Nous sommes le Jeu 23 Mar 2017 07:10


Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

La partie consacrée à la Santé dans sa globalité. Principalement la psychologie, psychologie sociale, la psychiatrie, les troubles de l'humeur, de la personnalité, les handicaps, l'autisme...

Modérateur: W4x

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Bradeck » Mer 11 Nov 2015 14:19

Je dois dire que de prime abord, la première fois que j'en ai entendu parler, je me suis dis : Mouai, 16 types de personnalités, soit 4 de plus que de signes astrologiques... Et encore, pour cette dernière au delà des 12 signes, il faut prendre les ascendants, et en fait encore plus de données que cela.
Donc 16 types, cela doit jouer à fond sur l'effet Barnum.

Puis, lors d'un bilan de compétence, j'ai déterminé mon profil. C'est malgré tout assez simple à déterminer soi-même, même sans répondre à 250 questions, à partir du moment où l'on a bien intégré la règle: Le MBTI indique nos préférences comportementales. Donc, lorsque l'on se dit à une question: "Ben, ça dépends", c'est que l'on imagine plusieurs scénarios. Pour répondre "correctement", il faut se placer dans le "cadre idéal, sans contrainte" (en gros, pas la vraie vie quoi :P)

Pour moi, cela donne INFP. Pour "tester" la chose, je me suis amusé à passer deux "tests" parmi ceux que je trouvais les mieux fait. (oui, je m'amuse comme je peux). C'est toujours INFP. Pour ceux qui donnent des pourcentage: Je suis autour des 90% sur les I, N et P, et autour de 25 pour le F. C'est donc plutôt marqué :1cache:

En regardant les interprétations, en me documentant sur le "mode de fonctionnement des INFP", et en le confrontant avec d'autres profils, quoique l'on pense desdits types de personnalité, c'est une bonne base de réflexion. Et finalement, cela m'a permis de creuser certains aspects de moi dont je n'avais pas conscience, et m'a donc permis de continuer à avancer sur la connaissance de moi-même.

Mais surtout, j'ai également réfléchit d'un autre point de vue: Si ma préférence est INFP, dans ma vie, qu'est-ce que j'exprime le plus souvent ?
Et bien depuis que je suis tout petit, je vais à l'encontre de mes préférences. Mon éducation, mes études, les environnements dans lequel j'exerce mes métiers, voire ce que j'applique dans ma vie perso, vont à l'encontre de cela, sauf lors d'une petite période de ma vie, qu j'ai toujours en référence à ce jour pour dire "J'aimerai retrouver un environnement comme celui-là".
Cela revient en fait au syndrome pass, même si ce dernier est également soumis à réserve.

Avant de creuser le sujet MBTI, je me disais de plus en plus que je baigne dans un environnement qui ne me permets pas d'exprimer mes valeurs, et que cela commence à me poser de sérieux problèmes. C'est ce qui m'a mis sur le chemin de la découverte de la douance, c'est ce qui me fait me poser encore aujourd'hui de grandes questions pour mon devenir... J'ai donc beaucoup ris en lisant dans la description du profil INFP, en exergue: "En règle générale, les INFP se focalisent sur leurs valeurs et ils consacrent leur vie à suivre un idéal." ;)

En conclusion; Personnellement, je suis très loin de prendre les 16 profils comme des "vérités", et heureusement, la vie serait bien triste sinon. Car comme indiqué: Dans la vraie vie, selon les conditions, les humeurs, la réponse à chacune des question varie. Il reste vrai qu'au fond, pour chaque question, nous avons une préférence "générale".
On peut se dire que c'est ballot, il n'y a pas besoin de faire un test, surtout quand on a une référence d'un moment de sa vie que l'on souhaite retrouver.
Et bien en fait si, cela est utile: Pour poser des mots, et solidifier une réflexion en cours, surtout pour quelqu'un habitué au doute cartésien.

J'ai utilisé le MBTI comme un terreau de réflexion, comme socle me permettant d'avoir d'autres éléments pour creuser des aspects de moi-même. Je n'en suis pas devenu un défenseur, loin de là, mais c'est une base de départ que malgré tout, je préfère à mon signe zodiacal (mais c'est certainement car je ne m'y connais pas en astrologie :P )

Et quand on parle de personnalité, n'est-ce pas cela l'essentiel ?
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1634
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Melkoa » Mer 11 Nov 2015 15:08

Tiens, c'est "marrant", j'ai (auto) passé le test récemment (enfin plusieurs tests histoire de vérifier le résultat !), avec le même genre de questionnement...
J'ai même lu les différentes descriptions histoire de voir à quel niveau l'effet Barnum pouvait s'appliquer ou non : même si évidemment ce n'est pas le cas pour certains types, certains autres me semblaient assez proches, d'autant plus quand son propre % oscille entre deux.

Après d'ailleurs avec une copine on s'était amusées à tenter de profiler des ami-e-s commun-e-s : lorsqu'ils/elles ont passé le test ensuite, on avait quasi tout bon ! Il me semble que comme chaque type se définit entre deux extrêmes (si je simplifie au max bien sûr, ensuite il y a le % qui joue), cela me semble assez facile à déterminer dans l'idée...
Mais bon une fois qu'on a dit ça, je ne sais pas si ça apporte grand chose, et si vraiment la définition de chaque catégorie est "exclusive" : c'est ce qui m'a le plus interrogée.

Pour l'anecdote je suis pour ma part a priori INFJ.
Je trouve très intéressante la question que tu soulèves Bradeck, a savoir ce qu'on est vs ce qu'on montre (nb : ton lien ne fonctionne pas ;) )...

Si je fais "à chaud" cet exercice inverse, je m'aperçois alors que probablement celles et ceux qui me connaissent peu (ou au travail par exemple), doivent plutôt me voir comme quasiment l'inverse, plutôt vers le ESTP (ou J, je doute sur la fin), ou alors entre les deux (la fille 50/50, sans personnalité avérée :P ).
C'est ce que je montre (peut-être aussi car ce que j'estime mieux "reconnu" au travail par exemple ?), même si je pense que je ne suis pas non plus en camouflage (schizophrène ? :evil: ) total... Bon ça pousse à s'interroger sur la notion de faux self quand même tout ça... :shake:
Bref, terreau de réflexion intéressant comme tu dis, quoiqu'il en soit !
Et vice versa.
Avatar de l’utilisateur
Melkoa
 
Messages: 346
Âge: 35
Enregistré le: Lun 6 Juil 2015 21:15
Présentation: Par ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Bradeck » Mer 11 Nov 2015 16:55

Melkoa a écrit:nb : ton lien ne fonctionne pas ;) )

Mais si.... Ok, il fonctionne mieux depuis que j'ai remplacé le titre du post par son URL ^^

Melkoa a écrit:Après d'ailleurs avec une copine on s'était amusées à tenter de profiler des ami-e-s commun-e-s : lorsqu'ils/elles ont passé le test ensuite, on avait quasi tout bon !

Et au final, c'est tant mieux, cela voudrait dire, si on adhère à l'hyptothèse de base du MBTI, qu'ils se comportent selon leurs préférences. J'ai partagé mon "type" avec mes collègues au travail en parlant du bilan. Ils ont lu la description, et ils ont été surpris, car pour eux, cela ne correspond pas, hormis certains comportements qui les avaient marqués, du genre "Non, ça je ne ferais pas, un point c'est tout. Je sais, tout le monde le fait, mais pas moi" (c'est là le côté: "on a pas les même valeurs" ;) )

Ils prenaient cela comme des "anomalies", alors qu'en fait, ben non ^^.

Après, on peut aussi de dire : "Mais c'est qui cet abruti qui ne se comporte pas selon ses préférences de fonctionnement ?"
Et bien c'est un abruti qui n'a pas su faire des choix, qui s'est laissé porté par la vie, les lieux commun de la culture dans laquelle il baigne et qui lui ont fait suivre une voix car il y montrait des aptitudes fortes et que c'est celle conseillée à tous si l'on peut.
Alors qu'au fond, il avait aussi des aptitudes pour les autres choses, mais qu'on lui disait "Nan, cette section là c'est parce qu'on ne peut pas avoir l'autre", "Naaan, trouve un vrai métier !", "Pffiu, tu te débrouilles vachement bien dans ce job, tiens, voilà l'étape d'après".

En gros, un abruti qui n'a jamais réussi à choisir parce que tout l'intéressait, et qu'il n'avait pas de barrière. Et comme il ne savait pas choisir, il a laissé "le plus grand nombre" choisir pour lui. Et comme il est résilient, qu'il ne fait pas vraiment attention à lui mais aux autres, et bien le réveil arrive tard.
Pas trop tard hein, tard juste :whew:

Et pour revenir au topic: Ces "profil MBTI", quoiqu'on en pense, ne sont qu'une brique supplémentaire qui tends à me faire penser que décidément, il est temps que je revoie certaines choses ^^
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1634
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Melkoa » Jeu 12 Nov 2015 12:28

Bradeck a écrit:Mais si.... Ok, il fonctionne mieux depuis que j'ai remplacé le titre du post par son URL ^^

Tsss, c'est vilain ça :P

Bradeck a écrit:(c'est là le côté: "on a pas les même valeurs" ;) )

Ha oui, le fameux syndrome Bordeaux Chesnel... :lol:

Bradeck a écrit:Après, on peut aussi de dire : "Mais c'est qui cet abruti qui ne se comporte pas selon ses préférences de fonctionnement ?"
Et bien c'est un abruti qui n'a pas su faire des choix, qui s'est laissé porté par la vie, les lieux commun de la culture dans laquelle il baigne et qui lui ont fait suivre une voix car il y montrait des aptitudes fortes et que c'est celle conseillée à tous si l'on peut.
Alors qu'au fond, il avait aussi des aptitudes pour les autres choses, mais qu'on lui disait "Nan, cette section là c'est parce qu'on ne peut pas avoir l'autre", "Naaan, trouve un vrai métier !", "Pffiu, tu te débrouilles vachement bien dans ce job, tiens, voilà l'étape d'après".

En gros, un abruti qui n'a jamais réussi à choisir parce que tous l'intéressait, et qu'il n'avait pas de barrière. Et comme il ne savait pas choisir, il a laissé "le plus grand nombre" choisir pour lui. Et comme il est résilient, qu'il ne fait pas vraiment attention à lui mais aux autres, et bien le réveil arrive tard.
Pas trop tard hein, tard juste :whew:

hummm abruti je ne sais pas ( :P )
Ou alors on est de nombreux-ses abruti-e-s (ce qui en soit est possible aussi cela dit !)


Bradeck a écrit:Et pour revenir au topic: Ces "profil MBTI", quoiqu'on en pense, ne sont qu'une brique supplémentaire qui tends à me faire penser que décidément, il est temps que je revoie certaines choses ^^

Prendre la pilule bleue ou rouge quoi...
En tous cas je trouve que ces outils sont intéressants, pour peur qu'on voit au-delà des résultats, ce que ça apporte, ce qu'on peut en décrypter, et ce qu'on en fait au final (oouh que cette phrase est bateau !)
Et vice versa.
Avatar de l’utilisateur
Melkoa
 
Messages: 346
Âge: 35
Enregistré le: Lun 6 Juil 2015 21:15
Présentation: Par ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar SylDa » Ven 11 Déc 2015 03:29

J'ai passé une première fois le MBTI (échelles de likert entre deux choix opposés) il y a environ 8 mois et ça m'a dit INFP. Là je passe celui avec 2choix opposés par item et ça me dit INTP ^^

Je suppose que fonction de la situation je vais utiliser soit mes sentiments soit ma logique voir les 2 en même temps^^ l'humain est paradoxal.

J'aurai tendance à penser que le type INFP me correspond un peu mieux car je suis une idéaliste...ceci étant je suis assez cynique et distante parfois et si je m'attache à mes valeurs je trouve l'opinion des autres constructive surtout quand elle est différente. Mais j'ai une tendance à l'hypersensibilité et je ne supporte pas l'injustice...pour autant je ne réfléchis pas toujours avec mes émotions puisque je les analyses...

Je pense qu'il faut pas voir ces tests comme "une description de ce qu'on est" mais comme une personnalité type. une manière générale de fonctionner. L'être humain est bien évidemment beaucoup plus complexe que ça. Ce qui est mis en évidence ce sont des traits, un peu comme un dessin simple au crayon va dessiner une silhouette (corpulence longueur des cheveux , taille etc) et un dessin détaillé différenciera la personne de toutes les autres.

le rôle des types de personnalité est de proposer une approche compréhensive. différencier les gens en 16 catégories permet de dire "ah oui cette personne fonctionne comme ça c'est logique qu'elle ai réagit comme ça dans telle situation, c'est sa tendance globale" et donc de mieux appréhender (prédire?) les comportement dans telle ou telle situation (au travail par exemple, si tu gères des INFP tu les gérera pas avec la même approche que des ENTJ ^^)

Il faut donc prendre de la distance avec ces tests et les utiliser à bon escient :)
Surtout que certains biais de réponses peuvent entrer en jeu
Quelle est la différence entre un corbeau ?
Avatar de l’utilisateur
SylDa
 
Messages: 233
Âge: 26
Enregistré le: Dim 22 Nov 2015 17:23
Localisation: Bretagne
Présentation: ma bulle
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar *Za* » Ven 11 Déc 2015 15:58

SylDa a écrit:J'ai passé une première fois le MBTI (échelles de likert entre deux choix opposés) il y a environ 8 mois et ça m'a dit INFP. Là je passe celui avec 2choix opposés par item et ça me dit INTP ^^

De mémoire, je crois que je suis exactement dans le même cas que toi. Mais ça ne m'étonne pas, car selon les moments je suis plus ou moins à fleur de peau, plus ou moins fatiguée, plus ou moins dans la rationalité, etc.
Comme tous les tests, ce n'est qu'une "photo", à un moment donné. Mais on n'est pas tous les jours pareil !!
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2524
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar La Chouette Masquée » Mar 4 Oct 2016 16:35

Je me permets de remonter ce vieux topic car je suis en ce moment dans l’étude (totalement personnelle et subjective, j’en conviens) du MBTI. J’en profite pour tenter de la mettre en lien avec la douance.

Tout d’abord, je remarque souvent (et cela se vérifie sur ce post) que beaucoup de gens pensent qu’ils « changent de type » dans la vie et/ou selon les situations (souvent sur l’axe T/F). En réalité, il faut étudier le système plus en profondeur pour comprendre d’où vient cette impression et pourquoi il est techniquement impossible de changer de type.

Dans la typologie jungienne, les 4 lettres qui constituent un type sont très réductrices (et ça tout le monde l’avait compris) : elles désignent simplement un ordre de préférence des fonctions cognitives. Elles sont au nombre de 4 (S, N, T et F) et leur « classement » (déterminé par les axes I/E et J/P, faut bien qu’ils servent) constitue un système stable tout au long de la vie. Du moins, à partir du moment où la personnalité s’est construite, soit théoriquement à la fin de l’adolescence. La plus « haute » lettre du système représente le point fort, celle dont on a la plus conscience, alors que la lettre la plus « basse » est notre point faible et celle la plus enfouie dans l'inconscient. Par exemple, quelqu’un qui est « NF » aura des compétences « N » et « F » plus développées et utilisera ses compétences « S » et « T » (face cachées de son type) en secondaire. C’est-à-dire qu’il les différenciera plus tardivement dans sa vie et qu’il lui coûtera plus d’énergie de les utiliser. Cela ne l’empêche pas de les utiliser (ce serait embêtant quand même…), cela signifie que l’individu fournit un effort supplémentaire pour activer les zones de cerveau associées, car ces dernières sont naturellement moins performantes. Un peu comme quand on vous présente une épreuve matrices alors que vous avez deux écarts-types de différence entre votre ICV et votre IRP (en faveur de l’ICV) : vous pouvez réussir, mais il faudra vous creuser un peu les méninges. Par contre une épreuve de définition de concept, pfoulàlà quelle blague, où se cache le challenge nom de Dieu ? 8)

Chaque fonction peut être orientée vers l’extérieur (extravertie) ou vers le monde intérieur (introvertie). Une fonction extravertie cherche plutôt la nouveauté, tandis qu’une fonction introvertie cherche ce qui est familier à l’individu, en associant l’information à son système interne (de souvenirs, d’images, de valeurs, de connaissances, etc.). Par exemple, la sensation extravertie s’écrit « Se » (c’est la spécialité de l’ESTP et de l’ESFP) et la sensation introvertie « Si » (c’est le point fort de l’ISTJ et de l’ISFJ). Les types avec une bonne « Se » (les SP) sont plutôt du genre à vivre au jour le jour et à vouloir tester de nouvelles expériences sensorielles (goûter de nouveaux plats, faire plein de sport, des arts plastiques, etc.) tandis que ceux avec une bonne « Si » (les SJ) sont des êtres nostalgiques, attachés aux traditions et à leurs habitudes. Les « Si » prennent les « Se » pour des malades mentaux qui foncent partout, tandis que les « Se » prennent les « Si » pour des coincés très très ennuyeux avec leurs règles restrictives. L’objectif du MBTI, outre une meilleure connaissance de soi, est de résoudre ce genre de conflit en prenant conscience du fonctionnement de l’autre. Soit apprendre à remplacer « Mais il est trop saoulant lui avec ses comportements X ou Y » par « Ah d’accord mais du coup il est comme ça parce que X et Y raison et c’est ainsi qu’il est heureux : je respecte cela ».

- J’entends souvent des gens me dire qu’ils ont changé de type au cours de leur vie. En fait, ces personnes confondent dans le cas présent « changer » et « évoluer/grandir ».

Exemple. Un ESTP (son stéréotype est l’action-man beauf fan de foot) sera un enfant fonceur, vivant dans l’ici est maintenant, car il est dominé par sa sensation extravertie, « Se » (Se = la connexion profonde à l’environnement, le concret, l’instant présent, l’action brute). En revanche, il prendra en vieillissant des traits similaires à son type opposé, l’INFJ (son stéréotype est le vieux sage mystérieux qui lit l’avenir dans l’aura des gens et l’ondulation des rideaux) : il ne sera pas devenu un INFJ pour autant, ce sera juste un ESTP qui aura éveillé ses fonctions cognitives « inférieures », en apprenant à prendre en compte l’avenir et la dimension spirituelle des choses. A l’inverse, l’INFJ aura l’air d’une vieille âme déjà tout jeune, à cause de son intuition introvertie « Ni » prédominante chez lui (Ni = la projection dans l’avenir, la vision qui conduit l’existence, les concepts, les images). Par contre, il aura tendance à beaucoup rêvasser, à être épuisé par le bruit, etc, car sa capacité de connexion à l'environnement et l’instant présent (Se) est sous-développée : en vieillissant, il va s’intéresser à des occupations plus terre-à-terre (comme le bricolage) et sera moins stressé par ce qu’il va se passer dans 57 ans (de toute façon il sera mort).
Les INFJ à mi-vie écrivent des témoignages sur leur blog (les INFJ adorent tenir des blogs, d'ailleurs ils écrivent beaucoup beaucoup... oui, je suis INFJ) qui ressemblent peu ou prou à « J’ai réussi à me connecter à l’instant présent à force de faire du yoga et de peindre des fleurs, je suis heureux d’avoir mûri pour pouvoir ainsi profiter de l’existence. », alors que les ESTP à mi-vie disent « Avant j’enchaînais les conneries, car je ne réfléchissais pas aux conséquences… Et puis un jour, en regardant des bonhommes en maillot courir sur une pelouse, j’ai eu une illumination. J’ai recraché ma bière et je me suis dit : Mais qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que je suis en train de faire ? A partir de maintenant, je vais devenir sage. »

Tadam. Vous noterez la logique implacable : plus on est ancré dans l’instant présent, moins on fait gaffe à l’avenir et plus on est un cérébral qui lit les astres et moins on prend garde à la couleur de la nappe. Et là je n’ai évoqué que leurs fonctions dominantes (la plus développée) et inférieures (la moins développée), le point culminant et le bas-fond de leur système de fonctions : entre les deux il y a les fonctions « auxiliaires » (développée durant l’adolescence) et « tertiaires » (développée vers 20-30 ans) pour agrémenter et rajouter de la profondeur à nos archétypes. Mais ce post sera déjà suffisamment long...

- Autre raison pour laquelle il serait impossible de changer de type : le simple fait de changer une lettre peut impliquer un changement d’orientation des fonctions du système (parfois du système entier !). Par exemple, un INFJ a pour système Ni-Fe-Ti-Se, tandis qu’un INFP a Fi-Ne-Si-Te : malgré leur ressemblance apparente, leur fonctionnement interne est extrêmement différent, ils n’utilisent pas du tout les mêmes procédés de réflexion ! Il me paraît donc absurde que quelqu’un puisse passer de l’un à l’autre parce que son axe J/P a bougé, ou encore dire « je suis un peu des deux ».
Je vais prendre un exemple plus concret : admettons qu’une personne pense être passée d’INTP à INFP. Je cite ce cas, car étrangement je le vois un peu partout et je le retrouve encore ici !

L’INTP est dominé par la pensée introvertie (Ti). Il est régit par un système logique interne. C’est un type très calme et rationnel, qui exprime peu d’émotions en temps normal. Sa fonction inférieure est le sentiment extraverti (Fe), soit la recherche de l’harmonie extérieure (être poli, facile à vivre, essayer d’éviter les conflits, deviner les émotions des autres. La fonction hippie en fait) : mister l’INTP est tellement tourné vers la logique qu’il en oublie de considérer les autres. Il manque de tact, prend ses décisions tout seul sans consulter personne -de toute façon les gens sont idiots et illogiques selon lui, etc. En prenant conscience de cela, l’INTP peut faire un travail sur lui et débarquer en soirée en disant « Salut mes petits chéris, je vous ai préparé des gâteaux et j’ai vraiment hâte de passer une super soirée avec vous <3 ». Ce sera effrayant pour ceux qui ont l’habitude de le voir cracher sur tout avec un air blasé, mais il peut, et ce sera toujours un INTP : mais juste un INTP qui utilise sa fonction inférieure. Généralement, l’INTP est doué pour les raisonnements abstraits et/ou logiques (les mathématiques, l’informatique, la philosophie…).

Prenons maintenant un INFP. L’INFP est dominé par le sentiment introverti (Fi). Là est le gros problème : Fi, ce n’est pas Fe. Fi connecte l’individu à son système de valeur : l’INFP est guidé par celles-ci et filtre le monde à travers elles en posant la question « est-ce bien ou mal ? ». Il recherche l’harmonie intérieure, en essayant de correspondre un maximum à son propre idéal (l’INFP est très exigeant avec lui-même moralement parlant). Fe lui, il s’en fiche que les choses soient bien ou mal : il veut savoir ce qui mettra tout le monde d’accord pour éviter le conflit (tant que cela ne dépasse pas une certaine limite, bien sûr). Et même si c’est mal de son point de vue, Fe ne se sentira pas personnellement offusqué, tant que l’opinion de l’autre ne met personne en danger (autrement là ça ne passe pas : l’harmonie extérieure est perturbée !). Le point faible de l’INFP est la pensée extravertie (Te), la fonction de la planification et du contrôle des gens et des situations : quand il est stressé ou fatigué, il peut devenir agressif et autoritaire. Les INFP sont souvent doués dans les domaines littéraires, linguistiques et artistiques, les sciences humaines et la psychologie. (Par contre j’ai jamais vu un INFP bosser aux experts comptables…)

Petite mise en situation : un INFP et un INTP se baladent dans la rue. Soudain, un intégriste sauvage apparaît et leur vomit un propos raciste. L’INFP va tout d’abord exprimer sa profonde indignation et puis tenter de convaincre l’intégriste qu’il a tort (pour le ramener dans le Bien, le droit chemin, parce que l’INFP sait très bien ou c’est : son cerveau y est directement connecté). Ses valeurs (Fi, alias la base de son identité) seront blessées, il entrera en état de stress et ripostera en faisant preuve d’autorité, de volonté de contrôle de l’opinion de l’autre (Te) pour rétablir la paix dans son petit cœur d’idéaliste. L’INTP, lui, va hausser les épaules et dire « Bah il est con, il est con, tu peux rien y faire. J’ai pas de temps à perdre à me fritter avec un abruti dans son genre. ». L’INTP n’accorde non seulement pas une grande importance aux émotions (c’est même la dernière de ses priorités), mais en plus il ne voit pas l’intérêt de les défendre, car il n’aime pas les conflits (Fe) et a une grande conscience de l’absurdité que représente la tentative de raisonner quelqu'un de très fermé d'esprit (Ti). On obtiendra de lui un soupir de lassitude et une courte réplique du type « Monde pourri ! », tout au mieux.

Bien entendu, n’importe qui peut adopter la réaction d’un autre type : nous ne sommes pas des robots et rien n'est totalement prévisible en nous (là est la limite du MBTI). Il s’agira de déterminer ce qui relève du comportement anecdotique ou de l’adaptation (les types rares comme les « INxx » sont connus pour porter des masques en société… alors s’ils sont surdoués en plus de cela, quel festival !) et ce qui relève du fonctionnement, de la vraie personnalité.

M’enfin… Un jour, j’irai vivre en Théorie. Ça doit être vachement cool et reposant la vie en Théorie.

Ah, du coup je me suis égarée et je n'ai même pas fait de lien avec la douance... Bon tant pis, ce sera pour une prochaine fois ! :1cache:
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison." - Coluche
"Moi j'aime la simplicité... et les paradoxes." - Bibi
Avatar de l’utilisateur
La Chouette Masquée
 
Messages: 78
Âge: 21
Enregistré le: Dim 7 Juin 2015 20:41
Localisation: Univers onirique dans le fond de ma tête
Présentation: P'tite chouette dans la tempête.
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Livingstone » Mar 4 Oct 2016 21:21

Merci pour cette présentation pas piquée des hannetons ! je ne connais pas le sujet plus que ça mais c'est très vivant et agréable à lire, surtout ça parait plus nuancé que je ne supposais a priori (euh, je crois que le post est déjà sis en Théorie nan ? ;) ).
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 864
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Judy » Mar 4 Oct 2016 21:30

J'ai adoré découvrir le MBTI il y a quelque mois, merci pour cette présentation très éclairante ! Pour moi cet outil m'a presque plus aidé que la découverte de ma douance.

Et j'aime bien ton exemple, qui tombe bien puisque je suis INTP mais avec un T pas très prononcé !
Avatar de l’utilisateur
Judy
 
Messages: 9
Enregistré le: Lun 12 Sep 2016 20:23
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar La Chouette Masquée » Jeu 27 Oct 2016 10:22

Merci pour vos sympathiques commentaires ^^

Après recherches et échanges avec des surdoués connaissant leur profil MBTI, j’ai pu relever des points que je voudrais partager. Je ne prétends pas, bien entendu, détenir une règle absolue ou une science exacte, mais il me semble que certaines corrélations mériteraient d’être relevées.

Déjà, et vous l'aviez sans doute remarqué, il y a des similitudes repérables entre le fonctionnement du surdoué et le profil « N » (abstrait, global, imagé, ce qui pourrait être), préféré à « S » (concret, séquentiel, ce qui est) dans la grande majorité des cas, alors que 70 % de la population générale préfère le S. La proportion de surdoués serait donc plus élevée chez les types N que chez les types S. Cela me semble tout à fait plausible et concordant avec ce que l’on sait sur la douance.

J’ai trouvé cette petite étude, qui, bien qu’elle soit biaisée compte-tenu du jeune âge des participants, illustre très bien ce que j’ai pu remarquer au fil de mes pérégrinations virtuelles et irl : http://david.latapie.name/blog/relation ... s-et-mbti/

Vous noterez que la prédominance des IN (introvertis intuitifs) se vérifie sur ce sujet ^^ Elle se vérifie aussi dans mon entourage : je ne connais quasiment que des surdoués INTx et INFx.

A présent, quelques questions pour vous :

- Sachant que la pensée abstraite se développe avec le QI (source : http://www.douance.org/qi/thqi.html), pourrait-on conclure qu’un N ne peut se trouver plus bas qu’un certain seuil de QI ? (Puisque s’il ne maîtrisait pas la pensée abstraite à un certain niveau, il n’aurait pas de préférence N.)

- Personnellement, les HQI ayant une préférence « S » que j’ai pu croiser étaient doté d’un axe S/N plutôt équilibré, du 60-40 % par exemple : malgré leur dévotion au S, ce n’étaient pas des quiches en N’isme pour autant (ce qui semble être le cas de beaucoup de S dans la population générale). Mais apparemment, il existerait même des HQI « très S » . Ces HQI seraient-ils ces fameuses « personnes-à-haut-QI-mais-pas-surdouées-qui-du-coup-s’intègrent-vachement-mieux-car-elles-ne-fonctionnent-pas-étrangement ? ». Qu’en pensez-vous ?

Maintenant, je voulais faire une remarque au sujet de la corrélation entre l’équilibre des fonctions cognitives et les résultats des tests de QI. Je vais prendre exemple avec deux INFJ, l’une dotée d’un profil homogène (la concernée va peut-être se reconnaître si elle atterri un jour ici) et l’autre d’un profil très hétérogène (bibi). Je rappelle que la fonction dominante de l’INFJ est l’intuition introvertie (Ni) et sa fonction inférieure est la sensation extravertie (Se) : en clair, il excelle en raisonnements abstraits, pense de façon globale et se projette très bien dans le futur, mais a du mal à se connecter à son environnement, à l’instant présent et est ennuyé par les détails. (Valable aussi pour l’INTJ.)

- La personne avec un profil homogène possède un axe S/N plutôt équilibré : bien qu’elle ait une préférence pour le N, elle est déjà tombée sur le S lors des tests sur Internet. Elle est capable d’utiliser très efficacement les deux modes de pensée, comme en témoigne ces résultats bons partout aux tests. D’un point de vue MBTI, elle gère bien l’équilibre entre sa fonction dominante et son inférieure. (En tout cas il n'y a pas de problème flagrant, comparé à moi :1cache: )

- J’ai une préférence écrasante pour le N (entre 75 et 90 % d'après Internet, mais même sans ça, ça se voit...). Ma fonction dominante (Ni) prend énormément de place, étouffant ma fonction inférieure (Se) : j’ai (eu ?) une grosse dyssynchronie intellect-psychomotricité, je supporte très mal le bruit, je suis une étourdie au dernier degré quand ça concerne le monde matériel, etc. Au test, je plafonne en ICV (ce qui correspond à ma forte Ni : le langage, les concepts) tandis que mon IRP se trouve plus de 35 points en-dessous. L’IRP correspond à mes deux fonctions les moins développées : la pensée introvertie (Ti) et Se. C’est le binôme du raisonnement dans l’espace : Ti est la logique interne et Se est l'environnement, le concret, le détail. Elles sont d’autant plus délaissées que je préfère me doper Ni le nez dans mes bouquins.

A titre comparatif : Ti-Se est maîtrisé à la perfection par l’ISTP (ce sont ses fonctions dominante et auxiliaire), le type « mécano » par excellence ; logique, vivant dans l'action. Le type qui voit une machine et comprend tout de suite comment sont agencés ses boulons, peut (et veut car c’est trop de la balle !) la démonter, la manipuler et la remonter en sifflotant : le type naturellement bon en IRP, quoi.

Coïncidence ? Je ne pense pas ! Si vous avez d’autres observations à partager, je suis curieuse. ^^
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison." - Coluche
"Moi j'aime la simplicité... et les paradoxes." - Bibi
Avatar de l’utilisateur
La Chouette Masquée
 
Messages: 78
Âge: 21
Enregistré le: Dim 7 Juin 2015 20:41
Localisation: Univers onirique dans le fond de ma tête
Présentation: P'tite chouette dans la tempête.
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Minilys » Jeu 27 Oct 2016 15:16

Bon bah, la concernée se sera reconnue XD et je suis heureuse de pouvoir te servir, même si c'est en servant de simple exemple.
Je souhaiterai tout de même préciser que le résultat ISFJ est sorti la première fois que j'ai passé le test et avec un ratio 52/48, ce qui est extrêmement médian. Le plus gros écart que j'ai eu était S 42 et N 58 donc c'est vraiment équilibré.
Pour la relation au QI, j'ai 1pt d'écart entre ICV et IRP et 9 pts entre mon indice le plus élevé et celui le plus bas (qui est la vitesse de traitement)... Voilà c'était juste pour préciser un peu plus mon profil, vu que notre chère chouette a précisé le sien ;)
Avatar de l’utilisateur
Minilys
 
Messages: 35
Âge: 22
Enregistré le: Sam 17 Sep 2016 21:48
Présentation: Il faut vraiment un titre? "Présentation", c'est accepté?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Demosthene » Mar 17 Jan 2017 07:55

Je n'ai aucune idée de ce que valent les tests sur internet. Je constate simplement que les résultats sont invariablement intj, parfois intp. Compte tenu de l'écart de comportement que cela suppose, je pense que ça n'a du sens qu'une fois instruit avec un psychologue.
Demosthene
 
Messages: 6
Enregistré le: Jeu 5 Jan 2017 21:58
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Louise » Mar 17 Jan 2017 11:04

La Chouette Masquée a écrit: Les INFP sont souvent doués dans les domaines littéraires, linguistiques et artistiques, les sciences humaines et la psychologie. (Par contre j’ai jamais vu un INFP bosser aux experts comptables…)


Eh bin c'est chose faite :)
(mais dieu que je m'emmerde, et oui, je fuis vers la psycho). Merci pour cette analyse touffue!

J'ai réévalué ma vision du modèle MBTI depuis ma reprise d'étude, que j'avais d'abord vu comme un test de magazine rigolo, puis rejeté comme un truc complètement farfelu et sans aucun fondement scientifique (tu la sens, la belle demie-mesure?). Aujourd'hui, je modère :) (la nouvelle moi est tellement moins péremptoire!) : c'est un modèle de définitions de personnalité (avec des intérêts et limites), évoqué en études de psycho, donc. Maintenant, c'est un modèle qui date, et d'autres outils plus pertinents (et plus utilisés, me semble-t-il) ont fait leur apparition!

Comme tous les tests, il a tendance à provoquer mon rejet parce que 1/ un test ou une évaluation a toujours une finalité, parfois implicite, et parfois la part de cet implicite est difficile à mesurer (l'outil est avant tout ce qu'on en fait...et un test visant à définir une "personnalité", de base, je trouve ça scabreux) 2/ je trouve que toute définition est forcément limitante et enfermante, tout ce qui tend vers le "blanc ou noir" .. est beaucoup trop réducteur. Évidemment plus l'évaluation est fine, nuancée, plus elle me "va" en tant qu'outil (reste néanmoins la question de la finalité). J'imagine que le MBTI est "moins pire" dans mon système de valeurs parce que ne te (me?) définit pas binairement (enfin quadra... chaipaskoiment) comme rouge, vert bleu ou jaune, quoi :). J'ai une tendance naturelle à privilégier les explications "situationnelles", que "dispositionnelles" aux attitudes des gens, cela a l'avantage également de leur laisser la liberté de grandir et être autre.
Paradoxalement, je suis friande de me tester, tout le temps, sur tout, même les tests femmes actuelles. :rofl: Mais moi, pas les autres. Et puis, pour me marrer, surtout.
Autre angle : Je lis un bouquin sur l'évaluation actuellement, et l'intro fait le constat d'à quel point on évalue, tout, tout le temps, du coiffeur au vendeur de frites du bout de la rue, faut absolument évaluer, noter, catégoriser. Mon point de vue personnel est que dans les cadres scolaire, professionnel, tant qu'on n'est pas dans une évaluation médicale ou à viser de sortir quelqu'un d'une souffrance, on est dans le TROP de test. Après, à titre perso et individuel, chacun fait bien ce qu'il veut :)

Une fois ceci posé, quelques point de détails sur lesquels je rebondis :
Ton analyse sur le N, je la rejoins avec un autre modèle, celui du traitement heuristique (qu'on pourrait dire intuitif, un raccourci mental) versus systématique (cad analytique, hypothéto-déductif, et fort consommateur de temps et d'énergie psychique), je m'étais déjà posé la question dans un topic je ne sais où sur ce forum : dans quelle mesure un cerveau qui fonctionne vite et bien n'est pas en mesure d'analyser et d'avoir des heuristiques (intuitions) plus pertinentes, ou qui s'avèrent plus souvent fiables.
Je suis très très franchement N, c'est le plus flagrant de tous les indices, mais j'ai un profil homogène, et je n'ai aucun souci psychomoteur, au contraire, je suis même plutôt très connectée à mon corps dans l'espace. Je ne sais pas que des ponts plus précis puissent être faits entre les items des échelles de Wechsler et les indices (issus de réponses auto-évaluatives, biais non négligeable) à des questionnaires de personnalité?
Aucune idée si des études ont été faites sur le sujet, j'ai tendance à penser que oui, il me semble avoir des études en mémoire où des individus étaient testés pour le HP et pour lesquels on avait le profil MBTI. Maintenant est-ce que des corrélations avaient été recherchées, là???? Je pense sans pouvoir être trop affirmative, faute d'avoir creusé, qu'on utilise aujourd'hui en recherche plutôt des échelles de type continuums, ce qui serait plus cohérent. (de la même manière qu'on fait pas 1m60 ou 1m70, on n'est pas 100% ou 0% d'un type, et rien entre les deux.)
Avatar de l’utilisateur
Louise
 
Messages: 872
Âge: 39
Enregistré le: Mer 28 Mar 2012 07:43
Localisation: Somewhere over the rainbow
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar TourneLune » Mar 17 Jan 2017 11:15

Je crois que c etait dans la pensée en arborescence.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11202
Images: 352
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar La Chouette Masquée » Mer 18 Jan 2017 12:00

Demosthene a écrit:Je n'ai aucune idée de ce que valent les tests sur internet. Je constate simplement que les résultats sont invariablement intj, parfois intp. Compte tenu de l'écart de comportement que cela suppose, je pense que ça n'a du sens qu'une fois instruit avec un psychologue.


Oui, les tests sur Internet sont pratiques à titre indicatif (ils réduisent le champ de possibilités), mais le plus souvent il faut une étude approfondie pour déterminer son type... Les questions sont archétypales, or peu de gens présentent 100 % les caractéristiques théoriques de son type. (Sur le coup, c'est un peu comme avec la douance ! On peut ressembler à l'une des représentations qu'on se fait du surdoué, mais souvent la réalité est beaucoup plus complexe et nuancée.)

Louise a écrit:Eh bin c'est chose faite :)
(mais dieu que je m'emmerde, et oui, je fuis vers la psycho). Merci pour cette analyse touffue!


Y'a pas de quoi ! ^^
J'ai eu le témoignage d'un autre INFP comptable : ses collègues diraient de lui que "ce n'est pas un comptable comme les autres" :lol: Je pense que la typo jungienne, outre relever des chiffres, met en évidence l'existence d'archétypes qu'on associe plus volontiers à tel champ professionnel. Ainsi, un INFP comptable ne ressemble à priori pas au comptable de la représentation collective (qui correspondrait plutôt aux types xSTJ, d'où le gros contraste !).


Louise a écrit: J'ai réévalué ma vision du modèle MBTI depuis ma reprise d'étude, que j'avais d'abord vu comme un test de magazine rigolo, puis rejeté comme un truc complètement farfelu et sans aucun fondement scientifique (tu la sens, la belle demie-mesure?). Aujourd'hui, je modère :) (la nouvelle moi est tellement moins péremptoire!) : c'est un modèle de définitions de personnalité (avec des intérêts et limites), évoqué en études de psycho, donc. Maintenant, c'est un modèle qui date, et d'autres outils plus pertinents (et plus utilisés, me semble-t-il) ont fait leur apparition!

Comme tous les tests, il a tendance à provoquer mon rejet parce que 1/ un test ou une évaluation a toujours une finalité, parfois implicite, et parfois la part de cet implicite est difficile à mesurer (l'outil est avant tout ce qu'on en fait...et un test visant à définir une "personnalité", de base, je trouve ça scabreux) 2/ je trouve que toute définition est forcément limitante et enfermante, tout ce qui tend vers le "blanc ou noir" .. est beaucoup trop réducteur. Évidemment plus l'évaluation est fine, nuancée, plus elle me "va" en tant qu'outil (reste néanmoins la question de la finalité). J'imagine que le MBTI est "moins pire" dans mon système de valeurs parce que ne te (me?) définit pas binairement (enfin quadra... chaipaskoiment) comme rouge, vert bleu ou jaune, quoi :). J'ai une tendance naturelle à privilégier les explications "situationnelles", que "dispositionnelles" aux attitudes des gens, cela a l'avantage également de leur laisser la liberté de grandir et être autre.


C'est clair que la typo jungienne n'est pas parfaite et n'a pas réponse à tout. D'ailleurs, plus on approfondit l'étude des types, plus les limites du système se révèlent (c'est aussi ce que je trouve passionnant :) ). Mais ça reste un outil très utile, qui m'a énormément aidée à comprendre les autres, ainsi que moi-même. Sinon j'utilise beaucoup l'ennéagramme, en complément : malgré son apparence simpliste, ce système est plus complexe et exhaustif que le MBTI. Rien qu'avec l'ennéa, en prenant en compte toutes les variables (les 9 types qui comportent chacun trois sous-types, deux variantes alpha/mu, une à deux ailes avec chacune un degré d'influence variable, les triptyques, les niveaux d'intégration, etc.), on peut arriver à des centaines de milliers de combinaisons. (Et en plus c'est un système évolutif : on fait des photographies de l'instant T en prenant en compte le fait que l'individu va évoluer.) Combiné avec la typo jungienne, on peut dresser des portraits extrêmement précis.

Comme tu l'as dit, le danger serait d'oublier qu'il s'agit là d'outils et d'en faire une sorte de référence sacrée censée structurer complètement la réalité... Le risque est d'inverser le sens des choses : à la base on observe les faits, on mesure la réalité pour la théoriser. Mais j'ai déjà été confrontée (et j'ai moi-même pu m'enfermer là-dedans quand ça allait mal -mais ça vaut pour tout système et pas seulement pour ceux-là) à des gens qui faisaient l'inverse : ils se basaient sur des stéréotypes et les collaient sur la tronche des autres sans prendre en compte la complexité du réel (notamment le fait qu'on soit derrière un écran et qu'on puisse porter un masque). Tout ça virait au barnum complètement cliché... Du genre "Tu te plains et tu fais de l'humour absurde, tu es donc du type INFP. Parce qu'on le sait, les INFP ne font que de se plaindre et ont un humour WTF." (C'est clair que les INFJ, eux, ne se plaignent jamais :lol:) (Et j'interdis officiellement aux INFJ du monde de faire l'humour absurde, pour ne pas heurter le monopole des NFP. Ah, mais de toute façon ils ne peuvent pas en faire, puisqu'ils ne sont pas NFP.). Et ensuite, une fois l'étiquette en place, toute parole ou tout geste du sujet était perçu à travers ce filtre. Un jour, on m'a vivement conseillé de travailler sur mes fonctions d'INFP, parce que là quand même, à mon âge, elles étaient censée être plus développées : j'étais vachement prudente pour une utilisatrice d'intuition extravertie, et vachement pas douée pour gérer ma vie émotionnelle intérieure pour une utilisatrice du sentiment introverti ! (Euh, les gars... peut-être que je suis nulle dans les trucs d'INFP... parce que je ne suis pas INFP ??) Moi aussi, demain je vais dire à un INFP "Mais franchement, pour un INFJ -parce que t'es forcément INFJ, t'adores V pour Vendetta et c'est un truc d'INFJ-, tu n'es pas assez focus : il faudrait envisager moins de possibilités dans tous les sens et te concentrer sur un point précis dans l'avenir. Et puis t'es quand même un peu autocentré quoi, il est où ton mode "je-suis-votre-serviteur-dévoué-dans-l'éternel-oui-allez-y-exploitez-moi-ça-donne-un-sens-à-ma-vie", là ? (Et sinon, j'peux avoir une prophétie ?)"

Louise a écrit:Paradoxalement, je suis friande de me tester, tout le temps, sur tout, même les tests femmes actuelles. :rofl: Mais moi, pas les autres. Et puis, pour me marrer, surtout.
Autre angle : Je lis un bouquin sur l'évaluation actuellement, et l'intro fait le constat d'à quel point on évalue, tout, tout le temps, du coiffeur au vendeur de frites du bout de la rue, faut absolument évaluer, noter, catégoriser. Mon point de vue personnel est que dans les cadres scolaire, professionnel, tant qu'on n'est pas dans une évaluation médicale ou à viser de sortir quelqu'un d'une souffrance, on est dans le TROP de test. Après, à titre perso et individuel, chacun fait bien ce qu'il veut :)


J'aime bien aussi ce genre de tests ! Quand j'en fais un, je suis en mode "analyse", je ne peux pas m'empêcher d'essayer de deviner où vont me mener mes réponses, où mènent les autres, comment le test a été construit, qu'est-ce qui se passait dans la tête des concepteurs... Heureusement que j'ai résisté à l'envie de m'informer sur le WAIS, autrement j'aurais passé la séance à faire de même :D

Je pourrais avoir le titre de ce bouquin ? (Ainsi que les noms d'autres modèles d'évaluation que tu as évoqué au début, si tu en connais.)


Louise a écrit:
Une fois ceci posé, quelques point de détails sur lesquels je rebondis :
Ton analyse sur le N, je la rejoins avec un autre modèle, celui du traitement heuristique (qu'on pourrait dire intuitif, un raccourci mental) versus systématique (cad analytique, hypothéto-déductif, et fort consommateur de temps et d'énergie psychique), je m'étais déjà posé la question dans un topic je ne sais où sur ce forum : dans quelle mesure un cerveau qui fonctionne vite et bien n'est pas en mesure d'analyser et d'avoir des heuristiques (intuitions) plus pertinentes, ou qui s'avèrent plus souvent fiables.
Je suis très très franchement N, c'est le plus flagrant de tous les indices, mais j'ai un profil homogène, et je n'ai aucun souci psychomoteur, au contraire, je suis même plutôt très connectée à mon corps dans l'espace. Je ne sais pas que des ponts plus précis puissent être faits entre les items des échelles de Wechsler et les indices (issus de réponses auto-évaluatives, biais non négligeable) à des questionnaires de personnalité?
Aucune idée si des études ont été faites sur le sujet, j'ai tendance à penser que oui, il me semble avoir des études en mémoire où des individus étaient testés pour le HP et pour lesquels on avait le profil MBTI. Maintenant est-ce que des corrélations avaient été recherchées, là???? Je pense sans pouvoir être trop affirmative, faute d'avoir creusé, qu'on utilise aujourd'hui en recherche plutôt des échelles de type continuums, ce qui serait plus cohérent. (de la même manière qu'on fait pas 1m60 ou 1m70, on n'est pas 100% ou 0% d'un type, et rien entre les deux.)


Intéressant ! J'irai voir ça !
Je n'affirmais rien par rapport aux corrélations personnalité/scores au WAIS, je posais juste des observations, qui ne pouvaient être que des coïncidences (en tout cas, être trop anecdotiques pour théoriser quelque chose à partir de là). Comme tu dis, l'utilisation d'un continuum serait sans doute plus appropriée pour essayer de relever tout ça... Après tout, comme le WAIS photographie nos capacités à un instant précis, les tests de personnalités, même élaborés, ne sont qu'une ébauche d'une réalité plus fluctuante.
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison." - Coluche
"Moi j'aime la simplicité... et les paradoxes." - Bibi
Avatar de l’utilisateur
La Chouette Masquée
 
Messages: 78
Âge: 21
Enregistré le: Dim 7 Juin 2015 20:41
Localisation: Univers onirique dans le fond de ma tête
Présentation: P'tite chouette dans la tempête.
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar *Za* » Mer 18 Jan 2017 13:40

Louise a écrit:Ton analyse sur le N, je la rejoins avec un autre modèle, celui du traitement heuristique (qu'on pourrait dire intuitif, un raccourci mental) versus systématique (cad analytique, hypothéto-déductif, et fort consommateur de temps et d'énergie psychique),

Ça me rappelle un peu ce qu'on lit à propos de la pensée en arborescence, et ça me laisse toujours aussi perplexe. J'ai moi aussi un profil avec un "N" très fort, mais je ne saurais dire si je fonctionne plus en mode "heuristique" ou "analytique". Ça dépend ! Et depuis toujours je crois. Ou bien alors je serais partie "de base" avec un fonctionnement plutôt global, et j'aurais appris, en m'appliquant, à travailler de manière hypothético-déductive ?...
En tout cas, une chose est sûre : le vrai raisonnement hypothético-déductif (complet) demande une pensée formelle, et donc, lui aussi, un cerveau qui marche bien...
Désolée, je suis un peu hors-sujet :)
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2524
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Louise » Mer 18 Jan 2017 15:07

En fait, ce que le modèle THS propose c'est non pas qu'une personne active préférentiellement plutôt l'un ou plutôt l'autre des modes par essence (ou personnalité, etc), mais que le mode activé dépend beaucoup de la situation (de la motivation, de l'enjeu, et de la confiance perçue dans le jugement qui passe par l'un ou l'autre de ces modes, par exemple tu choisis pas un slip comme t'achètes une maison, tu n'évalues pas un mec que tu croises chez le boucher comme la future nounou de tes enfants)
Je pourrais avoir le titre de ce bouquin ? (Ainsi que les noms d'autres modèles d'évaluation que tu as évoqué au début, si tu en connais.)

Le bouquin sur l'évaluation : https://ripes.revues.org/670 (je checke mes autres réfs et je reviens)
Sur les bases de données de revues scientif., si tu regardes les publis depuis 2000, il n'y a rien qui sort avec le mot clé MBTI (ou presque, 87 items, dont pas mal qui prennent le MB pour mycobacterium :) ), en revanche, y'a du qui sort avec 16 PF, big five personality test, le MMPI, un peu moins avec le CPI -California psychological Inventory), Eysenck personality Inventory, Jackson Personality Inventory, ..

Tous ces tests font partie de l'approche "typologique" mais d'autres approches existent quand on étudie la personnalité. SI tu veux feuilleter le bouquin ci dessous :)
http://www.cairn.info/psychologie-de-la ... 156824.htm
Avatar de l’utilisateur
Louise
 
Messages: 872
Âge: 39
Enregistré le: Mer 28 Mar 2012 07:43
Localisation: Somewhere over the rainbow
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar Korrigan » Jeu 19 Jan 2017 10:25

Louise a écrit:
La Chouette Masquée a écrit: Les INFP sont souvent doués dans les domaines littéraires, linguistiques et artistiques, les sciences humaines et la psychologie. (Par contre j’ai jamais vu un INFP bosser aux experts comptables…)


Eh bin c'est chose faite :)
(mais dieu que je m'emmerde,


Bis repetita, et dieux que je m'emmerde!! Mais je n'ai même pas le courage de fuir :1cache:

La chouette masquée a écrit:J'ai eu le témoignage d'un autre INFP comptable : ses collègues diraient de lui que "ce n'est pas un comptable comme les autres" :lol:


C'est marrant, c'est aussi ce que l'on me dit, pire je le revendique!!

J'ai conscience que pour le moment je ne fais pas avancer le sujet, mais ça fait plaisir de savoir que le concept du comptable qui ne se ressemble pas existe.
Korrigan




"Pour avoir du talent, il faut être convaincu qu'on en possède." Gustave Flaubert

"Là où règne force intérieure et confiance en soi disparaissent méfiance, peur et doute." Dalaï-Lama
Avatar de l’utilisateur
Korrigan
 
Messages: 415
Enregistré le: Mar 8 Sep 2015 17:21
Localisation: En attente d'un signal GPS valide...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les types psychologiques de Carl Gustav Jung

Messagepar La Chouette Masquée » Ven 20 Jan 2017 09:46

Korrigan a écrit:
Bis repetita, et dieux que je m'emmerde!! Mais je n'ai même pas le courage de fuir :1cache:

C'est marrant, c'est aussi ce que l'on me dit, pire je le revendique!!

J'ai conscience que pour le moment je ne fais pas avancer le sujet, mais ça fait plaisir de savoir que le concept du comptable qui ne se ressemble pas existe.


En fait je parlais de toi dans mon exemple :D Mais j'ai préféré laisser anonyme, car comme tu me l'avais dit par mp j'ignorais si tu voulais que ton cas sois promu...
En tout cas, je suis certaine que les INFP comptables de la planète partagent ta douleur et compatissent à ton malheur (de même que les INFJ huissiers et les ENFP gardiens de prison).

Merci Louise pour ta documentation ! (J'en ai jamais assez à me mettre sous la dent !)
"C'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison." - Coluche
"Moi j'aime la simplicité... et les paradoxes." - Bibi
Avatar de l’utilisateur
La Chouette Masquée
 
Messages: 78
Âge: 21
Enregistré le: Dim 7 Juin 2015 20:41
Localisation: Univers onirique dans le fond de ma tête
Présentation: P'tite chouette dans la tempête.
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Psychologie et Santé

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
"Être très intelligent ne prédispose pas à des troubles psychologiques"
par Aurian76 » Sam 24 Déc 2016 12:17

Réponses: 3

Vus: 260

Dernier message par TourneLune Voir le dernier message
Sam 24 Déc 2016 14:59
Quelques réflexions sur les maladies auto immunes
par Coccinelle » Mer 1 Fév 2012 22:29

Réponses: 23

Vus: 10822

Dernier message par Omar_Regios Voir le dernier message
Jeu 3 Jan 2013 02:16
les manifestations physiques de l'inconscient...
1, 2, 3par galou » Mer 3 Avr 2013 17:28

Réponses: 59

Vus: 6840

Dernier message par soazic Voir le dernier message
Dim 17 Avr 2016 22:53
Les Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)
par Frisette » Mar 23 Sep 2014 17:59

Réponses: 15

Vus: 2622

Dernier message par un pas de coté Voir le dernier message
Ven 27 Fév 2015 16:45
Alzheimer et les surdoués
par Corylus » Mer 11 Mar 2015 10:38

Réponses: 11

Vus: 1005

Dernier message par Corylus Voir le dernier message
Mar 17 Mar 2015 09:26

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité