Nous sommes le Sam 25 Fév 2017 21:45


Les dérives de la psychanalyse

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?

Modérateur: W4x

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Mei Run » Mar 6 Déc 2016 16:04

Chacoucas a écrit: Et là dedans, une bonne étude de texte n'a même pas besoin de séparer une approche stylistique 'une approche mythocritique ou psychanalytique (etc.). Chaque apport et compréhension se mélange assez naturellement au reste. Ce sont des outils comme compas, équerre, rapporteur, règle etc. pour étudier et reproduire une figure géométrique... Ca serait absurde de faire ça "que au compas" et 'opposer à "que à l'équerre": pis ça montrerait de terribles erreurs de fait :)


C'est un peu ce que j'ai tenté d'expliquer avec ma comparaison du Menuisier et sa "caisse à outils" quoi. Sauf que j'ai essayé de faire simple avec un vocabulaire ras-des-pâquerettes voire vulgaires, parce que j'ai pô le temps de taper de la pavasse en utilisant des périphrases pour exprimer ce qui va bien plus vite avec un simple "il passe pour un con" :vgeek:
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 744
Âge: 31
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Chacoucas » Mar 6 Déc 2016 16:49

Mea culpa, Mei ^^
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 921
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Maitresse Rita » Mar 6 Déc 2016 17:32

Mei Run a écrit:A mon sens, la psychanalyse est un outil comme un autre, parmi les autres, dans ta boîte à outil de professionnel, et tu devrais choisir en fonction du patient et de sa demande/problématique, l'outil adéquat pour l'aider au mieux.


Je suis entièrement d'accord avec ça.

Ce qui me frappe, que ce soit avec la psychanalyse ou avec une autre grille de lecture, c'est à quel point bon nombre de professionnels de l'humain ne comprennent pas les enjeux réels cachés derrière les situations professionnelles qu'ils vivent. C'est limite flippant. Des profs qui passent une carrière entière à avoir des chouchous et des boucs-émissaires sans voir que c'est du transfert et une faute professionnelle inadmissible, des médecins qui considèrent leurs patients comme des machines cassées à force de penser dans un système rationaliste forcené et des psys qui ne comprennent pas ce qu'est un symbole.

Dans mon jargon, on considère la multiréférentialité comme un pilier essentiel du métier d'éducateur. Parce que dans le tas des grilles de lecture disponibles, on finira bien par en trouver une qui sera pertinente ici et maintenant. Par exemple, je pense que les profs gagneraient à faire de la psycho de l'apprentissage ou de la socio des groupes, les médecins à faire de la philo de l'altérité, et les psychanalystes à accepter de penser le monde en-dehors du symbolisme, surtout si celui-ci est aussi mal compris que dans les exemples que tu donnes. Certains font cette démarche et d'autres malheureusement pas.

La pensée unique, à plus ou moins long terme, c'est toujours une source de connerie. Mais quand on intervient dans la vie des autres et qu'on a leur avenir entre les mains, cela devrait être obligatoire de se former perpétuellement et de se faire superviser par un professionnel multiréférencé. Ca éviterait bien des situations scandaleuses.
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 699
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar W4x » Mar 6 Déc 2016 17:53

En effet, et c'est ce que Chacoucas et Mei ont bien dit aussi... Ce qui me surprend c'est que depuis le temps que ces outils existent, on ait mis aussi longtemps à se rendre compte (et encore, c'est loin d'être généralisé) que le problème vient de l'utilisation et non de l'outil. C'est la même chose dans l'enseignement, où l'on n'aura jamais autant et aussi vite changé les pédagogies, avec pourtant des résultats peu probants. Parce qu'à mon avis, comme on dit dans l'informatique, le problème est en amont et vient de l'interface chaise-clavier ^^. Je pense que l'évolution des mentalités est aussi freinée par la situation de "supériorité" dans laquelle se trouve le soignant ou le formateur, rendant la remise en question bien moins acquise.
Ce n'est pas maintenant qu'il faut craindre de comprendre.
Avatar de l’utilisateur
W4x
 
Messages: 3013
Âge: 34
Enregistré le: Lun 21 Nov 2011 23:19
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar PointBlanc » Mar 6 Déc 2016 18:00

Sentiment de supériorité qui lui vient entre autres des outils qu'il a dans les mains et auxquels il est attaché comme à des emblèmes phalliques :)
Vous qui vivez qu'avez-vous fait de ces fortunes ?
Avatar de l’utilisateur
PointBlanc
 
Messages: 1033
Âge: 42
Enregistré le: Sam 7 Mar 2015 18:56
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Girlo » Mar 6 Déc 2016 18:23

Si je peux me permettre, j'ai appris une grande leçon grâce à ce forum, en lisant les messages de ces membres ;)
Il n'y a pas une seule façon d'interpréter les choses, il y en a plusieurs. Plusieurs qui sont correctes, plusieurs qui sont mauvaises, il y a de tout. Et ce qui permet de les distinguer, se nomme "logique".

La psychanalyse est un problème, car certains psychanalystes sont formés pour croire qu'il n'y a qu'une seule façon d'interpréter l'inconscient des gens, et c'est avec/par/pour le sexe !
Edit : suite du message modérée
Avatar de l’utilisateur
Girlo
 
Messages: 14
Âge: 22
Enregistré le: Sam 30 Avr 2016 16:53
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Fish » Mar 6 Déc 2016 19:40

Girlo, je ne connais pas grand chose à la psychanalyse, mais je rejoins le sentiment partagé par d'autres: tes interventions sont tellement tranchées qu'elles m'inspirent plus le rejet que l'intérêt.

Il y a eu plusieurs interventions pour dissocier la psychanalyse comme discipline, des psychanalystes. Ce n'est pas parce qu'il y a des charlatans que la psychanalyse est à rejeter dans son ensemble, et c'est vrai pour n'importe quel domaine. Il y a eu nombre de charlatans en science, et on n'en déduit pas qu'il faut refuser les sciences en bloc. Or tu continues de faire l'amalgame.

Bon bref, je me permet juste de donner mon avis avec un œil naïf et désintéressé: ce n'est pas en sortant des arguments coup-de-poing que tu vas convaincre. En tant que lecteur, l'avis que je me fais n'est pas une moyenne arithmétique des différentes interventions, et il ne suffit pas de verser dans l’exagération pour tirer cette moyenne dans la direction qu'on veut. Ça provoque même l'effet inverse.
Modifié en dernier par Modérator le Mer 7 Déc 2016 19:57, modifié 7 fois.
Raison: ménage du topic
Avatar de l’utilisateur
Fish
 
Messages: 157
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Livingstone » Mar 6 Déc 2016 19:45

W4x a écrit:Je pense que l'évolution des mentalités est aussi freinée par la situation de "supériorité" dans laquelle se trouve le soignant ou le formateur, rendant la remise en question bien moins acquise.
...le formateur inclut le formateur de formateurs, bien sûr.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 748
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar soazic » Mar 6 Déc 2016 23:20

Vu que ce débat m'affecte, et que c'est un signe que j'ai l'habitude d'écouter, je passe la main et vous laisse débattre :-)
Avatar de l’utilisateur
soazic
 
Messages: 981
Enregistré le: Mar 23 Aoû 2011 18:31
Présentation: presentations/presentation-t724.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar *Za* » Mer 7 Déc 2016 09:11

Pour ma part, j'ai vu des gens "subir" la psychanalyse.
Et d'autres qui s'en sont saisi pour avancer.

On va donc repartir de là :

Girlo a écrit:Il n'y a pas une seule façon d'interpréter les choses, il y en a plusieurs. Plusieurs qui sont correctes, plusieurs qui sont mauvaises, il y a de tout. Et ce qui permet de les distinguer, se nomme "logique".

La psychanalyse est un problème, car certains psychanalystes sont formés pour croire qu'il n'y a qu'une seule façon d'interpréter l'inconscient des gens, et c'est avec/par/pour le sexe !

En toute logique, on peut donc dire que le problème, c'est la formation de ces psychanalystes. "La psychanalyse" en elle-même ne forme pas des gens. Et il n'y a pas qu'une seule psychanalyse il me semble.

Ce qui est vrai, c'est qu'il y a en effet un problème de dogme dans la psychanalyse en France, et dans certains autres pays.
Ce qui est vrai aussi, c'est qu'heureusement le vent tourne, qu'un recul est pris, et qu'a priori on est en bonne voie pour cesser d'utiliser un marteau pour visser des trucs. Tard c'est vrai. Mais je crois qu'on est en bonne voie.
Je m'occupe notamment d'enfants autistes et je suis aussi en première ligne pour voir les dégâts que ça peut faire. Oui, ils sont réels, et surtout oui ils sont évitables. Et oui aussi, c'est révoltant et ça donne envie de gerber.
Maintenant, si on veux réfléchir avec logique, il faut aussi prendre du recul par rapport à nos affects et essayer de voir le problème sous d'autres angles.
Modifié en dernier par Modérator le Mer 7 Déc 2016 19:55, modifié 1 fois.
Raison: ménage du topic
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2475
Images: 21
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar lady space » Mer 7 Déc 2016 11:02

soazic a écrit:Vu que ce débat m'affecte, et que c'est un signe que j'ai l'habitude d'écouter, je passe la main et vous laisse débattre :-)


Merci soazic pour cette belle preuve de prise de recul !

Girlo a écrit:Il n'y a pas une seule façon d'interpréter les choses, il y en a plusieurs. Plusieurs qui sont correctes, plusieurs qui sont mauvaises, il y a de tout. Et ce qui permet de les distinguer, se nomme "logique".


Je ne pense pas qu'une approche binaire utilisant des jugements et oppositions de type "vrai/faux" ou "bien/mauvais" s'applique dans tout ce qui concerne l'humain.

Puis, pour procéder de manière logique, il convient de distinguer le volet émotionnel, le ressenti et ses effets de l'argumentation logique, factuelle.

Dans le cas présent, la logique permet de dire certaines choses, à savoir qu'une utilisation inappropriée de la psychanalyse peut faire de gros dégâts, que la psychanalyse est une approche parmi d'autres, qui a son utilité dans certains domaines et qui n'est pas du tout à sa place dans d'autres.

Ce qui pose problème n'est donc pas tant la psychanalyse en soi mais le manque de discernement avec lequel certains praticiens s'en servent, fût-ce la majorité d'entre eux, ce dont je ne sais rien. C'est en tout cas ce qui ressort des différentes interventions ci-dessus à mon avis.

Bien entendu, ce manque de discernement plus d'autres défauts en qualités humaines, telles la prise de recul, la bienveillance, le non-jugement et une certaine humilité, sont déplorables et peuvent avoir des conséquences dramatiques. Mais on ne les rencontre pas exclusivement chez les représentants du courant psychanalytique, ni chez tous ceux qui emploient la psychanalyse. Comme ces défauts peuvent se trouver chez n'importe quel être humain, ils ne constituent pas une condition suffisante pour invalider la psychanalyse. Autant détruire tous les couteaux parce que certains s'en servent pour tuer...

Après, rejeter en bloc, condamner la psychanalyse et tous ses praticiens est à mon sens juste le même excès à l'inverse, je n'y trouve pas de recul, ni de non-jugement, etc. non plus.

Est-ce que c'est en restant dans cette opposition de "tout psychanalytique vs. aucune psychanalyse" qu'on va réussir à faire avancer les choses ? Certainement pas.
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1913
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Mei Run » Mer 7 Déc 2016 13:54

Puisqu'on en parle...
De l'eau pour le moulin : http://www.allodocteurs.fr/maladies/cer ... 21012.html
"Twenty years from now you will be more disappointed by the things that you didn't do than by the ones you did do. So throw off the bowlines. Sail away from the safe harbor. Catch the trade winds in your sails. Explore. Dream. Discover."
Avatar de l’utilisateur
Mei Run
d'obédience britannique
 
Messages: 744
Âge: 31
Enregistré le: Mar 30 Sep 2014 19:11
Localisation: Âne & cie
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar madeleine » Mer 7 Déc 2016 19:10

Je suis également personnellement touchée par ce débat, auquel je ne peux ni ne veux participer rationnellement, étant entendu que chacun utilise la grille de lecture qui lui paraît pertinente. Je suis soulagée de savoir que les députés se sentent enfin concernés par les pratiques les plus déviantes et les moins utiles de ce courant de pensée.Dans la mesure où il s'agit de soin et de droit, il était temps.
On ne parle pas dans le cas de l'autisme de personnes qui choisiraient librement d'explorer leur esprit.
Quelle suite aura cette proposition de loi, voilà ce qui permettra de mesurer le poids que pèse encore le lobby d'une certaine psychanalyse - loin de celle de Traum ou Rita - en France.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2761
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar O'Rêve » Jeu 8 Déc 2016 17:34

Pour ma part, j’ai des clignotants qui s’allument quand je lis, entends le rejet d’un courant (ici la psychanalyse) dans son entièreté et je suis décontenancée par la violence, le rejet allant parfois jusqu’à la haine.
Comme beaucoup, je suis choquée par les dérives de certains psychanalystes (mais les dérives, elles n’existent pas que dans cette branche). Les dérives (sous couvert de rationalisme, études scientifiques) existent également. Et le bouclier « savant » qui légitime, la validité scientifique qui fait foi, énonce des vérités est parfois encore plus pernicieux.
L’ouverture, le doute, la remise en question permanente me semblent des garde-fous contre l’intolérance et les rejets hâtifs, et la détention d’une vérité.
A titre personnel, je ne suis pas une spécialiste de psychanalyse, je n’ai pas été accompagnée par des thérapeutes psychanalystes. Mais j’ai lu certains ouvrages que j’ai appréciés (et d’autres non). Je n’apprécie pas les jargons de cette discipline, qui peuvent la rendre trop souvent difficilement accessible.
Sinon, ce matin, j’ai écouté une partie de cette émission (qui rejoint tout à fait ce sujet).
https://www.franceinter.fr/emissions/le ... embre-2016
J’ai été touchée par le témoignage d’une maman (Sophie, je crois), qui évoquait la richesse d’une prise en charge multidisciplinaire de son enfant autiste (ergothérapeute, psychanalyse…)
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar Louise » Mar 17 Jan 2017 16:52

Ce sujet m'évoque plusieurs choses :

1 - je suis entrée en psycho avec ma vision transversale habituelle, et la violence des scissions dans les approches (on est loin des guéguerres de chapelle qui opposent les différents théoriciens, là on a vraiment passé le cran supérieur) m'a heurtée de plein fouet (comme quand j'ai accouché dis donc et qu'il fallait choisir un camp entre être POUR ou CONTRE l'allaitement). Ici c'est au point de devoir choisir une fac ou un master selon le courant, avoir des profs qui te saquent ou non... En plus j'en ai testé deux, un fac plutôt pro psychanalyse, et auj une fac plutôt anti-... la dérive dans la première est qu'on oublie à mon sens de replacer au niveau des cours le modèle psychanalytique dans un contexte critique (c'est enseigné comme UNE Vérité), dans la seconde la dérive est au niveau des élèves, je trouve les cours mesurés et critiques, mais les élèves moquent et dénigrent la psychanalyse (alors qu'au pire, c'est une approche historique à connaître car fondamentale)

2 - la scientificité ou non de la psychanalyse (article intéressant ET un peu rebutant ici : http://www.philosciences.com/Pss/philos ... ientifique )

3 - la place/nécessité/intérêt de la scientificité dans les approches thérapeutiques (= la clinique). (sur quels critères différencie-t-on un guignol d'un prêcheur d'une méthode valide et validée?)

4 - Sinon, ça m'évoque les cours sur Lacan, et je vous jure que des fois j'ai envie de crier KAMOULOX!

PS :
Les dérives (sous couvert de rationalisme, études scientifiques) existent également. Et le bouclier « savant » qui légitime, la validité scientifique qui fait foi, énonce des vérités est parfois encore plus pernicieux.
L’ouverture, le doute, la remise en question permanente me semblent des garde-fous contre l’intolérance et les rejets hâtifs, et la détention d’une vérité.
J'avoue ne pas comprendre, la démarche scientifique intègre, de base, le doute, la remise en question permanent et l'ouverture, ce sont ses fondations. La science n'énonce pas des vérités : elle propose des modèles, en les replaçant dans le contexte, avec le postulat de base, que ceux ci vont par NATURE être soumis à évolutions. Sinon, on est dans le domaine des croyances. (et ça n'est ni bien ni mal, c'est juste autre chose)
La science se repasse elle même au crible et fait régulièrement des mesures des biais qu'elle s'est elle même appliqué ou n'a pas mesuré :)

PS 2 :
Mais quand on intervient dans la vie des autres et qu'on a leur avenir entre les mains, cela devrait être obligatoire de se former perpétuellement et de se faire superviser par un professionnel multiréférencé. Ca éviterait bien des situations scandaleuses

AMEN
Avatar de l’utilisateur
Louise
 
Messages: 860
Âge: 39
Enregistré le: Mer 28 Mar 2012 07:43
Localisation: Somewhere over the rainbow
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Si vous avez une petite heure devant vous...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Les dérives de la psychanalyse

Messagepar O'Rêve » Mar 17 Jan 2017 18:14

J'avoue ne pas comprendre, la démarche scientifique intègre, de base, le doute, la remise en question permanent et l'ouverture, ce sont ses fondations. La science n'énonce pas des vérités : elle propose des modèles, en les replaçant dans le contexte, avec le postulat de base, que ceux ci vont par NATURE être soumis à évolutions.


Dans ce fil, j’ai pu avoir l’impression que le courant psychanalytique pouvait être rejeté dans son entièreté en raison des dérives de certains psychanalystes.
Je faisais juste un parallèle avec les dérives de la science : ce n’est pas parce que certaines personnes utilisent ou détournent des conclusions d’études (ou falsifient des études), ou leur font dire plus que ce qu’il y a à dire (et malheureusement, oui ces cas de figure et dérives existent), qu’on va rejeter la démarche scientifique dans son ensemble. (Alors pourquoi le faire avec la psychanalyse?)
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Questions de société et Débats Philosophiques

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Preuve ou pas preuve ?, Les risques ou les faits ?
par Pier Kirool » Jeu 7 Aoû 2014 10:40

Réponses: 4

Vus: 515

Dernier message par Maithril Voir le dernier message
Ven 8 Aoû 2014 09:43
Le rapport de l'humain avec les autres animaux
1, 2, 3, 4par sammbd » Mer 21 Nov 2012 01:04

Réponses: 75

Vus: 7029

Dernier message par Loups56 Voir le dernier message
Mar 24 Fév 2015 16:04
Rencontre avec les dieux
1, 2par Akhenaton » Jeu 27 Fév 2014 02:25

Réponses: 26

Vus: 2185

Dernier message par olivier-louis Voir le dernier message
Dim 6 Avr 2014 18:02
Quand les plafonds baissent
par romu » Mer 26 Aoû 2015 10:18

Réponses: 3

Vus: 405

Dernier message par Yniel Voir le dernier message
Ven 28 Aoû 2015 18:50
Sur les épaules de Darwin
par Zyghna » Sam 12 Nov 2011 11:20

Réponses: 9

Vus: 911

Dernier message par Zyghna Voir le dernier message
Mer 30 Nov 2011 16:00

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité