dissonnance cognitive

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?
Répondre
Zeus
Messages : 1406
Enregistré le : sam. 19 mars 2011 14:59
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON

dissonnance cognitive

Message par Zeus » ven. 4 nov. 2011 20:45

La dissonance cognitive est un concept de psychologie élaboré par Leon Festinger et présenté dans le livre L'Échec d'une prophétie publié en 1956 en collaboration avec Henry Riecken et Stanley Schachter.
Selon cette théorie, l'individu en présence de cognitions (« connaissances, opinions ou croyances sur l’environnement, sur soi ou sur son propre comportement » 2) incompatibles entre elles, éprouve un état de tension désagréable : c'est l'état de « dissonance cognitive ». Dès lors, cet individu mettra en œuvre des stratégies inconscientes visant à restaurer un équilibre cognitif. Ces stratégies sont appelées « modes de réduction de la dissonance cognitive ». L'une des stratégies pour réduire la dissonance cognitive consiste à modifier ses croyances, attitudes et connaissance pour les accorder avec la nouvelle cognition ; elle est appelée « processus de rationalisation ».

Certain renard gascon, d'autres disent normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille
Des raisins mыrs apparemment,
Et couverts d'une peau vermeille.
Le galand en eut fait volontiers un repas;
Mais comme il n'y pouvait point atteindre:
«Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats.»

On invente a posteriori les raisons de son choix (et les "valeurs" qui l'ont guidé) en fonction des circonstances et des actes dans lesquels on se trouve bien malgré soi plongé, notamment lorsque ce "choix" contredit partiellement ses valeurs antérieures.

Ca vous inspire ?

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: dissonnance cognitive

Message par Fabs le vaurien » ven. 4 nov. 2011 21:47

je connaissais les distorsions cognitives mais pas les dissonances.
Mais tu retrouves pas mal cà dans le champs des addictions.
souvent , on observe chez les toxicodependant, un déni face au professionnel de par la construction de croyances permissives..(cf, modèle cognitif de beck et coll) genre j arrête quand je veux ou un shoot ne me fera pas de mal...ou encore, j arrêterai lorsqu il y aura ceci oú cela.....

ce qui est troublant , c est que cà depasse la mauvaise fois, le sujet est convaincu de ce qu il avance..
au final à toutes épreuves, il aura une réponse intellectuelle et comportementale qui preservera le noyau central: l incapacité à se confronter au réel..

sinon, je pense que c est un réflexe présent chez beaucoup. moi le premier.
si on stagnait dans les conflits internes , sans disposer de filtres automatiques, y aurait de quoi virer maboule non?
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Avatar du membre
La Magicienne
Messages : 278
Enregistré le : lun. 10 oct. 2011 17:05
Localisation : Est
Âge : 45

Re: dissonnance cognitive

Message par La Magicienne » ven. 4 nov. 2011 21:54

Moi j’appelais ça autrement... je sais plus, si je retrouve je le mettrai dans un autre post.

Avatar du membre
Fabs le vaurien
Rang orange
Messages : 5591
Enregistré le : mer. 2 févr. 2011 22:20
Présentation : La première prez de l’histoire du forum
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : BZH
Âge : 39

Re: dissonnance cognitive

Message par Fabs le vaurien » ven. 4 nov. 2011 22:08

j imagine meme pas ce que cà donnerait si à chaque nouvelle donnée, on revisait totalement sa pensée..vraiment de quoi finir fou...à défaut de rendre les autres encore plus fous et désemparés.
Tout le monde peut se mettre en colère. Mais il est difficile de se mettre en colère pour des motifs valables et contre qui le mérite, au moment et durant le temps voulus. (Aristote, Ethique à Nicomaque).

Lobos
Messages : 6
Enregistré le : mer. 21 sept. 2011 10:49
Test : NON

Re: dissonnance cognitive

Message par Lobos » sam. 5 nov. 2011 00:41

Fabs le vaurien a écrit : ce qui est troublant , c est que cà depasse la mauvaise fois, le sujet est convaincu de ce qu il avance..
Une gymnastique intellectuelle qui s'appelle je crois l'escobarderie (vu dans un vieux dico de synonymes pour hypocrisie).

Avatar du membre
Cyrano
Chaînon Manquant
Messages : 4684
Enregistré le : mer. 25 mai 2011 11:25
Présentation :
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : Into the wild
Âge : 42

Re: dissonnance cognitive

Message par Cyrano » sam. 5 nov. 2011 07:54

Ho le petit dialogue intérieur qui tourne aux "petits arrangements avec soi-même". Je connais ça par cœur.
Je ne suis pas à l'aise. J'ai un truc à faire. Pendant des heures, je tourne, retourne, faut que je le fasse putain. Et d'un coup, telle l'illumination divine, la vierge apparaissant à une grand-mère socialiste, je trouve LA justification purement malhonnête, pour ne pas faire ce truc chiant comme un film de Guillaume Canet. Et le pire, c'est que je me sens mieux après, tout en sachant que c'est de la poudre aux yeux.
Fabs le vaurien a écrit : ce qui est troublant , c est que cà depasse la mauvaise fois, le sujet est convaincu de ce qu il avance..
au final à toutes épreuves, il aura une réponse intellectuelle et comportementale qui préservera le noyau central: l incapacité à se confronter au réel..
Bah ouais. Je me bagarre mon bon Monsieur. Parce que c'est la cause première de cette procrastination qui bouffe un peu ma life.

Stéphanie Bénard m'en a parlé, mais en utilisant d'autres termes encore, que je n'ai pas retenus.
On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être
ineptes.

Avatar du membre
La Magicienne
Messages : 278
Enregistré le : lun. 10 oct. 2011 17:05
Localisation : Est
Âge : 45

Re: dissonnance cognitive

Message par La Magicienne » sam. 5 nov. 2011 09:53

A je suis pas d'accord.
Ce n'est ni de la mauvaise foi, ni de l'hypocrisie. Enfin pas à tout les coups il me semble.
Parfois, l'enjeu n'est pas tel qu'il mérite d'être appelé ainsi (par ex. la mauvaise foi c'est juste si on discute du sujet avec qq et qu'on veut pas lui donner raison. certes c'est pas toujours conscient, mais en tout cas il faut être 2)
L'hypocrisie induit un gain important pour la personne à se comporter ainsi


Ne voyez vous pas des dissonances en vous ??

Avatar du membre
Lucifer
Messages : 35
Enregistré le : sam. 13 août 2011 12:25
Test : NON

Re: dissonnance cognitive

Message par Lucifer » mar. 8 nov. 2011 22:57

Oui je connais bien la dissonance cognitive. Et je suis tout à fait d'accord avec le fait que ça ne relève pas forcément de l'hypocrisie ou de la mauvaise foi. Sans même changer d'avis on peut parfois, suite à une situation sur laquelle on ne peut pas avoir d'impact, se trouver encore plus de raison du bien fondée de la situation.
Je dois déjà rappeler que j'essaye un maximun de voir le positif dans les évènements. Ainsi si une chose mauvaise s'est produite je me concentrerai sur le positif et je ferai en sorte de penser que là réside l'essentiel. Est-ce tricher que de vouloir avancer ?
Ensuite parfois lorsque j'aurai voulu une chose mais qu'une autre chose s'est produite, j'essaye encore une fois de voir le positif. Je change donc mon état de pensée, et je m'efforce (quoi que c'est souvent un mécanisme naturel) de croire que c'était la meilleure chose qui puisse arriver car telle chose m'auras permise d'apprendre telle chose.

Enfaite je crois que je change ma pensée de façon positif, au lieu de dénigrer la chose que je ne peux avoir (ceux qui peut-être est à l'origine du sentiment de jalousie), je me contente de voir ce que je peux retirer de la chose. Lorsque je ne peux avoir quelque chose déjà en général j'en fais pas tout un fromage, donc c'est difficile de savoir ce que j'aurai fait à la place de l'homme mourant de faim... en plus là c'est vraiment une situation extrême. En général je suis juste triste de ne pas avoir eu la chance d'avoir certaines choses (des consoles, des voyages etc. ...) mais je me dis qu'au moins j'ai la valeur de l'argent, que je sais qu'on peut vivre sans, qu'au moins je n'ai pas manqué de nourriture (justement =P) etc. ... Bref je relativise sans faire usage de la dissonance. C'est une bonne solution non ?

Relativisez-vous plus que vous ne dissonez ?
‎"Jésus-Christ désignent ses élus sous le nom de brebis. C'est pourtant l'espèce la plus stupide de toutes." Erasme ♥

horido

Re: dissonnance cognitive: exemple

Message par horido » ven. 11 mai 2012 04:12

Le concept de Festinger s'appuie notamment sur l'étude d'une secte millénariste dont les membres prévoyaient la fin du monde pour une date donnée. Lorsque cette date arriva et que rien ne se passa, les membres de la secte ne se remirent nullement en question et transformèrent leur croyance en considérant que la Terre avait été sauvée grâce à leurs prières et qu'il fallait donc continuer.

De même, les fumeurs relativisent souvent leur dépendance par le fait qu'« il faut bien mourir de quelque chose », ce qui leur permet d'accepter plus facilement le fait de savoir que le tabac est nuisible pour eux et leur entourage.
Dixit Wikipedia.

Avatar du membre
amalia
Messages : 985
Enregistré le : ven. 11 nov. 2011 12:11
Présentation : http://adulte-surdoue.fr/pres-equipe/bo ... t1011.html
Profil : Intéressé pour une personne de mon entourage
Test : NON
Localisation : Au sud de la banquise
Âge : 51

Re: dissonnance cognitive

Message par amalia » ven. 11 mai 2012 19:37

petit mélange au fil du post entre dissonance cognitive et processus de rationnalisation ;

la dissonance est ce qui cause un malaise, une situation inconfortable, du fait souvent de conflits de valeurs : par ex. ma fille se fait taper à l'école, on me propose de la changer de classe : ce qui la protège, mais qui va à l'encontre de mes valeurs : on ne cède pas devant la peur, et mon sens pointilleux de la justice ; j'ai accepté le changement de classe mais je suis en "dissonance cognitive"

je rationalise en cherchant à positiver comme cela a été expliqué : "tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" "elle va surmonter ça, elle est très forte,.." etc...

je change mon système de valeurs, pour que la situation devienne acceptable pour moi et ne génère pas colère, sentiment d'injustice, etc...bref pour que le malaise cesse ;

bon en réalité, je suis issue d'un croisement de teigne et de bouledogue, et je continue à foutre le randam...je suis en dissonance cognitive, je rationalise pour rendre la chose supportable pour ma fille, mais je ne rationalise pas pour moi ;

mais c'est sans doute parce que j'ai analysé la situation en terme de dissonance que je peux + facilement gérer le côté émotionnel et poser les termes du problèmes + simplement ;

c'est pour ça que c'est intéressant d'en parler ;-) pour aller + loin : http://www.psychologie-sociale.com/inde ... &Itemid=85

d'ailleurs, ça peut etre aussi "utilisé" par vous ou contre vous et ça peut etre subtil ; je me souviens d'une patiente qui se mettait souvent en colère contre une de ses collègues ; analyse faite, on a vu que sa collègue jouait sur le coté "personne ne m'aide" et culpabilisait inconsciemment ma patiente qui se trouvait en conflit de valeur entre son éducation "il faut aider" et son besoin de se protéger elle-même ;

du coup, on peut "s'amuser" à utiliser la culpabilisation pour obtenir des choses...mais ensuite, il faut arriver à garder une ligne éthique ;

finalement, ça me fait penser à "Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens" de Joule et beauvois, à lire absolument !
Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson.''Rebecca West

Avatar du membre
Tartempion
Messages : 551
Enregistré le : mer. 25 janv. 2017 13:33
Présentation : pour en savoir plus
Profil : En questionnement
Test : NON
Localisation : Tarn
Âge : 42

Re: dissonnance cognitive

Message par Tartempion » dim. 21 avr. 2019 21:20

Je sors ce sujet des profondeurs du forum pour vous parler d'une gêne que je viens de ressentir en voyant un film où une femme jouait un morceau au piano et que ses mains jouaient complètement autre chose.
Évidemment la majorité des spectateurs ne ressent pas cette dissonnance.
Je ressens également la même gêne quand pendant une émission, ils diffusent une voix française par dessus la voix originale (qui est forcément en accord avec le mouvement des lèvres).
De même quand je devine ce que l'acteur anglais prononce et que je constate que le doublage prend des libertés avec le texte original pour coller le plus possible avec le mouvement des lèvres.
Bref vive la VO quand je comprends la langue.
L'erreur est humaine, mais un véritable désastre nécessite un ordinateur.

Les systèmes de croyances créent des filtres à travers lesquels le chaos se résout en ordre. Frank Herbert

Avatar du membre
Charles Dodgson
Messages : 66
Enregistré le : mer. 3 avr. 2019 23:02
Profil : En questionnement
Test : NON

Re: dissonnance cognitive

Message par Charles Dodgson » lun. 22 avr. 2019 21:03

Tartempion a écrit :
dim. 21 avr. 2019 21:20
Je sors ce sujet des profondeurs du forum pour vous parler d'une gêne que je viens de ressentir en voyant un film où une femme jouait un morceau au piano et que ses mains jouaient complètement autre chose.
Évidemment la majorité des spectateurs ne ressent pas cette dissonnance.
Je ressens également la même gêne quand pendant une émission, ils diffusent une voix française par dessus la voix originale (qui est forcément en accord avec le mouvement des lèvres).
De même quand je devine ce que l'acteur anglais prononce et que je constate que le doublage prend des libertés avec le texte original pour coller le plus possible avec le mouvement des lèvres.
Bref vive la VO quand je comprends la langue.
Bonjour Tartempion,

Ce n'est pas cela la dissonance cognitive. La gène que tu ressent ne sera le moteur d'aucun changement d'attitude. Si éventuellement tu étais très attaché au film que tu regardes, que tu en avais fait la promotion auprès de tes amis, et que tu constates qu'en fait les point que tu relèves contrarient la perception de qualité que tu avais de ce film, alors tu aurais un petit conflit cognitif qui te conduirait à changer ton attitude, soit en te disant que les films de merde ont quand même un intérêt (et tu rationnalisera cette opinion) soit en te disant que tu as eu tort et que ce film ne mérite en fin de compte aucune promotion.
Autre exemple de dissonance cognitive : ce qui se passe pour certain contributeur au sujet "colapsologie"

C'est le mec qui roule en 4x4 et auquel le médecin annonce que sa petite fille est allergique à cause de la pollution. Il va avoir un conflit entre son amour de sa fille et son amour pour son 4x4. :D

CD

Avatar du membre
Grabote
Messages : 3522
Enregistré le : mar. 16 sept. 2014 20:08
Présentation : *
Profil : Diagnostic +
Test : WAIS
Localisation : dans un village
Âge : 50

Re: dissonnance cognitive

Message par Grabote » mar. 23 avr. 2019 23:03

Contenu caché
Vous devez être inscrit et connecté sur ce forum pour voir le contenu caché.
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. René char

Répondre