Nous sommes le Sam 18 Nov 2017 03:45


Le cerveau d'Hugo

Modérateur: Bradeck

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Pier Kirool » Ven 30 Nov 2012 12:32

Offtopic :
pixelvois a écrit: Ce besoin ( étrange ) de trouver une continuité à toutes ses formes de différences de fonctionnement cognitifs, vient du fait qu'il me semble en effet trouver vraiment beaucoup de points commun entre autistes ( et plus particulièrement les aspergers, mais pas seulement ) et les surdoués ( ou du moins là où s'exercent leurs difficultés / décalages ).

Je ne pense pas que ce soit si étrange que çà, en fait. Ca rassure surement, et "on" fait pareil avec la plupart des pathologies psychiatriques dont on dit que ce sont des traits normaux de personnalité qui sont hypertrophiés.
"La vraie science est une ignorance qui se sait" (Voltaire)
Avatar de l’utilisateur
Pier Kirool
 
Messages: 2320
Âge: 56
Enregistré le: Lun 14 Mai 2012 10:50
Localisation: Bordeaux
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Start me up
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Joebar » Ven 30 Nov 2012 14:52

Tournesol a écrit:Cette "surabondance de neurones" (qui n'existe pas, hein, ça se joue au niveau de la connectique je crois, sinon plus on aurait un gros cerveau plus on serait intelligent. Il y a une corrélation mais pas très forte) te permet aussi de les gérer ces émotions...

oui connectique, d'ailleurs dans le cas inverse, ils ne parlent pas de déficit en neurones mais bien de déficit en connexion.

Tournesol a écrit:On peut peut-être trouver quelque chose à ce sujet-là au niveau neurologique, c'est pas trop mon domaine là, mais on sort complètement du sujet par contre.

Pas forcément, c'est toujours le cerveau d'Hugo ;)

Mais si quelqu'un a des infos...
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2911
Images: 4
Âge: 40
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Zil2blé » Ven 30 Nov 2012 18:56

Joebar a écrit:Le cortex pré-frontal inhibe le cerveau émotionnel et contrôle notre comportement rationnel.
Une surabondance de neurones ou des connexions pas assez efficaces entre les lobes frontaux et les autres parties du cerveau => plus de gestion des émotions, le chef d'orchestre du cerveau est comme absent. quelqu'un aurait du complément d'information la dessus? ça m'intéresse. à un moment, ils parlent de l'ocytocine qui permettrait de calmer les peurs du cerveau. Vous en pensez quoi?

Désolé, j'étais "sous le travail" comme on dit dans ma langue.
Dans le compte rendu de la conférence de JSF, tu trouveras un passage qui parle de ces "court-circuits" dus à un débordement et une non-gestion des émotions.
Pour l'ocytocine, ce que je peux te dire, c'est que le seul moyen de calmer les migraines digestives ou les colères fulgurantes ou les crises d’anxiété de mon fils surdoué, c'est le toucher (massage, essentiellement du crâne). Il ne faut pas essayer de passer par l'intellect. Le massage provoque une production d'ocytocine. Quelqu'un en sait plus ?
Avatar de l’utilisateur
Zil2blé
 
Messages: 811
Âge: 47
Enregistré le: Ven 14 Oct 2011 21:00
Présentation: ma présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Mlle Rose » Ven 30 Nov 2012 19:27

Sur l'ocytocine et ses résultats dans le traitement de l'autisme :
http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1793.htm

(ça fait que 13 patients quand même... étude à compléter donc...)

Et sur l'ocytocine en général pour ceux que ça intéresse, vous trouverez des trucs pas mal documentés sur les moteurs de recherche scientifiques : http://www.scirus.com/srsapp/search?q=o ... sort=0&g=s

Désolée j'ai pas la foi pour aller moi-même vous chercher les infos, en plus j'ai pas compris la question :P
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Dim 2 Déc 2012 17:12

A y est j’ai vu le documentaire du premier lien que tu proposes Zil2blé ... je viens enfin de comprendre ton pseudo! :lol: . Edit : Merci de l'avoir indiqué, j'ai pu entendre le témoignage de personnes autistes et j'ai trouvé les explications qu'elles donnaient pertinentes, drôles parfois, dures aussi, ça "sonnait vrai ".

Je vais donc donner mon avis/ ressenti ici puisque tu souhaitais partager sur cette émission et qu’après réflexion je n’ai pas encore de connaissances suffisantes sur la surdouance / haut potentiel … pour faire le(s) parallèle(s) proposé(s) dans le topic douance et traits autistiques.

Il me semble tout d’abord important de rappeler que ce documentaire est destiné au grand public, aux personnes qui ne connaissent pas (ou mal) l’autisme. Les quelques mamans d’enfants autistes avec qui j’ai pu en parler m’ont dit qu’elles n’avaient rien appris de nouveau en visionnant cette émission mais que, par contre, ce qui était relaté en terme de vie quotidienne, de difficultés … était assez juste au regard de leur expérience personnelle.

Ensuite, il me semble délicat de tirer des généralités de la diversité de ce qui est nommé le spectre autistique. L’autisme peut prendre des formes diverses et les comportements observables, les difficultés de vie de ces personnes, les " solutions " pour tenter d’y répondre ... sont à l’image de cette variété. Hétérogénéité est un mot qui me semble assez ajusté.
Je souhaiterais ajouter un point que j’ai appris en formation et qui explique assez bien un des aspects de cette hétérogénéité.
Il s’agit de la notion de continuum entre déficience intellectuelle et autisme … Un peu comme un chemin qui a deux bas côtés, l’un serait la déficience intellectuelle, l’autre l’autisme. … Et ce chemin aurait à un bout 0 autisme et 0 déficience et à l’autre autisme profond et déficience idem… pas sure d’être claire … En fait chaque personne autiste présente un degré de déficience et d’autisme différent et les intrications entre les deux sont complexes sans qu’on sache toujours qui des deux influence l’autre. Ce qui rend la tâche plus ardue pour compenser les difficultés quotidiennes. Une personne avec un autisme profond et une déficience intellectuelle légère, une autre avec un autisme léger et une déficience intellectuelle profonde, une autre avec un autisme léger et pas de déficience intellectuelle … elles n’auront pas les mêmes (degré de) difficultés et donc pas les mêmes besoins d’aide, de compensation … ce qui permet aussi de comprendre qu'une personne autiste peut avoir un (très) haut "niveau intellectuel".

Concernant le syndrome d’asperger (SA) et l’autisme de haut niveau (AHN ou HFA : High functioning autism) : j’ai cru voir un amalgame être fait dans cette émission ( euh si je me trompe reprenez moi). Je précise que certains spécialistes de l'autisme considèrent qu'il n'y a pas lieu de faire cette distinction.
J’ai moi-même fait cet amalgame et c’est il y a peu de temps que j’ai appris (par des adultes autistes d’ailleurs) qu’il y aurait des différences, notamment en termes de perception et d’adaptation au monde extérieur. De ce fait, la tentative de compréhension et les réponses potentielles varieront selon que la personne soit porteuse du syndrome d’asperger ou autiste de haut niveau.
J’ai par ailleurs trouvé que ça pouvait peut-être éclairer les personnes qui réfléchissent sur les liens potentiels entre traits autistiques et douance.

En m'appuyant sur les écrits des professionnels et le témoignages de personnes autistes qui font cette distinction je vous propose quelques précisions sur ces différences et pour que ce soit plus visible je mets ça sous forme d'onglet( merci Zyghna :wink: ) et utilise les sigles SA et AHN pour "alléger".

sur stimulation  : Les personnes porteuses du SA auraient une plus grande capacité que les AHN à traiter, à isoler, les informations au milieu de tous les stimuli sensoriels (même si cela reste très compliqué), plus de moyens « socialement adaptés » ou des moyens « moins violents » de gérer les moments de grand stress consécutifs à cette sur stimulation.
Cela m’a été rapporté lors d'un colloque où Brigitte Harrisson, québécoise, travailleuse sociale, conférencière, formatrice et personne autiste de haut niveau l'a rapidement évoqué. Je vous propose ces deux articles Brigitte Harrisson et pas simple de faire la distinction.
langage oral  : Une autre différence serait une absence de troubles du langage oral. C’est cependant assez délicat de se baser sur ce critère dans la mesure où des personnes SA ont parlé très tard (Hugo dans le docu fiction, Josef Schovanec …). Il serait plus précis de dire que chez les personnes SA le langage serait le support premier et parfois suffisant de communication alors que les personnes AHN utiliseraient ce moyen de manière plus « artificielle » sans d’ailleurs jouer avec les mots (ce qui est différent de l’implicite ou de second degré, c’est un jeu sur le mot lui-même, sa sonorité, son harmonie …) comme pourraient le faire les personnes asperger parfois.
De même ce langage serait employé pour gérer le stress, l’angoisse … de manière importante chez les personnes SA, ce qui ne serait pas le cas chez les AHN (en tout cas pas de manière aussi « visible ») qui utiliseraient d’autres moyens préférentiels.
théorie de l'esprit  : La différence notable se retrouverait selon certains spécialistes dans le concept de la théorie de l'esprit et donc de cette capacité à se mettre à la place de l'autre. La personne SA aurait les capacités d'acquérir cette théorie à un niveau relativement élevé alors que pour la personne AHN cette possibilité resterait toujours limitée.
intérêt restreints  : 
Une autre caractéristique serait pour les personnes SA celle des centres d’intérêts restreints qui amèneraient un plaisir intense en plus de la réassurance (cette dernière étant commune à l’autisme de haut niveau).
motricité : Sur le plan moteur, une autre distinction peut être faite : les problèmes seraient plus marqués chez les personnes porteuses du syndrome d’asperger.
capacités cognitives : Une personne AHN peut avoir des capacités supérieures (dans un ou plusieurs domaines) à une personne SA et inversement. Ce n'est donc pas un critère de différenciation même si généralement les personnes SA ont une sur efficience dans un domaine.

Concernant la première partie de l’émission, qui est un entremêlement d’un document fiction et de témoignages de personnes autistes et de leur famille (je n’ai pas bien saisi si elles étaient toutes porteuses du syndrome d’asperger où s’il y avait des autistes de haut niveau parmi elles) cette forme m’a gênée pour deux raisons. La première est que les témoignages, s’ils avaient été plus développés et plus ciblés encore, auraient suffit selon moi. Ce docu fiction m’apparait comme un peu « plaqué », essayant de toucher la corde sensible plutôt que d’expliquer simplement. De plus cette forme hachée me semble « nuire » aux propos des personnes autistes ( et au docu lui-même) qui témoignent de leur expérience et ont parfois une analyse intéressante que j’aurais aimé entendre de manière moins concise.
La seconde raison est que la réalité de ce sujet dépasse largement la fiction et que l’hétérogénéité de l’autisme n’est pas suffisamment exposée à mon avis.
Bon, ce docu a quand même le mérite d’exister, je suis peut-être un peu trop critique et c’est destiné au grand public, n’empêche, ce document présente majoritairement une forme d’autisme…

Pour ce qui est de la seconde partie, je n’ai pas grand-chose à en dire dans le cadre de ce topic ( dans le cadre professionnel par contre si notamment en ce qui concerne l'éthique à appliquer aux méthodes comportementales, j'ai été choquée de voir cette petite fille qui ne parvenait pas à s’assoir sur une chaise et qui pleurait à fendre mon âme lorsque le Monsieur en blouse blanche la forçait (selon moi) à s’asseoir ... quoi qu'il en soit de la fin recherchée je ne pourrai jamais employer ces moyens là ... … du coup je suis contente d’avoir vu ce doc finalement). Il me semble que les politiques ne pouvaient en dire plus au risque d’être dans la contradiction avec le peu d’actions menées face à des parents informés et acteurs. Les explications de madame Frédérique Bonnet-Brilhault sur le fonctionnement cérébral m’ont semblées claires et cohérentes.

Voilà désolée pour les longueurs et je suis preneuse de vos autres avis et réactions sur l'émission ainsi que de vos critiques et questionnements sur ce que j'ai écrit.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Melokine » Dim 2 Déc 2012 19:54

J'ai regardé le docu-fiction, le débat j'ai vite arrêté, peut-être à tort, parce que j'ai les connaissances de bases sur l'autisme donc c'était pas très intéressant.
Sur le film j'ai aussi trouvé la partie fiction lourdeaute, assez mal jouée -- comme l'a déjà fait remarquer quelqu'un --, trop pleine de bons sentiments etc. Mais s'il faut en passer par là pour toucher un public plus vaste qui n'aurait pas regardé un docu pur, why not...

Effectivement, Sanders, Asperger ou l'autisme de haut niveau ne sont pas très représentatifs, de plus il y a tout un imaginaire de fascination devant ces personnes susursurefficientes que je trouve un peu dangereux, les réalités de l'autisme pas de haut niveau sont autrement moins romantiques...

Enfin, pour ce qui est de la méthode comportementaliste ABA, que j'ai pu observer pendant quelques semaines, et dont les détracteurs (psychanalystes mais pas que) disent que c'est du dressage, il y a de bonnes choses dedans. Pas tout, mais pour beaucoup d'enfants avec autisme elle est une voie d'accès aux langages alternatifs, donc à la possibilité d'exprimer des besoins, ce qui est absolument capital. Et elle permet d'alléger le quotidien avec la famille, aussi (pour les repas, l'apprentissage de la propreté...), ce qui doit pouvoir avoir de bonnes répercussions sur l'enfant lui-même.
Mais l'essentiel dans la prise en charge de ces enfants (je n'ai vu ni ados ni adultes), c'est de s'adapter à chaque personnalité, essayer des choses, en rater certaines, etc. Et avec la guéguerre comportementalistes/psychanalystes qu'on a en France, malheureusement les positions prises sont caricaturales.
Hypersensibilité mon cul...
Melokine
 
Messages: 739
Âge: 42
Enregistré le: Dim 15 Juil 2012 09:24
Localisation: IDF
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Doonarrala » Dim 2 Déc 2012 20:03

Merci pour ce fil, les commentaires et les liens donnés.

De plus cette forme hachée me semble « nuire » aux propos des personnes autistes ( et au docu lui-même) qui témoignent de leur expérience et ont parfois une analyse intéressante que j’aurais aimé entendre de manière moins concise.

Les vidéos des témoignages sont disponibles Ici
"Chacun a de bonnes raisons, intrasubjectivement valables, de penser ce qu'il pense, de dire ce qu'il dit, de faire ce qu'il fait et de ressentir ce qu'il ressent." (Daniel FAVRE)
Avatar de l’utilisateur
Doonarrala
 
Messages: 190
Enregistré le: Mer 14 Sep 2011 17:19
Profil: Intéressé dans le cadre de ma profession
Test: NON

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Dim 2 Déc 2012 21:52

Doonarrala a écrit: Les vidéos des témoignages sont disponibles Ici

Merci beaucoup doonarrala :smile: les témoignages sur la perception sont particulièrement éclairants.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Zil2blé » Dim 2 Déc 2012 22:46

Merci beaucoup Sanders pour toutes ces précisions.
Tu vois, je ne savais pas qu'on distinguait le syndrome d'Asperger des autistes de Haut niveau et qu'on avait établi des différences aussi marquées (mais les limites tracées sont toujours humaines).
Quant aux parallèles avec les surdoués, je n'y connais rien mais j'ai l'intuition qu'il y a quelque chose :
Soit une question d'échelle, soit une origine différente mais des symptômes qui se ressemblent car on a les mêmes adaptations à des problématiques communes (même si elles n'ont pas de commune mesure). Par rapport au problème de sociabilité, même si c'est une composante de l'autisme, je trouve qu'on la retrouve suffisamment chez les surdoués pour ne pas la prendre en compte. Il n'y a qu'à voir ce qui se passe dans les cours de récré. Je suis assez d'accord avec Tournesol pour distinguer l'incapacité de communiquer avec le désintérêt à le faire. Je m'y retrouve complètement. Enfant, on disait que j'étais timide. Pourtant, parfois, j'étais tout à fait loquace et à l'aise. C'est simplement que je n'avais rien à dire à certaines personnes. Leurs centres d'intérêt ne me parlaient pas. Je sais que je ne suis pas autiste, mais j'arrive à les comprendre.
Avatar de l’utilisateur
Zil2blé
 
Messages: 811
Âge: 47
Enregistré le: Ven 14 Oct 2011 21:00
Présentation: ma présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Lun 3 Déc 2012 07:14

Melokine a écrit: Mais l'essentiel dans la prise en charge de ces enfants (je n'ai vu ni ados ni adultes), c'est de s'adapter à chaque personnalité, essayer des choses, en rater certaines, etc. Et avec la guéguerre comportementalistes/psychanalystes qu'on a en France, malheureusement les positions prises sont caricaturales.

Pour les ados et adultes on essaye aussi et on rate aussi ... Frédérique Bonnet-Brilhault parle de prise en charge globale dans le documentaire... Allez j'ose ... au-delà du vœu pieu, si tous les professionnels - qui ne parlent pas du tout le même langage parfois, font l'effort de comprendre les autres corps de métier- tout comme ils essaient de communiquer avec les personnes autistes, ça peut donner une richesse et une créativité ( appuyée sur des observations multiples et sérieuses bien sur) qui permettent des adaptations utiles à la personne autiste. C'est pas facile mais j'ai vu que quelquefois c'est possible.

Zil2blé a écrit: Tu vois, je ne savais pas qu'on distinguait le syndrome d'Asperger des autistes de Haut niveau et qu'on avait établi des différences aussi marquées (mais les limites tracées sont toujours humaines).

C'est pour ça que j'ai mis du conditionnel Zil2blé. Tout le monde ne reconnait pas cette distinction et je m'appuie sur le fait que des adultes autistes qui ont creusé cette question la valident pour la présenter ici. Je trouve cette distinction intéressante pour plusieurs raisons, l'une d'elles est qu'en tant qu'éduc je ne réagirai pas de la même manière si un enfant que j'accompagne fait " une crise" dans la rue et que le diagnostic ( ou ce qui est ressorti des observations en équipe pluridisciplinaire car malheureusement tous n'ont pas de diagnostic précis) est HAN ou SA. Connaître cette différence m'aide à adapter mon action.
Une autre raison (qui m'a fait en parler dans ce topic) est que j'ai cru lire ici ou là sur ce forum que les perceptions sensorielles ou l'utilisation du langage pouvaient avoir des particularités dans le haut potentiel ... ça a résonné ... aucune analyse hein juste une résonance en lien avec ce que Tournesol avait écrit dans le topic douance et traits autistiques
Tournesol a écrit: Ces sujets sont néanmoins passionnants car on sent bien qu'il y a un lien quelque part sans pouvoir le situer vraiment. Je ne crois pas qu'il soit dans la linéarité mais quelque part, quelque chose semble faire écho.
... Désolée je sors du sujet.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar TourneLune » Lun 3 Déc 2012 08:07

Essayons de poursuivre sur le topic des traits autistiques en ce qui concernent les liens douance/autismes ;)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11473
Images: 367
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Kayeza » Mer 5 Déc 2012 18:26

Merci à tous pour ces commentaires éclairants.
J'ai vu le documentaire en replay avec ma mère et mon beau-père, en leur disant qu'on en parlait beaucoup ici sur le forum. Mais je n'ai pas pu aller jusqu'à leur dire que l'autisme partageait certains traits avec la douance... :-|
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4690
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Mer 5 Déc 2012 19:19

Offtopic :
Kayeza a écrit: ... que l'autisme partageait certains traits avec la douance... :-|

Je suis en train de découvrir le chemin inverse*en côtoyant des personnes autistes, c'est assez passionnant, je vous ferai part de mes interrogations et découvertes ( euh ça peut venir seulement dans quelques mois ...) ... sur le topic adéquat ;)

Edit *comme je ne me sens pas très claire sur l'adjectif inverse, je voulais dire que je découvre des similitudes chez les personnes autistes en les côtoyant.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Meggie » Jeu 6 Déc 2012 20:53

Les Asperger sont les plus facilement médiatisés car ce sont des autistes "qui communiquent".
Hein ? Comment ? Mais tout le problème vient pourtant de là !
Oui et non, le syndrome d'Asperger a été séparé de l'autisme, puis réintégré puis, dans le dernier DSM apparemment, intégré, sans distinction, à tout l'autisme.
"Austisme de haut niveau", la douance "visible"semble aider ces autistes à communiquer ou s'exprimer plus qu'un autiste "classique".
On s'identifie plus facilement à eux, ou on les comprends mieux, parce qu'ils écrivent des livres, jouent de la musique, développent des théories... C'est le côté "petit génie" qu'on a lâché des surdoués pour mieux le retrouver chez les Asperger. C'du oh et du ah.
Mais si vous leur retirez leur don qui s'exprime, alors peu de personnes leur trouve un intérêt. Un enfant qui hurle et qui souffre sans pouvoir dire ce qui ne va pas. Un enfant surement intelligent, voire très, mais qui ne le montre pas. Pas à nos yeux.

Si vous aimez "l'Aspie raconté par un Aspie" et que vous pouvez lire en anglais, je vous conseille "Being Different" de John Elder Robison.

Vous n'aimez pas l'amalgame "surdoué = génie", ne le faites pas pour l'autisme en général.
Ce n'était pas un docu sur l'autisme mais bien sur les Asperger.

Et je ne le critique pas, j'ai trouvé le docu intéressant grâce aux témoignages (je me demandais qui était ce pianiste qui jouait le rôle de l'avatar Hugo) et je parcoure le sujet "Aspies" depuis quelques temps, parce que ça m'intéresse.

Et, sinon, j'ai aussi trouvé des points communs avec...moi-même. Et ce n'est pas la première fois, pas la dernière et ma thérapeute m'a toujours décrit avec des "caractéristiques autistiques". Je pense que ça rejoint toujours un peu la douance, vu le "de haut niveau" etc.

J'ai aimé voir un peu le parcours de l'autisme vu par les psys "au travers des âges". Je connais un psychiatre qui croit à la théorie du "c'est la faute à la mère" et j'ai apprécié de trouver des informations supplémentaires sur d'où peut lui venir cette idée et, surtout, où chercher pour en débattre avec lui.
Je ne suis pas d'accord avec cette théorie, je la trouve stupide parce qu'illogique. Et potentiellement destructrice.
Avatar de l’utilisateur
Meggie
 
Messages: 159
Âge: 29
Enregistré le: Dim 14 Oct 2012 20:30
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Jeu 6 Déc 2012 22:14

Meggie a écrit:Les Asperger sont les plus facilement médiatisés car ce sont des autistes "qui communiquent".
Hein ? Comment ? Mais tout le problème vient pourtant de là !
"Austisme de haut niveau", la douance "visible"semble aider ces autistes à communiquer ou s'exprimer plus qu'un autiste "classique".
On s'identifie plus facilement à eux, ou on les comprends mieux, parce qu'ils écrivent des livres, jouent de la musique, développent des théories... C'est le côté "petit génie" qu'on a lâché des surdoués pour mieux le retrouver chez les Asperger. C'du oh et du ah.

Désolée meggie, là je n'ai pas compris :oops:

Meggie a écrit:Vous n'aimez pas l'amalgame "surdoué = génie", ne le faites pas pour l'autisme en général.

Tu penses que cet amalgame a été fait dans ce fil?
Meggie a écrit:Ce n'était pas un docu sur l'autisme mais bien sur les Asperger.

Il me semble que les différentes personnes qui sont intervenues sont d'accord avec ça.
Meggie a écrit:Mais si vous leur retirez leur don qui s'exprime, alors peu de personnes leur trouve un intérêt. Un enfant qui hurle et qui souffre sans pouvoir dire ce qui ne va pas. Un enfant surement intelligent, voire très, mais qui ne le montre pas. Pas à nos yeux.
Il me semble que toutes les personnes autistes n'expriment pas un don de manière si visible que ça, si j'ai bien compris le sens de ta phrase. Et oui je suis d'accord, la difficulté à montrer, à "dire", autrement que par des coups et des cris ... quoi d'ailleurs, (bien malin qui pourrait avancer des certitudes) un besoin non reconnu? une douleur physiologique non détectée ( parce qu'une personne qui a une migraine et ne peut pas le dire et doit se coltiner d'avoir mal ça peut exister aussi)?, une peur? ... ça peut effrayer, ça peut aussi donner à l'autre ( parents, enseignants, soignants ... ) un sentiment d'impuissance.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Meggie » Dim 9 Déc 2012 13:08

Je réalise que les "vous" et "on" ont prêtés à confusion. Je n'exprimais ce que j'avais retiré des réponses faites à ce post. Les "vous" et "on" ne signifiaient pas "les gens du forum". C'était mon avis, lâché un peu brusquement, au milieu des vôtres.
Sans prétendre savoir qui a tort ou raison, juste mon opinion.
Avatar de l’utilisateur
Meggie
 
Messages: 159
Âge: 29
Enregistré le: Dim 14 Oct 2012 20:30
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar moza » Dim 9 Déc 2012 13:56

Je ne sais pas si ça a sa place ici, ou bien si il faudrait le mettre sur le topique plus général, mais vu qu'on en parle un peu ici...

J'avais vu un témoignage anglophone d'une famille avec une demoiselle autiste parmi les enfants. Elle était précisément du genre non communiquant, et pendant longtemps était "une enfant qui hurle sans pouvoir dire ce qui ne va pas".
Ce qui est intéressant, c'est qu'un jour devant un ordinateur, avec beaucoup d'efforts, elle a pu écrire des mots. Elle a du coup témoigné en expliquant justement les douleurs physiologiques qui rendaient sa vie impossible et l'impossibilité de communiquer. Ce témoignage c'est "Marly's voice" (la voix de Marly). Je ne dis pas que le livre apporterait plus que le documentaire Le cerveau d'Hugo, mais c'est un témoignage de plus qui explique ce qu'il peut y avoir pour certains derrière les cris et l'impossibilité de communication. Je ne mets pas de lien parce que ce n'est pas francophone et que l'intérêt était juste en réponse à quelques messages ici.
Avatar de l’utilisateur
moza
 
Messages: 273
Âge: 31
Enregistré le: Mar 14 Fév 2012 17:28
Localisation: Scandinavie
Présentation: lien
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar dédale » Lun 24 Mar 2014 14:37

Ce soir France 3 rediffuse ce documentaire, pour ceux qui, comme moi ne l'ont pas encore vu.
Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible », Antoine de Saint-Exupéry
Avatar de l’utilisateur
dédale
 
Messages: 660
Âge: 37
Enregistré le: Mar 24 Juil 2012 09:37
Localisation: à l'ouest d'Angers
Présentation: Par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Dok » Mar 25 Mar 2014 12:08

Kristoc'h a écrit:Ce soir France 3 rediffuse ce documentaire, pour ceux qui, comme moi ne l'ont pas encore vu.
Merci Kristoc'h pour la piqûre de rappel. J'avais débuté le visionnage de la vidéo suite au post de Redfeather sur le topic "L'autisme, réflexions et découvertes". Malheureusement, je n'avais pu dépasser les 2 premières minutes. L'image du gamin qui se frotte le visage sur les brins d'herbe m'avait bouleversé. La pureté que ce passage m'a inspiré était telle que, les larmes aux yeux, je n'ai pu me résoudre à aller plus loin.

Ton message m'a donc reboosté et je suis parvenu à regarder le docu-fiction jusqu'au bout (oui, oui, on capte Fr3 chez nous ;) :D ). Je remercie également, au passage, sanders pour les précisions amenées dans les messages précédents bien que celles stockées sous forme d'onglet ne sont pas accessibles.

Dans l'ensemble, je trouve ce docu-film bien réalisé. Alterner les scènes du film avec les témoignages permet de digérer l'info et de construire un raisonnement sur la thématique abordée. Certes, il y a un côté larmoyant (j'en ai été victime) mais qu'en serait-il si les monteurs n'avaient conservés que les témoignages? Détaché de la fiction et des explications qui l'agrémentent, le documentaire me serait apparu comme bien plus dur. Les plans joués apportent un peu de légèreté. D'ailleurs, les seules vidéos réelles présentes sur la fin sont brutales pour un profane comme moi. Un rien de guimauve et de notions pour débutants évite ainsi la crise de colère devant les propos tenus par le médecin face à jeunes personnes asperger qui s'entendent dire que leurs parents sont nuisibles à leur développement ou lorsque le professeur force la gosse de 3 ans à s'asseoir sur une chaise via la méthode ABA (sorry pour le nom des médecins, je les ai oubliés).

Ce qui est frappant chez ces personnes touchées par ce syndrôme, c'est la lucidité avec laquelle ils vivent leur rapport au monde. Ils savent qu'ils sont "différents" comme ils sont conscients de ne pas parvenir à l'expliquer aux autres au moment de la relation. Comme il est étrange d'avoir une vision aussi large et étendue sur le monde tout en ayant l'incapacité à constuire un rapport conscient avec les êtres humains qui le peuplent! Comme il est étrange aussi que certaines personnes "vierges" de toute pathologie ne puissent s'émerveiller devant la beauté que seuls certains sont suceptibles de percevoir dans les plus simples détails!

J'ai découvert l'autisme par l'intermédiaire de cette vidéo et de vos messages. Cela est très éclairant même si je conçois que le sujet n'a encore été traité qu'en surface dans le film. Parcourir la vie d'Hugo sous cet aspect fictionnel a le mérite de laisser la plus grande part du gâteau à l'humanité de ces personnes et non à leur handicap qui, pour bon nombre, ne constitue que l'unique facette de leur personnalité.
Avatar de l’utilisateur
Dok
 
Messages: 959
Enregistré le: Sam 23 Nov 2013 20:39
Présentation: 44 minutes...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Zil2blé » Mar 25 Mar 2014 22:26

J'ai depuis 2012 vu d'autres émissions, lu aussi sur l'autisme de haut niveau. Cela m'a fasciné car je retrouve mon fonctionnement mais en beaucoup plus extrême. J'ai rencontré et passé du temps avec une personne qui a ce profil et le courant est vite passé, même si je ne pouvais totalement le suivre dans son parcours mental. C'était juste un témoignage.
Avatar de l’utilisateur
Zil2blé
 
Messages: 811
Âge: 47
Enregistré le: Ven 14 Oct 2011 21:00
Présentation: ma présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar sanders » Mar 25 Mar 2014 22:47

Cad a écrit:... bien que celles stockées sous forme d'onglet ne sont pas accessibles.

C'est trop technique ou tu ne peux pas y accéder ?
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2422
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Dok » Mer 26 Mar 2014 09:21

sanders a écrit:C'est trop technique ou tu ne peux pas y accéder ?

Salut sanders. Je ne saurais dire si cela est trop technique étant donné que je retombe sur la page d'accueil du forum lorsque je clique sur tes onglets. :(
Avatar de l’utilisateur
Dok
 
Messages: 959
Enregistré le: Sam 23 Nov 2013 20:39
Présentation: 44 minutes...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar TourneLune » Mer 26 Mar 2014 10:29

Offtopic :
Tu as pas bloqué java?
Les spoiler ça marche?

Sinon, clique sur "switch to mobile style" en bas de page, t'auras une visu moche sur un écran mais en paragraphe et donc lisible.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11473
Images: 367
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Dok » Mer 26 Mar 2014 10:36

Offtopic :
Tournesol a écrit:Tu as pas bloqué java? Les spoiler ça marche?Sinon, clique sur "switch to mobile style" en bas de page, t'auras une visu moche sur un écran mais en paragraphe et donc lisible.
Les spoilers fonctionnent. Je vais tenter le switch et je te dirai si c'est ok.


Offtopic :
EDIT : ça roule avec la version mobile! Thanks, Tournesol
Avatar de l’utilisateur
Dok
 
Messages: 959
Enregistré le: Sam 23 Nov 2013 20:39
Présentation: 44 minutes...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Le cerveau d'Hugo

Messagepar Rainbow » Dim 15 Oct 2017 13:02

Bonjour,

je déterre ce sujet sur lequel je suis tombée (en faisant une recherche sur "Déficit d'inhibition latente" lol )

Je voulais apporter au sujet de cette question abordée page 1 :
TourneLune a écrit:Elle parlait clairement des aspergers et j'aurais plus tendance à lui faire confiance plutôt qu'aux journalistes de france 2. Elle ne parle pas d'absence de contact, seulement d'envie de partage, c'est pas pareil.

Il y a une vidéo d'une psychanalyste très à l'écoute de ses patients Aspergers (oui c'est plutôt rare !) depuis 20 ans, qui parle de l' « équation insoluble » : l'autre est-il un « sauveur » ou un « prédateur » ? (ce sont ses mots à elle, que je traduirais par « un ami, quelqu'un en qui on peut avoir confiance bien qu'on ne le connaisse pas encore » ou bien « un ennemi, une personne dont on doit se protéger absolument »).

Je suis diagnostiquée Asperger, et je suis d'accord avec ce ressenti qu'elle décrit... ne pas faire facilement confiance aux autres (même pour parler de choses banales), et cela me semble logique que si on n'a pas cette « confiance en la bienveillance de l'autre » on n'a pas de envie de lui partager nos ressentis, même nos joies...
https://www.youtube.com/watch?v=xdDaPB5q6YM
(bon j'espère que j'ai assez expliqué l'intérêt que je trouve à cette vidéo qui dure un peu moins de 10 minutes) :)

J'ai vu aussi que le sujet de l'empathie et du prétendu manque d'empathie des autistes a été évoqué...
Or j'ai vu une étude dont j'ai trouvé les conclusions assez juste par rapport à mon ressenti :
« Contrairement à ce que l’on croyait jusqu’ici, les autistes sont capables de percevoir la douleur sur le visage d’une personne qui souffre (...)

Les chercheurs n’ont pratiquement pas constaté de différence entre les autistes et le groupe témoin pour ce qui est de l’empathie dite « émotionnelle », celle qui fait que nous sommes bouleversés par la souffrance d’autrui. Toutefois, comparées aux autres, les personnes autistes manifestaient beaucoup moins d’empathie « cognitive » (celle qui nous incite à nous mettre à la place de l’autre) et d’empathie « sociale » (celle qui nous permet de savoir « ce qui se fait », ou non, quand on est en société). (...)

Cette conclusion a été confirmée par l’observation du cerveau des volontaires à l’aide de l’imagerie cérébrale. (...)

Cela indique que « les autistes ressentent eux aussi la douleur des autres, mais ils n’arrivent pas à comprendre cette émotion, explique la chercheuse. En outre, ils sont hypersensibles et ne parviennent pas à réguler leurs propres réactions émotives. Donc, ils se protègent ».

Etonnement, le cerveau des médecins réagit de la même manière, comme l’avait révélé une tout autre étude. Ces professionnels de la santé, qui côtoient quotidiennement la douleur de leurs patients, utilisent la même stratégie cérébrale pour contrôler leurs émotions. Et pour se préserver.

L’étude lausannoise jette donc un nouvel éclairage sur l’autisme. Les personnes atteintes de ce trouble ne sont pas insensibles à la douleur de leur entourage, bien au contraire. Mais elles se blindent pour se prémunir d’une émotion qui, sinon, viendrait les submerger. C’est sans doute pour cette raison qu’elles ne se comportent pas comme on le fait généralement lorsqu’on est en présence de quelqu’un qui souffre. »

https://www.planetesante.ch/Magazine/Be ... l-empathie

Voilà qui rejoint la difficulté de régulation des émotions abordé dans le documentaire « Le cerveau d'Hugo » qui m'a bien éclairé sur plusieurs points de mon fonctionnement différent.
Diagnostiquée Aspergirl à 36 ans !

http://hors-competition.over-blog.com
Avatar de l’utilisateur
Rainbow
 
Messages: 36
Âge: 36
Enregistré le: Mar 12 Mai 2015 19:24
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Vidéos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité