Nous sommes le Lun 23 Jan 2017 19:52


THQI tentative de compréhension

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Zyghna

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar W4x » Jeu 3 Oct 2013 16:58

Nami Tama a écrit:Je pensais que les THQI représentaient la moitié des surdoués (bah oui bêtement je me disais que 1% c'était la moitié de 2%)

lady space a écrit:Dans le groupe des surdoués, les THQI sont représentés à la même fréquence que les surdoués dans la population moyenne.

Ce n'est pas la moitié car l'évolution de la courbe n'est pas linéaire. Je ne rentre pas plus dans les détails, le message initial de lady space cerne bien la question et dégrossit les choses quant à cette notion de proportion et aux questions sous-jacentes. De nouvelles questions pour relancer ou des éléments de réponse restent bien sûr les bienvenus ;)
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 2974
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Géocoucou » Jeu 3 Oct 2013 17:07

Petit correctif statistique, donc, ou rappel :wait: : les THQI, QI supérieur ou égal à 145 sur l'échelle de Weschler, c'est plus proche d'une personne sur 1000 que d'une personne sur 100... Ici tu as des statistiques en pagaille : http://douance.org/qi/tabqi.htm :lire2:. C'est un constat assez objectif, la rareté statistique, on doit se sentir bizarre, quand même.

C'est juste plus rare... plus différent, sans doute. Plus tout, pensent certains. Plus sensibles, plus arborescents, plus curieux, plus observateurs.

J'en connais deux, de mes proches... très décalés par rapport aux autres, très intenses, même si ça ne se voit pas au premier coup d’œil. Avec des passions qui les poussent à l'action persévérante... étonnants par leur parcours car capables du pire comme du meilleur du point de vue des résultats en société. Je trouve certains de leurs comportements complètement surréalistes et inadaptés (du style : s'accrocher à des principes, à des détails et ne plus rien voir autour), et à d'autres moments hyper-cohérents (alors que tout le monde agit par automatisme, ils vont te faire le truc qui simplifie le problème auquel personne n'a pensé jusqu'ici). J'ai l'impression d'être incapable d'arriver à des raisonnements aussi subtils qu'eux, mais comme nous n'avons pas les mêmes centres d'intérêt... c'est dur d'en juger. :nesaitpas:

Bon, je ne crois pas avoir fait avancer le schmilblick... surtout que je suis proche du THQI sans l'être, les personnes auxquelles je pense n'ont pas 10 points de différence avec mon propre résultat, mais c'est déjà une possibilité de comparaison... s'il faut encore comparer parmi les surdoués... :wasntme:
"Prévot, dans les débris, a découvert une orange miraculeuse. Nous nous la partageons. J’en suis bouleversé, et cependant c’est peu de chose quand il nous faudrait vingt litres d’eau." A. de Saint-Exupéry, Terre des hommes
Avatar de l’utilisateur
Géocoucou
 
Messages: 242
Âge: 37
Enregistré le: Lun 29 Juil 2013 11:00
Localisation: Paris ou environs
Présentation: Vers la lumière ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Jeu 3 Oct 2013 18:13

Merci Géocoucou ! C'est précisément ce que je venais quêter, des exemples de la vie de tous les jours. :-)

Ah c'est sur que 1/1000...ça change les perspectives. :D

W4x : Tu as donc bien vu comme je suis une buse en stat' :lol:
Merci pour avoir éclairci la purée de poids que devient ma pensée lorsqu'on aborde ce sujet.
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Mlle Rose » Jeu 3 Oct 2013 18:23

Il y a des pistes intéressantes pour nourrir ta réflexion ici :
http://www.adulte-surdoue.org/2012/adul ... e-le-lien/

Il y a fort peu de chances que tu observes une différence nette entre un "simple HQI" à 143, et un THQI à 147.
Il y a fort peu de chances que tu puisses trouver des caractéristiques particulières pour "les THQI", d'autant que l'homogénéité est tellement rare que l'on peut retrouver un peu tous les profils possibles.
Entre autres.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12693
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Jeu 3 Oct 2013 18:29

Merci pour les liens :)

Du coup, pourquoi parle-t-on de différence si différence finalement il n'y a pas ? Ou trop peu d'exemple pour affirmer cette différence.

Je m'en vais cogiter. :grattelatete:
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Mlle Rose » Jeu 3 Oct 2013 19:57

Il y a sans doute une différence de rapidité de raisonnement, et de finesse entre un mec qui a 130 et un autre qui a 150, mais ce serait le même genre de différence qu'entre un mec qui a 90 et un mec qui a 110 sur une autre échelle. C'est un continuum, il paraît fou d'imaginer une cassure franche, et c'est logique compte tenu de la manière dont sont construites les statistiques.
C'est d'ailleurs bien pour ça que le test de QI n'est qu'un des indicateurs pour un diagnostic.

Avant, on disait "surdoué" pour signaler simplement où était le curseur sur la courbe. 130, pour considérer les 2ET.
Puis on s'est rendu compte que les personnes "très intelligentes" avaient un fonctionnement un peu différent des autres (sans vraiment définir ce groupe "autres" d'ailleurs, qui est aussi hétéroclite que le "groupe déficients" ou le groupe "surdoués"). On a cherché, décortiqué, l'avènement des neurosciences aidant, on a trouvé des trucs dans le cerveau.
Perso, ce qui m'intéresserait serait d'observer ce continuum. Il y a eu des études chez les personnes d'intelligence normale, des études chez les surdoués, mais rien (ou rien à ma connaissance) qui rende compte des modifications en fonction de la progression du QI. Je pense que ça doit plus ressembler à du morphing si on colle les images les unes sur les autres (ou aux dessins au début de Thalassa ^^), qu'à un truc qui d'un coup change totalement de dégaine en mode Arturo Brachetti.

Et donc ça :
www.youtube.com Video from : www.youtube.com


Plutôt que ça :
www.youtube.com Video from : www.youtube.com
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12693
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar pixelvois » Jeu 3 Oct 2013 21:17

Il faut aussi considérer que statistiquement, les HQI sont déjà faiblement représentés dans l"échantillon de base servant à l'étalonnage de l'outil de mesure, les THQI ne l'étant quasiment plus : tenter de faire une différence entre les deux ( ne serait-ce qu'un "classement" ) seulement par cet outil devient mathématiquement assez hasardeux, l'outil statistique étant aux limites de la validité du fait d'un échantillon pas assez grand... S'il est indéniable a priori ( difficilement concevable autrement ) qu'il y ait des THQI relativement à des HQI, la distinction des uns et des autres ne me semble guère faisable autrement que par la seule observation et non par les mesures existantes aujourd'hui ^^
"Dans un monde où chacun triche, c'est l'homme vrai qui fait figure de charlatan." ( André Gide - Les faux monnayeurs )
Avatar de l’utilisateur
pixelvois
Papa Ours
 
Messages: 5137
Images: 124
Âge: 44
Enregistré le: Dim 27 Nov 2011 10:50
Localisation: planète Mars en navet rond
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Ven 4 Oct 2013 11:38

De ce que j'ai pu lire ici et là, merci à vous pour les ressources et réflexions partagées, j'en déduis que différence il y a sans doute, mais pas dans le fonctionnement.
Ce que je pensais au départ.

Offtopic :
Entre nous, j'aurais trouvé ça vraiment injuste que les THQI soient "doublement" différents : différents des non-surdoués et différents de le la majorité des surdoués... zut quoi :P


Il y aurait plus alors une "douce différence", un cran d'intensité en plus peut-être, mais le schéma de base est le même que pour tous les HQI.

Les histoire de seuil en suite, semble plus une affaire de statisticien-ne-s qu'une affaire d'être et de comportements.
Evidemment, pauvres eux (les statisticiens), n'ont même pas assez de personnes sous la main pour faire avancer leurs études. Allez savoir pourquoi, ça me fait rire :D

Offtopic :
Je m'en vais donc me coucher plus sereine ce soir que je ne l'étais hier. Merci z'à vous. :clap:
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar TourneLune » Ven 4 Oct 2013 13:39

Le sujet est relativement peu documenté et globalement, il ressort des divers textes essentiellement les a priori des auteurs et leur parti pris. En tous cas, pour m'être pas mal renseignée à un moment, je ne trouve pas que ce qu'il en ressorte soit qu'il s'agisse d'une simple différence en "quantité" mais pas en "qualité". Et à vrai dire, je vois encore moins ce que ça aurait de rassurant... C'est comme ça, c'est un fait, c'est tout... Ca ne me semble ni rassurant ni angoissant...
Si la douance seule crée une différence non seulement en "quantité" mais aussi en "qualité" il y a quand même fort à parier que ça continue au-delà aussi. Mais évidemment pas, comme la douance, par un fossé soudain mais par un glissement variable selon les individus.

Grosso modo, quelqu'un qui a un QI de 160 est surdoué parmi les surdoués, cad qu'il se situe à 2 écarts type des 130 qui sont déjà à 2 écart-types par rapport à 100. Ca c'est sa "rarereté" dans l'absolu, c'est sa répartition statistique et pas sa "nature".(quantitatif par rapport à qualitatif)

Déjà, la plupart des tests communément proposés s'arrêtent à 150. Ensuite, il y a d'autres tests qui permettent aux professionnels d'évaluer un peu plus mais ils sont fort peu répandus. Mais bon, il suffit de regarder cette échelle pour comprendre que même à supposer que les tests soient mega fiables ( ce qui supposent qu'ils ont été étalonnés , mais avec quelle population?) , encore faut-il trouver et évaluer le QI de ces personnes ( si on pouvait mesurer jusqu'à 160 ça donnerait 1 personne sur 32 000, à 145 c'est une personne sur 1000 pas si facile à dégotter en nombre significatif)et faire la part des choses de ce qui concerne sa personnalité propre et de ce qui fait le "noyau" commun d'un THQI.

Certaines structures, outre-atlantique, ont quand même accès à une population assez importante pour pouvoir avoir des pistes intéressantes.
http://www.gifteddevelopment.com/Articl ... index.html
S'ils prennent la peine d'en faire un chapitre à part entière, c'est peut-être que ce n'est pas si simple qu'une simple différence d'intensité.
Enfin, à moins de considérer que la douance en elle-même est une différence d'intensité, mais elle induit des effets d'un autre ordre.

A vrai dire, j'aimerais bien savoir pourquoi ta conclusion te rassure...
J'ai pu remarquer sur plusieurs forums consacrés à la douance, à la fois la proclamation d'une différence en tant que surdoué et le refus qu'un autre puisse être différent en tant que sursurdoué. J'ai troujours trouvé ce comportement incohérent et intolérant alors même qu'on réclame la tolérance...
Je ne sais pas si ça s'inscrit dans ce cadre-là mais si c'est le cas, sans doute faut-il s'interroger sur ce que représente la douance pour toi ;) Je passe peu sur le forum maintenant, je n'ai pas lu ta présentation et tes autres posts, il n'y a pas de jugement dans mes mots, simplement une vraie interrogation sur le pourquoi du comment.
Peut-être aussi es-tu THQI et du coup, tu avais peur de te sentir doublement anormale....

Je sais pas, en tous cas, ce serait intéressant de comprendre ça ;)

Sinon et pour finir et même si ce que je vais dire est très bateau, THQI , HQI ou autre, l'essentiel c'est la personnalité qu'on se construit. Elle est composé d'une multitude de facettes et au final, on se rend compte que ce qui nous tracasse le plus dans l'histoire, c'est l'interaction avec l'autre, dans ses bons et mauvais côtés.
L'"efficacité intellectuelle" est un élément parmi les autres. Bien sûr qu'il est plus facile de communiquer avec quelqu'un qui va à la même vitesse mais aussi avec quelqu'un qui a les mêmes valeurs.
Au final, et plus le temps passe, plus on assimile ces notions plus on se rend compte de leur vacuité et de leur futilité. Pourtant, en tant que chemin à parcourir, elles sont importantes.... Elles font juste partie d'un tout et ne doivent pas occulter ce tout. Ne pas oublier que si elles font partie de nous, elles ne nous limite pas.
Par exemple que les THQI soient en majeure partie mal adaptés ne signifie pas qu'on doive être mal adapté en tant que THQI. On a chacun nos ressources et notre histoire pour écrire notre vie. Celle des autres peut permettre de comprendre et de mieux écrire la notre, elle ne doit en aucun cas nous limiter.
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Ven 4 Oct 2013 15:24

Offtopic :
Tournesol a écrit:on se rend compte que ce qui nous tracasse le plus dans l'histoire, c'est l'interaction avec l'autre,


Je te rejoins complètement. Je te rejoins également quand tu dis qu'il ne fait pas se limiter aux étiquettes, que nous ne sommes pas uniquement telle ou telle caractéristiques de notre être.

Et tu as presque raison, j'aurais pu me rassurer de ne pas être doublement anormale, mais c'est bien plus un soucis de ne pas être (trop) seule qui m'anime.
Si personne ne fonctionne comme toi, il y a peu de chance pour qu'on te comprenne. Si on te comprend pas, alors l'échange et le partage sont presque impossibles.
Et une vie sans partage, pour moi, ça n'est pas une vie !

Donc je dirais plutôt que je suis soulagée de ne pas être "doublement toute seule". :P
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar TourneLune » Ven 4 Oct 2013 17:03

Oui, j'imagine, mais en fait, ça ne change rien...
Je veux dire, connaitre l'état général d'une population ne te limite pas. Si tu as à l'heure actuelle le sentiment d'être seule, le fait que ce ne soit pas dû au THQI n'y change rien. Si tu n'as pas le sentiment d'être seule, le fait que la plupart des THQI se sentent seul ne change rien à ton cas. Je sais pas si je suis claire.
Les études sur les populations et les groupes ne présagent pas grand chose de plus qu'une probabilité statistique sur un individu mais elles ne le limitent pas.

Si tu es un homme et que tu rencontres une femme, tu as de fortes chances qu'elle soit plus petite que toi. Mais elle sera peut-être plus grande que toi, tu n'en sais rien, rien ne l'empêche, même si tu fais 1m90.

Au final, sur ce sujet précis, peut-être qu'être THQI te donne plus de probabilité de te sentir seule et incomprise, mais ça n'en fait pas une fatalité.
D'autant plus que plein de paramètres entrent en ligne de compte, y a qu'à regarder le nombre de malheureux incompris qui ne sont ni THQI, ni HQI.
Tu sais, dans le milieu de la douance et des zèebres (ahah , comme je nique la censure :ledoigt: ), y en a qui pensent que plus on est malheureux et inadapté plus on a un gros QI et donc se déclarent THQI bien que non testés. Si si ^^

Cela dit et pour tempérer, quand j'ai eu les résultats de mon test, je me suis effondrée dans un grand "aaahhhh mon Dieu je suis seule au mooooonde, je vais mouriiiiir!!!!!". Et puis bon, je suis toujours là et ma vie n'a pas tellement changé, à part que j'assume plus la bizarrerie de mes choix de vie. Les choses doivent aussi faire leur chemin et se mettre en place. Qui plus est mon évolution n'est pas LA BONNE évolution, c'est la mienne, chacun a la sienne.
Mais j'essaie de rester profondément optimiste parce qu'on rencontre tous les jours de belles personnes et qu'elles sont loin d'être toutes surdoués. Elles ne nous comprennent pas forcément entièrement, mais nous, est-ce qu'on les comprend entièrement? Est-ce que cette notion de compréhension de l'autre et de soi n'est pas seulement un leurre, un reste d'une période fusionnelle à laquelle on voudrait retourner? Est-ce que ce n'est pas seulement un fort sentiment d'insécurité intérieur qui voudrait nous faire trouver la sécurité à l'extérieur?

Alors c'est sûr, on a besoin d'un minimum d'interaction, de compréhension, de partage. Mais de toutes façons, ce qui limite le partage, ce n'est pas seulement une différence d'intelligence. Y a qu'à voir, ceux qui sont "plus intelligents que toi", te comprennent-ils davantage?
C'est sûr, quand la population parmi laquelle tu peux trouver des gens sur la même longueur d'onde se réduit, c'est plus compliqué de trouver la personnalité avec laquelle on va se sentir vraiment bien pour partager, en entier, et pas forcément de façon fractionnée... Mais c'est pas non plus impossible ;) Et puis une fois que tu sais certaines choses, tu peux aussi cesser d'attendre ce qui n'arrivera jamais de certaines relations, les prendre comme elles sont et comme elles viennent avec leurs bénéfices et leurs limites. Ca te laisse plus d'énergie pour le reste ;)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Ven 4 Oct 2013 20:56

Je me suis mal faite comprendre je crois.

Je ne suis en aucun cas ni malheureuse ni incomprise. :ensoleillé:
Je ne me sens pas seule non plus, et le QI n'est pas mon seul critère pour déterminer si je serai comprise par quelqu'un, ou si seulement je m'entendrais bien avec.
Je ne crois pas non plus avoir parlé de limites, ou évoqué que je me définissais uniquement par le chiffre obtenu après après avoir passé le WAIS.

J'admets donc avoir un peu de mal à comprendre tes réactions/interventions à mes questions. :-|

Je cherche simplement à me renseigner, à découvrir et à comprendre. :-)
Alors oui, il y a des enjeux émotionnels dans tous ça, mais ce n'est pas le sujet de ce post, et ce n'est pas non plus pour cela que je posais mes questions.
Pour gérer mes émotions et les aléas de mon inconscient, je me débrouille avec ma psy ;)

Finalement ce qui m’intéresse, et que visiblement j'exprime très mal je vous demande pardon pour cela, c'est de savoir ce qu'on en dit et sait de ces THQI, de leur rapports, différences et ressemblances avec les autres "populations" déterminées par cette échelle de QI, pour savoir si il y a une réalité émotionnels, relationnelle, humaine derrière.
Pour aussi partager des expériences.

Pour terminer, je dirais rassure-toi Tournesol, le QI n'a rien de déterminant dans ma vie. Il est une info comme une autre, qui apporte son lot de questions et de réponses. :-)
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar TourneLune » Ven 4 Oct 2013 21:07

Je ne dis pas qu'il est toute ta vie, évidemment ;)
Mais le simple fait que ça te rassure de savoir qu'il n'y a aucune différence qualitative entre THQI et HQI me fait dire que tu lui donnes quand même une importance prédictive qu'il n'a pas ;) Sinon, tu dirais juste, tiens je corresponds/ je corresponds pas, mais ça ne provoquerait pas d'émotion de ce genre, il me semble ;)
D'autant que c'est pas franchement ce qui a été dit non plus ni ce qui est écrit dans la littérature correspondante.

Après, tu as raison, c'est sans doute de la psychologie de comptoir mais en l’occurrence, ils 'agissait plus d'une extrapolation de mon propre vécu qu'une tentative de définir en 2 lignes qui tu es et ce que tu ressens. Rassures-toi,je n'en suis pas capable

Alors, je suis désolée si je t'ai blessée, ce n'était pas mon but pas plus que de t'enfermer dans une case.

Bon cheminement, il y a en effet bcp de sujets sur lesquels réfléchir et échanger ;)

Pour répondre directement à ta question, nous avons déjà tenté d'y répondre et ça c'est globalement soldé par un échec, la population de THQI de ce forum ( en tous cas à s'être manifesté ;) ) n'étant pas suffisante.
Qui sait, un jour peut-être ;)

Donc il faudra continuer de fouiner mais globalement, en France, on ne trouve quasi rien, il faut aller fouiller chez les américains et canadiens.

edit: je crois que j'abuse des ;) :violent1:
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Géocoucou » Sam 5 Oct 2013 11:50

Mlle Rose a écrit:Il y a fort peu de chances que tu observes une différence nette entre un "simple HQI" à 143, et un THQI à 147.
Il y a fort peu de chances que tu puisses trouver des caractéristiques particulières pour "les THQI", d'autant que l'homogénéité est tellement rare que l'on peut retrouver un peu tous les profils possibles.
Entre autres.


Tournesol a écrit:Si la douance seule crée une différence non seulement en "quantité" mais aussi en "qualité" il y a quand même fort à parier que ça continue au-delà aussi. Mais évidemment pas, comme la douance, par un fossé soudain mais par un glissement variable selon les individus.


Tournesol a écrit:(..), THQI , HQI ou autre, l'essentiel c'est la personnalité qu'on se construit. Elle est composé d'une multitude de facettes et au final, on se rend compte que ce qui nous tracasse le plus dans l'histoire, c'est l'interaction avec l'autre, dans ses bons et mauvais côtés.
L'"efficacité intellectuelle" est un élément parmi les autres. Bien sûr qu'il est plus facile de communiquer avec quelqu'un qui va à la même vitesse mais aussi avec quelqu'un qui a les mêmes valeurs.


Merci, Mlle Rose, pour les liens et pour les vidéos très parlantes malgré leur muettitude... Je suis moi aussi persuadée qu'il n'y a pas de seuil net, qu'il s'agit de conventions. Cela ne veut pas dire que l'on ne puisse pas parler de différence, mais qu'il faut un certain écart pour le "sentir". De même que l'on ne voit pas pousser une fleur si on reste devant, et qu'il faut revenir 3 jours après pour constater sa croissance, de même il faut suffisamment d'écart entre un surdoué et un autre surdoué pour que la nuance / différence se remarque.

http://youtu.be/7h7WcLYYMOo

Tournesol a écrit:Grosso modo, quelqu'un qui a un QI de 160 est surdoué parmi les surdoués, cad qu'il se situe à 2 écarts type des 130 qui sont déjà à 2 écart-types par rapport à 100. Ça c'est sa "rareté" dans l'absolu, c'est sa répartition statistique et pas sa "nature"(quantitatif par rapport à qualitatif).


On ne peut séparer quantitatif et qualitatif... car il faut bien une différence qualitative (positive, négative, homogène ou hétérogène) pour en obtenir une qui soit quantitative : il y a un lien entre l'écart à la norme que mesure le test et l'"originalité" / la différence réelle de la personne par rapport à la plupart des personnes de son environnement.

Tournesol a écrit:J'ai pu remarquer sur plusieurs forums consacrés à la douance, à la fois la proclamation d'une différence en tant que surdoué et le refus qu'un autre puisse être différent en tant que sursurdoué. J'ai toujours trouvé ce comportement incohérent et intolérant alors même qu'on réclame la tolérance...


Tout à fait d'accord avec toi, Tournesol ! Je plussois, comme on dit chez Google...

Le QI, finalement, situe par rapport à d'autres personnes, il est relatif à elles, donc la difficulté essentielle d'un écart important (à un seuil quelconque) est relationnelle... avec des répercussions personnelles.

Certains gèrent bien une plus grande rareté, d'autres non, donc il n'existe pas 2 personnes HQI ou THQI identiques, et faire la part des influences internes et externes est difficile. Malgré tout, il me paraît évident que plus de rareté implique plus de difficulté d'adaptation. On peut aussi penser que les personnes qui ont plus d'écarts possèdent aussi plus de ressources pour résoudre leur problème d'adaptation !

Mes exemples plus haut n'étaient que des remarques très extérieures, peut-être inutiles de ce fait... ce que je n'ai pas nié. ;)

Nami Tama a écrit:J'admets donc avoir un peu de mal à comprendre tes réactions/interventions à mes questions (...). Finalement ce qui m’intéresse, et que visiblement j'exprime très mal je vous demande pardon pour cela, c'est de savoir ce qu'on en dit et sait de ces THQI, de leur rapports, différences et ressemblances avec les autres "populations" déterminées par cette échelle de QI, pour savoir si il y a une réalité émotionnelle, relationnelle, humaine derrière.


Discuter, remettre en cause, n'est qu'une recherche de plus grande exactitude, Nami Tama. :-)

Ce que je crois, c'est qu'il est utile de connaître des stratégies de "gestion des différences", cette dimension étant présente que l'on soit HQI ou THQI... mais beaucoup plus "sensible" du côté des profils les plus rares, et impliquant des comportements plus originaux si ces profils souhaitent s'exprimer très librement et ouvertement. :geek1:
"Prévot, dans les débris, a découvert une orange miraculeuse. Nous nous la partageons. J’en suis bouleversé, et cependant c’est peu de chose quand il nous faudrait vingt litres d’eau." A. de Saint-Exupéry, Terre des hommes
Avatar de l’utilisateur
Géocoucou
 
Messages: 242
Âge: 37
Enregistré le: Lun 29 Juil 2013 11:00
Localisation: Paris ou environs
Présentation: Vers la lumière ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Nami Tama » Sam 5 Oct 2013 15:24

Discuter, remettre en cause, n'est qu'une recherche de plus grande exactitude, Nami Tama. :-)


Tout à fait.
J'ai été désarçonnée par le fait qu'on me demande le pourquoi de mes interrogations et réactions, alors que je ne comprenais pas en quoi mes réactions aux données que je venais demander pouvaient être pertinentes. :grattelatete:
Comme je venais quêter des faits, et des expériences, j'ai été un peu perturbée par le fait qu'on me demande de parler de moi. :oops:

Et je vais arrêter tout de suite, parce que ce sujet (et plus vastement le forum) n'est pas fait pour. (Et surtout parce que je n'aime pas ça du tout. :P )
"Nous sommes la seule personne à dépasser."
Philosophie Marchombre, Pierre Bottero
Avatar de l’utilisateur
Nami Tama
 
Messages: 90
Âge: 32
Enregistré le: Sam 7 Sep 2013 16:54
Présentation: Moi je moi je moi je
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar kid Pharaon » Dim 6 Oct 2013 03:26

Ma vision est la suivante :

Je pars du principe que les écarts types décrivent une réalité. Si on arrive à déterminer des réalités statistiques, sd (standard déviation) de 15 en 15 pour les échelles de Wechsler (WISC et WAIS) je ne vois pas pourquoi la pertinence de ces écarts cesseraient magiquement une fois passé la barre des 130. Le principe des écarts types existe aussi pour les autres tests de Qi : sd 16 pour le Stanford-Binet (base du test Mensa qui fait débuter la douance à 132), et sd 24 points pour le Cattel,

Je fais une rapide mise au point sur ce que veut dire Thqi (vu qu'on est en France et que les "spécialistes" du sujet n'ont pas été foutus de reprendre en les traduisants les intervalles anglo-saxon : Grosso modo : gifted ou moderately gifted (130-145), highly gifted (145-160), exceptionally gifted (160-175) et profoundly gifted (au delà de 175).

Thqi ne veut rien dire si ce n'est : "est au delà de 3 intervalles de la moyenne". On pourrait dire TThqi après 160 et TTThqi après 175 mais comme c'est ridicule on met tout le monde dans le même panier et la confusion augmente.

Personnellement, je me situe dans le quatrième intervalle (145-160) et si je ressent une différence parfois avec les Hqi de l'intervalle précédent, j'en ressent bien plus avec ceux de l'intervalle supérieure que j'ai pu croiser. J'ai passé un Wais III, donc je ne sais pas si mon Qi pourrait être supérieur à ce que j'ai obtenu mais justement, c'est cette différence ressenti qui me fait dire que si c'est le cas, ça ne m'amènerait probablement pas au delà de 160.

Seconde précision : les tests de Qi ne sont pas fait pour détecter les surdoués et passé un seuil, ils deviennent vraiment très aléatoire. En gros selon moi, dans les 10 derniers points du Wais quel qu'il soit. donc à partir de 140 pour le III et à partir de 150 pour le IV. Je ne parle même pas du Wisc, car vu qu'il s'agit réellement pour le coup d'un quotient (qui compare l'âge mental à l'âge standard des enfants du même âge) la surévaluation du Qi des enfants testés jeunes (sans doute moins à partir de l'adolescence) est à mon avis assez commune.

À noter que le Wisc IV s'est doté d'un outil spécifique, à ma connaissance non traduit en français (après échange passé avec Pearson France il s'est avéré qu'ils ne comprenaient même pas de quoi on parlait), qui permet de dépasser le seuil de 160 du test et d'obtenir des résultats beaucoup plus précis. Ces "extended norms" comme elles s'appellent, mises au point à la demande et avec la collaboration des associations d'enfants précoces n'ont pas été adapté pour adultes de toute façon (aux USA on teste les enfants jeunes car il y a une bourse et un enseignement spécifique à la clé, les tests pour adultes ont donc peu d'intérêt).

Il résulte de cela qu'il est compliqué, rien qu'en chiffre, de savoir qui est réellement Thqi. Il faut ajouter à cela qu'il est difficile d'obtenir un Qi global calculable. La littérature parlait d'un écart entre le Qi verbal et le Qi Performance de 12 points mais on m'a dit que dans son ouvrage sur le Wais (L'examen clinique de l'intelligence de l'adulte) Jacques Grégoire considérait, en se référant au mode d'emploi du test, qu'un écart supérieur à 6 points entre deux items rendait ce Qi incalculable. Ce qui n'empêche pas des psys de donner un Qi total avec des écarts de plusieurs dizaines de points et d'autres à prendre le sous-Qi le plus élevé comme Qi total. J'ai cru comprendre par ailleurs que les Qi totaux calculables du Wais IV (je dis "le" parce que je parle du test) étaient eux-même extrêmement rares.

Au final, de quoi parle-t-on et de qui parle-t-on ?

NB : La littérature consacrée aux Thqis en langue anglaise se situe dans la continuité de ce qui précède, dans un contexte de réussite avec, pour les enfants, nombre de sauts de classe préconisé en fonction des intervalles et niveau de diplômes obtenu à la sortie. On est dans un système où la douance est valorisé comme critère de réussite. L'étude de caractéristiques "sèches", en dehors de signe extérieur de maîtrise d'un domaine, et a fortiori basé sur une certaine sensibilité du sujet, n'existe pas (à ma connaissance). Par contre il existe une littérature consacrée aux TThqis en effet et si j'ai bien une petite idée de quelques caractéristiques, n'étant pas à l'intérieur, je vais m'abstenir de parler de choses que je ne connais pas. Je ferais quand même une remarque, parce que c'est ce qui m'intéresse dans toute cette histoire de douance : pour moi, c'est au delà de 160 que le phénomène prend vraiment tout son sens. Et je rejoins Nikos Lygeros quand il affirme que c'est au delà de ce seuil que la capacité de penser l'impensable devient possible, capacité qui permet d'inventer des théories ou des concepts inexistants auparavant et qui font véritablement avancer l'humanité (et là chacun peut avoir à l'esprit des noms de personnages célèbres).

Bref, parlons hypothétiquement de l'existence de ces intervalles (auxquels je crois). Ceux-ci sont forcément numérique et correspondant à un déviation standard vu qu'on parle d'intervalle de Qi en théorie. Cependant vu les conditions de passation, il faut accepter une certaine fluctuation. En gros, il est tout à fait possible d'entrer dans l'intervalle 145-150 avec un Qi de 140 et de ne pas en faire partie avec un Qi de 150 (c'est exactement pareil pour pour être surdoué autour de 130 vous noterez). Tout dépendra du ressenti global des membres de ce groupe justement (là ou pour être surdoué, ça dépendra surtout du ressenti du psy qui fait passer le test) et c'est là que ça devient intéressant (et totalement flou par la même occasion).

Si j'en crois les discours off que j'ai pu avoir des psychiatres intéressés par la douance, il se passe effectivement quelque chose passé un seuil qu'on peut vaguement appeler Thqi, seulement, faute de cobayes sous la main, impossible d'aller plus loin que l'intime conviction. On voit bien un cerveau qui s'allume plus que les autres quand on passe des IRM (étude en cours à Marseille) mais on n'a pas la possibilité de vraiment faire des catégories différentes. S'ajoute la difficulté de simplement parler du sujet. C'est touchy ! C'est le moins qu'on puisse dire. Pour avoir fait quelques réunions Thqi ces dernières années, je peux vous dire que systématiquement, des voix s'élèvent pour s'indigner de cette atteinte intolérable à l'égalitarisme des Hqis. Une fois passé 130, tous dans le même panier ! Donc, tant qu'on aura pas un peu évolué sur le sujet (et il va falloir encore quelques années pour ça, pour que la communauté surdouée s'autorise à regarder le problème avec autre chose que de la défiance), il sera difficile de faire des progrès scientifiques sur le sujet (c'est à dire dans des protocoles faits avec un minimum de sérieux).

NB : réunions Thqis toujours merdiques, trop de wannabee, impossible d'en tirer le moindre enseignement, je ne crois plus trop à l'intérêt de ces réunions sauf à venir avec son test et à le présenter à l'entrée pour être sûr mais c'est pas demain la veille.

Reste les ressentis.

Là dessus, je ferais déjà la remarque suivante : je ne connais pas un Thqi qui ait annoncé avant de passer sont test qu'il l'était certainement et dont le résultat à été corroboré par le dit test. Je ne connais que des Thqis qui espéraient passer la barre des 130 et qui ont été très surpris d'avoir un score aussi haut. Je connais aussi pas mal de gens prétendants être Thqis n'ayant jamais passé de test mais faisant croire l'inverse parce qu'ils se sentent plus intelligents que la moyenne des Hqis et d'autres pérorant sur leur résultat présumé s'ils passaient un test. Je connais aussi quelques Thqis pour être tout à fait honnêtes qui ont joué la provoc en affirmant que les Hqis étaient pour eux aussi cons que des ###morno-pensants### pour des Hqis (ce n'est pas ce que je pense, loin de là, mais ça s'entend souvent). Avec le recul, certains étaient des mythomanes avec un score inférieur à 145, d'autres avaient des souvenirs de tests passés enfants mais n'avaient plus de papier sous la main pour témoigner de la réalité de leur résultat. Dans tous les cas, ils s'agissait beaucoup de provocation et d'un conflit entre un complexe de supériorité et d'infériorité qui s'exprimait en fonction des moments sous forme de l'auto-dénigrement le plus total.

C'est là que je veux en venir : les Thqis que je connais ne se sentent pas plus intelligents que la moyenne, et pour beaucoup, c'est le regard que l'on porte sur eux qui les incite et les autorise à se sentir ou se penser différents. Les TThqis que je connais par contre, ont parfaitement conscience de leur différence et de leur intelligence. Entendez : de leur capacité (ce qui est différent de savoir comment s'en servir de façon sereine, productive et épanouissante).

Beaucoup de Hqis que j'ai pu côtoyer ont toujours eut conscience (avant test) de leur différence et de leur supériorité intellectuelle sur leur environnement, le fait d'être reconnu surdoué leur permet d'affirmer une sorte de revanche sur un monde qui leur aurait fait du tort, comme une confirmation de cette injustice toujours ressentie. À l'inverse, la plupart des Thqis que je connais n'avaient pas conscience de cette différence ou du moins, ne la mettaient pas sur le compte d'une différence cognitive. Ils ne voyaient que leur difficultés adaptatives et en déduisaient chez eux un "moins" plutôt qu'un "plus". Même après le test, la différence de la norme entraîne plus une culpabilité (de ne pas pouvoir faire mieux malgré son potentiel) qu'une jouissance (d'être bien meilleur que les autres grâce à ce potentiel).

Leur préoccupation et alors bien souvent plus de l'ordre de la compréhension de ce qu'ils sont que de l'affirmation. Ce qui est très flagrant quand des discussions ont lieu sur le sujet. Quand certains en parlent pour essayer de comprendre ce que cela pourrait expliquer d'eux, d'autres, nombreux, sont persuadés qu'ils exhibent leur gros Qi par prétention et fierté d'une intelligence que l'on perçoit extérieurement, mais extérieurement seulement, comme supérieure (d'où ces wannabee qui sont persuadés d'être Thqis par prétentions). Le Thqi, contrairement aux apparences et donc véritablement humble. Et en écrivant ça, je rigole parce que l'égocentrisme n'épargnant personne, les Thqis n'en sont pas exempts, loin de là ! Je précise alors que l'humilité dont je parle ne concerne que la valeur ajoutée supposée du résultat du test.

Il s'agit bien évidemment d'un ressenti personnel globalisant et non pas d'une règle établie et je ne parle que de gens qui vont pas très bien, vu que si des Thqis s'en sortent bien dans la vie, je ne les ai pas croisés sur des forums, ils ont mieux à faire.

En partant de cette hypothèse, j'ai l'impression de voir une plus grand difficulté à utiliser ses capacités ou à en avoir conscience chez les 145-160 que dans l'intervalle du dessous ou dans celui du dessus. L'intervalle du dessus par contre va plus comporter de personnalité de type asperger ou avec des traits autistiques plus développés. Des personnes qui vont se mettre à l'écart, vivre à l'écart, échanger comme derrière un écran avec le monde extérieur avec une certaine froideur même quand la volonté et d'avoir des échanges qui se veulent chaleureux.

Dans ma vision, j'aurais tendance à dire (en traçant des catégories à gros traits) :
- Les Hqis disent : "je sais faire cela, que ne savent pas faire les gens normaux" (plutôt générique : comme la plupart des Hqis en général);
- Les Thqis s'entendent dire : "tu sais faire cela que les gens normaux et les Hqis ne savent pas faire ou moins bien" (plutôt spécifique : tel talent chez tel individu en particulier) ;
- Les TThqis se disent : "à quoi bon savoir faire des choses que les autres gens ne peuvent même pas imaginer si je n'arrive pas à communiquer dans ce monde avec les autres êtres humains ?"

NB : il existe des asperger à tous les niveaux de la douance mais j'ai l'impression (et je n'ai rien inventé) que les traits se renforcent plus le Qi s'élève.

À ce sujet, j'aurais une remarque à faire : une amie autiste légère (asperger) avec une fille autiste lourde et une enfant surdoué m'a raconté qu'elle s'était rendue à une réunion de parents d'autistes pour se rendre compte que 70% des parents présents avaient comme elle, en plus d'un enfant autiste, un autre enfant surdoué. Et les enfant surdoués de ces couples en âge d'avoir une opinion sur le sujet de la reproduction déclaraient ne pas vouloir avoir d'enfant de peur d'avoir un enfant autiste. Le continuum entre la douance et l'autisme n'est pas qu'une légende !

Pour revenir à la question du Qi, j'ai aussi lu que plus le Qi était élevé, plus le score global pour obtenir un Qi global élevé était homogène. Il ne ressort donc pas de réelles faiblesses sur l'ensemble des sub-tests ce qui apporterait plus de lucidité et une plus grande, ou plus complète, vision d'ensemble. Cela peut avoir une incidence sur des pulsions que l'on pourrait appeler mégalomanes qui poussent les réflexions existentielles à se mêler d'un désir d'absolu encore plus fort que la moyenne (des Hqis) et qui incite à ne pas parvenir à se contenter de la réalité pour préférer des objectifs de grande envergure. Quelqu'un (un TThqi) une fois à parlé de "but ultime" inscrit dans la psyché, une sorte de pulsion génétique inné, corporelle, neurologique.

Je ne sais pas exactement ce que cette personne voulait dire, mais ça résonne avec une expérience que j'ai eu l'occasion de faire. À l'occasion d'un jeu lors d'un séminaire de développement personnel, il fallait choisir une objectif un peu relevé (c'était un jeu hein), la plupart des gens aspiraient à trouver l'amour, du boulot, mieux communiquer avec son conjoint… j'ai dit que j'aspirais à sauver le monde. Je m'attendais pas à être le seul, ça me semblait banal, ça ne l'était pas. J'ai croisé une autre fois un type perché (en Qi) qui avait exactement la même idée. Je ne pense pas que ni l'un ni l'autre ne réalisera ce but mais nous ne sommes ni fous enfermé en HP, ni pleins d'amour pour son prochain et engagés dans l'humanitaire ou l'associatif. Pour autant, cette pulsion nous semble à tout deux la seule qui vaille au fond, la peine de se projeter vers.

Je voudrais faire une remarque sur le caractère. Évidemment on fini par dire que pas un surdoué ne se ressemble. Personnellement, je trouve que si, beaucoup mais c'est peut-être d'apparence moins vrai pour les Thqis vu qu'il sont moins nombreux, on se rend moins compte des similitudes vu qu'il est plus difficile de les regrouper en catégories. Je me suis interressé à cette question du caractère, pour moi en premier lieu, et pour ce faire, j'ai eu l'occasion de me pencher sur le MBTI et sur l'Ennéagramme (tant pis si ça exaspère certains que je m'appuie sur ces catégorisation des individus. Personnellement je les trouve pertinentes). Or, il se trouve que j'ai un bon ami, Thqi, qui semble correspondre de façon assez troublante avec mes propres profils. Justement, malgré des différences, nous sommes tous les deux souvent très surpris de voir nos similitudes incomparablement plus fortes que chez tout autre Thqis (ou autre individu) de notre connaissance.

Deux possibilités selon moi :
- Nous reconnaissons chez l'autre des trais de caractères communs. Cependant, j'ai croisé d'autres personnes avec les mêmes profils, non Hqi et non Thqis, sans me reconnaitre fortement en eux.
- Une fois mis de côté la question des caractères (comme si ils s'annulaient car identiques), les modes de fonctionnement mentaux résonnent avec forces. Ce qui serait de l'ordre des points communs Thqis, associés à nos types. En gros les effets visibles des types (il y a quand même beaucoup de façon d'être d'un même type) sont beaucoup plus proches que pour d'autres.

Pour identifier des comportements "typiques" Thqis, ils pourraient être intéressant de comparer des individus aux modes de fonctionnement similaires (sexe, âges, milieux… puis types MBTI et ennéagramme par exemple) avec des Qi différents (non surdoué, Hqi, Thqi, TThqi…). On se rendrait compte alors que lorsque l'on compare ce qui est comparable, les différences ne sont pas si grandes à Qi équivalent, et beaucoup plus dans le cas contraire.

Dans tous les cas, difficile d'identifier des points communs typiquement Thqis en dehors de la prise en compte des comportements et du caractère. Tout ce que l'on peut dire c'est que la communication sera plus profonde, plus naturelle, plus égale (écoute, parole et silences) quand on appartient au même intervalle et à condition d'avoir des références communes (caractères, comportements, vécu, humour…) et que cela en soit, est déjà révélateur de quelque chose. L'inconvénient c'est qu'on se lasse encore plus vite de la personne vu qu'on sollicite un échange plus intense qu'à l'accoutumé et les intervalles de récupération entre deux échanges intenses sont plus long qu'avec d'autres personnes avec qui l'échange sera plus laborieux et qu'on pourra faire durer plus longtemps pour arriver à se comprendre et à se connaître (et ça peut-être agréable de passer du temps à se découvrir plutôt qu'à se reconnaître).

En fait la question du caractère, des modes de fonctionnement intimes me semble au cœur du problème à identifier des caractéristiques propres aux Thqis. Dans la barrière précédente, la différence de mode de fonctionnement cognitive entre normos-pensants et surdoués, entre penseurs normaux et penseurs divergents, est suffisamment notable pour que la question du caractère et du comportement ne se pose pas. Dans les barrières supérieures, c'est l'inverse qui se passe. Le mode de fonctionnement cognitif entre un Hqi et un Thqi sera le même, mais l'intensité ne le sera pas. Cette intensité va produire, quand elle est active, une capacité de recul, de méta-analyse, de pensée originale, de pertinence plus importante. En gros oui, il y aura une différence de pensée visible entre un Hqi et un Thqi. Et ce sont les Hqis qui vont le remarquer et le faire remarquer justement. Mais celle-ci va s'exprimer à la marge, non de façon continus, lors de rares éclaircies ou dans des situations très particulières quand les systèmes de défense de l'individu seront inactifs ou au plus bas ou sous l'emprise de la passion.

Seulement, chez des gens dont le développement à été contrarié, cette agitation du ciboulot a des effets pervers à la limite de l'empoisonnement. Les névroses et les systèmes de défenses afférents vont être boostés par la nature même de son intelligence spécifique, elles vont s'en nourrir. On le constate en thérapie, le cerveau d'un Thqi adulte à créer un réseau dense de pare-feux impossible à déjouer de l'extérieur. Là ou un Hqi pourra s'appuyer sur sa différence entre ses modes de pensées et ceux du reste du monde pour se définir et se penser, le Thqi aura entre le monde et lui-même le rideau des Hqis. Eux-même pouvant clairement se définir comme différents des autres et sachant pour quelles raisons. Le Thqi aura donc du mal, lui, à penser sa différence et donc à embrasser son identité.

Si on passe par des "traducteurs" comme le MBTI ou l'ennéagramme, on met en avance des compulsions, des peurs qui génèrent des systèmes de défense qui vont provoquer des comportements pour l'ennéagramme. Des fonctions cognitives complémentaires plus ou moins maîtrisées avec des fonctions préférées et des fonctions délaissées pas du tout maîtrisées qui prennent le dessus en cas de stress pour le MBTI. J'aurais tendance à penser que le côté négatif du caractère va profiter de l'énergie psychique disponible en quantité (chez un surdoué) et que cela sera boosté encore plus par un ego défaillant (on parle toujours du surdoué pas bien dans ses baskets, celui pour qui on se pose des questions étant donné que celui qui va bien, ça se voit tout de suite de quoi il est capable mais pas longtemps parce qu'il fait autre chose de sa vie que de traîner sur un forum une fois qu'il a récupéré la maîtrise de ses fonctions).

Selon moi donc, un "type" chez un Thqi sera donc plus pathologique, plus complexe comme une prison mentale élaborée dont il n'arrive pas à s'échapper car nourri par ses peurs, alimenté par son énergie et dont il est le seul à pouvoir atteindre la clé sans savoir où elle est rangée. Je dirais que chez un Thqi non équilibré le choix de se désintégrer positivement s'impose à un moment donné comme une absence de choix. Pour pouvoir connaître ce qui caractérise un Thqi il faudrait connaître soit des individus qui fonctionnent bien (on n'en croise pas vraiment mais quand c'est le cas, on les remarque) soit des individus qui fonctionnaient mal mais qui on réussi à se redéfinir après une désintégration positive et qui fonctionne correctement désormais. Je ne doute pas que ça arrive mais la connaissance de la douance chez l'adulte (en France) est vraiment très récente et de tels individus n'existent peut-être pas encore (enfin si, certainement, mais ils ne nous fréquentent pas les salauds !). Certains qui donnent l'impression d'aller bien se sont juste construit un faux-self monstrueux pour cacher leurs dysfonctionnements au monde et à eux-même. Ils sont juste en représentation.

Voilà ce qui me vient à l'esprit pour parler de Thqi.



ps : autorisation de corriger les fautes si il y en a, j'ai fait ce que j'ai pu ^^
ps 2 : tant que personne n'a posté derrière, je continu à rajouter des idées, désolé pour ceux qui m'ont déjà filé une étoile (jaune !) si je dis des trucs après coup que vous n'approuvez pas...

:pharaon: :c:
Avatar de l’utilisateur
kid Pharaon
 
Messages: 39
Enregistré le: Lun 21 Fév 2011 23:57
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Joebar » Lun 7 Oct 2013 17:07

Quelque chose que je ne comprends pas. Il n'est pas dit pour le Wais IV que la limite de QI est à 150? Qu'il ne peut pas mesurer au delà?
Dans ce cas, lorsque tu parles de 150, 160 et plus, c'est dans une autre échelle non? (pour les adultes)
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2922
Images: 4
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Aïnoa » Lun 7 Oct 2013 21:06

J'avais demandé à ma psy, elle avait vérifié et la WAIS IV va jusqu'à 160, comme chez les enfants...
"L'image que l'on donne, N'est pas toujours la bonne. Volent, volent, les hirondelles,
Même les beaux plumages, Peuvent être une cage" Les Cowboy Fringants
"Ni dieu, ni maître -même nageur" Jean Yann
Avatar de l’utilisateur
Aïnoa
Bras de fer
 
Messages: 2636
Images: 216
Âge: 34
Enregistré le: Lun 28 Nov 2011 21:13
Localisation: Nulle part... si loin...
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Un des plus beaux villages de France...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar TourneLune » Lun 7 Oct 2013 21:45

Le QI dépend simplement de l'écart type qu'on choisit. Après, si on prend le même écart-type, on est censé avoir les mêmes résultats avec des tests différents mais étalonnés. Evidemment c'est théorique et valable sur des populations mais pas exactement sur des individus.

Et oui, il existe des tests pour aller au-delà, tant au niveau précision et plafond. Je ne suis pas spécialiste, là, faudra creuser, essentiellement sur les sites anglophones.

Et oui, pardon, c'est 150 pour la WAIS III et 160 pour la WAIS IV... Chui déjà une vieille, j'ai passé la III :P
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar Joebar » Lun 7 Oct 2013 22:07

Super, merci toutes les deux. Donc kid parle de quelle échelle pour parler des 160 à 175? Cattel?
Les études anglo-saxonnes sont sur quelle base?
"Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent" , Sarah Bernhardt.
Avatar de l’utilisateur
Joebar
Chouchou de la maîtresse
 
Messages: 2922
Images: 4
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 10:31
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ->
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar W4x » Lun 7 Oct 2013 22:14

Joebar a écrit:Super, merci toutes les deux. Donc kid parle de quelle échelle pour parler des 160 à 175? Cattel?
Les études anglo-saxonnes sont sur quelle base?

Aïnoa a écrit:J'avais demandé à ma psy, elle avait vérifié et la WAIS IV va jusqu'à 160, comme chez les enfants...

Oui, mais justement Kid Pharaon dit qu'il a passé la III, ce n'est donc pas la même pour les personnes dont il parle alors? (évidemment la question ne s'adresse pas à vous ^^ :P )
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 2974
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar kid Pharaon » Mar 8 Oct 2013 01:48

Bon, force est de constater que je n'ai pas été super clair (vous n'êtes pas les seuls à me demander des précisions).

Alors comme je le disais, j'ai personnellement passé une WAIS III, limitée à 150, la WAIS IV pour sa part va jusqu'à 160 désormais tout comme les WISC III et IV.

Les intervalles que je donne sont théoriques, ils sont basés sur les déviations standards (standard deviation), soit sd 15 pour les tests de Weschler qui donne 100 /115 /130 /145 /160 et théoriquement, "au delà de 160" quand on plafonne. Ils ont dans mon texte précédent peu d'importance, c'est l'existence de ces niveaux qui m'intéresse, pas le chiffre exact qui permettrait de placer un individu dans une catégorie ou une autre (même si pour l'instant, évidemment, faute de spécificités nouvelles, difficile de se déclarer Thqi en dehors de clous, soit en dessous de 145 de Qi).

Le fait que le test ne permette pas pour l'instant de calculer au delà ne change rien au principe qui consiste à prendre en considération l'idée selon laquelle il existe des fonctionnements différents quand on saute des seuils (des écarts types donc), qu'ils soient ou non calculables par un test particulier. Le Qi n'est pas limité dans l'absolu.

Je garde donc les écarts de 15 points du WAIS ou du WISC sur lesquels je décalque les catégories anglo-saxonnes à savoir : moderately, highly, exceptionally et profoundly gifted .

Ces niveaux (leur nom) ne changent pas même si le test de référence change et qu'il les situent dans des intervalles chiffrés différents. Pour pouvoir comparer ces niveaux entre les différents tests ainsi qu'entre les différentes versions de test, vous pouvez vous rendre sur cette page : What is Highly Gifted? Exceptionally Gifted? Profoundly Gifted? And What Does It Mean?.

Je ne fais pas référence à autre chose que les écarts des tests de Weschler même si le fait que je parle d'écarts supérieurs à 160 a priori non calculables semble en chagriner plus d'un (le jour où on pourra les calculer on les verra certainement mais, ce n'est pas parce qu'on ne les voit pas qu'ils n'existent pas déjà. See what i mean ? :lapinalbino: )

Or justement, comme je disais, ces écarts ne sont qu'a priori non calculables !

En effet, comme je le signalais, il existe des tests complémentaires au WISC IV qui non seulement donnent la possibilité d'aller beaucoup plus haut mais qui en plus permettent d'obtenir des résultats tout à fait différents. Malheureusement ce test étendu ne semble pas traduit en français et de tout façon, n'a pas été développé pour les tests pour adultes.

Ces "extented norms" (extented norms : technical rapport 7) servent à identifier les highly, exceptionally et profoundly gifted children qui plafonnent (avec un score de 18 ou 19) dans au moins deux sub-tests (en gros on double, au moins, le nombre de questions du sub-test de base).

Pour ceux que la psychométrie intéresse (et qui aime l'anglais), d'autres informations sur le sujet (et d'autres liens) ici : A Quick Guide to Using the WISC-IV to Identify Gifted Children

Dans l'exemple cité, l'enfant de 7 ans et 4 mois testé, dont les scores sont comparés sans, puis avec, "extented norms", passe dans le calcul des indices composites (si j'ai bien compris) :

- en Qi Total (Full Scale IQ) de 158 à 192,
- en utilisant le nouveau mode de calcul GAi (General Ability Index) de 160 à 208. :dance:

On a la distribution des notes brutes (en additionnant les scores de réponses des enfants) en notes standards (moyenne de 10, écart type de 3 : il faut que tous les tests aient les mêmes moyennes et les mêmes écarts types. Pourquoi cette transformation ? Parce que dans chaque sous tests, il n’y a pas le même nombre d’items et donc pas la même échelle.

Pour avoir nos indices totaux de l’intelligence de l’enfant on transforme les notes standards en notes composites (moyenne de 100, écart type de 15). Pourquoi cette transformation ? Quand on a les notes standards, on peut comparer toutes les notes, mais il faut une note total (le QI) c’est pourquoi on regroupe les notes en subtests de 4 indices : pour que tous les subtests aient le même poids on remet tout à la même échelle.


Je n'ai pas creusé le calcul des scores des différents tests, encore une fois. J'imagine qu'il existe des gens sur ce forum très au fait de la psychométrie (vu que c'est la base de tout ce dont on discute, tant qu'à avoir une approche "scientifique" hein ;) ) qui pourront comprendre et expliquer tout ça mieux que moi.

Voilà, j'espère avoir été plus clair et vous avoir donné matière à réflexion ;) (mais je reste quand même un peu étonné que cette histoire de seuil du WAIS soit la seule chose qui vous ait fait réagir :grattelatete: ).

:pharaon:
Avatar de l’utilisateur
kid Pharaon
 
Messages: 39
Enregistré le: Lun 21 Fév 2011 23:57
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar W4x » Mar 8 Oct 2013 10:39

Merci Kid Pharaon, pour le reste c'est clair en fait... :)
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 2974
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar sebzinzin » Jeu 10 Oct 2013 17:38

Bonjour,

Nami Tama a écrit:Y'aurait-il des THQI ici qui voudraient bien nous partager leur impressions et expériences sur la question ?


C'est suite à ce genre de sollicitation que je me permets d'intervenir ici, étant situé, d'après mon bilan, au plafond de la WAIS-III.

Je cite par la suite certains passages des posts de kid Pharaon, que j'ai trouvés très intéressants. À la relecture, je constate que ma contribution principale à ce fil consiste surtout à poser de nouvelles questions, mais ayant eu un aperçu des connaissances et du regard de kid Pharaon sur ce sujet, je suis certain que ses éventuelles réponses ne pourront qu'être profitables à tous...

Allez, je me lance !

kid Pharaon a écrit:Personnellement, je me situe dans le quatrième intervalle (145-160) et si je ressent une différence parfois avec les Hqi de l'intervalle précédent, j'en ressent bien plus avec ceux de l'intervalle supérieure que j'ai pu croiser.


En ce qui me concerne, j'ai rencontré très peu de (T^n)HPI et je me demande ce que tu ressens comme différence, avec l'un ou l'autre des intervalles que tu cites. Ça m'intéresserait que tu précises ou que tu donnes un (des) exemple(s), si tu veux bien.

kid Pharaon a écrit:je ne connais pas un Thqi qui ait annoncé avant de passer sont test qu'il l'était certainement et dont le résultat à été corroboré par le dit test. Je ne connais que des Thqis qui espéraient passer la barre des 130 et qui ont été très surpris d'avoir un score aussi haut.


C'est exactement ce qui s'est passé pour moi.

La citation suivante est un peu dans le désordre, exprès :

kid Pharaon a écrit:Beaucoup de Hqis que j'ai pu côtoyer ont toujours eut conscience (avant test) de leur différence et de leur supériorité intellectuelle sur leur environnement […] les Thqis que je connais ne se sentent pas plus intelligents que la moyenne, et pour beaucoup, c'est le regard que l'on porte sur eux qui les incite et les autorise à se sentir ou se penser différents. Les TThqis que je connais par contre, ont parfaitement conscience de leur différence et de leur intelligence..


Intéressant, mais je ne comprends pas bien ce que tu dis à propos des THQI. Et j'ai également du mal à voir ce qui pourrait expliquer cette observation, que je trouve particulièrement curieuse : comment comprendre le fait que la conscience de sa propre intelligence ne croîtrait pas proportionnellement à celle-ci (si j'en crois l'absence de conscience que tu constates chez les THQI, mais pas chez les HQI ni chez les TTHQI...) ? Aurais-tu une idée ?
(Note: Pendant la rédaction de mon message, une idée m'est venue, voir plus bas pour les courageux.)

kid Pharaon a écrit: À l'inverse, la plupart des Thqis que je connais n'avaient pas conscience de cette différence ou du moins, ne la mettaient pas sur le compte d'une différence cognitive. Ils ne voyaient que leur difficultés adaptatives et en déduisaient chez eux un "moins" plutôt qu'un "plus". Même après le test, la différence de la norme entraîne plus une culpabilité (de ne pas pouvoir faire mieux malgré son potentiel) qu'une jouissance (d'être bien meilleur que les autres grâce à ce potentiel).


C'est con ! :'(

kid Pharaon a écrit:Leur préoccupation et alors bien souvent plus de l'ordre de la compréhension de ce qu'ils sont que de l'affirmation. Ce qui est très flagrant quand des discussions ont lieu sur le sujet. Quand certains en parlent pour essayer de comprendre ce que cela pourrait expliquer d'eux, d'autres, nombreux, sont persuadés qu'ils exhibent leur gros Qi par prétention


C'est amusant de constater les mêmes "travers" chez les HQI que ceux dont ils souffrent et qu'ils essaient de corriger chez les autres : penser que quand quelqu'un parle de son QI, c'est pour "faire le malin", mais aussi, comme tu le disais plus haut, qu'il n'y a pas de raison pour que le mode de fonctionnement puisse varier qualitativement alors que les variations de QI ne sont que quantitatives (seuil de 130 accepté par les HQI mais moins par la population générale et seuil de 145 (j'ai bien compris ?) accepté par les THQI mais moins par les HQI...).
Je dis ça et en même temps, je suis sûr qu'au fond de moi, je fais un peu la même chose...
Donc, s'il y avait une règle universelle (cool !), ça pourrait être « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! »...

kid Pharaon a écrit:En partant de cette hypothèse, j'ai l'impression de voir une plus grand difficulté à utiliser ses capacités ou à en avoir conscience chez les 145-160 que dans l'intervalle du dessous ou dans celui du dessus.


Ptin les boules, ça sert à rien d'être THQI alors (remarque, je le savais déjà !)... à moins de fournir un travail sur soi-même et tout ça... Trop compliqué pour moi ! :whew:

kid Pharaon a écrit:Là ou un Hqi pourra s'appuyer sur sa différence entre ses modes de pensées et ceux du reste du monde pour se définir et se penser, le Thqi aura entre le monde et lui-même le rideau des Hqis. Eux-même pouvant clairement se définir comme différents des autres et sachant pour quelles raisons. Le Thqi aura donc du mal, lui, à penser sa différence et donc à embrasser son identité.


C'est encore plutôt pas très encourageant, merci !
Plus sérieusement, ça pourrait peut-être expliquer la non-linéarité de la relation QI–conscience de sa propre intelligence, dont tu parlais plus haut, les THQI ayant finalement soit trop de distance avec le plus grand nombre, soit pas assez de points de comparaison possibles avec les plus proches (comprendre pas assez de HQI dans leur entourage) pour pouvoir se situer, tandis que les HQI croisent facilement des gens non-HQI et que les T²HQI disposeraient intrinsèquement de tous les outils leur permettant de "s'autoévaluer" (parce qu'ils sont largement trop balèzes) ?

kid Pharaon a écrit:celui qui va bien, ça se voit tout de suite de quoi il est capable mais pas longtemps parce qu'il fait autre chose de sa vie que de traîner sur un forum


J'espère que nous irons vite mieux ! :D

kid Pharaon a écrit:Certains qui donnent l'impression d'aller bien se sont juste construit un [bold]faux-self monstrueux[/bold] pour cacher leurs dysfonctionnements au monde et à eux-même. Ils sont juste en représentation.


Cela fait plusieurs fois que je suis confronté à cette expression qui me chiffonne. Le concept de faux-self d'ailleurs, ou plutôt la connotation négative que je lui vois souvent associée :
Si ce faux-self permet de mieux vivre avec les autres, pourquoi serait-il gênant de le laisser s'exprimer ?
(Note : je sais qu'il y a au moins un topic consacré à ce concept, j'irai y faire un tour plus tard.)

kid Pharaon a écrit:Alors comme je le disais, j'ai personnellement passé une WAIS III, limitée à 150

Alors j'ai un nouveau souci de plafond, parce que mon bilan parle d'un maximum à 155 pour kla WAIS-III... ! ?
Bref, osef...

Pour les masos qui sont allés au boût, pas d'inquiétude, je vais aller prendre mon cachet, m'occuper des deux-trois mouches courageuses qui sont restées me regarder pendant que je taquinais leurs copines en rédigeant ma réponse et, enfin, vous laisser tranquilles un moment...

à plusse

sébastien
Avatar de l’utilisateur
sebzinzin
 
Messages: 69
Âge: 36
Enregistré le: Mer 12 Juin 2013 19:14
Localisation: Ain
Présentation: ça marche
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: THQI tentative de compréhension

Messagepar arizona » Dim 20 Oct 2013 00:27

Je tombe par hasard sur ce topic, et le message de Kid Pharaon m'a bien parlé, merci.

Comme certains disent que les THQI ne se manifestaient pas ici, donc voici mon petit témoignage. Ca tombe bien, je crois que j'ai un peu besoin de me défouler.

J'ai été classée THQI. 147, précisément.
Je ne peux parler ici que de sentiments personnels, car je ne connais rien à rien en théorie psychologique. N' ayant jamais vu de psy, sauf 4 rendez-vous lors du passage du test. Je n'ai jamais rien lu de spécifique à la douance, sauf quelques pages d'un livre dont je ne me souviens même pas du titre, mais que Tournesol a démonté, et qui m'a amenée à m'inscrire ici sur le forum ( Tournesol je veux dire, pas le bouquin ). Et sauf bien sûr tout ce que j'ai pu lire ici sur le forum. Je n'ai même jamais vraiment rien lu sur la psychologie en général. Sûrement si, un bouquin ou deux, comme tout le monde.

Ma première réaction, comme je l'écris dans à vous qui avez passé le test, a été par rapport à la solitude. J'ai pris comme un coup de poing l'évidence que ce sentiment ne disparaîtrait jamais.
Jusque là, je pensais que si je m'attelais à la tâche, réellement, je pourrais guérir de cette sensation. A la sortie du test, il m'est apparu comme une évidence que non. Que c'était une partie constituante de moi. Pour faire un rapprochement, je dirai que c'est comme un garçon de 25 ans qui mesure 1m50, et qui pense qu'en prenant de l'âge, il va grandir. Et puis un jour il apprend qu'à 25 ans, on ne grandit plus. Et là, il se rend compte que son 1m50 est partie constituante de lui, ça ne changera pas, c'est définitif. Alors évidement, l'exemple est bidon, parce que on peut penser qu' un attribut physique est déterminé, alors qu'un attribut mental est façonné.
Eh bien justement, je pense, mais évidemment, ce n'est qu'un intime conviction, que ce sentiment de solitude EST un attribut physique. Ou déterminé d'avance. Comme inscrit dans les gènes. Ce n'est d'ailleurs pas un sentiment de solitude. C'EST la solitude. Et c'est là une grande nuance.
Ce qui permet de combattre, et de vivre, et de s'adapter, et d'être " heureux " tout de même, c'est justement le QI. Comme quoi, le corps humain est bien foutu. Il vous donne un défaut, mais aussi les armes pour se battre avec/contre.
C'est le QI qui va permettre de rationaliser, d'adoucir, de faire avec. Et dans ce sens là, oui, un attribut mental est façonnable, mais seulement dans une certaine mesure. Parce que cela demande beaucoup d'énergie. Que l'on peut se perdre en chemin. Que comme tous médicaments, il y a des effets secondaires.

Kid Pharaon :
À l'inverse, la plupart des Thqis que je connais n'avaient pas conscience de cette différence ou du moins, ne la mettaient pas sur le compte d'une différence cognitive. Ils ne voyaient que leur difficultés adaptatives et en déduisaient chez eux un "moins" plutôt qu'un "plus". Même après le test, la différence de la norme entraîne plus une culpabilité (de ne pas pouvoir faire mieux malgré son potentiel) qu'une jouissance (d'être bien meilleur que les autres grâce à ce potentiel).

Je suis entièrement d'accord. J'ai vu de nombreuses différences cognitives. Mais j' y ai toujours trouvé des raisons éducatives. Des pas de chance. Des manques éducatifs tels, que à l'âge adulte on reste bloqué. Des traumatismes. Des prises de drogues. Plein de choses.
Le sentiment d'injustice, je l'ai eu en étant jeune. Et puis il passe, parce que à un moment donné, j'ai pensé qu'en fait, tout le monde fait de son mieux, et le mieux, c'est parfois le pire pour celui qui le subit. Ca rentre dans la case pas de chance. Sentiment de culpabilité, envers soi, mais aussi envers les autres. Dans le sens où on se dit : mais j'ai eu tellement d'atouts dans les mains, un autre en aurait fait tellement plus que moi. On se sent donc coupable envers cet autre inconnu, qui lui n'a pas eu tant de chances, tant d'atouts.
Mais par rapport à ce que tu dis plus haut, moi j'étais sûre de " réussir" le test. Par contre, je ne m'attendais pas à ce résultat là.

Ce qui me parle aussi dans ton texte, c'est cette phrase : ça peut-être agréable de passer du temps à se découvrir plutôt qu'à se reconnaître.
Je crois que c'est la clé de mes relations fortes. La reconnaissance. J'ai une reconnaissance instantanée de certaines personnes, et j'adore ça, bien que je sois - en théorie, parce que je n'arrive pas vraiment à l'appliquer, tout à fait d'accord avec cette phrase. En fait on ne passe pas de temps à se reconnaître. Cela se fait, et très très vite, et c'est tout. Après, il se peut que la relation n'aboutisse pas, enfin je veux dire qu'elle ne se poursuive pas, pour plein de raisons différentes. Mais il y a malgré tout ce lien, très fort, qui persiste, et qui permet un re-contact très aisé, sans explications à fournir, si besoin en est. C'est particulier. Il ne faut pas se justifier, pas expliquer. Il suffit d'être.

Kid Pharaon :
Le mode de fonctionnement cognitif entre un Hqi et un Thqi sera le même, mais l'intensité ne le sera pas.

Je ne sais pas ce que tu mets exactement derrière le mot intensité. Mais je sais que c'est le " reproche " principal que l'on me fait. Je suis trop intense. Et quand je regarde à froid, objectivement - enfin le plus que je peux - comme de hors moi-même mes rapports avec les autres, oui, je vois ce qu'ils veulent dire. Mais cette intensité ne se pose pas seulement dans une capacité de raisonnement, ou dans une perception plus globale, ou plus rapide, ou comme tu dis de pertinence, de recul, mais elle se pose aussi dans la qualité ( dans le sens de quoi elle est faite ) . Et cette qualité est douloureuse. Elle est intense justement héhé. Elle est est lourde - impossibilité de raisonner légèrement, elle est triste - tout raisonnement amène à la tristesse, dans la mesure ou quasiment rien dans ce monde, ne peut amener à autre chose. Regarder le monde est déjà triste. Il n'y a que des petites choses, toutes petites, qui peuvent être des sources de joie. Réfléchir le monde est immensément triste. En gros, il se compose de gens qui n'ont aucuns scrupules, aucune humanité, et qui vont profiter du reste de la population, qui elle, se laisse faire, pour des dizaines de raisons différentes. C'est un résumé extrêmement résumé, mais en gros c'est ça. Si on réfléchit au pourquoi de ce monde, c'est encore pire, lorsque l'on est pas croyant. La terre étant à terme vouée à disparaître - si elle a la chance de ne pas être percutée par un truc qui se balade dans l'espace, ou bien si l'homme ne la fait pas exploser, elle finira sa vie engloutie fondue par le soleil. Toute la souffrance, tout l'amour, toutes les peines, tout est en vain. Tout est vain. Mes émotions à moi sont très réelles, aujourd'hui, pour moi-même, mais elles n'ont pas de vie, pas de futur, elles sont mortes, elles ne servent à rien. Quoi que l'on fasse, cela ne sert à rien.
Ce manque de légèreté, cette tristesse, cette sensation de vanité des choses… je pense que tout le monde à un moment donné, le ressent. Tout le monde. Ce qui fait la différence je crois, c'est la permanence de ces sentiments, ainsi que l'intensité.
Cette intensité dans le ressenti de la vie, il faut faire un gros effort pour ne pas la projeter à l'extérieur. Et comme tu le dit : Mais celle-ci va s'exprimer à la marge, non de façon continus, lors de rares éclaircies ou dans des situations très particulières quand les systèmes de défense de l'individu seront inactifs ou au plus bas ou sous l'emprise de la passion.
C'est exactement cela. De temps en temps, le système de défense dérape, et l'intensité du ressenti - même du ressenti intellectuel, se libère. Et c'est trop pour les autres, sauf ceux qui eux aussi vivent cette intensité. C'est une agression pour eux.

Kid Pharaon :
Certains qui donnent l'impression d'aller bien se sont juste construit un faux-self monstrueux pour cacher leurs dysfonctionnements au monde et à eux-même. Ils sont juste en représentation.
C'était la raison de ma visite chez une psy. J'avais deux demandes pour elle. L'une était de redevenir celle que j'étais avant, l'autre, d'avoir des clefs pour être capable de faire des choses pour moi-même.
Je n'ai jamais eu le sentiment d'être en dysfonctionnement. Il m'a toujours semblé que c'étaient eux qui étaient en dysfonctionnement, et moi qui était dans le juste. Ca me paraît normal d'être comme je suis. Ca me paraît normal d'être en décalage par rapport à la société, vu ce qu'elle est. Alors la représentation, je ne sais pas. Le faux self n'est pas quelque chose de monstrueux, même si je comprends ce que tu veux dire par la, c'est à dire juste énorme. Mais ça me fait tiquer un peu quand même. Si le faux self est énorme, c'est seulement parce que la société est une énormité. Quand à ma deuxième demande, tu peux considérer cela comme un dysfonctionnement, mais je n'en suis pas sûre. Est-il vraiment nécessaire de faire des choses ? Je ne sais pas. Parfois je pense que oui, parfois que non. Que c'est juste nécessaire pour faire passer le temps, mais que en soi, c'est une illusion. Si j'en reviens à ce que j'ai dit plus haut, à quoi cela sert - il ? Je peux rester des heures à ne rien faire. Regarder la mer, marcher un peu, me rassoir et le regarder encore. Ou bien aller en haut là haut, et redescendre. Ou bien rester chez moi à lire un peu, jouer un peu avec mes coquillages, lire encore un peu, faire un café, le boire, marcher, aller à la fenêtre, revenir, mettre de la musique, m'assoir par terre et l'écouter, puis en changer, la mettre fort et danser, lire encore un peu, bon aller maintenant je fais vraiment quelque chose, je vais faire tourner une machine de linge, ah ! j'ai fait un truc, maintenant je sors, et je recommence dehors, je vais boire un café, je regarder les gens passer, je parle avec mon voisin, puis avec l'autre voisin, puis quelqu'un m'appelle, on fait un truc ? Ah voilà c'est foutu, maintenant je me sens dans l'obligation de faire quelque chose, et déjà, ça m'ennuie. Parfois, je ne suis pas comme ça. Je me lève, et hop, je vais travailler ( je " travaille " quand je veux, du moment que c'est entre 18h et 3h du mat ), et j'ai envie de le faire, je suis dans cette énergie la. Ou bien hop, je vais voir des gens, on papote, on rigole. Mais en soi, l'un ne me paraît pas mieux que l'autre, pas plus respectable, pas plus constructif, constructif pour moi. Rester seule chez moi - ou avec quelqu'un qui est dans le même mode - est extrêmement bénéfique pour moi, et m'amène à des satisfactions bien plus grandes. Encore mieux, rester dehors à regarder la mer. Je ne m'ennuie jamais, je ne manque de rien, en fait, c'est extrêmement apaisant.

La psy m'a dit que le passage du test serait un début d'ouverture de porte vers moi-même. Que si je voulais aller plus vite, je pouvais avoir recours à l'EMDR. Je ne l'ai pas fait. J'ai eu les résultats du test le 22 août. J'ai mis une petite semaine à m'en remettre. Après, tout a été bien, magnifiquement bien. Beaucoup d'énergie, beaucoup de joie, un poids en moins sur les épaules. Depuis deux semaines, j'ai une immense tristesse. J'ai le coeur qui va éclater. Parfois, cette tristesse est remplacée par la colère. Ca ne m'inquiète pas, je crois que c'est nécessaire. Et de toute façons, elle m'avait prévenue. Ca va être dur. Lorsque les émotions reviennent, le premier sentiment est la souffrance. Très bien, je suis prête, je n'ai pas peur. Si j'ai peur, peur de ne pas savoir vivre avec moi-même, et de devoir abandonner cette idée d'être moi. Mais j'ai confiance. Et en plus, on est toujours soi, ça, j'en suis convaincue, self ou pas self. Il ne s'agit pas d'une représentation. Ce n'est pas un costume que l'on enlève en rentrant chez soi. C'est une partie inhérente à soi, que l'on a développée de façon consciente ou non. Un peu comme quelqu'un qui pourrait être danseuse étoile, ou body builder. Choisir l'un, c'est renoncer à l'autre, mais en aucun cas, ce n'est une imposture, ou une représentation. C'est un mode de vie, qui engage énormément de temps, d'énergie, de travail, qui détermine la façon de manger, en fait, qui détermine la façon de vivre. La danseuse étoile ne pratique pas seulement un sport ou un art. Elle est cet art. Le jour ou elle sera trop vieille, ou blessée, ou malade, elle devra renoncer à sa vie, à son art. Elle va devenir quelqu'un d'autre, mais elle sera marquée à jamais, elle ne sera plus jamais comme avant.
Donc c'est assez marrant, parce que j'ai demandé à avoir des clefs pour pouvoir faire des choses pour moi, sans même être persuadée que c'est nécessaire, sans même savoir quoi faire, sans même en avoir vraiment envie. Mais je peux avoir les clefs sans les utiliser, ou peut-être un jour j'en aurai besoin, ou j'aurai l'envie de les utiliser. C'est jamais perdu.

Voilà ce que je peux dire pour l'instant, j'espère avoir été claire, et pas trop hors du sujet.
Si nous n'étions pas d'ici, nous serions l'infini.
D'une chanson.
Avatar de l’utilisateur
arizona
 
Messages: 1111
Images: 14
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 9 Mai 2013 08:00
Présentation: presentations/arizona-t3599.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Discussions et Débats

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités