Nous sommes le Dim 19 Fév 2017 22:04


A faire : arrêter de PROCRASTINER

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar Zyghna » Dim 6 Déc 2015 09:54

Lol Shinoune! L'art de rentabiliser un max la procrastination ^^
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6682
Âge: 38
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar Napirisha » Dim 6 Déc 2015 13:06

Merci pour le fou rire, Shinoune!
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1567
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar sanders » Dim 11 Déc 2016 15:04

Petite réflexion à la con

Je me disais ces temps ci que la procrastination pouvait bien me servir à ne pas reconnaître l'impossibilité de tout maîtriser et l'incapacité à arrêter le mouvement perpétuel des tâches et rencontres quotidiennes.
Ce flot continu est. L'arrivée d'une nouvelle action à mener devient angoissante car elle me montre déjà la suivante ... je stoppe donc celle-ci dès son début, en espérant pouvoir ainsi stopper les suivantes.

Si je fais la vaisselle aujourd'hui, il y en aura encore demain. Ne pas la faire me donne une certaine illusion que ce mouvement s'est arrêté jusqu'à ... ce que l'évier déborde ..
Si je remplis ce papier administratif aujourd'hui, cela ne fera pas cesser l'arrivée d'autres papiers, seul intérêt que j'aurais à m'atteler à cette tâche. Je le laisse attendre.
Si je fais le ménage, je ne ressens aucune satisfaction car cela ne signe pas la fin du ménage, ce que j'espère obscurément en le faisant ... le ménage attendra.
Si je vais voir mes amis ce week-end, cela signera aussi la séparation (certes provisoire mais réelle pour moi) donc remettons cela à plus tard.

L'établissement de listes est inefficace, je sais obscurément ou clairement ce que j'ai à faire, la différence entre urgent et important ainsi que certaines conséquences de mes non actions. Je le sais et ça n'a pas de pouvoir sur mes décisions. Je pense que c'est parce que ça n'alimente pas ma motivation.
Multiplier les listes, leur format, leur couleur ... est inefficace, un simple agenda ou un mémo de temps en temps quand il y a beaucoup suffit. Noter que je dois faire le ménage ou la vaisselle me permet de mesurer que je ne suis pas atteinte d'amnésie ça ne me fait pas accomplir ces actions.
La gratification ne me sert à rien, ne me procure aucune satisfaction. Je ne souhaite pas (me donner) recevoir une récompense pour l'action désagréable (ou entrainant des conséquences désagréables) menée, je souhaite que ces actions là s'arrêtent. Elles finiront néanmoins pour moi, ... lorsque je ne serai plus.
Structurer la procrastination est une idée intéressante à condition de ne pas être rebuté par le leurre ou le mensonge à soi-même. Et si je mesure bien le paradoxe entre cette affirmation et ce que j'écris un peu plus bas, je ne parviens pas à rendre cette structuration opérante.


Pour autant, je ne procrastine pas tout tout le temps. Certaines actions me sont faciles et je ne repousse pas leur exécution. Ce sont celles aussi qui me donnent une gratification immédiate et je peux les classer en deux catégories :

*** Celles qui demandent un effort et qui mobilisent en même temps une motivation suffisante pour accomplir cet effort. La motivation procurant une énergie qui est pour moi assimilée à une gratification puissante. La source de cette motivation me demeure obscure jusqu'à ce jour et j'observe que la satisfaction à la fin est plus importante que celle obtenue ci-dessous.
*** Les tâche qui ne me demandent pas de motivation et n'ont pas de fin réelle (autre que la mienne) : aller sur internet, fumer, inventer des trucs dans ma tête que je ne réaliserai jamais par exemple. Il n'y a là ni début ni fin repérable, c'est moi qui me donne l'illusion de pouvoir maîtriser.


Donc ma procrastination c'est ma vision de la Vie quand le mouvement perpétuel des tâches à accomplir est assimilé à du désagréable (qui ne finira donc jamais). Et pourtant ce mouvement fait partie de la vie et sa fin pour moi marquera aussi la fin de la mienne.
Et ce que je ne procrastine pas est soutenu :
- soit par la motivation qui apporte énergie et satisfaction ;
- soit par la gratification immédiate de l'illusion de la maîtrise assorti du comblement des circuits de la récompense ... avec toutes les conséquences fâcheuses en terme de potentielle addiction dans ce second cas.

Je mesure aussi la chance que j'ai d'aimer plein de trucs et qui me permet de ne pas combler les temps où je repousse ce que j'ai à faire uniquement par des addictions. Je repousse des trucs importants qui entraineront parfois de fâcheuses conséquences parfois non et je remplis mes journées de trucs addictif ET d'actions intéressantes.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

L'avenir ... n'est jamais que du présent à mettre en ordre ... tu n'as point à le prévoir mais à le permettre. Saint-Exupéry
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2258
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar madeleine » Dim 11 Déc 2016 19:55

Merci Sanders, c'est une analyse intéressante et qui m'éclaire.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2760
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar dani » Dim 11 Déc 2016 20:18

J'aime beaucoup ton analyse Sanders, je m'y retrouve bien (effet barnum.... ? mais en tout cas, ça me parle !)

Ce qui est sot, c'est que les tâches désagréables que je n'accomplis pas pour les raisons que tu cites, je les fais parfois pour en éviter d'autres, encore plus désagréables. Je (re) découvre alors un certain plaisir à les avoir achevées, plaisir malheureusement vite oublié et un peu gâché car je sais bien que c'était pour fuir d'autres activités prioritaires. Mais du coup ton post m'a rappelé ces expériences .....ce qui m'a motivée à monter un miroir qui aurait encore attendu longtemps sinon....puis j'ai été faire une balade alors que j'avais trouvé plusieurs bonnes raisons pour ne pas aller prendre l'air. Et un bilan de dimanche soir dont je suis contente. Alors merci ;-)

EDIT .. j'y songe... c'est très rare que j'accomplisse quelque chose de nouveau, qui nécessite une certaine créativité, sans d'abord le fuir. Probablement pour gérer l'angoisse, la peur de "cette fois je vais pas y arriver.. c'est la fois de trop".

En allant googeliser avec "la procrastination positive" je tombe sur ça http://itsocial.fr/sinformer/articles-d ... -positive/

Ce n'est pas un article scientifique, juste du bon sens.. qui tape juste : la procrastination ce n'est pas que fuir le stress, elle permet de faire d'autres choses, importantes aussi finalement pour notre bien -être, et elle offre du temps aux projets pour mieux mûrir, s'approfondir... et se réaliser un peu plus tard peut être mais avec une métabolisation plus aboutie . Je n'avais pas vu ça comme ça, j'aime bien :)
« Les hommes ne sont pas déconcertés par les événements, mais par l’interprétation qu’ils en font. » Epictète
dani
 
Messages: 191
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar soazic » Dim 11 Déc 2016 23:35

Je vois cela également comme ouvrir une espèce de bulle de temps, inconfortable certes, une sorte d'espace comme un grand sac bazardeux.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 980
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar RegisRobert » Mar 13 Déc 2016 00:10

Mince, je vais encore faire allusion à ma dépression.
Ce qui est difficile à surpasser dans celle-ci, c'est précisément le raisonnement qu'expose Sanders.
Chaque jour est un jour difficile. Rester dans mon lit c'est remettre ma vie entière au lendemain. Et les jours où je vis ma vie, il m'arrive parfois de me dire "c'était tellement fatiguant, et je vais encore devoir vivre demain. Et les jours suivants".
C'est perturbant parce que ce que dit Sanders va vraiment dans la continuité de ce que je me dis quand j'exécute enfin des tâches que j'ai procrastiné: Je les fais pour être débarrassé dans l'espoir de pas avoir à les refaire, tout en sachant que je vais devoir les refaire.
C'est essayer de boucher le tonneau des danaïdes.
Projet du moment. MAJ au 31/01/17
A vos yeux je semble être invisible.
Je suis là et j'observe.
Avatar de l’utilisateur
RegisRobert
 
Messages: 220
Âge: 25
Enregistré le: Jeu 22 Sep 2016 14:02
Présentation: Ni Regis, ni Robert
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar dani » Mar 13 Déc 2016 09:22

RegisRobert a écrit:Mince, je vais encore faire allusion à ma dépression.
Ce qui est difficile à surpasser dans celle-ci, c'est précisément le raisonnement qu'expose Sanders.
Chaque jour est un jour difficile. Rester dans mon lit c'est remettre ma vie entière au lendemain. Et les jours où je vis ma vie, il m'arrive parfois de me dire "c'était tellement fatiguant, et je vais encore devoir vivre demain. Et les jours suivants".
C'est perturbant parce que ce que dit Sanders va vraiment dans la continuité de ce que je me dis quand j'exécute enfin des tâches que j'ai procrastiné: Je les fais pour être débarrassé dans l'espoir de pas avoir à les refaire, tout en sachant que je vais devoir les refaire.
C'est essayer de boucher le tonneau des danaïdes.


La dépression est vraiment je pense à différencier de la procrastination, on n'est pas tout à fait dans les mêmes mécanismes physiologiques et psychologiques. On peut sortir seul je pense de la procrastination (quoique...), moins de la vraie dépression (tu le sais certainement.. mais j'enfonce le clou aucazou... on ne sait jamais qui nous lit).

EDIT : le sujet des addictions et un sujet en soi, mais là un exemple intéressant des mécanismes d'action de l'alcool sur les neurotransmetteurs (et donc des mécanismes de la récompense) https://www.centredeconsultationsfas.or ... pteurs.pdf

Je ne connais pas assez le sujet pour le généraliser à toutes les addictions, mais ça fait réfléchir... il faut que je retrouve cela, mais il semblerait que de prioriser des activités qui provoquent de fortes décharges de dopamine nous rende moins sensible au plus faibles décharges de dopamine de la satisfaction à avoir réaliser des activités peu passionnantes à priori ... il faudrait en fait pouvoir accepter de vivre quelques heures sans activités addictives pour que les mécanismes physiologiques se régulent et que le cerveau puisse à nouveau se sensibiliser aux petites récompenses (via la dopamine) issues des tâches moins exaltantes. Mais j'ai pas de preuves sous le coude, je vais tenter de remettre la main dessus

Pour la dépression c'est un problème assez différent, multidimensionnel et plus complexe je pense (relatif entre autre autre à un stress chronique - et donc de dérégulation de l'axe HHS qui régule la sécrétion du cortisol) http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_08 ... p_dep.html

EDIT 2 : en attendant du plus consistant, info bien vulgarisée sur le lien entre dopamine et plaisir qui semble être une relation bien complexe http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_03 ... m_que.html ... .et la dopamine est en lien aussi avec l'attention et la prégnance (et donc le déficit d'attention pour les TDAH) https://www.planetesante.ch/Magazine/Ad ... a-dopamine

ça reste de la vulgarisation et c'est très destructuré comme je vous donne ça en pâture , mais il y aurait des liens intéressants à faire entre dopamine - récompense - attention ... (je parle pour moi avec ma procrastination et mon déficit d'attention dès que je ne suis pas intéressée par un sujet ou qu'il me stresse....et l'addiction à l'info quand je suis captée ou qu'il me semble (illusion je sais..) la maîtriser un peu mieu par contre)
« Les hommes ne sont pas déconcertés par les événements, mais par l’interprétation qu’ils en font. » Epictète
dani
 
Messages: 191
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar RegisRobert » Mar 13 Déc 2016 13:46

dani a écrit:La dépression est vraiment je pense à différencier de la procrastination, on n'est pas tout à fait dans les mêmes mécanismes physiologiques et psychologiques. On peut sortir seul je pense de la procrastination (quoique...), moins de la vraie dépression (tu le sais certainement.. mais j'enfonce le clou aucazou... on ne sait jamais qui nous lit).

Certes, j'ai pris un gros raccourci.
C'est juste qu'en tant que procrastinateur professionnel, j'essaie de faire des parallèles (qui n'ont pas forcément lieu d'être).
J'ai bien conscience que les mécanismes sous-jacents ne sont probablement pas les mêmes.
Quand on chute on a tendance à se raccrocher à ce qu'on peut. ^^

En fait je pense que la dépression peut entraîner la procrastination, mais pas l'inverse. Ou à la limite, la procrastination sera un motif de plus sur la liste des auto-dépréciations le jour où la dépression éclatera.
Projet du moment. MAJ au 31/01/17
A vos yeux je semble être invisible.
Je suis là et j'observe.
Avatar de l’utilisateur
RegisRobert
 
Messages: 220
Âge: 25
Enregistré le: Jeu 22 Sep 2016 14:02
Présentation: Ni Regis, ni Robert
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar dani » Mar 13 Déc 2016 15:12

RegisRobert a écrit:En fait je pense que la dépression peut entraîner la procrastination, mais pas l'inverse. Ou à la limite, la procrastination sera un motif de plus sur la liste des auto-dépréciations le jour où la dépression éclatera.


Oui, c'est ça. Et peut-être agir avant que la dépression n'éclate ?
« Les hommes ne sont pas déconcertés par les événements, mais par l’interprétation qu’ils en font. » Epictète
dani
 
Messages: 191
Enregistré le: Mer 26 Oct 2016 16:17
Profil: Intéressé pour une personne de mon entourage
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar sanders » Jeu 29 Déc 2016 14:41

sanders a écrit:Petite réflexion à la con
...
Pour autant, je ne procrastine pas tout tout le temps. Certaines actions me sont faciles et je ne repousse pas leur exécution. Ce sont celles aussi qui me donnent une gratification immédiate et je peux les classer en deux catégories :

*** Celles qui demandent un effort et qui mobilisent en même temps une motivation suffisante pour accomplir cet effort. La motivation procurant une énergie qui est pour moi assimilée à une gratification puissante. La source de cette motivation me demeure obscure jusqu'à ce jour et j'observe que la satisfaction à la fin est plus importante que celle obtenue ci-dessous.
*** Les tâche qui ne me demandent pas de motivation et n'ont pas de fin réelle (autre que la mienne) : aller sur internet, fumer, inventer des trucs dans ma tête que je ne réaliserai jamais par exemple. Il n'y a là ni début ni fin repérable, c'est moi qui me donne l'illusion de pouvoir maîtriser.
...


Je me disais en poursuivant ma réflexion, que ce serait pas si con d'envisager d'autres entrées que la motivation pure pour avancer. Me demander pourquoi je suis parvenue à faire tel truc, et tel autre, et tel autre ... me permettrait peut-être deux choses :
- mettre en lumière les trucs qui marchent et ainsi apporter un contre pouvoir à tous ceux qui sont en attente (sans avoir recours à l'auto félicitation qui ne fonctionne pas pour moi),
- trouver peut-être (consciemment ou non je m'en fiche) des liens, des chemins, des sentiers, des couloirs, des ponts, bref des trucs qui font cheminer, ... et qui peut-être (me) feront cheminer le fatras en attente.

Rendez-vous ... un de ces jours pour le retour d'expérience ... peut-être :D .
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

L'avenir ... n'est jamais que du présent à mettre en ordre ... tu n'as point à le prévoir mais à le permettre. Saint-Exupéry
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2258
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar Miss souris » Jeu 29 Déc 2016 18:57

Pour RegisRobert, d'un grand dépressif ( en tout cas à le lire...)
''Elle pleure, insensé, parce qu'elle a vécu !
Et parce qu'elle vit ! Mais ce qu'elle déplore
Surtout, ce qui la fait frémir jusqu'aux genoux,
C'est que demain, hélas, il faudra vivre encore !
Demain, après demain et toujours ! comme nous !''

Le père Baudelaire, en mode pas avare de points d'exclamation. En le lisant ça m'a fait tilt, je partage...Et le poème s'appelle...Le masque.
Miss souris
 
Messages: 362
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: A faire : arrêter de PROCRASTINER

Messagepar YumeLys » Lun 2 Jan 2017 15:44

Sujet intéressant =) Il y a probablement une part de perfectionnisme dans la procrastination.
Sous un autre angle, pour moi, c'est presque un message de mon cerveau qui me dit que j'ai épuisé ma "réserve d'énergie" pour cette activité là et que donc il faut que je fasse autre chose ou que je le fasse autrement. Soit ça, soit que je dois me vider la tête sur papier ou ranger mon bureau. Mais la plupart du temps c'est le premier cas: par exemple, j'ai passé un long moment à lire des articles pour ma thèse, et je remarque que je commence à lire "sans lire", en ne retenant rien. Pour moi ça voudra dire qu'il faut que je passe à une phase "production", donc essayer d'écrire, de résumer d'une certaine manière pour dire à mon cerveau "hé, c'est un truc différent, c'est plus amusant!" (donc éventuellement, résumer avec des couleurs, des dessins, bref autrement). Après, switcher sur quelque chose de complètement différent peut aussi aider donc en un sens, je trouve ce type de procrastination utile voire nécessaire: partir pour mieux revenir à la tâche de départ... un peu plus tard. Quand elle sera suffisamment loin pour redevenir intéressante.

Mais si vraiment il n'y a pas d'autre choix que de continuer la tâche, alors ça serait plus utiliser la technique pomodoro (se forcer à se concentrer pendant un temps donné: voir les minutes défiler peut motiver à se pousser et s'interdire de faire autre chose) pour vraiment se mettre dans la zone.

En fait ce problème arrive souvent lorsqu'on ne voit pas le bout de la tâche. Donc oui, les todo list avec des toutes petites tâches atteignable peut aussi aider...

Le problème, c'est quand la tâche en question est vague, n'a pas réellement de fin, et laisse trop naviguer... en particulier sur le web. Et ça, c'est un gros problème pour moi en recherche -_-
YumeLys
 
Messages: 6
Enregistré le: Jeu 29 Déc 2016 11:55
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Faire taire les soupçons de bipolarité
1, 2par theudericus » Sam 4 Juin 2016 11:28

Réponses: 32

Vus: 1273

Dernier message par *Za* Voir le dernier message
Ven 10 Juin 2016 08:44

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité