Qu'est-ce que l'intelligence?

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?

Lesquelles de ces caractéristiques vous semblent intimement liées à l'intelligence?

Capacité à acquérir du savoir
45
12%
Capacité à résoudre des problèmes
89
23%
Connaissance générale
12
3%
Créativité
65
17%
Désir de réussite
4
1%
Mémoire
30
8%
Pensée et raisonnement abstrait
75
20%
Vitesse mentale
60
16%
 
Nombre total de votes : 380

Avatar du membre
bôkenka
Inspecteur Gadget
Messages : 940
Enregistré le : ven. 1 mars 2013 20:46
Présentation : jamais fini
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 52

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par bôkenka » ven. 22 janv. 2016 10:28

moi a écrit : Imaginons un conflit entre deux personnes. l'un des deux tue l'autre. Il a résolu le problème. A-t-il fait preuve d'intelligence ?
Non, si la personne annonce qu'il va tuer son opposant, prend une arme et l’exécute devant témoin. 30 ans de prison. Sa résolution du problème l'entraîne dans d'autres difficultés.
Oui, s'il tue sans être soupçonné et qu'il tire un bénéfice de la nouvelle situation. On peut mettre en doute le caractère moral de son action, mais il s'est bien sorti de son affaire.
Triste est l'oiseau qui ne voit rien que [dni] (Mesque Moimay, VIIIes avant qqc)

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5587
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 37

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par Fabs le vaurien » ven. 22 janv. 2016 17:43

Travaillant auprès d'enfants déficients intellectuels, je constate souvent des capacités hallucinantes d'adaptation aux changements qui mettent en exergue un esprit de synthétisation et de priorisation bien au dessus de ce que la raison pourrait produire en termes de théorisation et d'abstraction.
Des enfants résolvent des situations concrètes mais sont incapables de les transposer en concept "scolaires".
La réciproque fonctionne aussi avec l'impossible application de concepts pourtant bien intégrés dans des situations simple du quotidien.

Dans l'accompagnement de ces publics, il s'agit non pas de normer la manière de penser mais de favoriser la coloration , la personnalisation d'une logique interne qui existe à la base. Aussi pour certains , l’appareil intelligent induira telles ressources, telles capacités et sans pour autant que le résultat soit socialement juste, s'il est exploité à peu près correctement, c'est déjà énorme. D'autant qu'un potentiel intellectuel reste..potentiellement exploitable..C’est avant tout une hypothèse de travail bien plus qu'un résultat.
Ce qui compte, est qu'Il respecte une logique perso, bien avant le 'penser" qui tend à mettre à distance.

La résolution des problèmes tient compte de la manière dont un individu mobilise et dose les ressources dont il dispose (internes et environnementales) pour s'adapter. Et ça ne dépend pas que du sujet. Et se dépatouiller de tout ce qui vient et ce qu'on reçoit, sans pour autant que sa propre colonne vertébrale ne se plie en deux, c'est là que s'exprime l'intelligence. :)
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

moi

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par moi » ven. 22 janv. 2016 18:04

bôkenka a écrit :
moi a écrit : Imaginons un conflit entre deux personnes. l'un des deux tue l'autre. Il a résolu le problème. A-t-il fait preuve d'intelligence ?
Non, si la personne annonce qu'il va tuer son opposant, prend une arme et l’exécute devant témoin. 30 ans de prison. Sa résolution du problème l'entraîne dans d'autres difficultés.
Oui, s'il tue sans être soupçonné et qu'il tire un bénéfice de la nouvelle situation. On peut mettre en doute le caractère moral de son action, mais il s'est bien sorti de son affaire.
je crains de me me perdre sur le sujet, qu'est-ce que l'intelligence ? ou qu'est-ce que l'intelligence d'une personne à haut potentiel.

D'après ce que je pense et ce que pense l'auteur de "Trop intelligent pour être heureux " Jeanne Siaud-Facchin, une personne à haut potentiel serait bien trop "sensible" pour s'affranchir de la culpabilité d'avoir tué quelqu'un.
toujours pour cet auteur, l'incapacité à résoudre certains problèmes est justement ce qui caractérise une personne à HP car sont cerveau traite simultanément un bien trop grand nombre de données pour se concentrer sur la résolution du dit problème. Cela soulève une autre question d'ailleurs.. qui pourrait faire l'objet d'un autre sujet: Les tests de QI sont ils fiables pour déterminer un haut potentiel ? ces tests ne révèlent-ils pas les gens Très intelligents en passant à côté des Trop intelligents ?

Avatar du membre
sandrinef
Messages : 1924
Enregistré le : jeu. 15 nov. 2012 12:11
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Âge : 41

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par sandrinef » ven. 22 janv. 2016 21:50

moi a écrit : je crains de me me perdre sur le sujet, qu'est-ce que l'intelligence ? ou qu'est-ce que l'intelligence d'une personne à haut potentiel.
Oui, en effet... :lol:
Farfouille un peu dans le forum, je pense que tu peux trouver des débuts de réponses et des pistes de réflexion intéressantes. Ce serait mieux je crois, parce que là, tu pars un peu dans tous les sens...
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain

Algernon
Messages : 10
Enregistré le : lun. 22 févr. 2016 10:04
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par Algernon » jeu. 25 févr. 2016 15:34

J'ai aussi mis "capacité à résoudre des problèmes" mais je pense que l'intelligence est davantage le rapport le mieux proportionné de tous ces traits en une seule et même personne.

Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 291
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/reve-t4816.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par O'Rêve » sam. 11 févr. 2017 18:16

C’est une question épineuse, quand on sait que tous les théoriciens ne sont pas d’accord sur ce que recouvre le terme d’intelligence.
J’ai quand même l’impression que grosso modo, il y a deux perceptions de l’intelligence, et d’ailleurs que les deux visions ne sont pas forcément irrémédiablement incompatibles.
Je distingue d’un coté des modèles de l’intelligence « générale », et d’un autre coté des théories plus orientées vers une intelligence « d’adaptation » (on peut discuter de ces appellations imparfaites mais qui sont celles qui ont le plus de sens pour moi en ce moment).

Les conceptions autour de l’intelligence "générale"
Pour certains théoriciens, l’intelligence est considérée comme la capacité à comprendre les choses, tisser des liens entre elles en vue d’aboutir à une connaissance conceptuelle et rationnelle. L’intelligence est perçue comme directement liée aux capacités de raisonnement logique, que nous mettons en œuvre pour effectuer des choix rationnels.
Les modèles associés à cette conception font pour la plupart également le postulat d’une intelligence générale.
Ex : le modèle de Carroll. Ce modèle définit l’intelligence comme une capacité aux multiples composantes (intelligence fluide, cristallisée, mémoire, perception visuelle, perception auditive, récupération, vitesse cognitive, vitesse de traitement…). Néanmoins, toutes ces aptitudes participent d’une intelligence générale. L’intelligence générale serait au sommet de la pyramide.
Dans la grande majorité de ces modèles, l’intelligence générale est mesurable (par exemple, à l’aide de tests de QI, comme ceux de Wechsler)
Dans ces conceptions, certaines capacités de notre cerveau sont considérées comme intimement liées à l’intelligence (ex : émotion, créativité), mais la qualification d’intelligence pour ces capacités est perçue comme abusive. Ainsi, dans ce contexte, parler d’intelligence émotionnelle n’a guère de sens.
Sur la créativité de nombreuses questions peuvent se poser : si notre intelligence implique la mise en œuvre de processus créatifs, la créativité est-elle l’une des composantes de l’intelligence, ou bien l’intelligence est-elle une partie de la créativité, ou bien finalement s’agit-il de deux compétences différentes ? Par exemple, d’après certains chercheurs (ex : Rex Jung), l’intelligence et la créativité sont deux formes de raisonnement distincts, perçues comme des partenaires collaborant en permanence pour nous permettre de trouver des solutions aux problèmes posés par notre environnement.

Les conceptions autour d’une intelligence « d’adaptation »
Dans ces modèles, l’intelligence est définie comme une capacité nous permettant de nous adapter de manière efficace à notre environnement.
Reste à comprendre ce qu’on entend par adaptation. Mais là encore les différentes définitions peuvent alimenter des discussions...
► Afficher le texte
Dans ces conceptions, la maîtrise d’une capacité, quelle qu’elle soit, s’avère une forme d’intelligence.
Ainsi, l’intelligence émotionnelle peut être fondée, car l’intelligence apparaît comme la capacité à traiter nos propres émotions et celles des autres, en vue d’augmenter notre aptitude à nous adapter de manière flexible à notre environnement.
Contrairement à la conception précédente, ces modèles font généralement le postulat d’indépendance de plusieurs formes d’intelligence.
ex : Gardner qui a émis l’hypothèse que différentes formes d’intelligence coexistent chez chacun d’entre nous ; théorie triarchique de l’intelligence de Sternberg avec les 3 aspects : analytique (aspect compositionnel), créatif (aspect expérientiel) et pratique (aspect contextuel)

Et je me situe où dans tout ça ?
Pour ce qui est de l’intelligence générale, mesurable (ex : test de QI), j’ai quelque part des difficultés à relier ces seuls résultats à ce qu’on nomme l’intelligence.
Je ne nie pas qu’il existe des différences entre les individus au niveau des facultés et performances de mémoire, perception visuelle, perception auditive, récupération, vitesse cognitive, vitesse de traitement…et que ces différences peuvent apporter des différences de perception, de réaction, de traitement d‘informations…je ne nie pas non plus l’intérêt de l’évaluation de ces facultés.
Mais pour moi ces facultés ne correspondent pas à ce que j’appelle intelligence.
De fait, j’apprécie assez l’idée d’adaptation derrière le mot intelligence. En revanche, l’idée d’adaptation à l’environnement ne me convient pas, et je préfère penser l’intelligence en situation. Pourquoi? Parce que chercher à s’adapter à tout environnement n’est pas forcément positif. Et parce qu’il faut parfois changer d’environnement pour rester fonctionnel. Et puis, j’ai tendance à penser qu’on est entouré de plusieurs environnements et pas d’un seul auquel on devrait s’adapter (par exemple, l’environnement naturel, l’environnement familial, l’environnement professionnel…), et il me semble que dans chaque environnement, on ne va pas solliciter les mêmes ressources (mentales, affectives, créatives…) pour s’adapter. Ensuite selon les âges de la vie, on ne va pas répondre à une situation de la même façon. Selon notre état de santé non plus. Selon les rencontres (environnement social) du moment non plus.
Bref, je ne crois pas à l’existence de l’Intelligence avec un grand I. (dont certains individus seraient plus dotés). Ce qui ne m’empêche pas là non plus de reconnaître que certains personnes peuvent avoir des aptitudes plus développées pour certains champs (ex : mémoire, vitesse de travail, empathie, créativité…), et que cela aura une influence sur la capacité à gérer une situation, mais pas dans le général, seulement dans des situations.
Ainsi ma préférence va vers l’intelligence d’adaptation, mais associée à une situation (qui me parle plus que l’environnement).
Je peux faire preuve d’intelligence dans telle situation. Et réagir de manière totalement stupide, non adaptée, dans une autre. Et pourtant je suis la même personne, derrière ces différentes situations.

Du coup, j'ai pas voté. En situation, j'aurais coché tous les paramètres et j'en aurais sans doute rajouté bien d'autres encore! Car pour moi, ce serait plutôt les interactions, régulations, inhibitions, liens entre ces différents paramètres qui fonderaient l'intelligence en situation.

Et pour terminer, un livre sur l’intelligence que j’ai apprécié :
Les pouvoirs incroyables du cerveau: L'intelligence dévoilée de Amine Mestari
http://www.tallandier.com/livre-9791021019829.htm
Image
L’auteur dresse « un panorama de ce que la science a découvert depuis les cent cinquante ans durant lesquels cette qualité aux contours flous est devenue un domaine d’étude scientifique.»

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 320
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par Fish » sam. 11 févr. 2017 21:35

Je crois que tu fusionnes plusieurs concepts qui ne le sont pas.

A ma connaissance, il n'y a pas d'association directe entre la notion d'intelligence générale et la définition comme capacité à résoudre des problèmes. Même en acceptant que l'Intelligence soit la capacité à comprendre le monde, à en tirer des lois et à utiliser cette connaissance pour résoudre des problèmes de manière prédictible, le débat de savoir si ces capacités résultent d'un processus unique ou d'une multitude de processus distincts reste entier.

Toujours à ma connaissance, il n'y a pas tellement de débat sur la créativité et l'intelligence. Pour tout le monde, il s'agit de deux concepts distincts. Là encore cela n'a pas grand chose à voir avec le débat sur l'intelligence générale. En revanche il semble intuitivement logique que les deux concepts soient liés, et c'est ce qu'on constate expérimentalement.

Les définitions que tu proposes me semblent pertinentes, mais elles ne présagent pas de l'unicité ou pas d'un processus cognitif.

Ce qui suit est plus subjectif et décrit ma compréhension, pas une vérité établie:

Derrière les querelles de scientifiques qui peuvent se mépriser mutuellement, il y a parfois bien moins de différences qu'on ne pourrait le croire.
Le modèle en vogue de l'intelligence générale (CHC) suppose un processus majoritaire très important, accompagné de processus secondaires plus spécifiques, eux aussi accompagnés de processus tertiaires encore plus spécifiques. On est loin aujourd'hui de la vision de l'intelligence monobloc, même pour ceux qui défendent le facteur G. On ne parle plus d'un processus unique, mais d'un processus majoritaire. Toutes les tâches cognitives partagent un tronc commun.
L'autre modèle (évoqué par Gardner entre autre) suppose qu'au contraire l’intelligence repose sur des processus totalement indépendants. Il date d'une époque où on percevait le cerveau comme spécialisé à la fois fonctionnellement et géographiquement. C'est à dire que telle aire du cerveau correspond à telle fonction, et ne fait rien d'autre. Mais cette vision a été mise à mal:
- à la fois par les statistiques: les différentes intelligences de Gardner - en tout cas celles qu'on peut mesurer - sont en partie corrélées, donc pas indépendantes
- et par l'IRM fonctionnelle: certains processus utilisent majoritairement certaines parties du cerveau, mais ça n'est jamais complètement localisé.

Du coup entre des intelligences multiples mais pas totalement indépendantes, et une intelligence unique qui se ramifie en processus distincts... on a parfois un peu de mal à saisir la différence.

Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 291
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/reve-t4816.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par O'Rêve » dim. 12 févr. 2017 17:30

A ma connaissance, il n'y a pas d'association directe entre la notion d'intelligence générale et la définition comme capacité à résoudre des problèmes.
Effectivement, c'est la perception que je peux en avoir (ou plus précisément, je la relie à la capacité à résoudre des problèmes ou à comprendre les choses, à l'aide de processus associés à "la raison"). Du coup, ça me perturbe. Est-ce que tu as une définition de ce qu'on appelle l'intelligence générale. Ou alors, ce terme est-il uniquement associé à l'idée qu'il existe une intelligence isolée?
Rajouté : Oui, j'ai sans doute fait un amalgame, car j'ai associé les processus évalués (dans les calculs à une intelligence générale) à ce qui est valorisé pour les apprentissages scolaires (et que j'associe quelque part aux processus impliqués dans les capacités de raisonnement).
Toujours à ma connaissance, il n'y a pas tellement de débat sur la créativité et l'intelligence. Pour tout le monde, il s'agit de deux concepts distincts. Là encore cela n'a pas grand chose à voir avec le débat sur l'intelligence générale. En revanche il semble intuitivement logique que les deux concepts soient liés, et c'est ce qu'on constate expérimentalement.
Sur la créativité, peut-être ai-je mal interprété certaines lectures, mais en tombant sur des tableaux comme celui ci-dessous, j’ai compris que certaines personnes avaient pu inclure la créativité dans le facteur G (mais je reconnais que c’est un modèle qui date, et il est probable que les modèles actuels, en particulier CHC aient écarté ce paramètre).
Broad retrieval capacity (level factor : originality/creativity)

Image
Les définitions que tu proposes me semblent pertinentes, mais elles ne présagent pas de l'unicité ou pas d'un processus cognitif.
Ce qui suit est plus subjectif et décris ma compréhension, pas une vérité établie
J’espère que mon point de vue a également été perçu comme une compréhension subjective, car je ne souhaite pas non plus en faire une vérité. Face à la complexité de la question et n’étant certainement pas une spécialiste de la question, j’en donne seulement ma perception, qui je l’espère ne restera pas figée mais évoluera avec le temps (et les nouvelles connaissances que nous découvrirons), les échanges et les discussions.
Derrière les querelles de scientifiques qui peuvent se mépriser mutuellement, il y a parfois bien moins de différences qu'on ne pourrait le croire.
C’est aussi ce que je voulais évoquer dans mon précédent message à travers cette phrase : J’ai quand même l’impression que grosso modo, il y a deux perceptions de l’intelligence, et d’ailleurs que les deux visions ne sont pas forcément irrémédiablement incompatibles.
Du coup entre des intelligences multiples mais pas totalement indépendantes, et une intelligence unique qui se ramifie en processus distincts... on a parfois un peu de mal à saisir la différence.
Oui, ça me parle complètement! J'ai du mal à comprendre aussi la différence. A vrai dire, je suis bien plus intéressée par la compréhension des interactions, contrôles, régulations entre les processus (bref comprendre ce qui se joue entre les différents réseaux), que de trouver une réponse à la question intelligence unique ou pas.

Avatar du membre
Fish
Poisson Pilote
Messages : 320
Enregistré le : dim. 3 janv. 2016 18:33
Présentation : Clic !
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Paris
Âge : 40

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par Fish » dim. 12 févr. 2017 20:44

Sur la créativité, peut-être ai-je mal interprété certaines lectures, mais en tombant sur des tableaux comme celui ci-dessous, j’ai compris que certaines personnes avaient pu inclure la créativité dans le facteur G
Le schéma que tu montres correspond aux trois couches du modèle CHC dont je parlais plus haut: un tronc commun (la facteur G tout en haut), puis des intelligences plus spécifiques (fluide, cristallisée, mémoire... la couche du milieu), encore ramifiées en facteurs spécifiques tertiaires. Cela ne montre pas ce que contient le facteur G. Les facteurs spécifiques sont au contraire ce qu'il ne contient pas. Si on sépare l'intelligence fluide de l'intelligence cristallisée, c'est parce que ces deux composantes contiennent certes une part commune (le facteur G) mais aussi des spécificités. Il y a des choses qu'on retrouve dans l'intelligence fluide qui ne sont pas dans l'intelligence cristallisée.

C'est une construction issue des statistiques des tests:
- on se rend compte expérimentalement qu'il y a une corrélation entre tous les subtests d'un test de QI (par exemple, la WAIS). On suppose donc que cette corrélation représente le facteur G
- mais on se rend aussi compte qu'il y a des corrélations entre certains subtests de la WAIS, qui sont plus fortes que la part du facteur G. On déduit donc qu'il y a autre chose en plus qui lie ces tests. C'est le second niveau.
- et puis il y a encore des aspects spécifiques à chaque subtest, qu'on ne retrouve dans aucun autre subtest (pas de corrélation), mais qui ne sont pas pour autant du bruit de mesure (par exemple, parce que lorsqu'un individu passe plusieurs fois ces tests, il obtient à chaque fois un résultat proche). Il y a donc quelque chose de répétable, mais corrélé à rien d'autre: c'est le troisième niveau.

Ca signifie que dans ce modèle, le développement du langage (par exemple) dépend de trois facteurs:
- le facteur G: les gens qui ont un gros facteur G ont tous tendance à avoir un langage développé, et inversement.
- l’intelligence cristallisée: à facteur G égal, les gens qui ont une intelligence cristallisée élevée ont tendance à avoir un langage plus développé que que ceux qui ont une intelligence cristallisée plus faible. Rien d'extraordinaire, on retrouve ici qu'un enfant qui vit dans un milieu parental favorable aura un langage plus développé que le même enfant qui vit dans un milieu pauvre culturellement.
- et puis des facteurs spécifiques: à facteur G et intelligence cristallisée égaux, il y a des gens qui ont un langage plus développé que d'autres, et on fera le même constat à chaque fois qu'on leur fait faire un test. Ce n'est donc pas du bruit de fond, genre pour tel individu les questions de vocabulaires sont justement tombées sur un domaine qu'il connait bien et pour tel autre non. Ca, ça serait aléatoire et ça ne se reproduirait pas pour d'autres questions de vocabulaire.

Pour revenir à la créativité, il faut plutôt lire le graphique comme:
- le facteur G favorise la créativité, mais il ne fait pas tout;
- la capacité de rappel (piocher dans la mémoire à long terme) favorise la créativité, mais elle ne fait pas tout;
- même à facteur G et mémoire long terme égaux, on constate que certaines personnes sont plus créatives que d'autres, et que ça se vérifie chaque fois qu'on leur fait passer un test de créativité.

Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 291
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/reve-t4816.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par O'Rêve » dim. 12 févr. 2017 21:36

Merci pour les explications Fish. Je comprends mieux le lien entre les différentes couches!

Avatar du membre
O'Rêve
Messages : 291
Enregistré le : mar. 1 avr. 2014 18:56
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/presentations/reve-t4816.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par O'Rêve » lun. 13 févr. 2017 21:35

Merci pour les explications Fish. Je comprends mieux le lien entre les différentes couches!
Suite à l’évocation de Lautrey sur au autre fil de discussion, j’ai découvert son chapitre sur l’approche différentielle de l’intelligence.
http://jacques.lautrey.com/psychologie- ... ection.php
J’ai apprécié ce qu’il évoque ainsi dans son introduction.
Les réponses à la même question, posée 65 ans plus tard à 24 chercheurs considérés comme experts en psychologie l’intelligence, ont montré qu’il n’y avait guère plus de consensus en 1986 qu’en 1921 (Sternberg et Detterman, 1986).
Néanmoins, lorsque les attributs du concept d’intelligence mentionnés à ces deux époques sont comparés, comme l’ont fait Sternberg et Berg (1986), il ressort que quelques uns d’entre eux sont cités de façon récurrente, notamment la capacité à s’adapter à son environnement, à résoudre des problèmes nouveaux, à apprendre, à abstraire. Il y a aussi une certaine permanence dans les points de désaccord, notamment sur la question de savoir s’il y a une intelligence ou s’il faut en distinguer plusieurs. Enfin, certains des attributs cités en 1986 ne l’étaient jamais en 1921, notamment la capacité à contrôler ses propres processus cognitifs (les processus par lesquels un individu contrôle ses propres processus cognitifs sont appelés métacognitifs, ou exécutifs). Dans la période récente, l’intelligence est aussi plus souvent définie comme relative à un contexte culturel :« the purposive adaptation to, selection of, and shaping of real-word environments relevant to one’s life and abilities » (Sternberg, 1988, p. 65). Dans cette définition, difficile à traduire de façon exacte en français, il faut relever l’extension de la notion d’adaptation : celle-ci n’est en effet pas forcément l’adaptation de l’individu à un environnement qui serait considéré comme un donné intangible, elle peut aussi consister, pour cet individu, à sélectionner un autre environnement qui convienne mieux à ses dispositions, ou encore à transformer son environnement pour l’adapter à ses propres capacités, valeurs, ou intérêts. Il faut aussi relever l’introduction de la notion de pertinence attachée à l’environnement dans lequel vit un individu : l’intelligence ne peut être appréciée qu’au regard de ce qui est pertinent, de ce qui a du sens, du point de vue de la vie de chacun dans le monde réel auquel il est confronté. Autrement dit, même si une définition universelle de l’intelligence peut être recherchée, il faut avoir constamment à l’esprit que ses manifestations sont toujours relatives au contexte culturel dans lequel les individus se développent (voir la partie consacrée aux théories socio-culturelles du développement cognitif dans le chapitre 2). En conséquence, il faut préciser d’entrée de jeu que les tests d’intelligence dont il sera question dans ce chapitre ont été conçus pour l’évaluation du développement et du fonctionnement cognitifs de personnes qui ont été élevées dans le contexte culturel de la société occidentale et n’ont de sens que lorsqu’ils sont utilisés dans ce contexte.

Ceci étant précisé, que conclure de la difficulté à parvenir à un consensus sur la définition de l’intelligence ? Une conclusion possible est que cette notion est trop vague, trop générale, pour donner prise à une approche scientifique. Une autre conclusion possible – la nôtre - est que l’intelligence est une fonction dont la finalité peut être atteinte de multiples façons. La finalité est l’adaptation du comportement aux situations nouvelles et cette finalité est atteinte grâce à une propriété essentielle du système cognitif, celle de s’auto-modifier en fonction de l’expérience. Cette capacité est sous-tendue par la plasticité du cerveau, mais elle se manifeste à tous les niveaux d’organisation du système cognitif - celui des connexions neuronales, celui des représentations, et celui des comportements. C’est cette propriété d’auto-modification qui donne son unité à la notion d’intelligence. La multiplicité des mécanismes par lesquels elle peut s’opérer est par contre à l’origine de la multiplicité des facettes de l’intelligence.

dani
Messages : 622
Enregistré le : mer. 26 oct. 2016 16:17
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

Re: Qu'est-ce que l'intelligence?

Message par dani » ven. 5 janv. 2018 08:44

Flûte, j'avais pas vu ce fil hier... c'est peut-être ici qu'il faudrait mettre les échanges de ces derniers jours du fil "critique constructive des tests de QI" concernant l'intelligence ? Partie de mes "impressions" j'ai fait hier un topo plus théorique dans ce lien http://adulte-surdoue.fr/viewtopic.php? ... 95#p263689
qui reprend d'ailleurs l'extrait de O'Rêve ci-dessus
Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better. Samuel Beckett

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message