoué". Au final, vous étiez plus sûr de vous avant de vous pencher sur le problème, ou maintenant ?"

C'est de cette étude dont il s'agit ?
"Pourquoi les incompétents se croient si doués"
L’effet Dunning-Kruger décrit le biais psychologique qui consiste, pour les plus inaptes, à surestimer leurs capacités et leurs performances. article Le Monde par Pierre Barthelémy

Extrait de l'étude : http://www.jerwood-no.org.uk/pdf/Dunning%20Kruger.pdf

J'aime bien ta dernière question !
Avatar de l’utilisateur
kalimeris
 
Messages: 604
Images: 7
Âge: 38
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 13:38
Localisation: à l'ouest
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Grabote » Jeu 24 Nov 2016 14:30

Offtopic :
Bah bah bah , intéressant ce off topic ;)
Merci pour les liens Kaliméris, un article qui m'éclairent différemment certaines situations fort désagréables.
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2855
Images: 22
Âge: 48
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Palaiseau » Jeu 1 Déc 2016 17:39

Avec mon post, je souhaite apporter un témoignage supplémentaire / quelques éléments que j'espère pertinents sinon nouveaux, sur des points parfois très très vieux. Je n'ai pour l'instant lu que les cinq dernières pages de cette file.

Le message post131688.html#p131688 m'a rappelé des souvenirs, j'ai fouillé mes archives et elles me disent j'avais lu cette file il y a 2 ans.[1]

Tipiak a écrit:Pas plus tard qu'il n'y a pas longtemps [note: avant 2014], une amie récemment diagnostiquée HQI a rapporté les propos de sa psy, selon lesquels les gens obtenant un score au delà de 150 (WAIS) seraient en grande souffrance.


Un pédopsychiatre hospitalier du coin a dit "au-delà de 150, pour un enfant, c'est pas un cadeau". Et une psychologue du coin a dit la même chose. La première psy, quand elle a annoncé à mon enfant qu'il était >150, elle a aussitôt aussitôt dit "ce n'est pas de ta faute". Désolé Hêraklès.

sebzinzin a écrit:moi-même THQI, je suis très rassuré de me retrouver complètement dans cette liste.


Je ne me retrouve pas dans tous les points de cette liste. Il manque les deux premiers points, le point « joue souvent "perso" », le point « sursensibilité au jugement d'autrui, au conflit... », le point « ego fréquemment surdimensionné » (quoique, vantard, ça compte ?) et celui avant et celui après, et le dernier point.

Roka Ouran a écrit:
Grady Towers a écrit:The tragedy is that none of the super high IQ societies created thus far have been able to meet those needs, and the reason for this is simple. None of these groups is willing to acknowledge or come to terms with the fact that much of their membership belong to the psychological walking wounded.

This alone is enough to explain the constant schisms that develop, the frequent vendettas, and the mediocre level of their publications.


Intéressant, merci!

Roka Ouran a écrit:Et j’ai aussi progressivement compris qu’il n’y absolument aucune qualité positive commune aux THQI. Il n’y a pas non plus de qualité négative partagée par absolument tous les THQI...


Ce que je trouve généralement en discutant avec d'autres "THQI", c'est que le sujet de discussion change au moins toutes les 4 à 5 minutes[2]. C'est rafraichissant. C'est moins souvent le cas avec des surdoués[3], mais ça arrive quand même de façon non négligeable; bon j'avoue ca arrive souvent que j'en quitte la conversation avec une excuse du genre "je vais chercher une autre part de galette". En gros, pourquoi dire plus que ce que l'interlocuteur pourra retenir ?

Je ne sais pas si c'est une qualité positive ou négative.

Roka Ouran a écrit:- tous les tests de puissance ont été construits, à ma connaissance, de façon plus ou moins artisanale par des THQI (eux-mêmes diagnostiqués par des tests classiques). On ne sait pas comment il sont étalonnés... et encore moins ce qu’ils mesurent.


Je propose d'allonger chaque sous-test du WAIS.

Je m'explique: soit, pour un sous-test donné, N le nombre de questions. On écrit les questions N+1 à N+N, en essayant de prolonger la progression de la difficulté des N premières questions; pour ne pas rallonger le temps imparti au sous-test, on dit que au début du test ces questions N+1 à N+N sont "verrouillées".
Si la première question est résolue dans un temps que seuls les 2% meilleurs arrivent à faire, sauter la question 2 et déverouiller la question N+1. De la même manière, à chaque question posée, si elle est résolue dans un temps que seuls les 2% meilleurs arrivent à faire, sauter la question suivante, et déverouiller une question de plus.

On arrête le sous-test selon les critères actuels du sous-test, mais en plus, on s'arrête quand on arrive à une question qui n'a pas été déverouillée.

NB: je n'ai aucune compétence en psy*.

[1] d'ailleurs, il y a deux ans, le site adulte-surdoue.fr ne refusait pas mon navigateur lynx : pourquoi avez-vous changé ceci ?
[2] Étude basée sur deux échantillons de 10~20 personnes, l'un des anciens de ma grande école ayant du temps, l'autre une assosse recrutant d'après les résultats WAIS.
[3] Étude basée sur un échantillon de 50~100 personnes de Mensa.
Palaiseau
 
Messages: 61
Âge: 40
Enregistré le: Lun 21 Nov 2016 11:40
Localisation: 91
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Back2Basics » Jeu 1 Déc 2016 18:14

Le problème de ce que tu rapportes (problèmes si QI > 150, changements fréquents de discussion, ...), c'est que toutes ces "constatations" sont faites sur des groupes sujets à des biais de recrutement, comme à chaque fois que cela est abordé/suggéré ("la psy dit" -> la psy voit rarement des gens qui vont bien / "changements fréquents de discussion" -> on parle de mensa, qui ne représente qu'un pourcentage infime de la population surdouée, ... / même "les gens du forum" comporte déjà un biais de recrutement).
Du coup, ça n'a rien de fiable (et c'est bien ça le plus frustrant, il n'y a jamais rien de fiable... Si ce n'est la certitude que ce n'est pas fiable... :lol: ).
Un petit pas de rien du tout pour l'Homme, mais un grand pas pour moi... :lol:
Back2Basics
 
Messages: 897
Âge: 101
Enregistré le: Jeu 7 Avr 2016 13:09
Présentation: dans quelle étagère ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Bradeck » Jeu 1 Déc 2016 20:49

Palaiseau a écrit:Ce que je trouve généralement en discutant avec d'autres "THQI", c'est que le sujet de discussion change au moins toutes les 4 à 5 minutes[2]. C'est rafraichissant. C'est moins souvent le cas avec des surdoués[3], mais ça arrive quand même de façon non négligeable; bon j'avoue ca arrive souvent que j'en quitte la conversation avec une excuse du genre "je vais chercher une autre part de galette". En gros, pourquoi dire plus que ce que l'interlocuteur pourra retenir ?

Palaiseau a écrit:[2] Étude basée sur deux échantillons de 10~20 personnes, l'un des anciens de ma grande école ayant du temps, l'autre une assosse recrutant d'après les résultats WAIS.
[3] Étude basée sur un échantillon de 50~100 personnes de Mensa.


Il y a des études menées avec une méthode scientifique sur la fréquence de modification de sujet dans une discussion dans les populations de surdoué ?
Je suis curieux de lire ça, pour voir la méthodo, la constitution de groupe témoin, l'analyse, etc...
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1755
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar *Za* » Ven 2 Déc 2016 07:20

Palaiseau a écrit:Un pédopsychiatre hospitalier du coin a dit "au-delà de 150, pour un enfant, c'est pas un cadeau". Et une psychologue du coin a dit la même chose. La première psy, quand elle a annoncé à mon enfant qu'il était >150, elle a aussitôt aussitôt dit "ce n'est pas de ta faute". Désolé Hêraklès.

Ah bah c'est sûr qu'en partant de ce principe là, ça va les aider, tiens ! Prophéties auto-réalisatrices, bonjour !
Sincèrement, je n'en reviens pas que des soignants puissent tenir ce genre de discours.

Ça soulève une question dans ma petite tête de linotte : est-ce que ces personnes sont d'anciens enfants testés avec QIT>150, qui ont eu une enfance de merde et qui en déduisent que nécessairement tous les enfants dans ce cas vivront la même chose (et là dedans il peut y avoir une part de "ce serait injuste qu'il en soit autrement, que j'en ai bavé et pas eux"), ou bien sont-ce des personnes "normales" qui décrètent qu'à un certain seuil d'"anormalité", c'est juste impossible de s'en sortir ? Ou bien est-ce que tout ça repose réellement sur des études correctement menées ?

On nage encore en plein dans la pathologisation de l'intelligence, le discours à la JSF qui décide de ce que tu dois nécessairement faire/ressentir de ton vécu, parce que tu présentes telle ou telle caractéristique.

Et, pour la route, voici mon étude clinique perso :
Ce que je trouve rafraîchissant avec les HP, HQI ou THQI, c'est qu'on peut maintenir un même sujet plus de 4 à 5 minutes (/plus de 4 ou 5 posts à l'écrit ^^), sans que l'un se dise "nan mais là on ne peut pas se permettre d'aller plus loin sans passer pour des gros weirdos" (bon, il y en a qui le font quand même).
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2688
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar madeleine » Ven 2 Déc 2016 13:20

Merci Za :)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Thalweg » Ven 2 Déc 2016 13:51

*Za* a écrit:Et, pour la route, voici mon étude clinique perso :
Ce que je trouve rafraîchissant avec les HP, HQI ou THQI, c'est qu'on peut maintenir un même sujet plus de 4 à 5 minutes (/plus de 4 ou 5 posts à l'écrit ^^), sans que l'un se dise "nan mais là on ne peut pas se permettre d'aller plus loin sans passer pour des gros weirdos" (bon, il y en a qui le font quand même).


Merci Za :)
¬ ʻʻ … ʼʼ . ʻ … …ʻ … ; ʼʼ , ʻ
Avatar de l’utilisateur
Thalweg
un petit côté foufou!
 
Messages: 770
Images: 53
Âge: 27
Enregistré le: Sam 27 Déc 2014 21:40
Localisation: Norska, à travers l'échancrure.
Présentation: Thor et le géologue
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Roka Ouran » Ven 2 Déc 2016 15:46

Palaiseau a écrit:Je propose d'allonger chaque sous-test du WAIS.

Je m'explique: soit, pour un sous-test donné, N le nombre de questions. On écrit les questions N+1 à N+N, en essayant de prolonger la progression de la difficulté des N premières questions; pour ne pas rallonger le temps imparti au sous-test, on dit que au début du test ces questions N+1 à N+N sont "verrouillées".
Si la première question est résolue dans un temps que seuls les 2% meilleurs arrivent à faire, sauter la question 2 et déverouiller la question N+1. De la même manière, à chaque question posée, si elle est résolue dans un temps que seuls les 2% meilleurs arrivent à faire, sauter la question suivante, et déverouiller une question de plus.

On arrête le sous-test selon les critères actuels du sous-test, mais en plus, on s'arrête quand on arrive à une question qui n'a pas été déverouillée.


En effet, ce n'est probablement pas beaucoup plus compliqué que ça.
Mais restent au moins quelques difficultés concrètes :
- vérifier que tes nouvelles questions sont corrélées aux précédentes de la même catégorie
- et surtout échantillonner tout ça pour que tu puisses relier le score aux questions à une "réalité" statistique.

Or, vu le désintérêt que suscite le HQI en tant que thématique de recherche (pas en tant que littérature de comptoir...), ce genre de test ne sera jamais correctement réalisé et étalonné.
C'est pourquoi les quelques esprits élus des sociétés TTTTTTT(T)HQI en sont réduit à mitonner (dans tous les sens du terme) les leurs dans leur coin.

*Za* a écrit:
Palaiseau a écrit:Un pédopsychiatre hospitalier du coin a dit "au-delà de 150, pour un enfant, c'est pas un cadeau". Et une psychologue du coin a dit la même chose. La première psy, quand elle a annoncé à mon enfant qu'il était >150, elle a aussitôt aussitôt dit "ce n'est pas de ta faute". Désolé Hêraklès.

Ah bah c'est sûr qu'en partant de ce principe là, ça va les aider, tiens ! Prophéties auto-réalisatrices, bonjour !
Sincèrement, je n'en reviens pas que des soignants puissent tenir ce genre de discours.


Tu as peut-être raison, mais pourquoi n'as-tu pas réagi sur l'article de Michael Ferguson qui fait aussi un genre de prophétie ("Les Thqi ont 97% de chances de ne pas intégrer les "professions intellectuelles d'élite" parce que la société les rejette") ?
En tout cas merci de relancer LE débat fondamental : faut-il plaindre ou envier ceux qui ont plus de QI que vous ?
A mon avis, il faudrait faire preuve de tempérance concernant les 3 points de vue suivants et cesser de les considérer comme polaires les uns par rapport aux autres :

1 - les malheurs des THQI viennent de l'extérieur
2 - les malheurs des THQI viennent de l'intérieur
3 - les THQI n'ont absolument aucun problème ni aucune raison de se plaindre, bien au contraire

Pour faire concret je vais imaginer 2 énoncés pour chacun de ces points de vue, un avec lequel je suis d'accord, un avec lequel je suis en désaccord. Je vous laisse deviner lequel.

1A - La structure de la société fait que les THQI n'ont pas la place qui leur revient de droit.
1B - Le monde extérieur sera parfois perçu par le THQI comme insensé ou brutal, jusque dans des détails qui pourraient paraître insignifiants
2A - Les THQI sont encore plus hypersensibles que les HQI et sont donc naturellement incapables de trouver le repos de l'esprit et d'être heureux.
2B - Le THQI peut créer un sentiment de décalage qu'aucune des autres réponses mises à disposition par l'environnement (stress, problèmes psychologiques...) ne peut expliquer de façon satisfaisante
3A - Les THQI n'ont aucun compte à rendre à personne de la façon dont ils formulent leurs phrases et leur raisonnements, puisqu'ils sont tels qu'ils sont. Il n'y a aucune raison de ne pas prendre le THQI comme point de référence de la société, plutôt que la personne normale, lambda. En vertu de ce renversement de perspective, il n'y a absolument aucun aspect sur lequel le THQI aurait à apprendre de la norme, puisqu'il est, par définition, normal. Il n'a donc pas non plus à se justifier lorsqu'il reprend à son compte des croyances ou des suppositions parfaitement habituelles, et n'a pas à s'inquiéter de voir ses raisonnements habités par des suppositions simplistes, puisqu'il est le futur dominant du système et que le sens commun ne doit donc pas lui faire peur.
3B - Le THQI peut se développer totalement normalement et exprimer son potentiel si certaines conditions extérieures sont réunies. Il peut ainsi par exemple bénéficier de la connaissance du THQI le concernant de façon à débloquer des limitations inconsciente.

Solutions :
- vous avez plus de A : vous n'avez pas compris le quiz de personnalité. Appelez notre service clients au 28262.
- vous avez moins de A : quelle chance ! Passez directement au paragraphe suivant.


*Za* a écrit:Ça soulève une question dans ma petite tête de linotte : est-ce que ces personnes sont d'anciens enfants testés avec QIT>150, qui ont eu une enfance de merde et qui en déduisent que nécessairement tous les enfants dans ce cas vivront la même chose

Oui, ça peut très bien être la cas, (même s'il doit pas y avoir des milliards de soignants QIT>150)
Cependant, tu passes un peu vite de "c'est pas un cadeau" à "enfance de merde".
J'ai pas eu une enfance de merde mais le HQI c'était pas tous les jours un cadeau, ni pour moi ni pour ma famille.

D'abord je pense qu'il ne faut pas trop s'enflammer sur ces phrases sans tout le contexte qui va autour : la psy dit "ce n'est pas un cadeau" et puis la phrase d'après elle peut dire par exemple "mais ils ont une capacité à être heureux, ils peuvent trouver des solutions et s'épanouir dans une passion" ou je ne sais quoi d'autre.
(en d'autres termes, la phrase peut être vraie, sans pour autant se prévaloir d'une vérité absolue et exclusive)

Ensuite, d'accord pour souligner le danger qu'il y aurait à abuser de ces petites phrases (à la JSF), mais il faut voir aussi quelle peut être leur utilité à un instant donné.
Moi qui me suis saboté pour ne pas être trop bon à l'école, dans l'espoir de me camoufler (ce qui ne marche pas très bien, à mon désarroi plus ou moins conscient), ça m'aurait peut-être aidé qu'on me dise "ce n'est pas de ta faute (que tu comprennes vite les choses)".
Ni que les autres comprennent plus lentement d'ailleurs, que ceux qui ne se sont jamais sentis coupables de capter plus vite qu'un de leurs amis me jettent la première pierre.

*Za* a écrit: (et là dedans il peut y avoir une part de "ce serait injuste qu'il en soit autrement, que j'en ai bavé et pas eux"),


Ça c'est parfaitement possible oui.
*Za* a écrit: ou bien sont-ce des personnes "normales" qui décrètent qu'à un certain seuil d'"anormalité", c'est juste impossible de s'en sortir ?

Ça peut aussi être : "Cet enfant a un QI Supérieur et Pas Moi. Il faut bien qu'il y ait une Grande Compensation qui vienne Équilibrer ce Déséquilibre. Il sera donc Malheureux."

*Za* a écrit: Ou bien est-ce que tout ça repose réellement sur des études correctement menées ?


J'en doute... Une psy a conseillé à mon père la lecture de JSF. :'(
Les professionnels de quelque secteur que ce soit ne sont pas nécessairement les mieux informés.

*Za* a écrit: le discours à la JSF qui décide de ce que tu dois nécessairement faire/ressentir de ton vécu, parce que tu présentes telle ou telle caractéristique.


Cela dit, même la métaphore du "Z****", avec tous les contresens et les effets pervers que l'ont connaît, peut être utile comme détour temporaire pour les personnes qui découvrent la douance :
- celles qui sont en souffrance,
mais aussi
- celles qui, en raison de leurs capacités, sont dans l'expression d'une valeur "réussite" et jouent à wonderwoman ou à l'homme d'acier que rien ne doit affecter.

Malgré le fait que j’abhorre la caricature et la marchandisation à laquelle se livre JSF, c'est quand même cette notion de "HQI -> possible désavantage dans la vie ?" qui m'a amené à m'intéresser au HQI, qui me paraissait un sujet totalement caricatural et dépourvu d'intérêt.

A mon avis, autant expliquer tous ses problèmes par le THQI est vain et contre-productif, autant à l'inverse le besoin de défendre l'obligation pour les THQI de se considérer chanceux cache :
- soit un sentiment inconscient de désespoir,
- soit un désir de suprématie des HQI sur le reste de la population (houlà ! Sujet tabou tabou tabou ! ne jamais en parler autrement que sous forme d'humour noir, non non non non !!),
- soit une volonté de légitimer des comportements qui n'auraient pas de compte à rendre aux convenances habituelles.


*Za* a écrit:On nage encore en plein dans la pathologisation de l'intelligence


Sorry Za, le QI n'est pas, :@

n'a pas été, :@

ne sera jamais :@

l'intelligence. :@ :@ :@ :@

Je suis pas surpris que plusieurs t'aient applaudi, mais par contre que personne n'ait relevé cela.

"On nage en pleine pathologisation du HQI", soit, encore que ça puisse se débattre.

*Za* a écrit:

Et, pour la route, voici mon étude clinique perso :
Ce que je trouve rafraîchissant avec les HP, HQI ou THQI, c'est qu'on peut maintenir un même sujet plus de 4 à 5 minutes (/plus de 4 ou 5 posts à l'écrit ^^), sans que l'un se dise "nan mais là on ne peut pas se permettre d'aller plus loin sans passer pour des gros weirdos" (bon, il y en a qui le font quand même).


Plus ou moins d'accord, mais il y en a qui prennent un malin plaisir à promouvoir le weirdisme comme image de marque, (je ne pense pas à ici).
“Ouvre l’œil et regarde, tu verras ton visage dans tous les visages. Tends l’oreille et écoute, tu entendras ta propre voix dans toutes les voix.”
― Khalil Gibran

“Thought can never capture the movement of life, it is much too slow.”
― U.G.
Avatar de l’utilisateur
Roka Ouran
 
Messages: 68
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 22:01
Localisation: Paris
Présentation: Qui suis-t-il ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Livingstone » Ven 2 Déc 2016 20:09

Parce que le merci est pour cela, je présume,
*Za* a écrit:Et, pour la route, voici mon étude clinique perso :
Ce que je trouve rafraîchissant avec les HP, HQI ou THQI, c'est qu'on peut maintenir un même sujet plus de 4 à 5 minutes (/plus de 4 ou 5 posts à l'écrit ^^), sans que l'un se dise "nan mais là on ne peut pas se permettre d'aller plus loin sans passer pour des gros weirdos" (bon, il y en a qui le font quand même).


et j'y ajoute le mien.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1563
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar *Za* » Sam 3 Déc 2016 10:16

@Roka Ouran,
Désolée, c'était une réaction un peu à vif, ce que j'évite habituellement.
Et très largement ironique, avant tout.

Je m'en vais donc éclaircir ce qui peut l'être :
Roka Ouran a écrit:... mais pourquoi n'as-tu pas réagi sur l'article de Michael Ferguson qui fait aussi un genre de prophétie ("Les Thqi ont 97% de chances de ne pas intégrer les "professions intellectuelles d'élite" parce que la société les rejette") ?

Parce que je n'ai pas eu/pas pris le temps.
Mais en effet, c'est du même tonneau.

Tu passes un peu vite de "c'est pas un cadeau" à "enfance de merde".
J'ai pas eu une enfance de merde mais le HQI c'était pas tous les jours un cadeau, ni pour moi ni pour ma famille.

Je sais bien. C'était volontairement caricatural. Ce qui me gêne c'est de partir du principe que le HQI ou THQI sera forcément un problème.
D'ailleurs, le problème, c'est peut-être avant tout ce qu'on propose, ou ce qu'on ne propose pas, aux enfants en souffrance. Un problème d'acceptation de compréhension, d'accompagnement, dans toutes les situations d'"éloignement de la moyenne", ou de différence.
Si je me base sur ma petite expérience personnelle, du HQI a découlé une situation d'effroyable ennui (avec douleurs somatiques à la clé) pendant au moins une année. Mais je ne dirais pas que c'est mon QI qui a causé cet ennui. C'est juste qu'on ne me proposait pas ce qu'il me fallait à ce moment. Tir rectifié un peu plus tard, d'ailleurs.
Pour tout le reste, j'ai fini par ma rendre compte que les liens de cause à effet entre HQI et évènements négatifs sont plus qu'hypothétiques. Pas de problèmes familiaux liés à ça, si ce n'est de vieux fantômes de tabou de l'intelligence féminine chez certains. Mais là encore, c'est pas le HQI le vrai problème.
Partir du principe que le HQI va être un fardeau, pour moi c'est un peu jeter les armes dans la bataille de l'intégration de toutes les différences.Travaillant avec des personnes en situation de handicap (variables, les handicaps), ça ne fait pas écho en moi que sur ce point précis.

Moi qui me suis saboté pour ne pas être trop bon à l'école, dans l'espoir de me camoufler (ce qui ne marche pas très bien, à mon désarroi plus ou moins conscient), ça m'aurait peut-être aidé qu'on me dise "ce n'est pas de ta faute (que tu comprennes vite les choses)".
Ni que les autres comprennent plus lentement d'ailleurs, que ceux qui ne se sont jamais sentis coupables de capter plus vite qu'un de leurs amis me jettent la première pierre.

Ça, je peux en effet le comprendre.
J'ai effectivement réagi trop vite, sachant que pour moi le diagnostic a justement été culpabilisant. "Ce n'est pas ta faute" je l'ai entendu comme l'idée qu'il y avait bien une faute quelque part dans un QI extravagant. Ce que malheureusement j'ai ressenti à la restitution du test, dans la réaction de ma mère (genre deuil de l'enfant fantasmé).
[A part à ce moment, je ne me souviens pas avoir culpabilisé. En fait j'ai construit assez vite, peut-être avec aide extérieure d'ailleurs, que j'avais de la chance, et que si les autres comprenaient moins vite, ce n'était pas leur faute. Accessoirement je suis devenue l'"élève qui explique aux autres", ce qui m'occupait intellectuellement, parfait.]

Malgré le fait que j’abhorre la caricature et la marchandisation à laquelle se livre JSF, c'est quand même cette notion de "HQI -> possible désavantage dans la vie ?" qui m'a amené à m'intéresser au HQI, qui me paraissait un sujet totalement caricatural et dépourvu d'intérêt.

Je comprends bien ça aussi. Bien que personnellement j'aurais préféré ne pas croiser la route de ce bouquin (mais bon, je lui pardonne quand même, puisque je ne regrette pas d'être tombée ici).
Je ne suis pas du tout du genre à vanter les mérites du HQI/THQI, crois-le bien. Mes questions étaient plus rhétoriques qu'autre chose, et traduisaient juste mon sentiment que les personnes clamant que les THQI en bavent forcément n'ont pas plus de preuves que celles qui clament que les THQI sont les rois du monde. Je pense que ces extrapolations sont uniquement basées sur des ressentis et des convenances personnelles, voire dans les cas que tu as soulevés plus haut, des idéologies qui ne sentent pas bien bon.

*Za* a écrit:On nage encore en plein dans la pathologisation de l'intelligence

Mes excuses pour ça :) raccourci hâtif, reprise d'une expression toute faite qui a cours ici...
Comme certains de mes derniers posts le prouvent assez aisément, je suis parfaitement en accord avec toi là-dessus, le QI n'est absolument pas l'intelligence, mais la part mesurable de ce que la psychométrie a voulu approcher sous le terme intelligence.
Je suis assez d'accord pour faire un effort quant à l'utilisation abusive de ce terme.
J'le f'rai plus ^^.

Enfin ma dernière phrase n'était qu'une énième démonstration de ce que peuvent être les déclarations à l'emporte-pièce sur un groupe de personnes. Elle n'est sans doute pas plus vraie que son contraire.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2688
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Roka Ouran » Sam 3 Déc 2016 12:46

*Za* a écrit:@Roka Ouran,
Désolée, c'était une réaction un peu à vif, ce que j'évite habituellement.
Et très largement ironique, avant tout.

Sois tranquille. Vu qu'écrire un raisonnement structuré sur un forum, ça prend déjà des plombes, c'est pas toujours évident de dire en plus à chaque ligne "Je Dis Ça Par Rapport À Mon Sentiment Et En Forçant Un Peu Le Trait Mais Il Est Bien Entendu Que Je Ne Parle Pas D'Une Façon Absolue Et Que J'Accepterai Les Remarques N'Allant Pas Dans Mon Sens Avec Bonne Grâce".

Je propose d'ailleurs d'écrire JDCPRÀMSEEFUPLTMIEBEQJNPPDUFAEQJALRNADMSABG pour simplifier.

Et sa variante a posteriori, pour s'excuser : "J'Ai Dit Ça Par Rapport À Mon Sentiment Et En Forçant Un Peu Le Trait Mais Il Était Bien Entendu Que Je Ne Parlais Pas D'Une Façon Absolue Et Que J'Acceptais Les Remarques N'Allant Pas Dans Mon Sens Avec Bonne Grâce" : JADCPRÀMSEEFUPLTMIÉBEQJNPPDUFAEQJALRNADMSABG


*Za* a écrit:Je m'en vais donc éclaircir ce qui peut l'être :
Roka Ouran a écrit:... mais pourquoi n'as-tu pas réagi sur l'article de Michael Ferguson qui fait aussi un genre de prophétie ("Les Thqi ont 97% de chances de ne pas intégrer les "professions intellectuelles d'élite" parce que la société les rejette") ?

Parce que je n'ai pas eu/pas pris le temps.
Mais en effet, c'est du même tonneau.


Évidemment, nul ne peut être tenu pour responsable de ne pas réagir à un message... Tu l'as compris, c'était surtout pour avoir ton opinion.
JADCPRÀMSEEFUPLTMIÉBEQJNPPDUFAEQJALRNADMSABG

*Za* a écrit:
Tu passes un peu vite de "c'est pas un cadeau" à "enfance de merde".
J'ai pas eu une enfance de merde mais le HQI c'était pas tous les jours un cadeau, ni pour moi ni pour ma famille.

Je sais bien. C'était volontairement caricatural.


TADCPRÀTSEEFUPLTMIÉBEQTNPPDUFAEQTALRNADTSABG.

*Za* a écrit:Ce qui me gêne c'est de partir du principe que le HQI ou THQI sera forcément un problème.


Oui, on est bien d'accord là-dessus.
Inversement, et j'enfonce des portes ouvertes, le présupposé qui me paraît quand même le plus largement répandu, peut-être pas chez la population soignante mais plutôt dans la population générale, c'est que le HQI et a fortiori le THQI n'a aucune raison de poser le moindre problème, au contraire, puisque par définition on est "plus mieux" que le péquin moyen et qu'on a de la chance. Mais je digresse.

*Za* a écrit:D'ailleurs, le problème, c'est peut-être avant tout ce qu'on propose, ou ce qu'on ne propose pas, aux enfants en souffrance. Un problème d'acceptation de compréhension, d'accompagnement, dans toutes les situations d'"éloignement de la moyenne", ou de différence.

Ouais. On est en loin. En général on prend l'enfant entre quatre zyeux et on lui dit "Allez, sois sincère, tu le ferais pas un peu exprès quand même ?"

*Za* a écrit:Si je me base sur ma petite expérience personnelle, du HQI a découlé une situation d'effroyable ennui (avec douleurs somatiques à la clé) pendant au moins une année. Mais je ne dirais pas que c'est mon QI qui a causé cet ennui. C'est juste qu'on ne me proposait pas ce qu'il me fallait à ce moment. Tir rectifié un peu plus tard, d'ailleurs.
Pour tout le reste, j'ai fini par ma rendre compte que les liens de cause à effet entre HQI et évènements négatifs sont plus qu'hypothétiques. Pas de problèmes familiaux liés à ça, si ce n'est de vieux fantômes de tabou de l'intelligence féminine chez certains. Mais là encore, c'est pas le HQI le vrai problème.


Le HQI n'est pas un problème en soi, c'est évident (enfin ça devrait l'être...) Il n'y a aucun destin funeste indéfectiblement lié au HQI.
Sur tout ce qui est lié à l'environnement, c'est une contingence donc on peut juste déduire que l'environnement et le HQI sont en décalage l'un par rapport à l'autre.
À mon sens, les seuls vrais problèmes directement liés au HQI, seraient par exemple le fait de "réfléchir trop", de ne pas réussir à s'arrêter de penser la nuit, et d'avoir tendance à intellectualiser trop les choses au détriment d'autres façons de voir le monde.
Ces aspects-là son manifestement, chez plein de gens, suffisamment maîtrisables pour ne pas constituer de handicap dans la vie. Pour ma part, je le ressens autant comme une source de richesse que comme une nuisance dans certaines situations quotidiennes. Mais rien qui ne puisse admettre de marge d'amélioration par différentes formes de travail sur soi.

*Za* a écrit:Partir du principe que le HQI va être un fardeau, pour moi c'est un peu jeter les armes dans la bataille de l'intégration de toutes les différences.


Toujours d'accord, et toujours je nuance en disant que la position inverse "Si vous êtes surdoués, de quoi vous plaignez-vous" est tout aussi néfaste pour l'intégration des différences. (Position très semblable au "race blindness" États-Unien.)



*Za* a écrit:J'ai effectivement réagi trop vite,


TADCPRÀTSEEFUPLTMIÉBEQTNPPDUFAEQTALRNADTSABG

*Za* a écrit:sachant que pour moi le diagnostic a justement été culpabilisant. "Ce n'est pas ta faute" je l'ai entendu comme l'idée qu'il y avait bien une faute quelque part dans un QI extravagant. Ce que malheureusement j'ai ressenti à la restitution du test, dans la réaction de ma mère (genre deuil de l'enfant fantasmé).


Ta mère a montré de la déception ??!!!


*Za* a écrit:[A part à ce moment, je ne me souviens pas avoir culpabilisé. En fait j'ai construit assez vite, peut-être avec aide extérieure d'ailleurs, que j'avais de la chance, et que si les autres comprenaient moins vite, ce n'était pas leur faute. Accessoirement je suis devenue l'"élève qui explique aux autres", ce qui m'occupait intellectuellement, parfait.]


Ça, c'est la chance d'avoir passé le WISC... Mais j'arrête là de me plaindre !


*Za* a écrit:
*Za* a écrit:On nage encore en plein dans la pathologisation de l'intelligence

Mes excuses pour ça :) raccourci hâtif, reprise d'une expression toute faite qui a cours ici...
Comme certains de mes derniers posts le prouvent assez aisément, je suis parfaitement en accord avec toi là-dessus, le QI n'est absolument pas l'intelligence, mais la part mesurable de ce que la psychométrie a voulu approcher sous le terme intelligence.
Je suis assez d'accord pour faire un effort quant à l'utilisation abusive de ce terme.
J'le f'rai plus ^^.


Wouaish ! Je te remercie pour ça.
En effet, je pense qu'il faut se surveiller pour ne jamais faire cet amalgame (ça m'est arrivé de le faire, évidemment, à mon grand dam et ma grande honte)
Un nombre invraisemblable de HQI continue malheureusement à se flatter l'égo à l'aide de l'égalité magique QI = intelligence, à commencer par une partie des membres de "clubs" de surdoués. En fait, plus la concentration de surdoués augmente, plus cette distinction fond comme neige au soleil, tellement il est rassurant de :
un pédant a écrit:"se retrouver entre gens intelligents".

Cela est fort dommageable, si le but de ces associations est à l'origine tout simplement que les surdoués puissent sortir du placard.
Il n'y a pas tant de surdoués que ça qui semblent avoir conscience qu'il n'y a pas beaucoup d'affirmations qui, en société, démontrent de façon plus éclatante notre stupidité que celle-ci (qu'elle soit explicite ou sous-entendue) : "Je suis plus intelligent que vous".
Cela porte un préjudice important à l'image de tous les surdoués / surefficients intellectuels / HPI / whatever.

*Za* a écrit:Enfin ma dernière phrase n'était qu'une énième démonstration de ce que peuvent être les déclarations à l'emporte-pièce sur un groupe de personnes. Elle n'est sans doute pas plus vraie que son contraire.


En effet.
L'ouverture d'esprit ne me semble pas corrélée au QI. Tout comme le bon sens.
En fait, ouverture d'esprit et bon sens sont très rares. Ce qui fait que quand on rencontre des personnes vives ET ouvertes d'esprit, on a tendance à imaginer un lien entre les deux.
“Ouvre l’œil et regarde, tu verras ton visage dans tous les visages. Tends l’oreille et écoute, tu entendras ta propre voix dans toutes les voix.”
― Khalil Gibran

“Thought can never capture the movement of life, it is much too slow.”
― U.G.
Avatar de l’utilisateur
Roka Ouran
 
Messages: 68
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 22:01
Localisation: Paris
Présentation: Qui suis-t-il ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar *Za* » Sam 3 Déc 2016 13:25

A la bonne heure :)
Roka Ouran a écrit:Inversement, et j'enfonce des portes ouvertes, le présupposé qui me paraît quand même le plus largement répandu, peut-être pas chez la population soignante mais plutôt dans la population générale, c'est que le HQI et a fortiori le THQI n'a aucune raison de poser le moindre problème, au contraire, puisque par définition on est "plus mieux" que le péquin moyen et qu'on a de la chance. Mais je digresse.

Le problème étant que j'évolue pas mal dans la population soignante, c'est peut-être pour ça. Mais bien entendu pour le "plus mieux"... mvoilà voilà... :1cache:

À mon sens, les seuls vrais problèmes directement liés au HQI, seraient par exemple le fait de "réfléchir trop", de ne pas réussir à s'arrêter de penser la nuit, et d'avoir tendance à intellectualiser trop les choses au détriment d'autres façons de voir le monde.

Voire !
Pour moi les pensées nocturnes intempestives ont quasiment disparu au cours de mon année de première, celle où j'ai commencé à m'épanouir intellectuellement à l'école - mais je ne peux être sûre que ça en soit vraiment la cause. Donc peut-être qu'un un environnement approprié peut aider à résoudre le problème.
Pour le reste, comme tu le dis, c'est suffisamment maîtrisable et susceptible d'être enrichissant :)

Ta mère a montré de la déception ??!!!

Non, elle était atterrée ^^.
Elle me l'a confirmé plus tard, mais c'était visible (elle avait ses raisons - que la raison ne connaît point...).

Ça, c'est la chance d'avoir passé le WISC... Mais j'arrête là de me plaindre !

Non, j'ai passé le WISC plus tard, mais j'avais une sorte de "statut" d'élève qui aide les autres à comprendre/apprendre bien avant. D'ailleurs je suis reconnaissante aux instits qui me l'ont permis.
Aujourd'hui des examens médicaux ou paramédicaux sont en général obligatoires pour pouvoir faire quelque chose pour un gosse... certes, ça permet sans doute de moins se planter, mais on perd souvent beaucoup de temps.
Par contre le WISC m'a permis d' (/m'a forcée à) intégrer une classe EIP.
Ce qui avec le recul était un moindre mal, parce que dans mon collège de ZEP, je pense que les cours auraient ressemblé pour moi aux séquences de début de Fight Club.

Pour le reste, je pense qu'on est tout à fait d'accord...

Si ce n'est que je trouve que l'ouverture d'esprit et le bon sens dans la population ne sont pas si rares que ça. Mais totalement indépendants du QI, ça oui !
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2688
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar theudericus » Lun 13 Fév 2017 16:18

Si personne ne l'a placé, voici un lien vers un texte de Leta Hollingworth

Children above 180

C'est relativement ancien mais bon, y'a vraiment pas grand chose sur les personnes atteignant des scores rares.

Ensuite, au sujet des tests de ces sociétés auto-proclamées pour méga giga QI, si on veut être chieur, on pourrait dire que leur mise au point suit tout à fait la conception des tests de QI classiques :
Binet, quand il a inventé le QI, il a fait la même chose que ces testeurs "non qualifiés" : du bricolage.
Quand Welchsler a repris le truc du QI, outre le fait qu'étaient appliquées les analyses factorielles de Spearman, c'est aussi du bricolage dans la conception des épreuves.

[Un petit bouquin vachement bien sur la construction des tests, les concepts de validité, fidélité, une explication de l'analyse factorielle et tout et tout et sur la psychologie cognitive, expliquant que les tests (psychométrie) se sont développés longtemps en parallèle des théories mais pas en découlant de ces dernières.
Huteau, M., & Lautrey, J. (1999/2003). Evaluer l’intelligence – psychométrie cognitive. Paris : PUF]
"Le désespoir est, à mes yeux, la rançon de la lucidité. Regardez la vie droit dans les yeux: vous n'y verrez que du désespoir." Irvin D. Yalom in Et nietzsche a pleuré
Avatar de l’utilisateur
theudericus
 
Messages: 139
Images: 0
Âge: 43
Enregistré le: Mer 18 Mai 2016 18:38
Localisation: toulouse
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=7505&e=0
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Bradeck » Mer 22 Fév 2017 19:20

Message de la jardinerie :
La suite des posts, portant plus sur une interrogation de la construction du test pour les QI au dela de 145, plus que sur une tentative de compréhension des particularité des THQI, à été déplacée dans un autre topic : Sensibilité du test au delà de 145
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1755
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar theudericus » Ven 24 Fév 2017 23:16

Article synthétique sur les
Exceptionally and Profoundly Gifted Students

Bibliographie ciblée.

Points relevés basiques :
-développement et acquisition parole très souvent extrêmement précoce et rapide
-développement moteur aussi au delà des normes
-acquisition de la lecture précoce, d'autant plus systématique que le potentiel est élevé
Ces points sont soulignés en raison de leur caractère presque "impossible" à manquer pour des regards extérieurs
-conscience d'une rupture de ban entre 4 et 9 ans : socialisation difficile (voire très) avec les pairs

Bref toujours le couplet du différentiel de développement...
"Le désespoir est, à mes yeux, la rançon de la lucidité. Regardez la vie droit dans les yeux: vous n'y verrez que du désespoir." Irvin D. Yalom in Et nietzsche a pleuré
Avatar de l’utilisateur
theudericus
 
Messages: 139
Images: 0
Âge: 43
Enregistré le: Mer 18 Mai 2016 18:38
Localisation: toulouse
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=7505&e=0
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Discussions et Débats

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité