Nous sommes le Mer 13 Déc 2017 19:47


Peut-on se suffire du diagnostic clinique?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.

Modérateur: Bradeck

Peut-on se suffire du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Sam 7 Fév 2015 17:47

Mon psychologue m'a diagnostiquée HPI au bout d'1 an de suivi pour tout autre chose, sur la base de l'examen clinique.Il est lui-même HPI, fait passer des wisc depuis longtemps et suit en ce moment des formation professionnelles chez cogito z en la matiėre.
Il ne m'a pas encore proposé de passer le wais. Moi, je ne lui en ai pas parlé. Fallait que je digère le diagnostique puisque préalablement j'avais decidé (lol) que je ne l'etais pas car pas assez intelligente pour faire partie des 2%, bien que pour le reste je colle bien avec le profil HPI).
Peut-être attend-il également de me sentir prête, je ne sais pas).

La question que je me pose est donc: pouvons nous nous suffir du diagnostic clinique ou bien faut-il absolument passer le test de QI pour être convaincu de sa surdouance?

Quelle est votre opinion personnelle?
(je précise : j'ai lu le post relatif au profil)
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Cyrielle » Sam 7 Fév 2015 18:44

3615 ma vie :
J'ai des soucis ORL.
Je recherche mes symptômes sur le net (et dans quelques autres sources), et je me dis que je dois avoir une sinusite. Je lis alors l'ensemble des symptômes, et je "réalise" que, finalement, je les ressens tous...
Je vais voir mon médecin traitant, avec qui j'ai de bonnes relations, qui est à mon écoute et me fait confiance. Il écoute ma description des symptômes (complétée de façon plus ou moins consciente par ce que j'ai lu), et me prescrit dix jours d'antibiotiques pour traiter ma sinusite "co-diagnostiquée".
Vingt jours après : je ressens toujours mes symptômes ORL. Je retourne voir mon médecin, qui s'avoue démuni et m'adresse à un spécialiste.
Celui-ci ne me connait pas du tout. Il écoute ma description, fait la moue... et me prescrit endoscopie et scanner ORL.
Diagnostic indubitable suite aux examens complémentaires : pas de sinusite, mais une rhinite chronique : symptômes parfois proches, traitement différent...

Une question qui reste : si les antibiotiques avaient été "efficaces" (sur ma rhinite, donc^^), je n'aurais jamais consulté le spécialiste, et je serai restée avec mon faux diagnostic... est-ce que c'est si grave, puisque j'aurais été soulagée ? Donc : avant de faire le test, savoir pourquoi on veut faire le test ?

Une remarque : si j'ai une confiance aveugle en l'infaillibilité de mon médecin traitant, je vais affirmer autant que nécessaire que j'ai bien eu une sinusite et je vais notamment arguer de cette pathologie pour être dispensée de travailler en milieu humide...et alors on me demandera de passer un scanner :think:. Si je suis un peu plus prudente (ou réaliste ? ou pragmatique ?), je vais "seulement" me satisfaire d'avoir été soulagée...
Donc : il y aura peut-être des circonstances où le test sera demandé (à ma connaissance ce n'est jamais le cas pour la WAIS IV sauf pour répondre à des enquêtes), à chacun de savoir si elles sont incontournables ou pas ?

C'était mon opinion :1cache: sur la question importante que tu poses ;) .
Y'a trop de monde sur les gradins... Le spectacle du monde nous appartient !
Avatar de l’utilisateur
Cyrielle
 
Messages: 1017
Âge: 45
Enregistré le: Mar 24 Sep 2013 19:07
Localisation: Sud-Ouest, entre autres
Présentation: En construction...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Mlle Rose » Sam 7 Fév 2015 18:51

Tu veux dire "peut-on se contenter du diagnostic clinique" ?

Là tu es en train de nous parler de "l'opinion du psy" en plus, pas de "diagnostic clinique", parce que le diagnostic implique une démarche diagnostique, qui est une démarche d'enquête, le clinicien s'astreignant à collecter méthodiquement par tous les moyens à sa disposition des éléments qui lui permettront de rapprocher cet ensemble d'éléments d'un diagnostic défini (c'est à dire en fonction de sa définition).
Cette démarche diagnostique implique la considération du diagnostic différentiel.

Mon opinion générale sur les diagnostics sans test (qui n'en sont donc pas - et ça, ce n'est pas une opinion) est contenue là post136692.html#p136692


Rebelle? a écrit:(je précise : j'ai lu le post relatif au profil)


Et donc, sachant que les gens l'ont sans doute lu aussi que penses-tu qu'ils vont te répondre ?

Pour rappel : politique-ethique/eviter-inutiles-polemiques-t9.html
Néanmoins notre positionnement est clair concernant la question du diagnostic : seul un bilan complet, effectué par un professionnel compétent peut permettre de le poser avec certitude. Ce bilan se compose généralement d'un test de QI et de tests complémentaires, analysés au regard de caractéristiques cliniques précises, l'expérience du professionnel est déterminante!

Nous avons vu ici ou là des personnes affirmer pouvoir « détecter » la douance sur un simple regard, ou d'autres prétendre que la simple lecture d'un livre spécialisé dans lequel ils se seraient reconnus suffirait. Nous avons même vu des professionnels peu scrupuleux adopter ce type de pratiques (et des membres s'effondrer à la suite de tests négatifs chez un autre psychologue). Nous considérons tout cela comme de la poudre aux yeux, les manifestations de la douance étant extrêmement variées et pouvant rejoindre d'autres diagnostics (lesdits diagnostics ne s'excluant pas les uns les autres).
Ainsi, si nous acceptons avec plaisir d'échanger avec des personnes qui se supposent surdouées, nous apprécions fort peu les auto-diagnostics érigés en vérités (ce type de comportement altérant la cohésion du forum, le membre concerné pourra être exclu). En bref donc : si vous pensez être capable de vous auto-diagnostiquer, que pour vous votre douance ne fait aucun doute alors que vous n'avez jamais reçu ce diagnostic au terme d'un bilan chez un professionnel, gagnez du temps, faites-nous gagner du temps, ne vous inscrivez pas .
Par ailleurs, nous vous demandons de comprendre si vous êtes en recherche, que personne ici ne vous livrera de diagnostic clé-en-main : seul l'avis des professionnels au terme de leurs investigations compte. Nous substituer à eux ne fait pas partie de notre éthique.



Après tu peux te convaincre de tout un tas de machins si t'as envie hein. Y'a plein de gens qui font ça.
Y'en a plein d'autres pour qui y'a besoin d'un peu plus que les impressions d'un tiers.

Faut juste savoir pour quoi faire en fait.
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Sam 7 Fév 2015 20:21

Mlle Rose a écrit:Tu veux dire "peut-on se contenter du diagnostic clinique" ?

Là tu es en train de nous parler de "l'opinion du psy" en plus, pas de "diagnostic clinique", parce que le diagnostic implique une démarche diagnostique, qui est une démarche d'enquête, le clinicien s'astreignant à collecter méthodiquement par tous les moyens à sa disposition des éléments qui lui permettront de rapprocher cet ensemble d'éléments d'un diagnostic défini (c'est à dire en fonction de sa définition).
Cette démarche diagnostique implique la considération du diagnostic différentiel.

Mon opinion générale sur les diagnostics sans test (qui n'en sont donc pas - et ça, ce n'est pas une opinion) est contenue là post136692.html#p136692

Rebelle? a écrit:(je précise : j'ai lu le post relatif au profil)


Et donc, sachant que les gens l'ont sans doute lu aussi que penses-tu qu'ils vont te

Pour rappel : politique-ethique/eviter-inutiles-polemiques-9.html
Néanmoins notre positionnement est clair concernant la question du diagnostic : seul un bilan complet, effectué par un professionnel compétent peut permettre de le poser avec certitude. Ce bilan se compose généralement d'un test de QI et de tests complémentaires, analysés au regard de caractéristiques cliniques précises, l'expérience du professionnel est déterminante!

Nous avons vu ici ou là des personnes affirmer pouvoir « détecter » la douance sur un simple regard, ou d'autres prétendre que la simple lecture d'un livre spécialisé dans lequel ils se seraient reconnus suffirait. Nous avons même vu des professionnels peu scrupuleux adopter ce type de pratiques (et des membres s'effondrer à la suite de tests négatifs chez un autre psychologue). Nous considérons tout cela comme de la poudre aux yeux, les manifestations de la douance étant extrêmement variées et pouvant rejoindre d'autres diagnostics (lesdits diagnostics ne s'excluant pas les uns les autres).
Ainsi, si nous acceptons avec plaisir d'échanger avec des personnes qui se supposent surdouées, nous apprécions fort peu les auto-diagnostics érigés en vérités (ce type de comportement altérant la cohésion du forum, le membre concerné pourra être exclu). En bref donc : si vous pensez être capable de vous auto-diagnostiquer, que pour vous votre douance ne fait aucun doute alors que vous n'avez jamais reçu ce diagnostic au terme d'un bilan chez un professionnel, gagnez du temps, faites-nous gagner du temps, ne vous inscrivez pas .
Par ailleurs, nous vous demandons de comprendre si vous êtes en recherche, que personne ici ne vous livrera de diagnostic clé-en-main : seul l'avis des professionnels au terme de leurs investigations compte. Nous substituer à eux ne fait pas partie de notre éthique.


Après tu peux te convaincre de tout un tas de machins si t'as envie hein. Y'a plein de gens qui font ça.
Y'en a plein d'autres pour qui y'a besoin d'un peu plus que les impressions d'un tiers.

Faut juste savoir pour quoi faire en fait.
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar soazic » Sam 7 Fév 2015 20:34

Merci pour ce post, j'étais sur une discussion (internet) récemment, où la douance était évoquée, et effectivement certaines personnes à la question comment savez vous que vous êtes hp répondaient "parce que je le sais, pas besoin de test". Bon après, j'imagine que certains s'en satisfont. Pour moi la démarche clinique est essentielle, peut être parce que ... c'est une démarche, un processus.
Maintenant, côtoyant des patients diverses et variées (à l'hôpital...psy) je me retrouve parfois (et comme par hasard la semaine passée) face à une personne dont l'anamnèse est un parcours du combattant souvent émaillé de gros pbs familiaux et dont la scolarité et le parcours professionnel vient compléter un tableau qui fait plus que résonnance. Ai je le droit et de quel droit vais je inciter cette personne à aller passer des tests. Voilà qui me taraude. l'annonce de ce diagnostic fut un séisme, je trouve difficile d'amener quelqu'un qui déjà ne va pas bien du tout à peut être vivre ce même séisme. Mais l'en priver, je n'ai pas le droit non plus.
Bon that is the question, je suis un peu au bord du sujet, veuillez m'en excuser.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1110
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Sam 7 Fév 2015 21:31

Bon après relecture de mon post, je pense que ma question n'est pas assez précise. Il me semble que de là ont découlé quelques malentendus qui ont donc suscité quelques agacement auprès de mes lecteurs... Je vous présente donc toutes mes excuses...

La question est donc : un psy peut-il légitimement poser le diagnostic HPI sans avoir fait passer un test de QI à son patient?

Les positions divergent : j'ai pu lire des témoignages indiquant que chez Cogitoz le diagnostic est parfois posé sans passation de test, mais juste sur la base de l'entretien avec le psy pour qui le HPI était suffisamment évident que le test devenait inutile. A l'inverse, la position des modos ici est tout autre :).

Qu'en est il des autres?
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar sanders » Sam 7 Fév 2015 21:45

Je ne suis pas psy et ne peut donc pas te répondre.

Par contre, j'ai une question: pourquoi tu veux savoir si un psy peut légitimement poser le diagnostic HPI sans avoir fait passer un test de QI à son patient ? En fait ma question est aussi, si tu penses être surdoué parce que ton psy te le dit et que tu as confiance en lui, qu'est-ce qui te pousse à chercher plus loin ? Allez une dernière pour la route, qu'attends-tu des membres de ce forum ?
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2426
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Sam 7 Fév 2015 22:19

J'attends juste un échange d'opinion sans jugement, c'est tout!!!
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar soazic » Sam 7 Fév 2015 23:09

je trouverais dommage qu'un psy pose un diagnostic sans faire passer de test, même s'il a des années de métier et passe au scanner la personne en face. Etre précis pouvoir restituer précisément ce qui est puisque les outils existent et redonner à la personne ce qui lui appartient, ou du moins amener la personne à retrouver qui elle est et comment elle peut se réapproprier son identité aussi bancale, tordue soit elle, c'est plus ainsi que je vois le rôle du psy.
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1110
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar arizona » Dim 8 Fév 2015 01:13

Personne ici ne te diras autre chose, Rebelle.
Mais par contre, tu peux te poser la question autrement.
Si quelqu'un te diagnostique quelque chose qui ne te plaît pas du tout. T'en contenteras-tu ? Ou bien demanderas-tu un complément d'enquête ?
Je pense que tu trouveras le diagnostic un peu léger, et demanderas un complément d'enquête.
Evidement, lorsqu'on nous dit un truc positif, on est plus enclin à le prendre sans chercher d'avantage. On ne sait jamais qu'il se trompe, n'allons pas voir ça de plus près.

Et aussi, ton rapport aux autres par rapport à cela sera assez fragile. Tu diras : je suis surdouée. On te dira : ah bon, comment tu sais ? Machin me l'a dit. Après quelques froncements de sourcils, quelques éclats de rires, et quelques : c'est qui ce Machin ? Tu commenceras à penser que l'argument : machin l'a dit est assez faible...

Je trouve que l'on a que deux positions possible.
1. On s'en fout, alors effectivement, pas besoin de passer de test. Mais alors si on s'en fout, pas besoin non plus de chercher à se catégoriser.
2. On ne s'en fout pas. Alors il faut passer le test, point barre.
Si nous n'étions pas d'ici, nous serions l'infini.
D'une chanson.
Avatar de l’utilisateur
arizona
 
Messages: 1117
Images: 14
Âge: 49
Enregistré le: Jeu 9 Mai 2013 08:00
Présentation: presentations/arizona-t3599.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 12:31

J'ai la vive impression que ma question vous dérange quelque peu, malgré la reformulation que j'ai opérée.

Pourtant, elle me semble pertinente. Donc, j'essaie de comprendre pourquoi elle suscite ce dérangement.

Je tente une analyse, somme toute très personnelle et avec beaucoup de raccourcis :

Voici 2 personnes déjà qui me disent que personne "ici" ne me répondra autre chose!
Alors, est ce dire qu'à contrario, "ailleurs" on me répondra différemment?
Donc cela en revient-il à dire que ne restent sur ce forum que les personnes qui adhèrent totalement à la position des modérateurs sur la question de l'attribution de l'étiquette HPI? = qu'être reconnu HPI c'est avoir passé le test de QI.

Donc que les gens qui n'adhèrent pas quittent ce forum pour peut-être aller ailleurs. Car des gens qui n'adhèrent pas il y en a forcément.
Donc qu'ici on se sent soit exclu par les autres soit pas à sa place si on n'adhère pas car étiqueté pour toujours "en questionnement " si pas de test de QI, alors même qu'un professionnel lui l'a étiqueté HQI. Vous comprenez bien que je ne parle pas ici d'auto diagnostic qui est une tout autre question.

Je suis tout a fait d'accord pour dire que l'auto diagnostic ne peut permettre de s'affirmer surdoué.
Par contre accepter le diagnostic fait par un professionnel sans test de QI, c'est une question qu'il est pertinent de se poser.

Je vous la pose car je n'ai pas la réponse. Ici, je voulais seulement avoir des avis personnels, des liens vers des lectures d'avis de professionnels de la surdouance dont vous aurez eu écho... vous qui avez plus d'ancienneté sur la question du surdouement, donc plus d'expériences.

Je ne veux pas polémiquer, juste échanger, qui y a-t-il de mal? Certains sujets sont-ils tabou ici?

Ou bien peut être que c'est moi qui interprète mal les implicites. A vous de me le dire, mais please sans agressivité car je suis là pour échanger des avis, qui même s'ils venaient à être contraires aux miens, seront tout aussi importants à lire car ils feront avancer la réflexion.

J'ai coutume de dire que "tout ce que je sais c'est que je ne sais rien". Je ne demande qu'à apprendre.

Peace and love :whew:
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar sanders » Dim 8 Fév 2015 12:47

Perso ce n'est pas la question qui me dérange mais la raison que j'entrevois entre les lignes de cette question.

Pour la question, elle est intéressante et si on la dégage de considérations personnelles, il me semble effectivement qu'elle est à poser.

Par contre, à mon avis, j'ai l'impression en te lisant que tu cherches ici une confirmation à ce que t'a dit la professionnelle que tu as rencontrée et pas une réponse à cette question de manière générale et pour l'intérêt qu'elle pourrait avoir en elle-même.
C'est comme si, si on écrit " oui ça suffit " tu te dirais " ça me suffit donc" et " non ça suffit pas " et tu te dirais " ça ne me suffit pas alors ".
Et du coup elle est où ta décision de te dire " ça me suffit j'en reste là " ou " ça ne me suffit pas, je cherche encore " (et il n'y a pas que le test pour ça, des lectures, des discussions, la vie, l'expérience, les rencontres ...).

Et c'est ça qui me gratte en fait.

Que ça me gratte ne veut pas dire :
- que j'ai raison,
- que ça m'énerve,
-que tu m'énerves,
-que je suis un mouton (même si j'en suis peut-être un hein :P ).
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2426
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar rawlings » Dim 8 Fév 2015 13:05

Bonjour Rebelle?,

Je reprends tes différents dans l'ordre.

Ta question te semble pertinente, j'espère bien :D

Je crois qu'une partie des réponses que l'on t'a proposées t'invitait à préciser l'enjeu que tu mets derrière ce "diagnostic". Peut-être pourrais-tu préciser ?

Visiblement, pour les membres t'ayant répondu, le test fait partie intégrante du dispositif permettant un diagnostic. Je ne vois pas de position sectaire derrière cela. Juste une opinion personnelle.

Je rejoins cette opinion. je ne suis pas psy et ne peut donc me prononcer sur la pertinence d'un diagnostic sans test

Je considère également que le test de Q.I est une étape importante. C'est un outil de mesure, avec tous ses biais, ses imperfections et ses limites, j'en conviens. Mais à défaut de disposer d'un meilleur outil, pourquoi ne pas l'utiliser ? Il m'a servi de base dans ma démarche pour différentes raisons :

-engagement "tangible" dans la démarche de diagnostic (se soumettre au regard d'autrui, mettre la question sur la table quoi !)
-base de discussion avec la psychologue

Ce qui est intéressant, c'est le retour du professionnel sur les différents éléments et ses tentatives d'explications. Cela met en lumière des éléments qui peuvent être ressentis comme des difficultés. Tu obtiens une mesure brute à prendre avec du recul et le professionnel est là pour l'interpréter. D'ailleurs, sauf erreur de ma part, le Q.I. n'est qu'un des éléments sur lequel repose le diagnostic (c'est ta question :D ). C'est l'expérience du professionnel et son analyse qui fonde la décision, sur quoi s'appuie-t-il dans ton cas ? Comment peux tu avancer avec ça ? (je ne mets pas ses compétences ou qualifications en doute, je t'interroge sincèrement ;) )

Au final, je crois que ce qui m'a décidé à passer le test, c'est la (pseudo)objectivité qu'il offre. J'avais très peur d'avoir manipulé plus ou moins volontairement la psy pour l'orienter vers la douance. Le test de Q.I. m'a permis de lever une partie de mes doutes. Je pense que c'est ce que voulait te dire Arizona.

Tout ceci dit sans une once d'agressivité, j'espère que tu l'auras ressenti ainsi.
Avatar de l’utilisateur
rawlings
 
Messages: 66
Âge: 34
Enregistré le: Lun 27 Oct 2014 13:33
Localisation: Lyon
Présentation: presentations/presentation-rawlings-t5805.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Zyghna » Dim 8 Fév 2015 13:46

Peut être aussi est ce parce que nous avons eu plusieurs retours de personnes que le psy avait "diagnostiqué" surdoué et pour lequel le test s'est révélé negatif. Nous avons pris le parti de nous conformer à ce qu'en disent les professionnels, les chercheurs, et aujourd'hui, le test de QI reste l'outil principal permettant d'invalider ou non la théorie de la douance.
Il ne faut pas oublier que la douance n'est pas la seule réponse possible à certaines caractéristiques que l'on rencontre et que si des outils de mesure existent, c'est parce que l'avis du psy ne peut suffire.

Enfin, nous n'avons aucun problème avec les personnes n'ayant pas passé le test ou ayant un résultat negatif ou non concluant ;)
Mais tout cela est clairement expliqué dans les règles ;)
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 14:46

sanders a écrit:Perso ce n'est pas la question qui me dérange mais la raison que j'entrevois entre les lignes de cette question.

Pour la question, elle est intéressante et si on la dégage de considérations personnelles, il me semble effectivement qu'elle est à poser.

Par contre, à mon avis, j'ai l'impression en te lisant que tu cherches ici une confirmation à ce que t'a dit la professionnelle que tu as rencontrée et pas une réponse à cette question de manière générale et pour l'intérêt qu'elle pourrait avoir en elle-même.
C'est comme si, si on écrit " oui ça suffit " tu te dirais " ça me suffit donc" et " non ça suffit pas " et tu te dirais " ça ne me suffit pas alors ".
Et du coup elle est où ta décision de te dire " ça me suffit j'en reste là " ou " ça ne me suffit pas, je cherche encore " (et il n'y a pas que le test pour ça, des lectures, des discussions, la vie, l'expérience, les rencontres ...).

Et c'est ça qui me gratte en fait.

Que ça me gratte ne veut pas dire :
- que j'ai raison,
- que ça m'énerve,
-que tu m'énerves,
-que je suis un mouton (même si j'en suis peut-être un hein :P ).


Merci de ta réponse sincère et directe.

J'ai volontairement choisi de poster ma question dans la section "là où l'on se pose des questions" car effectivement ma question est en lien avec le questionnement qui est actuellement le miens depuis le "diagnostic" fait par mon psy sans test de QI.
Si ça avait été une question que d'ordre général je l'aurais posté dans "qi, test..." par exemple.

Donc oui je me pose la question de mon éventuelle surdouance à travers la question du titre.
Mais non ce n'est pas la question que je vous pose.

Donc je n'attends pas de vous une quelconque prise de position sur mon éventuelle surdouance. C'est une question purement personnelle à laquelle je tente actuellement de répondre. Et pour que je puisse répondre en toute connaissance de cause à celle-ci, je me pose notamment la question de la légitimité d'un diagnostic professionnel sans passation de test car
- soit je suis convaincue que oui le diagnostic est légitime : j'arrête là mon questionnement sur mon éventuelle surdouance puisque j'accepte que oui je suis surdouée donc je peux passer à l'analyse des conséquences de ce surdouement sur ma vie passée présente et futur.
- soit je n'en suis pas convaincue : donc la question se pose toujours donc pour avoir la réponse il faut que je passe le WAIS.

Mais pour être convaincue d'une position ou d'une autre, il me faut poser les pours et les contres. C'est comme pour une dissertation : je vous propose de participer à l'apport d'idées pour la thèse et l'anti thèse pour que je puisse faire ma synthèse.

Voili voilou...

(que l'art de la communication est bien difficile...lol)
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 14:52

Zyghna a écrit:Peut être aussi est ce parce que nous avons eu plusieurs retours de personnes que le psy avait "diagnostiqué" surdoué et pour lequel le test s'est révélé negatif. Nous avons pris le parti de nous conformer à ce qu'en disent les professionnels, les chercheurs, et aujourd'hui, le test de QI reste l'outil principal permettant d'invalider ou non la théorie de la douance.
Il ne faut pas oublier que la douance n'est pas la seule réponse possible à certaines caractéristiques que l'on rencontre et que si des outils de mesure existent, c'est parce que l'avis du psy ne peut suffire.

Enfin, nous n'avons aucun problème avec les personnes n'ayant pas passé le test ou ayant un résultat negatif ou non concluant ;)
Mais tout cela est clairement expliqué dans les règles ;)


Justement Zyghna, ce que je recherche : notamment ces avis dont tu parles de professionnels, chercheurs...(que je puisse lire) C'est aussi ces exemples de diagnostics psy invalidés par le test.

C'est cela qui m'intéresse, merci ...car toute nouvelle que je suis je n'ai pas encore lu d'avis sur cette question alors que vous apparemment oui...
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 15:02

Rawlings,

Je ne doute pas de l'intérêt du test de QI quant à la connaissance de soi qu'il peut apporter.
Mais je n'en suis pas à ce type de questionnement encore. Savoir si je suis surdouée ou pas me suffirait a priori pour le moment pour tenter une analyse sur les conséquences de la surdouance sur mon passé mon présent au moins.

Je crois aussi qu'à un moment donné il sera intéressant de passer le test pour mieux appréhender mon futur par l'analyse de points forts et des points faibles... mais bon je n'y connais rien en matière de WAIS....comme je viens de le dire, je n'en suis pas là.
Mais ça se trouve demain j'aurai changé d'avis et vous dirai que je vais le passer bientôt.... tout cela est trop frais pour moi et je n'ai d'idée arrêtées sur rien pour le moment...

Oh la la quelle prise de tête...
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 15:15

Rawlings,

Je comprends tout à fait ce que tu dis quant au doute de la manipulation, car suite à son diagnostic j'ai répondu à mon psy que sans vouloir mettre en doute ses capacités professionnelles je craignais l'effet barnum et l'effet rosenthal... il m'a ensuite rassurée... mais bon le doute persiste...
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Grabote » Dim 8 Fév 2015 15:46

Rebelle? a écrit:Oh la la qu'elle prise de tête...


Bon, je comprends pas trop non plus l'intérêt de ce fil et ce que tu attends exactement .
Si tu passes un peu de temps dans la bibliothèque à lire les documents sur le sujet et les témoignages des un.e.s et des autres sur les nombreux topics qui rejoignent ta question tu y trouveras tout un tas de réponses diverses et variées.
Et notamment que même avec un diag+ au wais, le doute peut subsister, et oui. :lol:
À part ça, si ton psy t'a diagnostiqué une "surdouance", euh , comment dire, je crois qu'y a un problème ...
je connais l'étiquette douance mais surdouance ? :vgeek:
:D
Allez, bonnes lectures Rebelle?
et bonnes recherches
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2967
Images: 22
Âge: 48
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar sandrinef » Dim 8 Fév 2015 16:26

Bonjour rebelle,
Voilà la réflexion que je me fais par rapport à ton questionnement:
Le diagnostic clinique se fait pour des pathologies médicales( somatiques et psychiatriques). Malgré ce, on peut rencontrer des erreurs de diagnostic, simplement parce que poser un diagnostic peut se révéler compliqué malgré la compétence des médecins.
Par exemple, poser un diagnostic en psychiatrie est parfois très difficile pour le médecin psychiatre. Cela peut prendre beaucoup de temps déjà, selon les symptômes et l'évolution de la pathologie.
En effet, on ne peut pas faire l'impasse, pour établir le diagnostic de certaines pathologies, de prendre en compte le facteur temps, facteur sans lequel le diagnostic ne peut absolument pas être validé (cf DSM IV).
Ceci concerne l'observation clinique: c'est ce dont on parle ici puisque ton psy a établi son diagnostic sur une observation clinique.
Lorsque le médecin veut confirmer son hypothèse de diagnostic, il fait pratiquer des examens complémentaires: échographie, prise de sang, scanner, etc. Les résultats vont confirmer ou infirmer son idée de départ.
Et bien, à mon sens, le test de QI, dans le cas du diagnostic de douance est indispensable: il va confirmer l'hypothèse.
Ce que je veux dire, c'est que si on a un outil permettant de valider une hypothèse, pourquoi ne pas l'utiliser?
Et aussi: du point de vue de l'éthique, je trouve que c'est léger de la part d'un psy d'affirmer sans proposer un test.
Imagine-t-on un médecin affirmer: vous avez un cancer de l'intestin, madame, c'est mon diagnostic. Ceci sans vérifier, et sans prendre en compte les diagnostics différentiels? Imagine-t-on la patiente certaine de sa pathologie, parce que le médecin le lui a dit?

Après, il appartient à chacun de choisir son chemin: ici on n'oblige personne à faire un test de QI, c'est une démarche personnelle, qui fait partie d'un processus intime.
Par contre, ici, personne ne remplira la case diag + sans que cela soit confirmé par un test de QI. C'est la position du forum, elle n'est pas négociable.
Cela n'exlut aucunement ceux qui se posent des questions, loin de là.
J'espère en tout cas avoir pu un peu t'aider dans ton questionnement.
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain
Avatar de l’utilisateur
sandrinef
 
Messages: 1844
Images: 39
Âge: 40
Enregistré le: Jeu 15 Nov 2012 12:11
Localisation: Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar sanders » Dim 8 Fév 2015 16:44

Offtopic :
Une question que je me pose depuis mon inscription ici, et je la retrouve en lisant ce topic, c'est pourquoi on emploie le mot diagnostic (lien vers le cntrl) alors même que nous ne sommes pas face à une pathologie ou un problème ?
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2426
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar O'Rêve » Dim 8 Fév 2015 18:30

Offtopic :
Je rejoins Sanders sur cette interrogation. Pour ma part, je préfère parler de bilan (le test QI est un des éléments pris en compte dans le bilan) qui révèle une particularité.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 268
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Rebelle? » Dim 8 Fév 2015 18:42

Grabote a écrit:
Rebelle? a écrit:Oh la la qu'elle prise de tête...


Bon, je comprends pas trop non plus l'intérêt de ce fil et ce que tu attends exactement .
Si tu passes un peu de temps dans la bibliothèque à lire les documents sur le sujet et les témoignages des un.e.s et des autres sur les nombreux topics qui rejoignent ta question tu y trouveras tout un tas de réponses diverses et variées.
Et notamment que même avec un diag+ au wais, le doute peut subsister, et oui. :lol:
À part ça, si ton psy t'a diagnostiqué une "surdouance", euh , comment dire, je crois qu'y a un problème ...
je connais l'étiquette douance mais surdouance ? :vgeek:
:D
Allez, bonnes lectures Rebelle?
et bonnes recherches


Parce que si tu cherches dans le Larousse tu découvriras que douance n'existe pas, c'est un néologisme... donc surdoué/surdouance...moi ça me va ;) (soyons créatif)

Ensuite, si vous ne trouvez pas d'intérêt à ce fil, je l'accepte tout à fait, mais merci de simplement passer votre chemin, car j'en ai assez d'avoir à me justifier, je trouve que je l'ai déjà assez fait pour permettre le débat sur la question posée.

J'aimerai donc que seules les réponses constructives à ma question soient abordées, le reste est pour moi désormais hors sujet.

Si cela ne plaît pas, il appartiendra aux modérateurs de bloquer mon post.

Merci de votre compréhension.
Rebelle?
 
Messages: 43
Enregistré le: Dim 18 Jan 2015 17:49
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar shinoune » Dim 8 Fév 2015 18:59

Rebelle : je ne suis pas spécialisée dans le haut potentiel mais j'ai une formation psy. Je me permets donc de te donner mon avis:
En psychologie, un diagnostic de douance nécessite une évaluation clinique faite par un psychologue ou neuropsy spécialiste du sujet et un test psychométrique tels la WAIS, le WISC ou équivalent, réalisé par un psy formé à son utilisation, puis une analyse et synthèse des deux approches.
D'un point de vue purement méthodologique, un diagnostic de douance posé hors de ces étapes successives n'est pas recevable.

Maintenant, comme toute évaluation en science humaine, les démarches et résultats sont sujets à caution et à polémiques. Et, dans la pratique, diverses appréhensions sont susceptibles de cohabiter où le subjectif se taille une belle part.
C'est alors au client (demandeur, patient) de se poser la question si la réponse qu'il obtient le satisfait ou pas (cela demande d'avoir déjà une certaine somme d'infos et un esprit critique).
Il me semble que ton questionnement relève de cette exigence. Etre satisfait par une réponse correspond à une forme de reconnaissance intime de la justesse de celle-ci (justesse ne veut pas dire satisfaction ou confort, plutôt adéquation entre tous les paramètres en jeu) et c'est aussi le rôle du psy de vérifier si la réponse qu'il apporte correspond au questionnement de son patient.

J'ajouterais encore que, sur le plan déontologique, délivrer un diagnostic suite à une évaluation incomplète ou intuitive, que ce soit sans entretien clinique, sans test approprié, voire sans synthèse et restitution personnalisées, devrait interpeler le psy sur son travail ... et le patient sur son psy. Cela nécessite à minima explication et discussion.

Personnellement, je me sentirais mal d'entrer ainsi dans une évaluation où mon interprétation, mes projections et ma subjectivité prendraient le dessus sur une démarche plus analytique et moins individuelle, même si ces dimensions existent bien dans l'entretien clinique.
Il me semble qu'induire ainsi une caractéristique aussi essentielle dans la construction de l'identité ne devrait se faire qu'avec un maximum de précautions et d'étayages. Même, et surtout, lorsqu'on a de l'expérience dans le sujet.

Quelques questions que tu peux te poser :
Ton psy est-il spécialisé dans le haut potentiel ou, tout au moins, quel est sa connaissance du sujet ?
Est-il psychologue (et quelle est son approche) ou neuropsy ou encore psychiatre ? Cela change considérablement son regard et son interprétation possible.
T’a-t-il vraiment posé un diagnostic ou t’a-t-il juste proposé d’envisager la piste de la douance ? On peut avoir des biais de mémoire parfois.
T’a-t-il justifié et expliqué sur quoi il se basait pour sa conclusion ?
Serais-tu plus apaisée et accepterais-tu son propos si on te disait qu’il peut faire un tel diag sans test, qu’il ne se trompe pas et ne t’induit pas en erreur ?
Où se situe ton doute?
De quoi ressens-tu le besoin ?

Après ta collecte d’infos, pose-toi la question de ton ressenti profond : es-tu OK avec cette situation ou as-tu encore besoin de gratter ?
Et si tu as besoin d'encore chercher, fais-le, ici ou ailleurs, tout en restant connectée à ta perception des réponses.

Voilà, j’ai essayé de faire le tour de ton questionnement, prends ce qui t’interpelle, ce qui te semble juste. Et si tu as encore envie de gratter et si je suis à même de te répondre, c’est volontiers.


Offtopic :
Sanders: il est vrai que le mot diagnostic fait le plus souvent penser à une conclusion médicale, néanmoins il est également le terme employé dans les entreprises, en sociologie, en psychologie, en géologie, etc... C'est le résultat, la conclusion d'une évaluation ou analyse d'un sujet ou objet donné. Que je sache, il n'existe pas de synonyme ayant un sens aussi précis.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char
Avatar de l’utilisateur
shinoune
 
Messages: 1011
Images: 0
Âge: 65
Enregistré le: Mer 17 Oct 2012 17:14
Localisation: Au bout du lac
Présentation: Par ici, par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Messagepar Mlle Rose » Dim 8 Fév 2015 19:09

Rebelle? a écrit:Ensuite, si vous ne trouvez pas d'intérêt à ce fil, je l'accepte tout à fait, mais merci de simplement passer votre chemin, car j'en ai assez d'avoir à me justifier, je trouve que je l'ai déjà assez fait pour permettre le débat sur la question posée.

J'aimerai donc que seules les réponses constructives à ma question soient abordées, le reste est pour moi désormais hors sujet.

Si cela ne plaît pas, il appartiendra aux modérateurs de bloquer mon post.

Merci de votre compréhension.


Ben dis, les gens ont le droit de réagir à ce que tu dis hein :lol:
Si tu veux pas débattre parce que certains types de réponses te dérangent dans ce cas ça sert à quoi de demander ? :think:

C'est quoi une réponse que tu juges constructive d'ailleurs ?
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Là où l'on (se) pose des questions

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Peut-on être Hypersensible et non doué?
par Frandyrosa » Mer 12 Juin 2013 22:24

Réponses: 20

Vues: 21537

Dernier message par Lelaelig Voir le dernier message
Sam 6 Juil 2013 13:48
Si on est finalement pas surdoué, que peut-on être ?
1, 2par Truc » Mer 20 Aoû 2014 09:59

Réponses: 46

Vues: 19569

Dernier message par samjna Voir le dernier message
Lun 22 Fév 2016 06:24
Peut-on être touché par la douance sans l'être ?
par pounee » Dim 20 Sep 2015 04:15

Réponses: 16

Vues: 2306

Dernier message par Kirmas Voir le dernier message
Jeu 24 Aoû 2017 17:48
Peut-on être surdoué sans qu'aucun de ses parents le soit ?
par Petit Pingouin » Jeu 18 Juil 2013 13:58

Réponses: 23

Vues: 4323

Dernier message par zwip Voir le dernier message
Mar 18 Mar 2014 09:46
Peut-on améliorer/travailler son QI?
1, 2par forza » Dim 19 Oct 2014 17:25

Réponses: 45

Vues: 5172

Dernier message par JessyJones Voir le dernier message
Mar 24 Oct 2017 21:54

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : kafkarnum et 5 invités