Peut-on se suffire du diagnostic clinique?

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.
Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11822
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par TourneLune » sam. 14 févr. 2015 19:33

Non mais c'est Raymonde quoi....
Elle n'est pas psychologue et ne connaît pas les tests.
Je te suggère de fouiller le forum, voire les forums concernant la douance à son sujet....

A part sur ce point-là, qu'est-ce qu'elle t'a inspiré cette dame? C'est intéressant d'avoir le point de vue d'une personne "innocente" ^^
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
Mlle Rose
Messages : 12702
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:56
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 39

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par Mlle Rose » sam. 14 févr. 2015 19:56

Ahahha Raymonde !
http://adulte-surdoue.fr/tout-rien/test ... t4054.html

Effectivement aucune qualification pour parler de la douance, en tous cas pas plus que mon boucher. Aucun diplôme en psychologie. Recherches faites sur un autre forum, personne n'a pu trouver d'appartenance à une quelconque société de psychanalyse. Dans d'autres vidéos (y'avait eu une émission sur la célèbre et très sérieuse chaîne W9) elle est présentée comme médecin, à ma connaissance il n'y a pas eu rectification.
Bref, une personne qui s'auto-proclame spécialiste, comme tant d'autres...
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11822
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par TourneLune » sam. 14 févr. 2015 20:11

Pour te faire gagner du temps, tu trouveras aussi Christel Peticollin qui est contre les tests. Comme par hasard, c'est aussi une dame qui vit de la douance mais qui n'a aucune formation et surtout pas la capacité à faire passer les tests^^
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
romu
Le Rouquin du Chat
Messages : 854
Enregistré le : lun. 28 avr. 2014 12:53
Présentation : ma_presentation
Profil : Diagnostic +
Test : WISC
Âge : 21

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par romu » sam. 14 févr. 2015 20:13

Je ne connais pas trop cette seconde personne
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Charles Baudelaire (l'Albatros.).

Avatar du membre
TourneLune
Messages : 11822
Enregistré le : mar. 1 févr. 2011 13:50
Présentation : presentations/topic22.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 38

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par TourneLune » sam. 14 févr. 2015 20:21

Y a un sujet sur elle qq part sur le forum....
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3340
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par madeleine » sam. 14 févr. 2015 21:15

Il y a deux pays (au moins) qui sont très en avance sur la France au sujet de l'étude de la douance, ce sont les USA et Israël. On trouve par google pas mal d'articles universitaires sur la détection de la douance, sa mesure, la validité des divers tests de QI etc. Si tu lis l'anglais.
Mais se questionner sur les tests, c'est au final se questionner sur l'intelligence et ses degrés. Et c'est un domaine de recherche très ouvert et dynamique.
Je pense que ce résumé peut t'intéresser Je pense que tous ceux qui apprennent à connaître la douance développent une perception accrue de certains traits, une forme d'intuition ; mais elle n'est pas suffisante, quand on sait que bien des surdoués passent inaperçus - y compris d'eux-mêmes - et que souvent, au-delà du diagnostic, le ou les tests d'intelligence(s) révèlent des forces qu'on ne se connaissait pas, mais aussi des talents acquis pour survivre, des domaines où on se juge bon mais où on n'est pas "surdoué" ; bref, des informations bien plus utiles que l'étiquette "surdoué" qui ne dit rien de précis sur l'actualisation de ce potentiel par l'individu que tu es.
Bonne continuation pour tes recherches :-)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Avatar du membre
Bradeck
Messages : 1789
Enregistré le : sam. 28 juin 2014 00:25
Présentation : Houba houba hop!
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Brocéliande
Âge : 47

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par Bradeck » sam. 14 févr. 2015 23:04

Rebelle? a écrit :Je relance le débat car je viens de voir une vidéo de Raymonde Hazan, psychologue psychanalyste spécialiste des surdoués, elle-même surdouée, qui affirme haut et fort qu'elle est contre les tests de QI....
Je vous laisse visionner la vidéo (elle ne dure que 10 min) :
https://www.youtube.com/watch?v=KsGfrt39-RY.
Bonjour Rebelle,
C'est bizarre les ressentis. Avant mon inscription ici, en plein durant les montagnes russes du "j'en suis ? Mais non, impossible !", je suis également tombé sur cette vidéo. Elle fut un élément majeur dans le fait que j'ai osé prendre mon téléphone pour prendre rendez-vous afin de passer le test WAIS IV :lol:

Il faut dire aussi que j'ai un background de scientifique, et je rejoins tout ceux qui disent que lorsqu'il y a un outil pour tester une hypothèse, ne pas le proposer quelque soit son intime conviction, n'est justement pas professionnel, ce quelque soient les "justifications".

Et cette vidéo, même si nous la découvrions maintenant, en même temps que toi, ne remet pas en cause les argumentations présentent auparavant dans le fil.
Je rajouterais également que si le test est réalisé avec un(e) psy et non devant un ordinateur, c'est justement car il doit y avoir observation du comportement... Si tu prends la peine de lire le fil A vous qui avez passé le test: comment l'avez-vous vécu?, tu verras que certain(e)s se sont effectivement liquéfié(e)s au moment de la passation, et pourtant...

Je vois qu'il t'a déjà été fournis beaucoup de matière à réflexion, bonne continuation.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)

Avatar du membre
lady space
Messages : 1970
Enregistré le : ven. 18 févr. 2011 17:41
Présentation : vers mon orbite
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Alsace
Âge : 54

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par lady space » lun. 16 févr. 2015 10:33

Rebelle? a écrit : ...réussir un test de QI, vu la charge émotionnelle que cela suppose, est une vraie difficulté. Le risque étant de rater le test, donc d'exclure un surdoué de cette catégorie d'être alors même qu'il serait véritablement surdoué. Elle dit encore que pour un spécialiste de la question d'autant plus s'il est lui même surdoué, il suffit d'un entretien d'une heure pour reconnaître un surdoué de façon très évidente.

Mais je continue mes recherches sur la question.
Très bonne approche que de continuer tes recherches ; c'est la seule manière te permettant de te faire une idée précise de la chose toi-même.

Dans le passage cité, il y a quelque chose qui me chagrine : il est impossible de rater ou de réussir un test de QI, on ne rate pas une prise de sang non plus, ni une radio. Au pire, elle sera floue si l'opérateur s'y est mal pris.

Et c'est là, en effet, un risque quand on passe le test avec une personne peu au courant des spécificités de la douance et des facteurs pouvant intervenir dans la passation du test et biaiser le résultat. C'est pourquoi il ne faut pas passer ce test avec n'importe qui et dans n'importe quel état, comme j'ai déjà expliqué.

C'est en présence de ces facteurs pouvant impacter le résultat que l'avis personnel et l'expérience du psy prennent toute leur importance : le seul chiffre obtenu (si l'on en obtient un - il y a pas mal de cas où il est impossible de calculer un chiffre signifiant quelque chose) ne suffit pas plus que le seul avis du psy pour statuer sur la présence d'une douance, à moins que ledit chiffre se situe clairement au-delà des deux écarts-types.

Pour résumer : le seul moyen de produire un faux positif en passant le test serait de le réviser, ce qui est quasiment impossible parce que le contenu du vrai test ne se trouve pas sur internet - faudrait déjà assister aux cours sur la psychométrie en fac de psychologie, j'imagine. Par contre, il peut y avoir différentes raisons à l'origine d'un faux négatif, et c'est le travail du psy d'en tenir compte et de poser le diagnostic de douance quand le chiffre ne le permet pas.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)

Avatar du membre
Yniel
Messages : 562
Enregistré le : dim. 6 avr. 2014 22:05
Présentation : Présentation
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 41

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par Yniel » mar. 17 févr. 2015 12:30

Rebelle? a écrit : ...réussir un test de QI, vu la charge émotionnelle que cela suppose, est une vraie difficulté. Le risque étant de rater le test, donc d'exclure un surdoué de cette catégorie d'être alors même qu'il serait véritablement surdoué. Elle dit encore que pour un spécialiste de la question d'autant plus s'il est lui même surdoué, il suffit d'un entretien d'une heure pour reconnaître un surdoué de façon très évidente.
Le facteur stress est effectivement important : je n'ai jamais autant stressé que ce jour là. Et je stressais de stresser et que cela me fasse "rater" le test vu le prix, vu qu'on ne peut le repasser que deux après si l'on veut un résultat correct, et vu ce que cela signifiait de "rater" pour moi.
Je me suis quand même décidée à le passer parce qu'on ne peut rater le test. C'est certes difficile à comprendre avant, mais si l'on trouve un professionnel qui s'y connait (merci Mlle Rose :) ) il est parfaitement capable de passer outre le stress. Le résultat, même si la valeur chiffrée ne sera peut être pas exactement la bonne, le résultat (+ ou -) sera valable.
Par contre on peut le "rater" dans le sens où l'on n'a pas ce que l'on espérait (mais c'est quand même une réponse qui servira à comprendre ce que tu es) mais vaut il mieux se leurrer ?
Il faut simplement oser dire son ressentit, oser dire son malaise lors de la passation, et la personne en face s'adapte, fait des pauses si besoin,etc... met à l'aise.

La psy qui m'a fait passer le test, et qui a parfaitement l'habitude, aurait pu me dire dès le premier rdv qu'elle était sûre du résultat elle me l'avait laisser entendre pour me calmer. Mais elle ne l'a pas fait, m'a juste dit qu'elle pensait utile la passation. Je sais maintenant que si elle m'avait dit "pas la peine de passer le test pour moi c'est sûr vous en êtes" j'aurais été frustrée, j'aurais toujours remis sa parole en doute (déjà que même avec le résultat je doute !).
Le gros avantage du test c'est que l'on ne se met pas à douter au premier obstacle. Et puis que l'on peut du coup cibler ses points forts et faibles, avoir un bilan personnalisé pour essayer de cibler les raisons qui ont poussé aux difficultés que l'on a rencontré. Ce que l'on n'a pas avec juste un "c'est sur vous en êtes bienvenue au club".
Puis si besoin de rebondir sur les points mis en évidence pour avancer avec du concret.
« La vérité est recherchée pour elle-même. Et ceux qui sont engagés dans une quête du savoir par goût de la vérité ne sont pas intéressés par autre chose. La recherche de la vérité est difficile et la route qui y conduit est ardue... »

Alhazen

saliaskim
Messages : 131
Enregistré le : dim. 2 févr. 2014 21:14
Présentation : ici
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Âge : 35

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par saliaskim » mer. 25 mars 2015 23:46

Rebelle? a écrit :Bonjour,
Je relance le débat car je viens de voir une vidéo de Raymonde Hazan, psychologue psychanalyste spécialiste des surdoués, elle-même surdouée, qui affirme haut et fort qu'elle est contre les tests de QI.
Je vous laisse visionner la vidéo (elle ne dure que 10 min) :
https://www.youtube.com/watch?v=KsGfrt39-RY.
Mais je continue mes recherches sur la question.
Elle-même surdouée mais contre les tests... elle l'a raté et s'est autoproclamé ou elle ne l'a jamais passé ?
Pour moi ce topic est un non-sens. Pour définir un surdoué, qui est une personne aux capacités intellectuelles nettement supérieures à la norme, il faut le comparer à l'intelligence moyenne. Je ne vois pas comment on peut comparer sans mesurer à un moment ou à un autre. Peu importe la méthode, mais c'est certainement pas l'avis d'une vieille personne qui passe ses journées dans un canapé de juger à l'arrache sur tes capacités. D'autant plus si tu t'es convaincu au préalable que tu en étais en lisant doctissimo, et donc en recrachant les "symptômes" et autres traits caractéristiques que tu as appris la veille (ah, notre ami Barnum le bien connu).

Le stress, la peur de l'échec, l'auto-handicap sont pris en compte par le psy qui te fait passer le test. D'où l'importance de prendre une personne compétente et expérimentée. Si tu l'es, tu ne peux pas le rater, le test est extrêmement simple, ce n'est pas un devoir sur table de 4h avec une note sur 20

Avatar du membre
madeleine
Ninja Traductor
Messages : 3340
Enregistré le : jeu. 9 janv. 2014 10:16
Présentation : presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : clermont-ferrand
Âge : 51

Re: Peut-on se suffir du diagnostic clinique?

Message par madeleine » jeu. 26 mars 2015 11:29

C'est hors sujet, mais est-ce qu'un modo ou un jardinier compatissant pourrait, à ses heures perdues, corriger le titre de ce post, dont la rime en kéfir m'égratigne l'œil à chaque fois ?
Ze gro merki :)
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool

Répondre