Nous sommes le Dim 26 Fév 2017 04:22


Et quand le test dit non!

Ici vous pourrez échanger au sujet du diagnostic et de l'accompagnement

Modérateur: Zyghna

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar lady space » Sam 9 Mai 2015 14:48

Si je comprends bien, cette fameuse liste (l'inventaire de Terrassier ?) existe surtout pour mettre, pour ainsi dire, "la puce à l'oreille" des professionnels ayant affaire aux enfants. Il est donc normal que tout soupçon de douance basé sur cette liste ne sera pas confirmé.

Il me semble même (de mémoire) que Terrassier place la barre à 125 pour intégrer sa structure dédiée aux enfants surdoués et non à 130. On aurait donc déjà un écart de 5 points entre ceux qui correspondent à son inventaire et ceux que l'on a décidé de qualifier de surdoués.

Et ensuite : quelle importance que les caractéristiques que tu as relevées obtiennent l'étiquette "douance" ou non ? L'élève ne perd pas lesdites caractéristiques juste parce que le test a dit non. À mon sens, il convient donc de s'en occuper en fonction de ce que tu as vu (sans la partie interprétation sudoué).

En clair : si tu as par exemple l'impression qu'il s'ennuie en cours, qu'il n'est pas assez sollicité (et - encore une fois à mon avis - avec l'actuel nivellement vers le bas, on n'a pas besoin d'être surdoué pour avoir fini ses exos avant le gros de la classe), rien ne t'empêche de lui proposer d'autres défis ou de faire tout ce que tu fais habituellement avec tes élèves officiellement estampillés surdoué.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1913
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar PointBlanc » Sam 9 Mai 2015 16:14

Je ne suis pas son professeur (je l'ai été il y a deux ans) mais son tuteur : en somme je le vois une fois par semaine pendant une heure environ, et nous discutons, que ce soit de sa scolarité ou de tout autre chose (nous jouons aux échecs aussi) ; je suis un peu la courroie de transmission entre lui et ses professeurs et je tâche d'arrondir les angles des deux côtés. Autant dire que ce n'est pas toujours simple.

Le problème dans son cas n'est pas tant le manque de stimulation que l'image de soi désastreuse que sa vie, son milieu lui font traîner : l'enjeu de la passation était là, en partie, et au vu de ce que le co-psy m'a communiqué de ses résultats on peut penser que l'objectif est atteint, même si la douance est exclue. Il est bien évident que le fait qu'il ne franchisse pas le seuil des 2% ne change pas mon regard sur lui, ce serait épouvantable. Mon témoignage visait plutôt à faire écho aux deux qui précédaient immédiatement et au fait que, quand le test dit non, il semble qu'il faille dans un premier temps s'attendre à un surcroît de questions bien plus encombrantes que les quelques éléments de réponse qui ne prendront de sens qu'une fois l'orage passé.
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Avatar de l’utilisateur
PointBlanc
 
Messages: 1033
Âge: 42
Enregistré le: Sam 7 Mar 2015 18:56
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar FeverDream » Sam 9 Mai 2015 17:57

Ceci est un message d'espoir pour les gens à nouveau, et encore, en questionnement

J'ai relu attentivement tous les messages qui ont été posté après le mien. Je me souviens Ô combien j'étais déroutée, déprimée, de ne pas trouver des réponses à mes questions. Je n'en avais obtenu qu'une hypothèse. Était-elle suffisante? Absolument pas. Ô combien j'avais honte d'y avoir songé. Le passage de la lueur d'espoir, à la désillusion complète. D'autant plus qu'il était difficile de passer à autre chose en entendant de la part de toutes les personnes que je rencontrais la même supposition: "Je peux te demander quelque chose? T'es pas surdouée? Quoi? Le test a dit que non? Ils se sont trompés, c'est sûr...". Alors, je voudrais apporter une lueur d'espoir pour ceux et celles qui ont passé le test, avec un diagnostic négatif, toujours perdu dans leurs questions: tout cela n'est pas inutile.

Grâce au questionnement que j'ai pu remettre aux goûts du jour par le biais du surdouement, j'ai pu mettre l'accent sur des difficultés, un fonctionnement particulier, que je n'aurai jamais approfondi sans lui. J'ai appris des choses sur moi-même. Le hasard a bien fait les choses : Par le relais qui m'a été proposé après le test avec un neuropsychologue, je suis finalement potentiellement autiste. Des signes dans mon développement de l'enfance semble aller aussi dans ce sens. En tout cas, au moins une certitude: j'ai un trouble de la communication sociale. Je rentre en tout cas dans les critères de ce déficit relationnel par rapport à l'autisme. Une évaluation est prévue.

Donc non, je ne me suis absolument pas trompée sur ce que j'ai repéré chez moi il y a des années:

-Une différence de fonctionnement.
-Des associations d'idées. Une façon différente de raisonner et de proposer des solutions aux problèmes.
-Une difficulté avec les autres, en particulier ceux de mon âge. Mais : par un désintérêt et des difficultés dans les conversations sans utilités concrètes, et l'appréhension des situations sociales naturelles pour les autres.
-Sembler plus mature que mon âge, de part une façon de parler déroutante pour les autres, très concrète, un poil plus complexe que les gens de mon âge, parfois même ceux plus âgés (faisant penser notamment aux autres que je suis surdouée).
-Des facilités à l'école... mais : qui concernent mes intérêts. Et la bonne mémoire qui y est reliée (ce qui fait aussi penser aux autres que je suis surdouée).
-Des intérêts me poussant à rechercher la moindre information sur un sujet, me donnant une culture poussée sur les domaines qui m'intéressent ce qui peut aussi dérouter les autres (ça aussi!) mais... : Des intérêts envahissants et restreints.
-Des intérêts qui diffèrent de ceux de mon âge (petite, je ne m'intéressais pas à Lorie, ni à la dernière mode, mais à la philosophie, la psychologie, la richesse lexicale de la langue française, les langues étrangères...).
-Une hypersensibilité sensorielle.
-Une hyperémotivité.
-L'intellectualisation omniprésente.
-Mon enclin à être socialement attirée par des personnes surdouées, et d'ailleurs, atypiques.
Et d'autres choses encore.

Donc non, je n'ai pas été complètement folle de penser à la douance. Les autres ne sont pas plus fous d'y penser. Je ne regrette pas ce que j'ai fait. Je regrette seulement que la psychologue ne m'ait pas tournée vers cette piste, alors qu'il y avait déjà des signes potentiels durant le test, j'aurai peut-être gagner une année. Mais, en fait elle n'y peut rien : elle m'a avoué s'y connaître très peu pour les adultes, et connaître davantage les enfants, et ne savait pas non plus vers qui me diriger. En plus, mon questionnement sur le surdouement a occulté des particularités qui étaient pourtant présentes, et dont elle n'a pas eu connaissance puisque je ne les ai pas révélé, et j'ai énormément dissimulé/compensé jusqu'à aujourd'hui, me fondant dans la masse. N'étant pas spécialisée, elle ne pouvait pas le suggérer.

La douance n'explique pas tout, les signes ne lui sont pas uniquement reliés, ils peuvent être la source de tant d'autres choses! Si vous n'êtes pas surdoués, vous avez tout de même repéré des choses qui vous est réel et intime. Il faut continuer à chercher, rien de ce que vous avez perçu est faux, cela vient simplement d'autres choses, et exprimé différemment! Alors, je n'écris pas ce topic pour pousser toutes les personnes en questionnement à aller vers l'autisme :1cache: . L'autisme est quelque chose de vraiment complexe, et difficile à détecter, en particulier à l'âge adulte, et lorsque le QI se trouve dans la norme, et j'en suis toujours à l'évaluation. Mais que vous puissiez comprendre que non, tout cela n'est pas vain, et qu'il ne faut pas perdre espoir: Non, vous n'êtes pas des extra-terrestres, ni des inhumains, ni des cas sociaux. D'autres personnes, dans ce monde, partage les mêmes choses que vous. Il faut maintenant continuer à les chercher. ;)
Avatar de l’utilisateur
FeverDream
 
Messages: 133
Âge: 25
Enregistré le: Sam 21 Déc 2013 14:42
Présentation: Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Hybridée » Dim 30 Aoû 2015 09:56

Je repense souvent à cette doctorante qui était dépistée " QI normale" et dont le petit frère dépressif et sans activité, était dépisté THP, ses 12 années d'études et sa brillante carrière passaient carrément à la trappe à coté de son frère qui avait "rattrapé le coup" grâce à quelques heures de test.

... Elle essayait de démonter l’intérêt du test, à travers son témoignage.

Mais c'est important de passer le test, j'en suis consciente :
En fait il s'agit de mesurer le potentiel, ca ne nous donne pas une formule magique pour se l'approprier, l'organiser et l'utiliser. une intelligence normal, séquentielle, bien gérée, sera toujours plus performante qu'une intelligence arborescente qu'on gère mal ... en général avec des outils, méthodes, forgés pour des intelligences séquentielles.

La seule question qui compte, c'est "comment gérer ce potentiel", peu importe la forme qu'il a.
Avatar de l’utilisateur
Hybridée
 
Messages: 13
Enregistré le: Dim 23 Aoû 2015 20:57
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Aphrodite » Dim 30 Aoû 2015 18:32

Je plussoie Hybridée. ;)

@ Feverdream : je me retrouve beaucoup dans ton témoignage. Non que je me sois auto-diagnostiquée autiste mais ce que tu racontes fait un drôle d'écho en moi : les difficultés d'intégration, le fait de raisonner en "association d'idées", le goût pour la psychologie et philosophie etc...
Aphrodite
 
Messages: 16
Enregistré le: Ven 28 Aoû 2015 21:41
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Viswanathan68 » Ven 27 Nov 2015 14:46

Bonjour :)

En ce qui me concerne j'ai rendez vous dans deux semaines pour le WAIS. Et je stresse à l'idée que le résultat soit négatif. Au moins si je suis diagnostiqué HP ça me donnera un début d'explication et ça me permettra de commencer à comprendre les raisons de toutes mes difficultés, ainsi que pourquoi ma vie en général est si pénible la plupart du temps.

Si on me trouve au moins 130 de QI, je pourrai enfin justifier mes lacunes dans certains domaines (vie sociale quasi inexistante, rapport difficile à l'administration, sentiment de décalage...) Et je cesserai enfin d'être humilié par mon entourage !

Mais si je ne suis pas HP, il faudra que je cherche, et la psy est assez d'accord, du coté des TSA et des TDAH.

Et il est clair qu'il est drôlement plus valorisant d'être HP que TSA ou TDAH. Bien qu'il ne soit pas du tout exclu que je cumule les trois mandats !

Dernière chose : à tous les coups la psy va me trouver un résultat entre deux eaux du genre 120-125 de QI. Et je vais être hyper frustré qu'on puisse pas vraiment trancher ! :(
WAIS IV du 11/12/15 : profil très hétérogène avec surdouement partiel (ICV)
Viswanathan68
 
Messages: 35
Enregistré le: Dim 25 Oct 2015 15:46
Présentation: presentations/presentation-viswanathan-t6779.html
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Tab » Ven 27 Nov 2015 15:47

Hello,

je viens de passer le test, j'ai eu le compte rendu oral. Je suis rassurée, bien que n'étant pas HP.

Pourquoi suis-je rassurée ?? parce que je ne suis pas nulle comme je l'ai toujours pensé... j'ai un fonctionnement d'une personne à haut potentiel (pensée arborescente, entre autres), mais je ne suis pas surdouée.

Je ne suis pas à gauche de la courbe comme je le craignais...

Je suis juste quelqu'un qui correspond à 5% de la population, autant vous dire que pour moi ça me va !!! je suis blonde et très intelligente :rofl:

Donc le test a dit non, mais le test va beaucoup m'aider à prendre enfin confiance en moi. :rock:

Viswanathan68 a écrit:Dernière chose : à tous les coups la psy va me trouver un résultat entre deux eaux du genre 120-125 de QI. Et je vais être hyper frustré qu'on puisse pas vraiment trancher ! :(


Pourquoi ? puisque c'est à partir de 130 que l'on est HP...
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 287
Âge: 38
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Viswanathan68 » Ven 27 Nov 2015 16:23

Tab a écrit:j'ai un fonctionnement d'une personne à haut potentiel (pensée arborescente, entre autres), mais je ne suis pas surdouée.


C'est possible ?


Tab a écrit:
Viswanathan68 a écrit:Dernière chose : à tous les coups la psy va me trouver un résultat entre deux eaux du genre 120-125 de QI. Et je vais être hyper frustré qu'on puisse pas vraiment trancher ! :(


Pourquoi ? puisque c'est à partir de 130 que l'on est HP...


Celui à qui on trouve 129, va-t-on lui annoncer froidement qu'il n'est absolument pas surdoué? J'en doute...

Et celui qui a par exemple 125, rien ne dit qu'il aura pas 120 ou 130 avec un autre psy. ça peut quand même bouger ces chiffres, vu que ce n'est pas une science exacte.

Mais personnellement ce dont je me méfie le plus c'est le stress de la passation qui pourrait me faire "sous- performer"...
WAIS IV du 11/12/15 : profil très hétérogène avec surdouement partiel (ICV)
Viswanathan68
 
Messages: 35
Enregistré le: Dim 25 Oct 2015 15:46
Présentation: presentations/presentation-viswanathan-t6779.html
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Tab » Ven 27 Nov 2015 17:24

Viswanathan68 a écrit:
Tab a écrit:j'ai un fonctionnement d'une personne à haut potentiel (pensée arborescente, entre autres), mais je ne suis pas surdouée.


C'est possible ?


La preuve que oui ;-) et elle a remarqué que dans la tranche 120-129 elle avait beaucoup de personnes qui pensaient en arborescence par exemple.

Moi j'ai été ultra stressée (au point d'en perdre ma voix, d'avoir froid, mal au crâne, tremblante de peur, bref. Mais beaucoup de HP passent les tests aussi dans cet état et pourtant ils sont clairement diagnostiqués...


Tab a écrit:
Viswanathan68 a écrit:Dernière chose : à tous les coups la psy va me trouver un résultat entre deux eaux du genre 120-125 de QI. Et je vais être hyper frustré qu'on puisse pas vraiment trancher ! :(


Pourquoi ? puisque c'est à partir de 130 que l'on est HP...


Viswanathan68 a écrit:

Celui à qui on trouve 129, va-t-on lui annoncer froidement qu'il n'est absolument pas surdoué? J'en doute...



Premièrement, le psy ne va pas annoncer "froidement" un résultat... enfin je ne vois pas pourquoi il le ferait :think: Il va t'annoncer où tu te situes sur la courbe et expliquer tes points forts et points faibles.

Deuxièmement il faut bien une limite ;-) l'important est que tu comprennes ton fonctionnement non ? Ou alors tu veux absolument être surdoué ?


Viswanathan68 a écrit: Et celui qui a par exemple 125, rien ne dit qu'il aura pas 120 ou 130 avec un autre psy. ça peut quand même bouger ces chiffres, vu que ce n'est pas une science exacte.

Mais personnellement ce dont je me méfie le plus c'est le stress de la passation qui pourrait me faire "sous- performer"...


Je doutais carrément de moi... je vois que toi tu te méfies du test en lui-même, test réalisé par des professionnels tout de même...

Dans ce cas, avec l'enfance que j'ai eue, je peux dire que j'ai sous-performé et que donc forcément je suis surdouée, vu que j'avais des réponses bonnes mais que je n'ai pas osé répondre de peur de me planter... On peut aller loin avec ce raisonnement.

L'important est de comprendre ce qui ne va pas. Et avec le compte-rendu de ce test, le psy nous remet la ou les clefs qui vont nous aider à avancer :rock:
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 287
Âge: 38
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Zyghna » Ven 27 Nov 2015 21:30

Bonne nouvelle ce bilan! Je vois que le résultat à l'air de te faire du bien!
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6682
Âge: 38
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Tab » Ven 27 Nov 2015 22:46

Zyghna a écrit:Bonne nouvelle ce bilan! Je vois que le résultat à l'air de te faire du bien!


Oh oui ce bilan me fait beaucoup de bien :rofl:
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 287
Âge: 38
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Melkoa » Ven 27 Nov 2015 23:40

Ca fait plaisir à lire tout ça Tab, contente pour toi !
Et vice versa.
Avatar de l’utilisateur
Melkoa
 
Messages: 346
Âge: 35
Enregistré le: Lun 6 Juil 2015 21:15
Présentation: Par ici !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Grabote » Sam 28 Nov 2015 17:00

Tab a écrit:Viswanathan68 a écrit:
Et celui qui a par exemple 125, rien ne dit qu'il aura pas 120 ou 130 avec un autre psy. ça peut quand même bouger ces chiffres, vu que ce n'est pas une science exacte.


Les résultats chiffrés sont justes ou ne le sont pas, ce n'est pas une question de psy.
Peut être de moment, c'est effectivement l'évaluation d'une performance à un instant T.
Mais malgré tout, s'il peut y avoir une légère fluctuation, je ne pense pas qu'il puisse y avoir une de différence vraiment signifiante.

Par contre, ce qui peut "bouger" selon le psy, c'est le rapport "au seuil" pour l'estampillage.
Certain.e.s s'en tiennent strictement au 130 d'autres sont plus souples.
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2473
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Viswanathan68 » Sam 28 Nov 2015 22:51

Grabote a écrit:
Par contre, ce qui peut "bouger" selon le psy, c'est le rapport "au seuil" pour l'estampillage.
Certain.e.s s'en tiennent strictement au 130 d'autres sont plus souples.


Oui, quand on sait par exemple que certains font démarrer le HP à 125 alors que d'autres refusent d'en parler à moins de 140.

En plus on se rend compte que ça peut être très ambigu : on peut ne pas être HP numériquement parlant (QI inférieur à 130), mais malgré tout être psychologiquement structuré comme un HP. Ce qui pourrait vouloir dire : avoir les défauts des HP sans en avoir les qualités... :(

J'ai vraiment hâte de savoir pour moi...
WAIS IV du 11/12/15 : profil très hétérogène avec surdouement partiel (ICV)
Viswanathan68
 
Messages: 35
Enregistré le: Dim 25 Oct 2015 15:46
Présentation: presentations/presentation-viswanathan-t6779.html
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Tab » Dim 29 Nov 2015 08:11

Melkoa a écrit:Ca fait plaisir à lire tout ça Tab, contente pour toi !


C'est gentil Melkoa merci !!

Viswanathan68 a écrit:
En plus on se rend compte que ça peut être très ambigu : on peut ne pas être HP numériquement parlant (QI inférieur à 130), mais malgré tout être psychologiquement structuré comme un HP. Ce qui pourrait vouloir dire : avoir les défauts des HP sans en avoir les qualités... :(


Je suis très fière de mon 125, et j'ai le fonctionnement HP d'après ma psy. Ce qui compte pour moi c'est de savoir que je ne suis pas stupide... Ma crainte depuis toujours. C'est une sacrée bouffée d'oxygène !


Ensuite je ne vois pas ce que tu qualifies de défaut et de qualité chez le surdoué ?? Le chiffre supérieur à 130 c'est la qualité ?? Et ce mode de pensée si particulière est une sacrée qualité aussi tout de même... Et beaucoup de HP vont très bien alors idem, que qualifies-tu de défaut et qualité chez eux ?

J'espère sincèrement que le résultat du test te sera bénéfique ( même si tu n'es "que" super intelligent :P )

Bon courage à toi pour ton cheminement ;)
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 287
Âge: 38
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Grabote » Dim 29 Nov 2015 08:34

Viswanathan68 a écrit: d'autres refusent d'en parler à moins de 140.


T'as vu ça où ?
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2473
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar *Za* » Mar 1 Déc 2015 08:29

Viswanathan68 a écrit:En plus on se rend compte que ça peut être très ambigu : on peut ne pas être HP numériquement parlant (QI inférieur à 130), mais malgré tout être psychologiquement structuré comme un HP. Ce qui pourrait vouloir dire : avoir les défauts des HP sans en avoir les qualités... :(

Moi non plus je ne comprends pas trop ce point de vue... si tu es psychologiquement structuré comme un HP, que tu as un fonctionnement HP, je ne vois pas pourquoi ce fonctionnement serait négatif, juste à cause d'un score !!!

D'ailleurs je reste sceptique par rapport aux "qualités et défauts des HP", sachant d'abord que les qualités et défauts d'une personne varient avant tout selon la personne. On peut plutôt parler de caractéristiques (tout en se souvenant qu'on ne les retrouve pas chez tous), qui vont selon les situations être plutôt positives ou négatives.
Peut-on parler de qualité ou de défaut pour ces caractéristiques HP, comme la pensée qui part en tous sens, l'hyperesthésie, etc ? Pour moi c'est variable selon les personnes et la situation. Beaucoup peuvent devenir des atouts, beaucoup peuvent parfois poser problème et demander de les "apprivoiser".
Et ces caractéristiques sont normalement présentes si on a un fonctionnement haut potentiel, quel que soit le QI, si toutefois il est calculable. Peut-être parfois de manière moins prononcée ?

Je ne vois pas en quoi avoir un QI supérieur à 130 serait particulièrement une qualité, encore moins s'il est supérieur à 140 ou 150. Après tout, plus on s'éloigne de la norme, plus les efforts pour s'adapter seront importants.
Pour caricaturer, je ne vois pas en quoi être "pathologiquement intelligent" (j'utilise volontairement ce terme impropre !!) serait mieux qu'être "intelligent" ou "très intelligent".

Edit : Je me permets d'ajouter mon ressenti personnel. Depuis que je suis sur ce forum, j'ai compris combien le fonctionnement HP m'avait apporté en bien, tout ce que j'ai pu faire grâce à lui. Et le fait d'avoir identifié certaines caractéristiques parfois gênantes m'aide à les transformer en atouts, ou encore à voir leur facette positive (par exemple pour l'hyperesthésie qui me vaut de véritables extases sensorielles, pas que du désagrément). Par contre, le QI>130, ce p... de fossé, restera pour moi la marque du profond ennui que j'ai ressenti pendant des années - cet ennui qui me déclenchait des réactions somatiques, maux de tête, maux de ventre, et même crises d'angoisse.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2475
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Viswanathan68 » Mar 1 Déc 2015 21:46

Si j'ai bien compris ce que j'ai lu récemment, beaucoup de HP ont des défauts : échec scolaire ou dans l'insertion professionnelle, manque d'intégration dans les groupes, impopularité, difficulté à intégrer des normes... Autant de troubles que l'on retrouve parfois chez les TSA et les TDAH. C'est en ce sens que je voulais dire que le profil "surdoué" avait des défauts. Même si bien sûr tous les surdoués n'ont pas ces problèmes.

Je voyais dans le QI élevé plutôt une qualité en ce sens que c'est ce qui est le plus souvent mis en valeur : la performance chiffrée. Et celui qui sans avoir le QI a un fonctionnement de HP, outre certaines qualités, peut avoir des perturbations au vu de ce que sont les gens dans la norme.

----------

Si l'on trouve un profil hétérogène, ça n'a jamais de sens de calculer le QIT? Je suis angoissé à l'idée que l'on me trouve ça et que la psy ne puisse trancher. Enfin si jamais je suis HP ou demi-HP, ce sera assorti de dysfonctionnements qui ressemblent au trouble de l'attention et à ceux du spectre de l'autisme. Mon test va de toute façon laisser des questions ouvertes...


---------


Grabote a écrit:
Viswanathan68 a écrit: d'autres refusent d'en parler à moins de 140.


T'as vu ça où ?


Dans une lecture récente, je ne sais plus où, mais ça doit être une minorité de spécialistes qui le pensent...
WAIS IV du 11/12/15 : profil très hétérogène avec surdouement partiel (ICV)
Viswanathan68
 
Messages: 35
Enregistré le: Dim 25 Oct 2015 15:46
Présentation: presentations/presentation-viswanathan-t6779.html
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar W4x » Mer 2 Déc 2015 18:58

Viswanathan68 a écrit:Bonjour :)

En ce qui me concerne j'ai rendez vous dans deux semaines pour le WAIS. Et je stresse à l'idée que le résultat soit négatif. Au moins si je suis diagnostiqué HP ça me donnera un début d'explication et ça me permettra de commencer à comprendre les raisons de toutes mes difficultés, ainsi que pourquoi ma vie en général est si pénible la plupart du temps.

Si on me trouve au moins 130 de QI, je pourrai enfin justifier mes lacunes dans certains domaines (vie sociale quasi inexistante, rapport difficile à l'administration, sentiment de décalage...) Et je cesserai enfin d'être humilié par mon entourage !

Mais si je ne suis pas HP, il faudra que je cherche, et la psy est assez d'accord, du coté des TSA et des TDAH.

Et il est clair qu'il est drôlement plus valorisant d'être HP que TSA ou TDAH. Bien qu'il ne soit pas du tout exclu que je cumule les trois mandats !

Dernière chose : à tous les coups la psy va me trouver un résultat entre deux eaux du genre 120-125 de QI. Et je vais être hyper frustré qu'on puisse pas vraiment trancher ! :(

Je rappelle qu'il y a un fil pour les suppositions, celui-ci étant plutôt dédié aux témoignages des membres pour lesquels le test s'est avéré négatif.
Viswanathan68 a écrit:Oui, quand on sait par exemple que certains font démarrer le HP à 125 alors que d'autres refusent d'en parler à moins de 140.

Ça, ça nous laisse sur notre faim de sources :P Je conçois volontiers que des psys fassent cela (bien que ça soit discutable), mais sur quelles observations cette fourchette se base-t-elle?
D'autre part, si l'on lit un peu le forum depuis le temps qu'il existe (et pour ne parler que de lui) on s'aperçoit que c'est autour, très proche, de ce fameux 130 que se cristallisent les interrogations. Et je trouve qu'en parallèle de ça, des diagnostics du genre "fonctionnement HP" qu'on peut lire ça et là, ne répondent pas complètement aux interrogations et mériteraient d'être davantage développés par les praticiens, histoire de laisser le moins de prise possible au "non concluant"...
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3013
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Traum » Mer 2 Déc 2015 19:04

Il me semble que Jean-Jacques Terrassier accepte de reconnaître la douance à partir de 125 ou quand un seul indice excède les 130, même si ce n'est pas le cas des autres et même si le QIT < 130. (Bon, en général, le QIT finit par ne pas être calculable.)
(Les deux premières lignes sont à vérifier. Je dis cela de mémoire pour J.-J. T.)
Quant à ce qui le fonde, honnêtement, je n'en sais rien (je ne suis pas assez experte en psychométrie.)

JSF en tout cas disait clairement dans son livre que le HP n'était pas qu'un chiffre, mais qu'il y avait aussi tout le reste qu'elle développe dans TIPEH.

Personnellement, être « structuré psychologiquement » comme un HP mais non numériquement… ça m'interroge aussi beaucoup, surtout quand le non numérique veut dire : strictement inférieur à 130… (Déjà, il faudrait aller voir pourquoi < 130…)
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Traum
 
Messages: 327
Âge: 30
Enregistré le: Jeu 15 Jan 2015 22:22
Localisation: Paris.
Présentation: Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Aurélie » Ven 4 Déc 2015 15:53

Eh bien je suis un peu perdue...
Il faut que l'on m'explique la nuance entre :
- quelqu'un ayant un résultat à la wais entre 125/130 et "diagnostiqué" HP du fait de son fonctionnement HP
et
- quelqu'un ayant un résultat à la wais entre 125/130 et "diagnostiqué" non HP malgré son fonctionnement HP
perdue, perdue, perdue,.... :think:
Avatar de l’utilisateur
Aurélie
 
Messages: 22
Âge: 33
Enregistré le: Mer 21 Oct 2015 21:06
Localisation: Sur le bord du lac Léman...
Présentation: présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Bradeck » Ven 4 Déc 2015 16:15

Cela va dépendre du psy et de sa manière de faire. Nous sommes d'accord pour dire qu'il n'y a en réalité pas de "cassure", dans le sens : A 129, tu n'es pas surdoué, à 130, tu es surdoué.

Puisqu'il s'agit plus d'un continuum, et chaque psy va se faire une doctrine, un discours. Certains vont justement appliquer dans leur compte-rendu et leur discours: Vous êtes en dessous de 130, donc vous n'êtes pas surdoué (vis à vis de ce qui est dans la litterature), mais au vu de l'observation clinique, vous en avez des caractétistiques.
D'autre ne vont pas adherer aussi strictement à cette frontière des 130.

Encore une fois: ce n'est pas une prise de sang, mais un professionnel en face d'une demande d'un "client / patient".

Face à ces interrogations, la chose à faire est surtout de bien dialoguer avec le psy, et ne pas hésiter à rappeler, même après le bilan, en annonçant clairement l'incomprehension. Le but du praticien est de vous faire avancer, dans la bonne voie, et pour cela il faut lever les ambiguité / incompréhension.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1590
Images: 10
Âge: 46
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Tab » Sam 12 Déc 2015 10:45

Aurélie a écrit:Eh bien je suis un peu perdue...
Il faut que l'on m'explique la nuance entre :
- quelqu'un ayant un résultat à la wais entre 125/130 et "diagnostiqué" HP du fait de son fonctionnement HP
et
- quelqu'un ayant un résultat à la wais entre 125/130 et "diagnostiqué" non HP malgré son fonctionnement HP
perdue, perdue, perdue,.... :think:


Et bien j'avoue ne pas avoir trop de réponse...

Perso, j'ai été tellement soulagée d'être dans les 125/130 que je ne me suis pas posé la question... j'ai le fonctionnement HP d'après ma psy. Mais je ne suis pas surdouée d'après le résultat qui n'atteint pas 130. Et je pense que cela me va car je n'ai pas besoin d'être surdouée ou non pour enfin comprendre pourquoi depuis toute petite je fais le caméléon 8)

Je note "diagnostic -" car c'est ce que j'en ai déduit, j'attends le compte-rendu écrit 8)
Avatar de l’utilisateur
Tab
 
Messages: 287
Âge: 38
Enregistré le: Lun 10 Fév 2014 11:40
Localisation: Au pays de la charentaise !
Présentation: par là !
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Ianthe » Ven 25 Déc 2015 05:17

Offtopic :
W4x a écrit:
Viswanathan68 a écrit:Oui, quand on sait par exemple que certains font démarrer le HP à 125 alors que d'autres refusent d'en parler à moins de 140.

Ça, ça nous laisse sur notre faim de sources :P Je conçois volontiers que des psys fassent cela (bien que ça soit discutable), mais sur quelles observations cette fourchette se base-t-elle?


Je lis "Les surdoués ordinaires" de Gauvrit et dans l'introduction à la page 13 il y a : "Pour augmenter la probabilité de trouver une différence entre la population générale et les surdoués, certains auteurs restreignent au contraire la définition de la douance et étudient seulement des enfants très précoces, par exemple en imposant un QI supérieur à 145. Il est tout à fait possible que les caractéristiques que les chercheurs découvrent sur cette population ne se généralisent pas à la population plus large des enfants dont le QI dépasse 130. On le voit : le seuil que l'on fixe a potentiellement des conséquences sur les résultats que l'on trouvera."

Comme cette remarque m'avait laissé sur ma faim aussi, je m'en suis souvenue en lisant ce paragraphe dans le livre ^^
Ianthe
 

Re: Et quand le test dit non!

Messagepar Daysofwonder » Jeu 28 Jan 2016 09:31

J'ai l'impression que certains forumeurs oublient systématiquement que le score mesuré par la WAIS devrait être situé dans un intervalle de confiance, afin de prendre en compte les erreurs de mesure (erreurs de mesure qui existent dans tout instrument de mesure, mais encore plus dans les instruments psychométriques!).

Ainsi, une WAIS qui aboutit à un chiffre de 125 de Q.I. ne signifie pas que le "score vrai" de Q.I. de la personne est de 125. Le/la psychologue devrait ajouter que ce score se situe dans un intervalle de confiance à 95% allant de telle valeur à telle valeur (120 à 130 environ, je n'ai pas le manuel sous la main).

Cela signifie qu'il y a 95% de chance pour que le score vrai se situe entre telle valeur (environ 120) et telle valeur (environ 130)... Mais il y a aussi 5% de chance pour que ce score se situe ailleurs.

C'est bien pour cela qu'une simple passation du test sans examen clinique n'a pratiquement aucune valeur. Il faut que le résultat soit décrypté à la lueur de l'examen clinique, pour que le psychologue puisse conclure à un diagnostique.

--> Donc si le test dit "non", le psychologue peut dire "oui"... et inversement.

Source (ajouté à mes vieux cours de psychométrie): Castro, D., Lieury, A., Azoulay, C., Siegler, R. S., Cognet, G., & Cottraux, J. (2011). Pratique de l'examen psychologique en clinique adulte: approches intégratives: WAIS IV, MMPI-2, RORSCHACH, TAT. Dunod.
Avatar de l’utilisateur
Daysofwonder
 
Messages: 245
Âge: 30
Enregistré le: Ven 7 Nov 2014 18:20
Localisation: Suisse
Présentation: ici
Profil: En questionnement
Test: MENSA

PrécédenteSuivante

Retourner vers Diagnostic, Tests, Psys et Thérapies

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Quand le test dit "oui mais non mais oui"
par Armie » Mer 28 Jan 2015 18:04

Réponses: 18

Vus: 3968

Dernier message par Eloo33 Voir le dernier message
Mar 15 Déc 2015 09:16
Quand le test ne permet pas de conclure...
1 ... 6, 7, 8par Maluna » Mer 13 Avr 2011 14:28

Réponses: 195

Vus: 25545

Dernier message par Liroj Anakarkis Voir le dernier message
Mar 29 Nov 2016 20:33
Passer la Wais quand on a fait des études et stages en neuropsychologie.
par Gioia » Sam 4 Juin 2016 10:14

Réponses: 14

Vus: 732

Dernier message par Gioia Voir le dernier message
Lun 13 Juin 2016 17:29
WAIS V - pour quand nesse donc ???
par theudericus » Mar 21 Fév 2017 16:20

Réponses: 8

Vus: 256

Dernier message par theudericus Voir le dernier message
Jeu 23 Fév 2017 17:34
A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?
1 ... 31, 32, 33par TourneLune » Mar 8 Fév 2011 23:05

Réponses: 801

Vus: 116513

Dernier message par Back2Basics Voir le dernier message
Sam 25 Fév 2017 20:02

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité