Nous sommes le Dim 19 Nov 2017 20:42


Ce fameux bouton off

Cette section est ouverte à tous les membres : elle doit permettre un partage d'expériences autour des problématiques liées à la découverte de la douance.

Modérateur: Bradeck

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Zyghna » Sam 2 Jan 2016 10:34

En méditation, tu ne mets pas vraiment le cerveau sur "off", tu stoppes juste l'émergence des pensées à la conscience. Par contre, tu sens toujours les ondes du cerveau qui sont actives (un peu comme quand tu es sous l'eau et que tu sens les remous des vagues autour de toi, sans subir directement l'effet direct de la vague). Alors oui c'est reposant de pouvoir utiliser le silence intérieur, mais cela s'inscrit dans une démarche plus large que le seul but de mettre le cerveau sur "off".

Quand à twitter comme référence "sérieuse", cela me fait bien rire, autant citer wikipédia lol ;)
Amateurs de la consommation immédiate, facile et non critique, bonjour hihi!
"Il est inutile d'être parfait, il faut seulement s'engager et mettre ses actions en cohérence avec ses valeurs" Brené Brown
Avatar de l’utilisateur
Zyghna
 
Messages: 6800
Âge: 39
Enregistré le: Lun 27 Juin 2011 21:28
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar *Za* » Sam 9 Jan 2016 07:00

Je ne peux pas ne pas me sentir concernée par cette expression de "bouton off". Je reconnais que le terme est impropre ; il n'a rien de scientifique et sort de l'imagination de personnes qui ont subi, à un moment ou à un autre, la souffrance d'un trop-plein de pensées.
Mais sans l'avoir jamais utilisée, elle me parle, parce que je me souviens d'avoir plusieurs fois dit à mes parents, certains soirs (et en pleurant), que j'aurais voulu "arrêter mon cerveau". C'est comme ça que je le ressentais.

Là aussi bien sûr c'est trompeur, parce que je ne recherchais pas particulièrement à cesser toute pensée. Comme le dit Tournesol, il s'agit plutôt de retrouver un niveau acceptable, calme, et en fait propice au sommeil : dans mon cas, ce turbinage ne m'a jamais gênée que le soir, quand parfois il m'empêchait de dormir.

C'est seulement quand la machine s'emballe comme ça qu'on peut avoir envie que ça cesse. Ça n'a plus rien à voir avec la pensée un peu hyperactive mais agréable, qui donne l'impression d'être plusieurs à sauter de rocher en rocher au milieu d'un torrent.
C'est comme une surchauffe, et c'est difficilement supportable. Ça rappelle les moments où la fièvre est si forte qu'on commence à subir un déluge d'images et de sensations qui se succèdent beaucoup trop vite, qui donnent la nausée, qu'on ne parvient pas à maîtriser et qui finalement ne mènent nulle part : c'est angoissant, crispant, désespérant, ça donne l'impression d'un bug informatique - le contrôle n'est plus là, et on a furieusement envie de débrancher... juste pour rallumer en mode normal.

J'en ai été débarrassée pendant une bonne dizaine d'années, et puis récemment, c'est réapparu de manière très épisodique. J'ai l'impression que c'est l'écueil de mon retour volontaire vers mon mode naturel de pensée, que j'avais cherché à bâillonner depuis le collège. La face obscure de la Force :)

Ça m'arrive en général quand je suis fatiguée, quand la journée a été un peu barbante, ou qu'un nouveau problème agaçant, mais stimulant intellectuellement, est apparu. Comme avant, c'est uniquement le soir, une fois au lit.
Quand c'est le cas j'ai besoin d'aide, et je ne la demande plus à ma maman mais à mon conjoint !... En général, je le supplie de me parler d'un sujet autre, pas prise de tête mais suffisamment stimulant pour que je puisse m'y raccrocher, un peu comme si je sautais d'une rame de train prise de folie dans une autre un peu plus lente, parce que de sauter complètement serait inenvisageable. Les premières fois je lui ai carrément demandé de me raconter une histoire, parce que ça marchait quand j'étais petite... mais ça l'a un peu pris de court :D
Les massages, etc. :P , ne suffisent pas : je ne "suis plus là". J'ai l'impression d'être ballotée dans un siphon.

Matthieu a écrit:Ma question est donc la suivante, pourquoi n'acceptez-vous pas tout simplement cette chose et n'en tirer pas avantage au lieu de la subir ? [...] Je trouve que c'est un avantage extraordinaire, pas vous ?

Bref ! oui, bien sûr, c'est super de partir en tout sens. En général on en tire plein d'avantages. Mais comme tu l'as relevé, parfois ça cause de sacrés désagréments quand c'est poussé au paroxysme (surtout à un moment où on voudrait dormir). Et je t'assure que ce n'est pas parce qu'on essaye d'arrêter le flot. Ça arrive, c'est tout, et là vraiment, tu veux juste tout arrêter...

Je pense que la méditation pourrait être une aide idéale. J'y ai déjà pensé. Je travaille déjà sur la concentration (en cours de yoga), mais c'est difficile pour moi. Je sais que ce n'est qu'à un niveau bien plus élevé que je serai capable d'endiguer ça.
Zyghna a écrit:En méditation, tu ne mets pas vraiment le cerveau sur "off", tu stoppes juste l'émergence des pensées à la conscience.

"juste" ! :D ... un monde pour moi. C'est exactement ça, ce que j'attends du mal-nommé "bouton off".
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2708
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar sandrinef » Sam 9 Jan 2016 08:13

En général je ne me pose jamais la question de l'utilité d'appuyer sur un bouton "off".
Avant de m'intéresser à la douance et de savoir que j'étais surdouée, mon mode de pensée était pour moi LE mode de pensée de tout le monde.
Le décalage s'opérait dans la "manière" de penser et non dans la rapidité et le flux incessant de pensées.
Je tiens beaucoup à mon mode de pensée, si on me l'enlevait, je le vivrais moi aussi comme une amputation.
Car cela remplit bien mes journées, cela me nourrit et me permet aussi de trouver de bonnes solutions aux problèmes que je peux rencontrer dans la vie de tous les jours.
Car tout est envisagé, sans cesse, de multiples possibilités face à de multiples situations s'ouvrent à moi, et je peux ainsi avoir une vision très pointue des choses.
Mon mode de pensée ne me pèse pas, bien au contraire il est un atout sur lequel je m'appuie depuis toujours.
Probablement que cela a un côté sécure pour moi, dans la mesure où j'ai ainsi l'impression de pouvoir contrôler mon environnement...
Les moments où cela m'est pénible sont intrinsèquement liés à des émotions négatives, à des situations qui me contrarient profondément.
Dans ces moments-là, je suis littéralement envahie par le flot, avec une forte tendance à la rumination. Evidemment l'insomnie pointe le bout de son nez, et c'est parti pour un cycle de sommeil très perturbé.
Mais cela doit m'être nécessaire, car ensuite,après le tsunami émotionnel couplé au flux de pensée en vitesse TGV, la solution arrive.
Et même dans ces moments-là, même si je possédais un bouton "off", je pense que je ne l'utiliserais pas, parce qu'il en ressort toujours quelque chose de positif pour moi au final...
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain
Avatar de l’utilisateur
sandrinef
 
Messages: 1825
Images: 39
Âge: 40
Enregistré le: Jeu 15 Nov 2012 12:11
Localisation: Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar noway » Sam 9 Jan 2016 14:07

Je trouve ça vraiment super que ce flot de pensées soit si constructif pour vous. C'est aussi exprimé dans un autre topic par Mercador et Lego (entre autres). Pour moi ça n'a rien de constructif, je tourne en rond, ça m'empêche de dormir, ça m'agaçe. Je ne trouve pas plus de solutions qu'avant moulinage en fait. Du coup, comme j'ai l'impression que c'est ma vie entière qui ne tourne pas rond, ben je fais la gueule :^) Je suis super douée pour ça ! Sauf que c'est pas ma personnalité, moi j'adore faire rire les gens, mais bref...
sandrinef a écrit:mon mode de pensée était pour moi LE mode de pensée de tout le monde.
Pareil, et ça a été dit aussi dans le topic de Mercador "ah bon, y'a des gens qui arrivent à penser à RIEN!!" ça m'a bien fait rire.
sandrinef a écrit:Les moments où cela m'est pénible sont intrinsèquement liés à des émotions négatives, à des situations qui me contrarient profondément.

Ah tu soulèves un truc là....Jusque là je me disais qu'il fallait que je reflechisse à fond pour changer cette situation. Alors qu'en fait, à l'éclairage de ta phrase, peut-être que si de base je me sentais bien, je penserai plus "rose" ?
Bref, tout ça pour dire, z'avez bien de la chance ! (mode "jalouse" on ! :rofl: )
"bizarre", vous avez dit "bizarre"...comme c'est étrange"
Avatar de l’utilisateur
noway
 
Messages: 372
Enregistré le: Dim 28 Avr 2013 19:44
Localisation: à côté
Présentation: presentations/debut-une-esquisse-t3568.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar anto » Dim 14 Fév 2016 09:28

Ah ... Le fameux bouton "off" :)
Je l'ai cherché tout au long de ma vie de plein de manières différentes. J'avoue surtout dans des moments où mon cerveau/hypersensibilité/environnement personnel m'a conduit dans les tréfonds de mon être.
J'ai trouvé le mien hier (en même temps que j'ai pris conscience que le temps était venu de faire les tests!) :)
Je vais d'écrire ce que j'ai ressenti : un profond silence, le vide partout autour de moi, la sensation que quelchose en moi s'arrête, une forme de perte de contrôle, de l'apaisement. Ze court - circuit ;)
Je ne suis plus à dire "serait-ce une bonne ou mauvaise chose si...", pour moi (je ne suis pas dans votre tete) ce court - circuit est possible.
Je dirais une dernière chose en retour d'expérience, à vivre au moins une fois.
Le moyen que j'ai utilisé :
L'hypnose ericksonnienne.
Pour le reste je vous laisse faire bien sur ... et je suis disponible par message privé si question il y a. (Par exemple : aurais - tu le nom d'une hypno à qui je peux faire confiance anto?) ;)
En vous souhaitant de bonnes réflexions positives.
Ps : pour les curieux-septiques (hey je vous vois deja venir avoir l'impression de me voir venir ;) ) oui c'est une action désintéressé. Non je ne demande pas 3 euros de frais de mise en relation avec l'hypno ;)
anto
 
Messages: 6
Enregistré le: Mar 28 Juil 2015 13:32
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar *Za* » Jeu 18 Fév 2016 06:30

anto a écrit:Le moyen que j'ai utilisé :
L'hypnose ericksonnienne.
Pour le reste je vous laisse faire bien sur ... et je suis disponible par message privé si question il y a. (Par exemple : aurais - tu le nom d'une hypno à qui je peux faire confiance anto?) ;)
En vous souhaitant de bonnes réflexions positives.
Ps : pour les curieux-sceptiques (hey je vous vois deja venir avoir l'impression de me voir venir ;) ) oui c'est une action désintéressé. Non je ne demande pas 3 euros de frais de mise en relation avec l'hypno ;)

C'est gentil de prévenir, mais tu conviendras que ton message un peu laconique laisse une impression de simple publicité pour l'hypnose ou pour ton hypnothérapeute... ;)
Peut-être pourrais-tu développer un peu plus, par rapport au sujet initial ?
Il existe aussi un topic dédié à l'hypnose sur lequel tu pourras t'exprimer si tu le souhaites, ici.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2708
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar lost-in-translation » Jeu 31 Mar 2016 13:58

Bien que n'étant pas diag +, j'ai longtemps cherché ce bouton off comme vous. Et pour moi il n'existe pas.
Le tout c'est de savoir si ces pensées sont (pour schématiser) positives ou négatives. Si ça ne génère pas d'angoisse, pourquoi vouloir les arrêter ? C'est très stimulant au contraire et plaisant, je trouve, de ne pas avoir de limites imposées.
Le seul souci, c'est que ça peut épuiser l'entourage (c'est mon cas). Si vous avez des idées pour préserver vos proches, je suis toute ouie...
Avatar de l’utilisateur
lost-in-translation
 
Messages: 12
Âge: 30
Enregistré le: Sam 20 Fév 2016 11:45
Localisation: la tête loin dans les nuages
Profil: Diagnostic -
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar baptiste » Jeu 31 Mar 2016 18:03

J'ai toujours cherché ce bouton off aussi...

J'ai toujours eu du mal à trouver le sommeil, d'autan que dans les phases ou je cherche a m'endormir mon cerveau à une fâcheuse tendance à faire remonter les expériences négatives et à les faire tourner en boucle (et quand vous venez de vivre une rupture difficile et que vous entamez franchement la dépression c'est pas une bonne idée...).

J'ai eu souvent tendance à choisir la solution de facilité, une dose savamment calculée de vodka me permettais de dormir, certaines drogues de survivre la journée mais ce ne sont pas des solutions à long terme. Donc j'ai décidé de chercher à tirer partie de ma suractivité cérébrale.

Maintenant j'essaye d'orienter mon cerveau sur des activités productives (nouveaux protocoles, réflexion sur les aménagements du camion...). J'essaye aussi d'avoir une activité physique avant de me coucher (pompes, abdos, course a pied...) afin que mon corps soit suffisamment fatigué pour se mettre en mode dodo. Et si ça ne suffit pas une bonne tisane de grand mère arrive toujours à me faire dormir
A cause de mon mode de vie mon accès internet est sporadique donc pas de panique
baptiste
 
Messages: 162
Enregistré le: Mar 22 Mar 2016 23:38
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Léo » Jeu 31 Mar 2016 18:34

Off ? Je ne crois pas que l'on puisse arrêter de penser, y compris lors d'une méditation. Je suis loin d'être experte encore en la matière mais méditer, chose que je fais depuis quelques mois, permet de prendre du recul et d'observer les pensées comme autre chose et parfois c'est possible et certains jours, c'est pas le moment et tant pis; ça oscille, ça cille et ce : assis, debout, couché, en tuture, en regardant un film, en marchant etc etc. La pensée n'est pas une ligne, ni même un arbre mais un arbre peut faire penser à une ligne ou pas. On pense comme on peut et selon le moment c'est très variable. On peut construire une pensée pour raisonner et être concentré mais aussi pour rêver et laisser flotter... On peut se laisser envahir par des pensées anxiogènes et ne penser qu'à ça etc etc. Pas de schéma précis et pas vraiment de quoi arrêter quelque chose qui de toute façon arrive tout le temps. C'est là. On n'y peut rien.

On peut sans doute quelque chose sur l'intensité lorsque c'est désagréable. La pensée en elle-même n'est pas le problème mais plutôt la façon dont on reçoit/perçoit ce qui arrive et je crois que lorsqu'on dit que trop penser, c'est l'angoisse, c'est plutôt l'angoisse le problème, ce à quoi on pense et comment... Enfin, je ne sais pas mais d'après ma propre expérience, c'est ce que je pense...

Plus jeune, le flot me rendait malade, oui, c'est vrai, c'était usant, je savais pas quoi en faire. Fallait que je sois épuisée pour ne plus penser ou être envahie. J'arrivais pas toujours à organiser mes pensées et je dis pas que j'y arrive mieux maintenant d'ailleurs mais ça ne m'angoisse plus comme avant,heureusement... Je crois que c'était comme une grande excitation, énergie, agitation; en somme, beaucoup d'angoisse coincée. J'étais confrontée à cela en milieu scolaire notamment : comment "canaliser" (hum) tout ça pour expliquer quelque chose, comment raisonner sans oublier de tout dire, comment tout dire alors qu'on peut pas tout dire, comment ne pas oublier, comment ne pas se perdre en route alors qu'une phrase, un mot fait penser à autre chose... etc etc. Et j'ai commencé à écrire, peindre, dessiner... C'était tout à fait intéressant pour moi, dans ma façon de penser. Je rêvais d'un extracteur de pensées tiens... pas pour me vider la tête mais pour palper, comme si c'était une matière, la pensée et pas en perdre une miette... En gros, ce qui m'embête le plus, c'est pas tant de penser en continue mais plutôt l'impression que parfois, la pensée est perdue dès lors qu'on la parle... Je parle là des pensées "intéressantes"... je voudrais surtout pas un extracteur de mes pensées quand je fixe sur des choses en forme de creux.

Je suis encore régulièrement cueillie par la moulinette et le ruminant de la tête. En général, pour couper court, quand j'y arrive, je fais autre chose. Le bouton Off aurait/a son intérêt si la pensée génère trop d'angoisse mais penser c'est tellement de choses à la fois, même quand on s'en rend pas compte.

TourneLune a écrit:.Du coup, le bouton OFF, ce serait plutôt qu'un interrupteur, une sorte de variateur d'intensité que, dans l'idéal, on pourrait manier à convenance; et pas qu'à la baisse.


Bah voilà, j'aurais pas dit mieux.

:)

Cogito ergo sum ? :think:
"Soudain, la jeune fille, le plus tranquillement du monde, entreprit de se curer le nez avec les doigts." Witold Gombrovicz
Avatar de l’utilisateur
Léo
 
Messages: 392
Images: 0
Enregistré le: Lun 1 Avr 2013 18:50
Localisation: A l'ouest
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Halflife » Dim 17 Avr 2016 13:50

Bonjour,
un flot de pensées continu, de pensées désordonnées, fluctuantes... Le genre de détail qui empêche de dormir... Je connais. Adolescent, enfin collégien, j'ai été orienté vers la sophrologie par le chef d'établissement, suite à mauvaise gestion du stress et des émotions.
J'en ai tiré un enseignement: une pensée agréable, concentrée sur un seul lieu. Depuis j'utilise ce mantra (avec plus ou moins de succès j'avoue...) lorsque trop de pensées fourmillent.
Serait ce ma version du bouton off?
Toujours est il que je regrette de n'avoir pas poursuivi la sophrologie, qui je pense m'a fait beaucoup de bien!!!
Halflife
 
Messages: 9
Enregistré le: Mer 6 Avr 2016 15:53
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar soazic » Dim 17 Avr 2016 13:54

Le bouton off est particulièrement inefficace le dimanche!
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 1098
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar boucle d'or » Mer 1 Juin 2016 17:20

Perso je me suis déjà souvent posé la question. Et pour moi la méditation est plutôt inefficace dans les sens où c'est un moment seul au calme et mes idées m'envahissent. Par contre, je court circuite je laisse mon cerveau à ses occupations et moi aux miennes. Ça marche quand j'ai des activités des routines ou répétitives.
"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas les faire, c'est parce que nous n'osons pas les faire qu'elles sont difficiles." Sénèque
boucle d'or
 
Messages: 99
Âge: 36
Enregistré le: Ven 11 Fév 2011 22:24
Localisation: dans un bouquin!
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Doodle » Ven 3 Juin 2016 18:52

Peu importe ce qu'il fait, le bouton off, c'est celui qui arrête le truc qui pose problème. Du coup, ce n'est pas forcement le même pour tout le monde tout le temps, vu qu'indépendamment de la méthode, il ne visera pas le même résultat.

Je suis un peu emerdé à jouer les doctes. Disons que je suis passé par là, contraint et forcé. Un bouton ou autre chose, il a bien fallu trouver parce que ma santé physique en dépendait (heureusement pas de menace sur le mental). Du coup, depuis quelques années que je suis concrètement sur la question, des réponses j'en ai. Pour beaucoup, ce sont plus des pas de côté d'ailleurs (un probleme n'en ai bien souvent un que selon la façon dont on le pose). Bref, je suis emerdé d'en parler, parce que à la fois je voudrais aider, en même temps je le peux probablement puisque j'en ai quasiment fait mon métier, mais les mots sont assez nuls à transmettre quoi que ce soit en la matière, je ne me sens même pas capable IRL de m'occuper de plus d'une personne à la fois (alors s'adresser à la cantonade sur le net... mouais), et puis je ne veux pas d'une position de sachant (aussi trompeuse pour les autres que pour moi même).

Je dois bien pouvoir dire deux, trois trucs quand même. Ce n'est pas serieux, mais ça peut donner des idées.

(J'aime bien l'idée d'écrire des bêtises. Ca déculpabilise. Et puis dans le fond, les bêtises c'est comme les trucs justes : on en écrit rarement autant que ce qu'on croit.)

- Notre expérience passée et notre rationalité suffisent rarement à rendre compte des possibles. Ce qui paraît impossible à un moment, peut paraître très simple à un autre (... et vis versa, d'ailleurs). Oui, des vacances, c'est possible. Même quand on a l'impression d'en avoir jamais prises.
- Les pensées sont moins gênantes que ce qu'on en fait.
- La question du "bouton off" a été largement abordée au cours de l'histoire. Certains on fait profiter l'humanité de leurs découvertes. Je pense bien sûr aux pères du Yoga (Patanjali et compagnie), à Boudha, mais aussi Epicure, Zhuang Zi / Tchouang-Tseu (et une ribambelle de taoïstes), les traditions chamaniques, Erickson (inventeur de l'hypnose du même nom) et certainement d'autres (il y a des trucs dans le Tantra, les sports de glisse, les arts martiaux, etc... J'ignore volontairement médicaments / drogues, mais après tout il y a là aussi recherches et résultats)... Le seul hic: ce genre de truc se transmet souvent mal. Tout le monde en parle mais ce n'est pas pour ça que ça aide les autres (d'autant plus que nombreux sont ceux qui répètent sans comprendre ce qui leur a été enseigné, non sans se donner quand même le titre de Maître ou que sais-je). Mais avec un peu de chance on trouve des pistes qui font écho chez soi
- On peut penser à 3000 choses à la minute et s'en foutre. On peut penser une seule chose par minute et passer la minute entière esclave de cette idée.
- Le corps n'est pas fait que pour penser. Il fait plein d'autre trucs.
- Que fait-on quand on mobilise toute son énergie uniquement dans sa tête pendant une longue durée ? Que fais alors le reste du corps ?
- Réagir, agir, laisser faire. Tout ça est très différent. On souffre souvent de trop réagir. Et les réactions c'est précisément un truc dur à arrêter.
- Mon généraliste m'a vu arriver avec une hyper pression du liquide céphalo rachidien et une inflammation des deux nerfs optique. Il m'a dit : " Trop d'énergie en haut. Moi je viens de me mettre au taichi. "
- quand le corps travaille vraiment, les pensées ont parfois autre chose à foutre que de jouer au yoyo
- je ne crois pas qu'on ai jamais vu un animal sauvage cogiter à s'en faire mal au crâne... Sauf peut-être si sa vie en dépend.
- les routines ça ne marche que le temps que ça marche
- la méditation n'est pas la méditation (souvent juste sa mise en scène ou son invocation). Le Tao n'est pas le Tao... Ceci n'est pas une pipe (oups pardon, divagation façon Zhuang Zi sur le mode de mes racines belges)

Là, je cale. C'est tout ce qui me vient pour l'instant. N'hésitez pas pour les critiques. Faudrait pas laisser gonfler la baudruche. Berk ! :D :tmi:

Ah, oui. J'abonde dans le sens de Zyghna et aussi Anto. Et je comprends aussi les réticences de tout ceux qui craignent les charlatans. Gagner sa vie grâce aux souffrances des autres, c'est un peu spécial et ça ne draine pas que des gens bien.

(Autant je passe avec plaisir pas mal de temps à aider mes élèves, autant je suis bien content qu'ils viennent au départ pour apprendre à jouer à Kung-Fu Panda et non pour une thérapie ou la lumière divine.)

P.S. : Voilà, je m'étais promis de répondre à ce sujet, boulot oblige. Je ne suis bien évidemment pas satisfait du résultat. Mais au moins c'est fait (et maintenant c'est moi qui ait mal au crâne). :P
Echauffement : 2 3 5 7, 1 3 7 9,... pouf, pouf... 3 9 ,1 7, 1 3 7, 3 9, 1 7, 1 3 9, 3 9, 7. Et ça rime !
Avatar de l’utilisateur
Doodle
 
Messages: 373
Images: 51
Âge: 43
Enregistré le: Lun 21 Oct 2013 02:50
Localisation: Pas loin, ailleurs
Présentation: Un peu encombré
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Héloïse » Lun 20 Juin 2016 16:08

Arg, oui c'est sympa les heures passées jusqu'à l'impression de devenir folle tellement ça cogite. Chez moi c'est toujours lié à une émotion, plus elle est violente plus ça accélère. Quand elle est négative ça se transforme en rumination. Parfois ça prend tellement d'ampleur que je peux rester quatre ou cinq heures à tourner en rond...je me suis même tapée la tête contre un mur une fois :D. Plus rarement c'est grisant, le problème c'est que c'est souvent la nuit et que la surchauffe peut gâcher l'euphorie.

Comme vous j'ai désespérément cherché ce fameux bouton off, pour les pensées comme pour les émotions. Du coup ça a fini avec une espèce de dépersonnalisation, l'impression de ressentir et voir à travers un voile, tout était fade.

En méditant j'ai réussi à me reconnecter. Je comprends la suspicion qu'il peut y avoir vis à vis de la méditation, mais ce que dit Doodle me semble vrai (" la méditation n'est pas la méditation"). On peut mettre tellement de chose derrière ce terme. En tout cas la méditation de pleine conscience (qui est inspirée de la vraie méditation pure et dure à laquelle je ne connais pas grand chose si j'ai bien compris) ça marche pour moi. Méditer jour après jour de Christophe André m'a appris à faire le silence. Regarder et "laisser être" les pensées en se dés-identifiant d'elles fait qu'elles finissent par s'éteindre. Elles reviennent toujours mais peuvent me laisser tranquille de longues et merveilleuses minutes, et sont comme un rappel de l'importance de rester vigilant. Et cette gym du cerveau provoque des changements. J'arrive à faire la différence entre ruminer et réfléchir notamment. Sinon quand arrêter de penser est totalement impossible écrire permet de transformer les ruminations en réflexions ou de les calmer rapidement.
Je passe néanmoins de longues périodes sans méditer quand je me fais happer par les événements, mais au final la douleur mentale reviens alors je recommence.

A propos de la méditation (au sens très large) il y a un livre qui m'a beaucoup perturbé : le pouvoir du moment présent d'Eckhart Tolle. L'auteur est assez extrême dans sa manière de voir les choses (et le prix de ses séminaires laisse perplexe), ce n'est pas toujours très clair et bien écrit, certains de les amis l'ont détesté, moi aussi par moment (il n'en dit pas assez sur les aspects bénéfiques de la pensée). Mais une fois passé outre mon agacement ça m'a permis de ne plus voir ce que j'avais appris en lien avec la méditation comme un truc à faire de temps en temps, mais comme un mode de vie à appliquer là tout de suite maintenant. Et quand j'y arrive, je ne subis plus mes émotions et pensées et j'ai tellement d'énergie c'est incroyable, comme si tout ce que j'utilisais à tourner en rond ou partir dans tout les sens était de nouveau disponible.

La méditation-spiritualité-gymducerveau-ouchaispastropquoi c'est la seule voie que j'ai trouvé pour me sentir de mieux en mieux en profondeur. Sans ça je pense que j'aurais tout lâché car sinon je subis ma cervelle de déglinguée plus qu'autre chose (à part en soirée vers heures du mat' ou quand je mange du chocolat, là ça va mieux) :drunk:. Contrôler cette machine toute biscornue c'est pas une mince affaire... Après c'est peut-être une solution qui ne marche pas pour tout le monde.
Avatar de l’utilisateur
Héloïse
 
Messages: 9
Enregistré le: Ven 11 Déc 2015 13:50
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Miss souris » Lun 20 Juin 2016 18:28

+1 pour la méditation de pleine conscience, qui me permet itou de mettre les pensées à distance en les identifiant pour ce qu'elles sont, des pensées, pas des réalités ...bien pratique quand ce sont des horreurs !
mais +1 aussi pour dire que la méditation de pleine conscience, c'est comme la gym (du cerveau, donc) il faut en faire un peu tous les jours pour que ça crée des automatismes positifs dans la pensée de tous les jours.
Moi ça m'aide (2 mois de pratique-bouh que je suis une vieille sage... non Doodle, pas taper !- à raison de 20 ou 30 minutes par jour.) mais c'est pas facile (je ne pense pas atteindre la minute entière sans pensée : pas grave ! ça m'aide, je vous dis ...)
Et pareil qu'Héloïse, ça s'appelle méditer, mais c'est pas trop l'idée que je m'en faisais ...Plus accessible, en fait (voui je sais j'ai aussi dit que c'était pas facile. Les deux ne me paraissent pas incompatibles ...c'est difficile mais moins que ce que je pensais.)
Miss souris
 
Messages: 717
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Choupinne » Mar 21 Juin 2016 15:44

J'ai l'impression de dire n'imp au vu de vos précédent commentaires, mais je l'ai moi le boutton OFF : Il me suffit de me concentrer visuellement sur quelque chose. Pas juste regarder, mais se concentrer. En fait ça revient à rediriger l'activité cérébrale vers quelque chose de plus "physique". Ca peut être n'importe quoi, on s'en fiche, mais plutot quelque chose de statique je pense.

Autre exemple que j'ai en tête et qui va dans le même sens : j'ai pris récemment des cours de relaxation, ou notre psychomotricienne nous faisait nous concentrer sur nos sentations, nos muscles, nos points d'appuis sur le sol etc... C'est pas vraiment un bouton OFF dans le sens ou on "pense" a quelque chose (par exemple lorsque je suis debout, je pense aux différents points de contacts de mes pieds avec le sol, comment la pression évolue alors que je modifie mon équilibre en bougeant légèrement sur le coté etc...)

Comme dit précédemment, mis à part la mort cérébrale, le vrai bouton OFF n'existe pas. Mais est-ce que c'est vraiment un bouton OFF qui est intéressant dans cette problématique, ou plutôt simplement le fait de pouvoir calmer ses pensées, comme transformer une boite de nuit en église silencieuse (métaphore de merde, désolé).

En tout cas, je pense que le meilleur moyen de déconnecter ses pensées, c'est de ce concentrer sur quelque chose de simple. Et je vous invite tout particulièrement a vous intéresser (voir essayer via une psychomotricienne) aux techniques de relaxation.

Enfin, c'est peut-être hors sujet, mais je compte essayer bientôt la méditation pleine conscience, ou il s'agit la plutôt de laisser passer ses pensées, en les regardant d'un oeil extérieur, sans jugement. Ca peut avoir un effet similaire à la relaxation je pense.

EDIT : et voila, je suis un glandu, j'avais pas vu la deuxième page du topic :p Du coup ca fait un peu redite... Je suis nouveau, m'en veuillez pas ^^
"Il me fallait une bonne citation à mettre en signature, mais j'ai rien trouvé de sympa..."
- Choupinne
Avatar de l’utilisateur
Choupinne
 
Messages: 503
Enregistré le: Sam 18 Juin 2016 16:21
Localisation: Paris
Présentation: C'est par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar *Za* » Mar 21 Juin 2016 18:00

Choupinne a écrit:ou plutôt simplement le fait de pouvoir calmer ses pensées, comme transformer une boite de nuit en église silencieuse (métaphore de merde, désolé).

Ah mais non, la métaphore est très bien trouvée au contraire !
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2708
Images: 22
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar ziboulette » Mer 22 Juin 2016 07:06

Petit message matinal pour relancer le débat sous un autre angle que forcement la douance...
Ne pensez-vous pas que les hommes ont plus de dacilités à décrocher que les femmes?

Il me semble, à moi, que les hommes ont une meilleure capacité à se concentrer sur un seul sujet, alors que nous, les femmes, sommes plus volatiles et moins aptes à décrocher.

J'ai fait aussi de la relaxation...sans succès. Ça cogite, ça cogite... Et si j'essaie de me concentrer sur ma respiration ou les appuis de mon corps, c'est encore pire, ça me stresse, j'étouffe et ça me donne envie de bouger.

Donc homme/femme, qu'en pensez-vous?
ziboulette
 
Messages: 92
Enregistré le: Mar 19 Jan 2016 13:47
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar laurette » Mer 22 Juin 2016 12:12

Comme toi Ziboulette, j' ai tenté une approche de la relaxation...impossible! et plus je tente de me concentrer, plus ça m'énerve de n'y arriver qu'une seconde trente!! Je me fais la leçon à moi-même : " insiste, personne n'y arrive du premier coup, ça finira par marcher, cool, respire..." etc... mais rien n'y fait. Je n'ai pas dit mon dernier mot, mais je pense qu'il me faut des vraies conditions et un vrai professionnel pour m'aider...
Je parviens à "décrocher" un peu au Taï Chi, quelques minutes, mais c'est un simple transfert d'attention, la concentration se porte sur autre chose, c'est tout; mais ça continue de mouliner là-dedans...
En ce qui concerne les capacités masculines et/ou féminines...à décrocher, ou à réussir à calmer le "flot", je ne suis pas sûre qu'il y ait des différences. Le mode de pensée "arborescent"(pas sûr et apparemment pas complètement validé, donc avec les réserves d'usage..), est commun aux deux sexes, non?
Alors, chez les HP, la différence, si elle est avérée, serait amoindrie par ça...
Je connais quand même pas mal d'hommes qui cogitent en permanence... peut-être ont-ils une autre façon de le vivre, de le montrer, d'y accorder de l'importance?
Enfin, sur les capacités d'un homme à se concentrer sur une seule chose à la fois, j'ai lu (ou entendu..) qu'en fait il serait (notez l'emploi du conditionnel) vrai qu'un homme ne saurait pas faire 2 choses en même temps, contrairement à une femme:
un homme fera 2 choses en 10 mn, l'une après l'autre. Une femme fera les deux mêmes choses en même temps. en 10 mn. ;)
Je trouve que c'est un beau pied de nez! et ça me plait d'y croire!
Mon intelligence? elle va de là..................... à de là.
Avatar de l’utilisateur
laurette
 
Messages: 481
Âge: 47
Enregistré le: Mar 9 Juin 2015 13:48
Localisation: Droite dans mes bottes!
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=6357&e=0
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Miss souris » Mer 22 Juin 2016 12:48

Laurette : pour dépasser les trente secondes de concentration, mon truc c'est d'avoir choisi une application en anglais... ( j'ai remarqué il y a pas mal de temps que quand je lis en français mon esprit s'accroche très mal à la lecture, sauf livre ou scène exceptionnels, et que quand je lis en anglais comme ça m'est moins naturel je fais un effort, et je reste mieux dans le livre...du coup même tactique pour méditer)
Là j'ai une voix dans le casque' je me concentre pour comprendre ce qu'elle dit, et ça m'aide à me concentrer tout court.

Cela dit, déjà, je suis contente d'arriver à ne pas m'énerver quand ca marche pas( c'est à dire souvent !), quand j'ai envie de bouger, etc. La voix me dit que ça fait partie de la méditation d'accepter l'échec, et j'essaie de m'en persuader...

Bon après je comprends que pour un méditant pur et dur, un spécialiste ( un vrai un tatoué !) une application pour méditer ce soit un peu beaucoup light, mais de là d' où je pars je constate déjà de belles améliorations donc je continue...
Miss souris
 
Messages: 717
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar laurette » Mer 22 Juin 2016 13:03

Merci Miss souris pour le tuyau...C'est pas bête du tout... il faut que j'essaie!
Mon intelligence? elle va de là..................... à de là.
Avatar de l’utilisateur
laurette
 
Messages: 481
Âge: 47
Enregistré le: Mar 9 Juin 2015 13:48
Localisation: Droite dans mes bottes!
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=6357&e=0
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Miss souris » Mer 22 Juin 2016 13:18

Laurette : Si tu veux je t'envoie le lien de l'appli en MP (il y a des trucs gratuits, et d'autres payants, mais le gratuit donne une bonne idée du truc je trouve).
Miss souris
 
Messages: 717
Âge: 45
Enregistré le: Jeu 7 Jan 2016 16:20
Localisation: Les pieds au sud la tête à l'ouest ...
Présentation: presentations/miaou-une-nouvelle-plus-enfin-presque-une-nouvelle-pas-tres-legitime-t7027.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar Bradeck » Mer 22 Juin 2016 13:23

Offtopic :
ziboulette a écrit:Il me semble, à moi, que les hommes ont une meilleure capacité à se concentrer sur un seul sujet, alors que nous, les femmes, sommes plus volatiles et moins aptes à décrocher.


laurette a écrit:Enfin, sur les capacités d'un homme à se concentrer sur une seule chose à la fois, j'ai lu (ou entendu..) qu'en fait il serait (notez l'emploi du conditionnel) vrai qu'un homme ne saurait pas faire 2 choses en même temps, contrairement à une femme:un homme fera 2 choses en 10 mn, l'une après l'autre. Une femme fera les deux mêmes choses en même temps. en 10 mn. Je trouve que c'est un beau pied de nez! et ça me plait d'y croire!


Je vais vous dénoncer à la chronique du sexisme ordinaire :P

En tous les cas, vous m'aurez fait rire, et ce que j'aime beaucoup est le "Ca me plait d'y croire" de laurette, qui est adapté à tellement de situation (remerçions au passage notre ami le "biais de confirmation")

En fait, dans mon souvenir, il y a eu deux études différentes (voire certainement plusieurs), et l'une à donné, via le biais de confirmation, une "confirmation" de ce truc de "homme monotache, femme multitache".
- La première étude (américaine, pennsylvanie je crois) a montré que pour les mêmes activité, les connexions sont plus intra-hémispherique chez les hommes, et plutôt inter-hémisphérique chez les femmes. Et les chercheurs ont corrélé cela avec de meilleurs performances dans certains types de tâche, mais ne parlent pas de multi - mono tâche. Mais de mémoire pas mal de magazines en ont profité pour dire "la science le prouve, les femmes sont multi-tâches, et les hommes mono-tâches)
- Quasiment en même temps, à Stockholm, une expérience qui était justement de demander à des hommes et des femmes de faire du multitâche. Résultat: Aucune différence notable (mais rien ne dit comment fonctionnait leur cerveau à ce moment.)
Moralité: C'est plus une question de choix, et derrière certainement un biais culturel, qui impose cette image

PS: La vache, de HS est impressionnant de longueur...


Pour ne pas faire que du HS: Par rapport à la méditation, effectivement, cela s'apprends. Et cela ne vient pas à tout le monde en 30 secondes.
Cela a déjà été dit, mais effectivement se concentrer sur quelque chose, avant de "lâcher prise" est une bonne entrée en matière. Une entrée en matière courante est de se concentrer sur sa respiration, ce qui a des vertus autres (comme la cohérence cardiaque).
Ensuite, il faut tenter de devenir spectateur de ses pensées, de ne pas agir dessus. Plus facile à dire qu'à faire, mais comme pour beaucoup de choses: c'est en forgeant qu'on devient forgeron.
En raison du manque d’intérêt suscité, la journée de demain est annulée (Ministère du nihilisme)
Pour raison d'économies, la lumière du bout du tunnel va être éteinte (Ministère du budget)
Avatar de l’utilisateur
Bradeck
 
Messages: 1769
Images: 10
Âge: 47
Enregistré le: Sam 28 Juin 2014 00:25
Localisation: Brocéliande
Présentation: Houba houba hop!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar ziboulette » Mer 22 Juin 2016 16:38

Mais ce n'était pas un hs Bradeck ;)
On parle de bouton off sur ce post et non uniquement de méditation, non?
En l'occurrence je me demandais si les hommes n'y arrivaient pas mieux que les femmes, à débrancher un peu. Ce serait donc un compliment, donc pas de féminisme là dedans ;) ).
ziboulette
 
Messages: 92
Enregistré le: Mar 19 Jan 2016 13:47
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ce fameux bouton off

Messagepar laurette » Jeu 23 Juin 2016 10:41

Miss souris a écrit:Laurette : Si tu veux je t'envoie le lien de l'appli en MP (il y a des trucs gratuits, et d'autres payants, mais le gratuit donne une bonne idée du truc je trouve).

oui je veux bien; merci Miss!


Bradeck, tu m'as démasquée!! Mais aucun sexisme là-dedans, bien au contraire, j'adore taquiner les stéréotypes et idées reçues!

Pour la méditation, cela me parait presque un luxe inatteignable...
(on aurait le luxe, le calme et ...)
Mon intelligence? elle va de là..................... à de là.
Avatar de l’utilisateur
laurette
 
Messages: 481
Âge: 47
Enregistré le: Mar 9 Juin 2015 13:48
Localisation: Droite dans mes bottes!
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=6357&e=0
Profil: Bilan non concluant
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Là où l'on (se) pose des questions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités