Nous sommes le Dim 22 Jan 2017 08:55


Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Zyghna

Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Tipiak » Dim 10 Nov 2013 02:10

Youplaboum!

Offtopic :
Nota bene :
[n] = variable que constituent les scores obtenus par chacun, et dont l'expression ici n'est pas du tout nécessaire. (Ou alors seulement associée à celle de votre tour de poitrine, bonnet de soutien-gorge, et taille de slip kangourou)

"génie" est pris au sens large et vague (pour faire du surf) du terme. Mais y'a un topic à un endroit qui parle de la différence entre surdoué, génie, don, etc.



historique : Alors voilà, je créée ce sujet alors que je suis à m+1-10j du diagnostic.

j'avais décidé de sauter le pas, car il fallait que je sache. C'était du 50-50, je me disais que je pouvais avoir un score au dessus de 130, comme je me disais que je pouvais faire fausse route.

je me disais que si je devais être étiqueté "surdoué", ce serait certainement avec un score "de justesse", genre 131 ou 132. Genre "tu l'es, mais t'affole pas non plus, ça peut toujours être un coup de bol, t'as un pied de chaque côté de la limite quoi"... Et ça ce serait déjà trop la classe!

Bon, ce ne fut pas le cas, à ma très grande surprise (euphémisme) j'ai obtenu un score supérieur à 132.
Ce qui, au doigt mouillé et parce que le vent était au nord-est alors qu'aujourd'hui j'avais des chaussettes bleues et le chat des croquettes au saumon, me permet d'estimer qu'un effet de chance lors de la passation n'est plus possible.

(Genre entre 129 et 130, bon, si on pétait le feu ce jour-là, ou si on était un peu endormi toussa, on peut imaginer qu'à 1 point près, tout peut changer alors faut pas s'enflammer... Mais dans mon cas non. -Pour la discussion de la limite, ça se fait dans un autre topic, mais flemme de mettre le lien)

Donc, sur le plan logique, c'est inévitable, je n'ai pas le choix, je dois l'admettre : je suis surdoué. (Diantre!)
Non seulement je le suis, mais en plus le score obtenu est au-delà de ce que j'avais pensé à imaginer. Donc je suis très dérouté. (En même temps y'a beaucoup de trucs auxquels je pense pas, alors vous imaginez pas un truc extraordinaire non plus hein...)

Donc je cherche, je questionne, je trifouille.

-j'ai commencé par écrire à la psychologue : Non, elle ne s'est pas trompée, le score est bien celui-là. Arg. (Mais elle l'a bien pris, j'ai été poli hein..)

-Ensuite, j'en ai parlé à quelques proches. Réactions mitigées, l'immense majorité ne comprends même pas de quoi je parle, alors autant vous dire que pour la plupart, j'ai même pas essayé de leur dire mon score. (Encore, si y'en avait un qui remplissait sa grille de loto en même temps, j'aurais essayé, mais là...)

-Pis en faisant du rangement, j'ai remis le nez dans mes bulletins scolaires, mes relevés de notes du bac, des facs... Et même mon "cahier" de première petite section maternelle.
Je me disais : vu le score obtenu, ça va bien se voir quèqupart quand même. Ben non. Rien. Nada. Choux blanc. Chauvitude sur le cailloux et forêt noire sans cerises au kirsch.

Rien dans mon quotidien ni dans mon passé ne me permet d'avoir de certitude. Le seul truc qui me permet d'y croire sans me penser fou, c'est 5 feuilles de papier dans un dossier violet. C'est mince....



sujet : L'objet de ce sujet de discussion est donc :

Si toi aussi on t'a donné un gros numéro, mais que ça ne se voit ni sur tes bulletins de notes, ni sur des cassettes vidéos où tu passes à "Tellement vrai" ou chez ce gros **** de Delarue.

Si tu n'as pas composé d'opéra pendant ton 6e mois de vie foetale, si contrairement à Chuk Norris tu n'es pas né dans une maison en bois que tu avais construite toi-même.

Si tu ne savais pas lire à deux ans, et que même tu as dû attendre d'aller au CP comme tout le monde,

Si t'as pas eu ton bac à 8 ans 4 mois et 2 jours, et que même des fois t'as redoublé,

Si tu adorais les dictionnaires, mais surtout pour fabriquer une muraille défensive pour une bataille de coussins et objets divers entreprise avec tes frangins,

Alors toi aussi, viens témoigner et décrire comment on peut avoir un parcours banal, dans la moyenne et sans particularités, tout en étant considérable comme "hors normes" par la société.

Globalement, beaucoup de monde ici passe par la plupart des stades : Hasard/chance, premiers murmures, questionnements, doutes, flippe, renseignements, questionnements, doutes, flippe, questionnements, rendez-vous, diagnostic, soulagement/effondrement, déni/remise en cause.....

Donc là vous l'aurez compris, les ptis points dans les nues mères à Scion, c'est parce que j'en suis là : j'y crois pas, la psychologue a voulu me faire plaisir avec un gros score histoire que j'aie davantage confiance en moi, ou bien qu'elle s'est dit que c'était de ça que j'avais besoin là tout de suite et peu importe la vérité...

Ma seule solution est donc de chercher ici, ce "miroir rassurant de l'autre", qui a déjà été décrit dans d'autres discussions. (Entre autres, merci Cyrano) Et c'est parce qu'un des buts de ce forum me semble être l'entraide et le soutien par le partage d'expériences similaires, que j'ai l'impudence non seulement d'imaginer que des gens vont avoir envie de lire ce que je tartine, mais aussi de solliciter de qui le voudra bien, de faire part de son histoire également.

A vos plumes ! Et charité bien ordonnée... je commence ...

témoignage : je n'ai pas marché, été propre, ou commencé à parler spécialement tôt. Apparemment je parlais un peu bien, et j'avais un peu plus de vocabulaire que les autres, mais manifestement rien de nature à attirer les soupçons de mes parents ou de quiconque.

je suis entré en PSM à presque 3 ans, et j'ai fait deux fois cette classe. (j'ai commencé mon cursus scolaire par un redoublement et je suis censé être surdoué, oui oui oui... :D)
Rien d'extraordinaire, d'après mon cahier rescapé de cette époque, comme tous les gamins, je faisais des ronds tordus et avec des angles, je mettais des gommettes bleues partout et pas seulement dans le fichu carré, et pour faire un train de gommettes (ajustement bord à bord), moi je les avais carrément fait se chevaucher. (La maîtresse avait bien expliqué qu'il fallait pas qu'on voie de blanc entre deux gommettes, ça je m'en rappelle! -donc voilà, là on est sûr de pas voir de blanc quoi.. :D)
Comme tous les gamins au même âge, je dessinais des bonhommes têtard dont le coiffeur s'était probablement suicidé, et dont les yeux laissent croire qu'ils étaient probablement sous amphèt. Enfin, à condition que j'aie pas oublié les bras, pour pouvoir prendre les cachets. :D

Après rien de notable, je me souviens juste qu'en grande section, j'avais hâte d'apprendre à lire, mais y'a beaucoup de gamins dans ce cas-là.

En CP ça l'a bien fait, parce que j'étais assez performant en lecture, mais en dehors de ça je ne cartonnais pas spécialement.
Le reste de la primaire et du collège non plus. Le lycée pareil.
La fac pareil, sauf que là je commençais à culpabiliser de pas en glander une, en me disant que je pourrais avoir de bien meilleurs résultats en me foulant en peu plus. Mais comment expliquer... j'avais la volonté, je savais parfaitement comment procéder, quelle marche à suivre pour travailler avec une bonne méthodologie et efficacement, mais je ne pouvais pas, c'était plus fort que moi.

j'ai toujours rédigé mes dossiers la veille pour le lendemain alors qu'on avait des semaines pour les faire. j'ai toujours juste relus mes cours juste avant les contrôles et examens. Et culpabilisé pour ça. Et stressé aussi.

Néanmoins, je n'ai jamais eu de vécu scolaire négatif avant le lycée, ni eu l'impression de m'ennuyer (pas plus que la moyenne quand le prof est nul en tout cas), ou que les cours étaient trop faciles ou redondants.
j'ai toujours écouté attentivement les enseignants, posé des questions et répondus aux leurs.
j'ai toujours été, dixit ma mère "dans la moyenne, un enfant bien équilibré"

Et mes bulletins le confirment : en gros : travail sérieux, pas mal, des progrès, des difficultés.... Bon, c'est vrai que j'ai toujours pensé que la notion de travail sérieux était usurpée : travail? sérieux? je bossais pas ou faisait semblant : genre les exercices de maths, faut qu'ils soient faits, mais ça veut pas dire que tu dois les faire pour de vrai: tu recopies l'énoncé, tu mets une réponse au pif. Oups tu t'es trompé, mais c'est pas ta faute, t'y arrives pas. Tant pis, tu vas prendre la correction en cours. Et voilà. :)
En gros, pour pas avoir de problèmes avec mes vieux, fallait que je sois sage et présent aux cours, que je fasse mes devoirs, et que je redouble pas. Bon, ben c'est ce que j'ai fait. Mais pas plus. Car le mot qui définit ma scolarité est la paresse. Il n'y a pas plus paresseux que moi.

A côté de ça, je n'ai jamais spécialement brillé en sport ni dans le domaine artistique, j'ai refusé de faire de la musique vers 6 ans, quand ma mère m'a expliqué qu'il y aurait d'abord du solfège (je le regrette).

Bref, je n'ai jamais été ce genre de bête de foire que les journalistes minables petits voyeurs sans éthique exhibent au moment du bac et de la rentrée scolaire, avec Gudule qui passe le bac à 4 ans ou Cunégonde qui saute 8 classes tous les 6 mois, Norbert qui dirige le philharmonique de Londres à 10 ans, ou encore Gonzague qui fait du water polo à haut niveau en même temps que ses études. Et pourtant eux ils sont surdoués. Moi aussi, en théorie, mais chuis pas comme eux. Alors, Georges, what else?

Et par pitié, les réponses sur le thème est "on est tous différents, on peut être surdoué sans être un génie de [inserer un domaine ici] ne sont pas bienvenues. Ca je le sais déjà, mais ce qui m'intéresse ici, c'est de savoir si je suis seul dans ce cas ou pas, pour être rassuré. je voudrais savoir si d'autres peuvent apporter eux aussi des témoignages qui aillent dans le sens du mien. Et j'espère que si de tels témoignages peuvent m'aider, ils permettront aussi à d'autres d'avancer...

D'avance, un grand merci.
Nous ne te lècherons pas car tu es toxique!
Mais ma signature est toujours 20% plus cool, d'ailleurs je retourne sur mon bateau pêcher des colins, signé ton papa le Captain Igloo.
Avatar de l’utilisateur
Tipiak
 
Messages: 443
Enregistré le: Jeu 1 Aoû 2013 20:31
Localisation: Ben en général je me déplace, alors bon...
Présentation: attention, bazar sauvage en liberté
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Aïnoa » Dim 10 Nov 2013 15:36

J'aurai pu l'écrire moi aussi ce topic...
Je me pose cette question depuis.... bien plus d'un mois... ça doit faire au moins 1 an 1/2 maintenant...

Pareil, j'ai "dit" à la psy que c'était pas possible. Mais non. Comme tu dis, il ne peut pas y avoir de doute possible vu le score.

Pareil, j'imaginais, espérais, peut-être, éventuellement atteindre un petit 128 pour ne pas avoir la prétention d'atteindre le fameux 130-132 mais de pouvoir être diagnostiquée...

Comme toi, j'ai rien du tout dans ma vie qui aurait pu faire/fait croire à ça jusqu'à ce fameux chiffre...

Pareil, redoublement de la 1ère année de maternelle (parce que débutée avec un an d'avance et changement d'école ensuite). Bonnes notes à l'école, mais pas exceptionnelles (ok, je bossais pas vraiment, juste faire les devoirs pour pas avoir des lignes à copier). Mais là où ça diffère avec ton histoire, "galère" post-bac. Je fais une formation "reconnue", mais galère quoi.
Si je suis un "génie" ( :rofl: c'te blague) comme le suggère la WAIS, pourquoi j'ai du mal comme ça?? C'est pas possible, WAIS se plante.
Attention, aucune notion de supériorité dans ce questionnement-là hein (bien au contraire...)!

Faut se dire que les plus grands génies ont aussi beaucoup travaillé (Mozart, Einstein, ...) pour arriver à faire ce qui les a rendu si célèbre.

Je retombe toujours sur le "fonctionnement cérébral différent qualitativement et quantitativement", mais bon... ça n'explique pas ces questionnements...
Désolée de pas pouvoir t'aider...
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Âge: 34
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar lady space » Ven 15 Nov 2013 16:00

J'ai beau avoir des lunettes et un gros QI, je suis loin d'être un génie ou brillante ou quoi que ce soit dans ce genre. Je n'ai pas de réussite spectaculaire à mon actif, pas de parcours universitaire flamboyant, de carrière professionnelle hors norme ni le compte en banque qui va avec. Je n'aime pas les échecs, n'ai jamais eu de fascination particulière pour les dinosaures ni l'astrophysique, et je ne suis pas une grosse matheuse non plus. Je suis juste une mère de famille plutôt banale avec un boulot alimentaire pas trop chiant, mais qui commence à me lasser aussi tout doucement, ne m'apportant pas assez de sens. Un underachiever comme disent les anglophones.

Donc je ne corresponds pas au stéréotype véhiculé par l'imaginaire populaire. Et c'est exactement la raison pourquoi je ne mets pas en doute le résultat du test.

L'échelle de Wechsler mesure un potentiel que la personne est capable de mobiliser le jour du test. Son résultat ne permet pas de prédire de futures échecs ni réussites. Il permet de mettre en lumière un câblage différent, c'est tout. L'utilisation ou non de ce potentiel est une autre paire de manches. Elle tient plus à l'histoire, au tempérament de la personne.

Nous savons tous - du moins en théorie - que les stéréotypes autour de la douance ne reflètent que très partiellement la réalité de ce phénomène, que c'est bien plus complexe, que surdoué n'est pas égal à brillant ou génie. Alors pourquoi le test ou le/la psy se seraient trompés, juste parce que je ne ressemble pas aux stéréotypes? Je n'ai d'ailleurs pas envie de ressembler à un stéréotype quelconque.

Donc, si je ne m'épanouis pas encore dans mon potentiel, je n'en déduis pas que le test s'est trompé, mais que les conditions nécessaires à cet épanouissement ne sont pas encore réunies. C'est-à-dire que mon histoire et certains choix de vie que j'ai faits étaient plutôt défavorables à la mise en oeuvre de ce potentiel intellectuel; il y a sûrement une part d'auto-sabotage, de manque de courage pour m'affirmer, le tout sur fond d'estime de moi catastrophique. Plein de points sur lesquels j'ai travaillé, et ça commence à porter ses fruits.

C'est d'ailleurs un peu un cercle vicieux: c'est parce qu'on est intelligent qu'on est capable de voir tout ce qu'on ne sait pas. Et on ne remarque pas ce qu'on sait parce que ça nous paraît juste normal, vu qu'on ne connaît que ça. En y ajoutant une tendance à toujours mettre la barre trop haut, il y a de quoi bien pourrir son estime de soi. Résultat: l'hypothèse d'une intelligence hors norme paraît encore plus farfelue.

Après, on a le choix: on peut conclure
a) que le test s'est trompé ou bien
b) que notre vision de nous-même est peut-être un peu/beaucoup biaisée et pas très réaliste.
Auquel cas (b) un travail de recherche sur ces biais pourrait être une bonne idée.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1909
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Raphaël » Sam 16 Nov 2013 15:48

Je ne suis pas un génie, mais j'ai été diagnostiqué surdoué.

Cependant on ne m'a pas sorti un chiffre impressionnant, vu qu'on ne m'a pas vraiment sorti de chiffre. La raison en est simple, j'étais tellement anxieux que je n'ai pas cessé de parler au psy durant les tests, faisant de l'humour et nombre de digressions, faussant ainsi les résultats. Du coup je ne peux pas dire à quel point je suis surdoué, bien que je n'en voit pas trop l’intérêt.

Moi je n'ai pas douté de mon psy, je n'ai pas remis en question, la raison en est simple, je n'ai jamais été un tant soit peu "normal", et les tests ne m'ont pas paru particulièrement difficiles, c'est juste que je n'ai pas réussi à me concentrer durant les dits tests, on remercie la phobie scolaire!

Résumer ma scolarité est simplissime: "Capable du meilleur comme du pire", mes profs ne savaient pas quoi faire de moi. Je me rappelle même d'une prof d'espagnol, adorable au demeurant, qui a pleuré durant un conseil de classe en découvrant que le meilleur élève de ce premier trimestre de 1ère L c'était moi, celui qui DORMAIT durant son cours. Je n'ai cessé d'enchaîner les périodes d'intérêt et de désintérêt, d'investissement, d'ennui et de dépression. Les 2/20 pouvaient être suivis d'un 16 ou d'un 18. J'ai passé un bac L avec quatre ans de retard, sans avoir été dé-scolarisé, et n'ai pas été fichu de décrocher un licence, après avoir pourtant essayé dans trois cursus différents.

Conclusion: Les atomes crochus avec le sujet abordé ou le prof, génèrent chez moi de la motivation, de la curiosité, de l'investissement, de l'énergie, de l'efficacité. Leur absence provoquent l'ennui, l'indifférence, la déprime, puis la dépression. D'où une solide phobie scolaire.

Cependant mes capacités rédactionnelles, et mes fulgurances (bonnes idées, solutions simples à des problèmes "compliqués", réponses mathématiques spontanées) mes atomes crochus avec les artistes, les cyclothymiques et les surdoués m'ont amené à considérer que j'étais probablement surdoué (et/ou cyclothymique). Le diagnostique fut donc une confirmation, certes nécessaire, mais en aucun cas une surprise. Et l'auto-sabotage du passage du test (je suis à chaque fois arrivé en retard, en sueur d'avoir couru après avoir passé des nuits aussi agréables qu'agitées) ne peut m'amener à considérer un score précis, ce qui ne me dérange pas plus que ça.

Pour moi l'importance du diagnostique est simple, si je suis surdoué, alors je ne suis pas fou. À partir de là, mes pensées peuvent prendre de nouvelles tournures, et je peux envisager ma vie avec une certitude rassurante, là où il y avait auparavant un terrain marécageux toutes options, crocodiles, sable mouvants, soldats japonais qui tirent sur le premier gaijin venu...

Malgré tout ça l'avenir demeure sombre, ce n'est pas demain la veille que je vais me débarrasser de mes mauvaises habitudes!

PS: Remettre en question le psy ou la validité du test est caractéristique du surdoué, ton questionnement ici (et encore plus sa forme) est lui même symptomatique. Mon psy n'était pas magique (je connais personnellement deux psys qui l'ont côtoyé durant leurs études) mais il a bien vu qui j'étais, comment et pourquoi. Les outils existent et ont prouvé leur validité, et les psys se sont cassé la tête et le cul des années durant pour avoir les compétences et le droit d'utiliser ces outils. Il faut juste aller voir un clinicien, nos problèmes à nous qui disposons d'une constitution mentale minoritaire ne sont pas forcément du ressort des psychothérapeutes...
Voiles et plumes
ont destinée commune
happer la caresse du vent
Avatar de l’utilisateur
Raphaël
 
Messages: 369
Âge: 34
Enregistré le: Sam 19 Jan 2013 10:06
Localisation: Rouen
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar *Za* » Mer 20 Nov 2013 09:18

J'avais [n] de QI, il y a bien longtemps.
On m'a fait comprendre beaucoup plus récemment que ça n'évoluait pas vraiment dans le temps, ben j'en doute sérieusement. Complexe de l'imposteur à retardement ?

Si j'étais un génie, aurais-je encore besoin de compulser à longueur de temps mon mode d'emploi interne des relations sociales ?
Ne serais-je pas une experte dans des domaines passionnants, plutôt qu'une butineuse qui ne fait jamais rien en entier ?
Si j'étais un génie, pourquoi alors suis-je incapable de jouer à tous les jeux qui demandent réflexion, anticipation tels que les échecs, ou même la belote ?
N'aurais-je pas fait de loooongues études couronnées de succès, avec une profession bien clinquante à la clef ?
Si j'avais toujours [n] de QI, alors n'aurais-je pas déjà fait quelque chose d'utile ?
Serais-je là, impuissante, indécise, à regarder le monde autour de moi dans un immobilisme benêt ?
Si j'étais un génie, n'aurais-je pas déjà pris les choses en main, mon intelligence sous le bras, pour faire bouger les choses ?

Je ne suis pas un génie, et je n'en ai jamais eu envie.
Parce qu'être un génie, c'est beaucoup trop de responsabilités.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2401
Images: 17
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar arizona » Mer 20 Nov 2013 10:37

Je crois que certaines personnes ont une passion en eux, et d'autres pas. Cette passion, comme un petit animal, les obligent, les contraignent à la nourrir. Ils vivent pour elle. Ils se réveillent en pensant à elle, et se couchent tout emplis d'elle. C'est parfois un art, parfois la science, c'est parfois mystique, parfois humaniste. Certains d'entre eux sont HP, d'autres pas.

Mais je crois que tous, parfois, de temps en temps, aimeraient être ce contemplatif, cette personne qui ne dépend pas d'un besoin impérieux, qui peut profiter sans rien faire, qui peuvent butiner. Eux aussi aimeraient avoir un bouton off, pas le bouton off de leurs émotions, ou celui de leur pensées, mais le bouton off de cette passion.

*za* a écrit:Je ne suis pas un génie, et je n'en ai jamais eu envie.


Ah bien voilà :) Tu n'as pas de passion dévorante non plus... ben moi non plus, et je crois pas mal ici sur ce forum sont dans ce cas.. C'est pas grave tu sais...
Si nous n'étions pas d'ici, nous serions l'infini.
D'une chanson.
Avatar de l’utilisateur
arizona
 
Messages: 1111
Images: 14
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 9 Mai 2013 08:00
Présentation: presentations/arizona-t3599.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Joebar » Mer 20 Nov 2013 11:05

Je souhaite revenir sur ce qu'a écrit Lady space que je trouve très sensé.

Je veux dire par là: est ce que vous n'êtes pas, de par vos témoignages, juste entrain de tenter de se comparer, de s'associer à des stéréotypes populaires?

Par exemple j'ai [n] de QI et je n'ai jamais découvert de nouveaux principes ou de nouvelles inventions (à mon grand regret, elles ont toujours été inventées avant que je ne le fasse...) pourtant lors de formations, d'apprentissages, là où tout le monde mettait 5 à 10 jours pour comprendre et réaliser un exercice j'avais terminé dans la journée dans un domaine tout aussi nouveau et inconnu par nous tous.
Je ne suis pas un champion du monde ou olympique mais en sport j'intègre et comprends très vite la technique ce qui me permet de vite monter en niveau.
Je ne suis pas un virtuose au violon, je joue comme un pied (enfin pas comme je le voudrais) et pourtant, d'après mon prof, au bout de 18 mois nous débutons le 2ème cycle ce qui correspondrait à 4/5 ans d'étude.

Je suis certain que vous avez des facilités dans un ou même plusieurs domaines (qui vous sont propres forcément). Parce que ce qu'indique le [n] de QI n'est qu'un potentiel, une capacité à, et aussi un fonctionnement cognitif différent facilitant la capacité à (pour rester dans le cadre du sujet, je comprends bien que certains diront que c'est plus handicapant; mais pas pour tout et pour tous, c'est surtout de son point de vue) et non une attitude.
Du coup, le mot génie n'aurait il pas été inventé en tant qu'hyperbole pour définir une personne s'en sortant mieux ou tout simplement pour qui il est plus, voir très, facile et rapide d'apprendre, d'appréhender, de comprendre, de s'approprier, de s'améliorer, dans un domaine qu'il soit physique ou intellectuel, que pour le commun des gens?

Et si on se réfère à la signification du mot "génie", n'en avons nous pas en chacun de nous une part et ce quelque soit le [n]?
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2922
Images: 4
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar lady space » Mer 20 Nov 2013 12:03

@ arizona: très intéressant de faire le lien avec la passion. Je pense que c'est effectivement un ingrédient indispensable du ce qu'on appelle génie. Mais à mon avis, on peut aussi être passionné sans être un génie, la seule passion ne garantissant peut-être pas forcément un résultat hors normes.

C'est d'ailleurs un point qui m'a posé problème pendant un bon moment: je n'ai pas de véritable passion non plus, et je ne sais pas si c'est quelque chose que j'ai inhibé (ce ne serait pas la seule) ou si je suis définitivement incapable de me passionner pour quoi que ce soit, ou bien que je me fais une fausse idée de la signification du mot "passion". Mais peu importe la raison, le résultat est le même: pas de passion. Plutôt une curiosité touche-à-tout, mais rien qui me dévore.

Mais pour revenir à la thématique initiale: je crois qu'on peut se mettre d'accord sur l'idée que l'équation "surdoué = génie" relève du stéréotype, qu'elle ne tient pas la route. Puis, cette équation biaisée ne suffit pas pour discréditer le résultat d'un test qui a fait ses preuves quand même.

La question suivante à se poser serait alors: "Pourquoi ai-je besoin de douter de la validité du résultat du test plutôt que du bien-fondé de ce stéréotype?"

Suivi de la question de savoir en quoi ce serait un problème de ne pas être un génie.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1909
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar arizona » Mer 20 Nov 2013 13:47

lady space a écrit:Mais à mon avis, on peut aussi être passionné sans être un génie, la seule passion ne garantissant peut-être pas forcément un résultat hors normes.


Non bien sûr, je crois que pour être un génie il faut combiner plusieurs éléments, à savoir : la passion, la maîtrise des techniques nécessaires, la chance, la persévérance, le travail, la volonté, le temps, être surdoué, - alors peut-être pas surdoué dans le sens dans lequel nous on l'utilise, quoique.. mais surdoué dans ce domaine là.

C'est dans ce sens là, que je pense que c'est un stéréotype, l'association surdoué-génie. Il y a tellement d'éléments à réunir, que la possibilité d'être ou de devenir un génie est fort réduite...

J'ai tout de même l'impression que ceux qui " réussissent " dès qu'ils touchent à quelque chose, comme s'ils savaient déjà, comme si ils avaient déjà pratiqué dans une autre vie, ils sont tout de même très très rares.. On est assez loin des 2%, même assez loin des 1/1000, enfin j'en sais rien en fait, mais je me dis que ça ce saurait si il y avait tant que ça ^^.

lady space a écrit:Suivi de la question de savoir en quoi ce serait un problème de ne pas être un génie.


Oui en fait, c'est ça que je me demande, il est où le problème ?

Tipiak demande :
mais ce qui m'intéresse ici, c'est de savoir si je suis seul dans ce cas ou pas


Ben non Tipiak, t'es pas la seule ! Bien au contraire ! Et dans les exemples que tu cites, il y a deux types je trouve : celui qui clairement s'affirme, enfant, dans sa différence. Mais ils sont tellement rares ! Il n'y a pas 2% de nos enfants qui sont si exceptionnels. Sinon, tous on en connaitrait, et plusieurs, dans nos relations. Quant aux autres, ceux qui déploient tant d'énergie dans tant de domaines, eh bien souvent ils ont une famille derrière qui pousse à ça. L'enfant fera de la danse et du violon et du judo et du japonais et il est prié de s'investir dans tous ces domaines. Dans des familles, les enfants doivent se lever tôt, et faire quelque chose de leur journée. Pas question de se lever a 10h et de glander en pyjama jusque midi, et d'après le déjeuner, se gratter la tête en se demandant ce qu'on pourra bien faire de sa journée. Ca change pas mal de choses je trouve, et dans la somme des acquis, et dans la façon d'aborder la vie, et dans la gestion de soi-même. Développer une certaine discipline, et parfois la garder adulte.
Si nous n'étions pas d'ici, nous serions l'infini.
D'une chanson.
Avatar de l’utilisateur
arizona
 
Messages: 1111
Images: 14
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 9 Mai 2013 08:00
Présentation: presentations/arizona-t3599.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar lady space » Mer 20 Nov 2013 20:46

En fait, je me demande ce que tu espérais comme témoignage... Parce que parmi les membres de ce forum, tu ne vas pas récolter beaucoup d'affirmations du type "j'ai (n) de QI ET je suis un génie", cette espèce étant plutôt rare.

Mais entre génie et normal, il y a une sacrée marge, peuplée des communs des surdoués. Et oui! Ce n'est pas estampillé sur le front, pas plus que "La Poste", ça ne se voit pas forcément, du moins souvent pas là où l'on cherche. Et ceux parmi nous qui sont surdoués entre autres en suradaptation auront encore plus de mal à repérer les "signes", que dis-je: à en produire.

La preuve: j'ai (n) de QI, je ne ressemble à rien de spécial, aucun signe extérieur de génie, ni même d'intelligence remarquable (genre une chaire, maître de conférence - la carrière à laquelle je me destinais avant que je laisse tout tomber), j'ai toujours eu de bons bulletins, mais jamais excellents. Et je sais pourquoi: je voulais avant tout éviter de me faire remarquer, d'être stigmatisée comme "l'intello/la bêcheuse", je voulais avoir des copines et il ne fallait donc pas sortir du lot. (En passant: merci papa et maman - un peu plus d'affection - que dis-je? d'attention aurait suffi - de votre part m'aurait éventuellement évité de vendre mon âme pour m'acheter de la reconnaissance auprès de mes camarades de classe.) Fin de la parenthèse 3615mylife.

Tout ça pour dire qu'il peut y avoir maintes raisons d'avoir (n) de QI sans que ça ne se voie, et encore moins à travers des lunettes biaisées par des stéréotypes, par une estime de soi défaillante, par une confiance aveugle dans le jugement de personnes pas qualifiés pour cela, les parents, p.ex., mais ça n'appelle pas la conclusion que le chiffre (n) est faux.

Puis, je résumerais mon témoignage par la réflexion hautement philosophique suivante: j'ai (n) de QI, je ne suis pas un génie - et alors?
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1909
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Nami Tama » Jeu 21 Nov 2013 11:29

Juste pour rigoler un peu, pour rebondir et faire un clin d'oeil aux différentes remarques de Lady Space et Joebar.

J'ai [n] de QI ET je suis une génie...de la vie. :D

En toute modestie, je peux dire que je mobilise tout ce joli potentiel dans ma (on va dire jolie pour le plaisir) tête pour VIVRE.
Vivre, ce n'est pas seulement faire en sorte que mon corps ait tout ce qu'il faut pour fonctionner de façon optimale, c'est aussi être heureuse.
Alors mon potentiel de dingue (huhuhuhuhu :lol: ), je l'emploie tous les jours à combattre la morosité, à voir toute la beauté de la vie, toute la chance que j'ai, toutes les merveilles du monde, à me réjouir au maximum.

Et je crois bien oui, que je suis géniale pour ça, au vu de mon entourage proche et moins proche, qui semble se débattre bien plus que moi avec leur vie.
Certains ce sont les problèmes de couples, chaque fois que je les vois ils se sont dispués et continuent de le faire en pointillés pendant toute notre entrevue.
Pour d'autres, jamais rien ne va assez bien dans leur vie : le travail n'est pas assez ceci, la maison n'est pas assez cela, l'autre est trop ceci, les enfants sont trop cela, le chien n'est pas assez truc, le papier peint est trop machin...
Une telle divorce après trois ans de mariage et un petit bout de 2 ans et demi, Machine se rend compte maintenant qu'elle partage l'appartement avec son nouveau copain qu'elle n'est pas faite pour la vie à deux, alors que ce n'est pas la première fois qu'elle s'installe en couple, et bla et bla et bla.

Et moi, en toute objectivité, je vis une situation matérielle bien plus inconfortable et ma vie personnelle pourrait être la source de bien des soucis (les maladies chroniques incurables, c'est moche) et bah vous savez quoi ? Je suis HEUREUSE, ma vie est malgré tout génial et je m'y plais.

Je nourris ma curiosité dans les domaines qui m’intéresse, je m'émerveille souvent, je me réjouis encore plus souvent, les gens que je croise ne me détestent pas instantanément, je fais rire les vendeurs aux marchés, je discutent avec la vielle dame devant moi de recette de soupe et de robots ménager, je vais à la danse et je me trouve trop grosse en me regardant dans le miroir mais rien ni personne ne m’empêchera de monter sur scène dans un tutu rouge pour interpréter une chorégraphie inspiré de "Rubis" de Balanchine ! :faitdesbonds: :cheers: :rofl:

De me fenêtre, ce n'est pas très difficile d'être bien dans sa vie, avec tout ce qu'elle a de difficile et triste à vivre. Mais visiblement, pour les autres, c'est difficile, voir même très difficile.

Alors je m'auto-déclare GENIE de la Vie :cheers:
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Joebar » Jeu 21 Nov 2013 11:57

Offtopic :
Trop cool!!!
On va monter un club des génies de la vie 8)
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2922
Images: 4
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Nami Tama » Jeu 21 Nov 2013 18:24

Offtopic :
Joebar a écrit:Trop cool!!!
On va monter un club des génies de la vie 8)


Ouais j'aime bien les clubs ! C'est trop la classe 8)
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Tipiak » Dim 15 Déc 2013 14:10

Nami Tama a écrit:
Offtopic :
Joebar a écrit:Trop cool!!!
On va monter un club des génies de la vie 8)


Ouais j'aime bien les clubs ! C'est trop la classe 8)


Offtopic :
Ouais, surtout pour jouer au golf!!!






Merci à tous pour vos réponses, et pour vos réflexions -que je n'avais pas prévues, mais qui sont très très bienvenues.

Pour repréciser, en élaborant ce sujet, ma démarche était de montrer que oui, on peut être diagnostiqué surdoué sans avoir appris à lire à 2 ans, et que ça n'est pas exceptionnel.

En effet, je n'ai jamais montré de talents extraordinaires, tels que ceux évoqués dans de nombreux témoignages sur le forum en général. Et à lire tous ces témoignages, j'avais l'impression de faire tache dans le paysage. Un recueil de témoignage allant dans le même sens que mon vécu personnel avait donc pour but une prise de repères, et si j'ai partagé ce questionnement ici, c'est que je pars du principe qu'une question ne se pose jamais qu'à une seule personne.

Par contre, l'utilisation du mot génie était un gros raccourci moisi du cliché, et il ne s'agissait pas de juger en quoi ça serait bien ou pas bien de l'être ou pas...


En fait, pour raccourciser, le but de ce sujet est un peu d'aller contre les préjugés sur les surdoués...
Nous ne te lècherons pas car tu es toxique!
Mais ma signature est toujours 20% plus cool, d'ailleurs je retourne sur mon bateau pêcher des colins, signé ton papa le Captain Igloo.
Avatar de l’utilisateur
Tipiak
 
Messages: 443
Enregistré le: Jeu 1 Aoû 2013 20:31
Localisation: Ben en général je me déplace, alors bon...
Présentation: attention, bazar sauvage en liberté
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar daydream » Jeu 27 Fév 2014 22:57

Excellent sujet et tellement fondamental!

Lady Space a brillament exposé les choses, je les résumerais beaucoup plus trivialement en disant que ce n'est pas parce qu'on mesure 2m05, qu'on court vite et qu'on est habile avec un ballon qu'on devient basketteur à la NBA.

Cette discussion démontre bien ce qu'on a hélas trop souvent encore besoin de répéter: la douance à elle seule ne peut ni déterminer ni définir une personne, elle n'est qu'un élément.

Et puis ça doit vraiment pas être drôle la vie d'un génie. D'ailleurs, j'ai refusé!
Avatar de l’utilisateur
daydream
 
Messages: 323
Enregistré le: Mer 9 Fév 2011 14:52
Localisation: Là où la forêt regarde Paris
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: presentations/connait-t72.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar samjna » Ven 25 Nov 2016 05:07

A titre spéculatif concernant les THQI...

Ce forum demande à ce que vous soyez inscrit et connecté pour voir ce message


Quant à cela, les clercs disent:
D’Artagnan n’avait pas manqué aux circonstances, mais les circonstances avaient
manqué à d’Artagnan. Tant que ses amis l’avaient entouré, d’Artagnan était resté dans sa
jeunesse et sa poésie ; c’était une de ces natures fines et ingénieuses qui s’assimilent facilement
les qualités des autres. Athos lui donnait de sa grandeur, Porthos de sa verve, Aramis de son
élégance.
Si d’Artagnan eût continué de vivre avec ces trois hommes, il fût devenu un homme
supérieur. Athos le quitta le premier, pour se retirer dans cette petite terre dont il avait hérité
du côté de Blois ; Porthos, le second, pour épouser sa procureuse ; enfin, Aramis, le
troisième, pour entrer définitivement dans les ordres et se faire abbé. À partir de ce moment,
d’Artagnan, qui semblait avoir confondu son avenir avec celui de ses trois amis, se trouva isolé
et faible, sans courage pour poursuivre une carrière dans laquelle il sentait qu’il ne pouvait
devenir quelque chose qu’à la condition que chacun de ses amis lui céderait, si cela peut se
dire, une part du fluide électrique qu’il avait reçu du ciel.

Ainsi, quoique devenu lieutenant de mousquetaires, d’Artagnan ne s’en trouva que
plus isolé ; il n’était pas d’assez haute naissance, comme Athos, pour que les grandes maisons
s’ouvrissent devant lui ; il n’était pas assez vaniteux, comme Porthos, pour faire croire qu’il
voyait la haute société ; il n’était pas assez gentilhomme, comme Aramis, pour se maintenir
dans son élégance native, en tirant son élégance de lui-même.

Quelque temps le souvenir charmant de Mme Bonacieux avait imprimé à l’esprit du jeune
lieutenant une certaine poésie ; mais comme celui de toutes les choses de ce monde, ce souvenir
périssable s’était peu à peu effacé ; la vie de garnison est fatale, même aux organisations
aristocratiques. Des deux natures opposées qui composaient l’individualité de d’Artagnan, la nature
matérielle l’avait peu à peu emporté, et tout doucement, sans s’en apercevoir lui-même, d’Artagnan,
toujours en garnison, toujours au camp, toujours à cheval, était devenu (je ne sais comment cela
s’appelait à cette époque) ce qu’on appelle de nos jours un « véritable troupier ».

Ce n’est point que pour cela d’Artagnan eût perdu de sa finesse primitive ; non pas. Au
contraire, peut-être, cette finesse s’était augmentée, ou du moins paraissait doublement
remarquable sous une enveloppe un peu grossière ; mais cette finesse il l’avait appliquée
aux petites et non aux grandes choses de la vie ; au bien-être matériel, au bien-être comme les
soldats l’entendent, c’est-à-dire à avoir bon gîte, bonne table, bonne hôtesse.
Dumas: Vingt ans après
Pas sûr que c'était un WISC !
Avatar de l’utilisateur
samjna
 
Messages: 290
Enregistré le: Ven 27 Nov 2015 05:55
Localisation: Au bout du bout de l'ouest...
Présentation: -->
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar TourneLune » Ven 25 Nov 2016 07:01

C'est flippant de voir ce wiki ressortir comme une source....
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar samjna » Ven 25 Nov 2016 07:56

J'ai remarqué que sur ce post, les critère de "génialité" évoqués étaient souvent des critères de visibilité sociale, dont la réussite professionnelle ou académique, rapportés à [n].
Or un facteur important de réussite sociale ( Cf. p. ex. Bourdieu ) est apporté par le capital culturel, relationnel et financier dépendant de l'origine sociale. Paramètre que ce wiki a la mérite de suoligner.

S'il y a de la doc plus sérieuse là-dessus...
Pas sûr que c'était un WISC !
Avatar de l’utilisateur
samjna
 
Messages: 290
Enregistré le: Ven 27 Nov 2015 05:55
Localisation: Au bout du bout de l'ouest...
Présentation: -->
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Grabote » Ven 25 Nov 2016 08:02

J'avoue (comme dirait ma fille), une source a laquelle j'évite de boire,
et qui enfonce des portes ouvertes, non ?

Samja post en même temps que j'écris,
samjna a écrit:Or un facteur important de réussite sociale ( Cf. p. ex. Bourdieu ) est apporté par le capital culturel, relationnel et financier dépendant de l'origine sociale.

C'est une évidence pour moi, mais peut être pas pour tout le monde,
et si tu nous citais Bourdieu plutôt , perso, ça me parlerait plus !
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar TourneLune » Ven 25 Nov 2016 08:05

Il y a surtout peu de doc moins sérieuse que ce truc-là, lubie d'un type qui se croit THQI sans avoir passé le test.

En ce qui concerne l'impact du milieu sur la reussite sociale, tu dois pouvoir trouver.
Concernant les THQI sans doute pas, mais ce que tu nous donnes là, tu peux l'écrire toi selon ton imagination et tes idées du moment puis le mettre sur une page web qui contient le mot wiki, ça aura la même valeur.

Mais bref il est peu probable que ça n'ait pas d'impact mais fort probable aussi que des capacités extraordinaires peuvent amener ees parcours extraordinaires.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Bradeck » Ven 25 Nov 2016 08:42

Et ce qui est bien aussi, c'est que ses "sources" sont soit la "Mega Society" (je n'arrive plus à trouver l'article dans lequel il était indiqué que cette dernière était un hoax, délibéré par les fondateurs, qui eux-mêmes sont conscient qu'il n'existe aucun test discriminant dans ces valeurs de QI. De plus leur site désormais est en déliquescence avancée...), la prometheus society dont le site est également en rade, et des "psy" des années 1900...

Et bien sûr, le fruit de ses réflexions à lui, et comme dit Tournelune, on peut écrire un truc équivalent, mais avec obligatoirement beaucoup de biais, rien que le biais de recrutement, surtout quand on est seul dans le pool :P ...
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1550
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Turambar » Ven 25 Nov 2016 08:46

Nami Tama a écrit:Juste pour rigoler un peu, pour rebondir et faire un clin d'oeil aux différentes remarques de Lady Space et Joebar.

J'ai [n] de QI ET je suis une génie...de la vie. :D

En toute modestie, je peux dire que je mobilise tout ce joli potentiel dans ma (on va dire jolie pour le plaisir) tête pour VIVRE


J'allais répondre un truc dans ce genre. Je n'ai jamais eu de gros doute sur mon potentiel, même si parfois j'étais un peu éloigné de ça. En revanche, je pense à un truc : même les underachiever sont toujours des overthinker. Si on sort l'idée de réussite sociale, le fait de penser beaucoup et loin, ça amène toujours plus loin.

Imaginons qu'on puisse un jour estimer qu'un HPI pense 20% plus que quelqu'un de "normal". Ca veut dire qu'à 10 ans, tu auras deux ans "d'avance" en pensée, 20 ans ça fera quatre, etc. Le fait d'aller plus loin, ça fait explorer des terrains glissants, mais ça permet de connaître tellement de choses !

C'est une richesse, et la voir juste sous l'angle de la réussite sociale/universitaire/etc, c'est le petit bout de la lorgnette...
Personnellement, j'ai intégré un des meilleurs Master de France dans mon domaine, mais il faut régulièrement que je me le rappelle pour ne pas oublier. Et j'y ai moins réussi que des gens probablement moins futés, mais plus scolaires et plus bosseurs.

Et OSEF. Ma réussite, c'est que je comprends les gens que j'aime, que je sais les aimer et qu'ils m'aiment. Là, je suis un achiever et j'en suis fier.
"Être différent n'est ni une bonne, ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que vous êtes suffisamment courageux pour être vous-même".
Albert Camus
Avatar de l’utilisateur
Turambar
 
Messages: 32
Âge: 35
Enregistré le: Mer 19 Oct 2016 14:52
Présentation: presentations/presentons-nous-donc-t7881.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Thalweg » Ven 25 Nov 2016 13:46

J'ai ouvert la page, lu "Difficulté à supporter les idiots", refermé la page. Damn, j'ai amené du trafic à ce site. J'irai dire 4 Ave et 2 Notre Père, imaginez l'inconscience de la faute.

Offtopic :
Il faudrait un message entre certains posts du forum, indiquant: "Attention, deux ans se sont écoulés entre le message précédent et le message qui suit cet avertissement" ou quelque chose permettant de voir le temps qui a passé entre deux posts (de façon plus marquante que lire les dates), surtout pour voir quand le topic est remonté des tréfonds du forum...
¬ ʻʻ … ʼʼ . ʻ … …ʻ … ; ʼʼ , ʻ
Avatar de l’utilisateur
Thalweg
un petit côté foufou!
 
Messages: 728
Images: 53
Âge: 27
Enregistré le: Sam 27 Déc 2014 21:40
Localisation: Norska, à travers l'échancrure.
Présentation: Thor et le géologue
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Témoignages : J'ai [n] de QI, mais ne suis pas un génie

Messagepar Napirisha » Ven 25 Nov 2016 14:49

Offtopic :
Ou alors, qu'on prenne chacun l'habitude de signaler quand on exhume un vieux sujet. Un belle occasion d'utiliser ce magnifique et sous-employé smiley :pharaon:
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1490
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS



Retourner vers Discussions et Débats

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Mais où sont les bilans ? [Appel à témoin ^^]
par Bradeck » Sam 18 Juil 2015 13:51

Réponses: 12

Vus: 1230

Dernier message par pixelvois Voir le dernier message
Ven 24 Juil 2015 16:16
Depuis que je suis intelligent, ça va mieux!
1, 2, 3, 4par daydream » Mar 30 Aoû 2011 19:25

Réponses: 77

Vus: 15780

Dernier message par lulu16 Voir le dernier message
Lun 22 Aoû 2016 13:28
Dans quelles caractéristiques ne vous retrouvez-vous PAS?
1, 2, 3, 4par Maluna » Dim 8 Mai 2011 11:10

Réponses: 95

Vus: 19819

Dernier message par Différente Voir le dernier message
Mer 14 Déc 2016 12:30

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Dromadaire et 2 invités