Nous sommes le Lun 23 Jan 2017 19:47


Chronique du sexisme ordinaire

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?

Modérateur: W4x

Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Sam 27 Fév 2016 09:55

Une tribune pour raconter les petits actes sexistes que vous observez dans votre comportement ou dans celui des autres.
L'idée n'est pas de se défouler émotionnellement, si besoin utilisez plutôt MonRde, mais plutôt de développer une attention sur le sujet.

Par sexisme j'entends "attitude discriminatoire adoptée en fonction du sexe de la personne"
à la différence de la définition du cnrtl "attitude discriminatoire adoptée à l'encontre du sexe opposé", car j'ai pu observer que l'on peut tout à fait avoir un comportement sexiste envers des personnes du même sexe que soi.

Mon intention n'est pas de stigmatiser ces comportements qu'il me semble que nous avons tous à un moment ou un autre,
mais justement d'augmenter notre conscience de la façon dont chacun.e participe subtilement à la reproduction d'une organisation sociale inégalitaire.


Je commence ;)

* Je me suis rendue compte que je suis, nettement, plus agréable, plus chaleureuse, plus valorisante, avec les copines de ma fille qui sont jolies . :1cache:
Celles que je préfère sont bien sur celles qui sont jolies et intelligentes !

* Je vais chercher deux personnes à la gare. Une femme et un homme qui se connaissent à peine et ont à peu près le même âge. Nous arrivons à la voiture et je suis saisie par la fluidité et l'évidence avec laquelle l'homme est monté devant et la femme derrière, d'un seul mouvement, sans qu'aucun mot ne soit échangé à ce sujet.
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Sam 27 Fév 2016 10:58

Cool :) j'en ajoute une ou deux comme ça:

"Quasiment impossible de parler de sexisme ou de féminisme sans me faire "traiter" (tout dépend du ton et de l'utilité dans le discours, là je parle bien de quelque chose visant à détruire la crédibilité, donc une insulte) à un moment donné de "mâle blanc cisgenre". Etrangement par les plus militant(e)s et les plus virulent(e)s (vir= viril(e)s , étymologie) contre l'injustice et l'exclusion..."

"J'ai plus facilement et volontiers des pensées sexuelles envers des individus de sexe féminin. C'est de l'exclusivité on peut dire. Mais selon les gens avec qui je parle apparemment c'est pas bien. Pourtant c'est plutôt des pensées connotées "bonnes intentions". C'est franchement pas simple des fois de savoir ce qui est supposé être respectueux ou pas. J'en arrive à croire qu'avoir des pensés sexuées c'est de la perversion. D'autant plus dérangeant quand la perversion est en fait réclamée en intimité... Je ressens ça aussi même sans pensée sexuelle quand je me fais engueuler pour avoir proposé de porter un sac lourd à une copine. Et que je me fais engueuler par quelqu'un d'autre pour ne pas avoir proposé."

"Ca finit par ne plus donner envie de parler aux filles. Ni aux mecs d'ailleurs. Personne semble comprendre sans devenir caricatural. De fait je me brime en fonction du sexe et de la situation. De la hiérarchie d'"appartenance" des individus à un autre individu aussi. Je suis encore moins à l'aise pour parler que je sais que ça va être interprété, la malpolitesse et l'individualisme egocentré sont plus faciles à gérer. Voire le sexisme évident plus facile que le non sexisme qui pourra franchement être très mal interprété."

"Je n'ai pas le droit de parler amicalement ou intellectuellement avec une fille sans qu'on pense que je veux la sexualiser. Et je n'ai pas non plus le droit de changer d'avis plus tard: dans la possibilité où l'échange a fini par être toléré, il semble foncièrement codifié."

"Je n'ai pas le droit de ne pas m'intéresser à une fille: invariablement je vais finir avec des appellations remettant en question mon sexe et ma sexualité par les gens qui auront décidé qu'elle devait m'intéresser. Ou éventuellement des critiques à la sienne.".

"Je n'ai pas le droit de traiter mes potes de la même façon et souvent en fonction de leur sexe: et ce qu'ils en disent peut vite devenir contradictoire".

"Je n'ai pas le droit de parler avec des enfants seuls. Ni trop leur parler en général dans la plupart des situations. Encore moins de les toucher. Ca peut s'étendre à la plupart des individus, bien que pour parler c'est en général plus simple avec des individus de sexe masculin. Dans l'idée on ne touche personne si on n'est pas une fille.".

"En gros au vu de n'importe quelle situation il semble que le fait que je sois un homme pose des interprétations de mes actes. Indépendamment de toute objectivité ou intention."
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar giratoire » Dim 28 Fév 2016 00:12

A ce sujet, une lecture en cours: "L'être et le genre" de Clotilde Leguil. Où justement, il est question de cette "vision" des/du sexe et du genre, avec un résumé des études sur la question, du point de vue d'une psychanalyste. Je suis navrée de ne pouvoir vous en livrer un résumé, rapport au fait que je ne comprends pas tout. De ce que j'ai capté, elle voudrait bien que la psychanalyse puisse s'emparer du genre, en l'incluant dans l'intime, là où Wittig, Butler ou Bourcier en ont fait un truc social, un combat (sorry pour le manque de fidélité, Clotilde, si tu nous écoutes).
Passionnant mais touffu.
giratoire
 
Messages: 101
Âge: 39
Enregistré le: Mer 5 Nov 2014 16:16
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Dim 28 Fév 2016 12:58

C'est dommage que tu ne te sentes pas de le résumer, en cherchant des résumés je n'en ai pas trouvé. Pourtant il y a surement des choses intéressantes. Et en effet, si Butler a mis le doigt sur des choses importantes, l'héritage transmis dans les milieux militants en revanche me parait souvent très éloigné de tout humanisme. On perd souvent de vue certaines notions basiques en continuant à penser "genre", même pour en combattre les effets ancestraux. Soit en prolongeant l'influence néfaste qui amène une division/injustice/inégalité sociale entre genres et entre individus, soit en considérant que tout ce qui est genré est mauvais, ce qui à mon avis faute de meilleures études sur l'humain est une hypothèse probablement erronée et purement politique. Et il semble que ce livre apporte des réflexions dans ce sens.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar TourneLune » Dim 28 Fév 2016 13:09

Personnellement, j'ai tjr du mal avec ce qui classifie tous les "a priori" dont on peut être victime sous la forme de mots en "isme".
D'un côté c'est bien de les mettre en évidence, de l'autre, en les plaçant sous la coupe de mots aussi forts, on crispe encore plus les choses il me semble. Au final, si on doit se demander en permanence si on est pas ..... iste [remplacez les pointillés par ce que vous voulez] à chaque fois qu'on fait ou dit quelque chose, on perd beaucoup en spontanéité et qui sait si on le devient pas encore plus, sans le vouloir...

Je trouve ta première anecdote assez rigolote, Grabote, non pas parce que tu es plus "attirée" par une petite fille qui est jolie, mais plus parce que j'y lis entre les lignes le fait qu'une fille "jolie" est plus fille qu'une autre.... Drôle d'idée en fait. Si ce n'est pas le cas pour toi, alors je ne comprends pas bien ce que cet exemple fait dans ce sujet, puisqu'il s'agit là de constater des comportements plus ou moins instinctifs, certes, mais non par rapport au sexe mais par rapport à l'apparence physique. ( y a des études à ce sujet il me semble, mais qui dépassent largement le cadre du rapport au sexe ou au genre, opposé ou pas.)
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11095
Images: 276
Âge: 37
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Judas Bricot » Dim 28 Fév 2016 13:40

Un article sur le "sexisme ordinaire" au cinéma...

Telerama
Avatar de l’utilisateur
Judas Bricot
 
Messages: 426
Enregistré le: Dim 7 Juin 2015 08:34
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar kalimeris » Dim 28 Fév 2016 19:29

Grabote a écrit:Je vais chercher deux personnes à la gare. Une femme et un homme qui se connaissent à peine et ont à peu près le même âge. Nous arrivons à la voiture et je suis saisie par la fluidité et l'évidence avec laquelle l'homme est monté devant et la femme derrière, d'un seul mouvement, sans qu'aucun mot ne soit échangé à ce sujet.

Peut-être se sont-ils mis d'accord avant... Une hypothèse improbable, mais cela m'est arrivé : lorsque je dois covoiturer, je demande toujours à être à l'arrière, peu importe le sexe de l'autre covoitureur, afin de ne pas me sentir obligée de parler avec le conducteur. Et puis, il y a le fait que les jambes des messieurs sont souvent plus longues que celles des dames, puisqu'ils sont plus grands, d'où la logique qu'ils soient devant afin d'avoir la place de mettre leurs jambes.

En parlant de covoiturage et pour continuer sur le sujet du topic : n'étant pas bavarde en voiture, mes covoitureurs me demandent souvent si je vais bien, et j'ai eu la remarque que je "ne cause pas" sur un avis, alors que mon compagnon, encore moins bavard que moi, n'a jamais eu de remarque, de question ou d'avis négatif sur le sujet...
Avatar de l’utilisateur
kalimeris
 
Messages: 554
Images: 7
Âge: 37
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 13:38
Localisation: à l'ouest
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Dim 28 Fév 2016 21:53

Offtopic :
Merci pour tes lignes d'aérations et tes énigmatiques guillemets Chacoucas ;)
Je profite de ce of pour te demander de m'expliquer ce que veut dire "cisgenre" ??


Je ne suis pas sûre de bien comprendre ton message, est ce que tu donnes des exemples de comment tu te sens victime de sexisme ?
Dans la définition du cnrtl il y'a une suite entre parenthèses : attitude discriminatoire ... (principalement par les hommes qui s'attribuent le meilleur rôle dans le couple et la société, aux dépens des femmes reléguées au second plan, exploitées comme objet de plaisir, etc.) et c'est aussi pour ça que je ne l'adopte pas.
Car j'ai bien souvent observé des comportements sexistes de femmes envers les hommes. Et je veux bien croire que dans les milieux féministes engagés et avertis sur" la question du genre" on puisse se sentir discriminé en tant qu' homme, vu que de nombreuses femmes militantes considèrent que les hommes sont les uniques responsables de la domination masculine.
Personnellement, en tant que femme, je trouve plus constructif de réfléchir à ce qui dans mon propre comportement participe et alimente cet état de fait, de domination masculine et de soumission féminine.
C'est l'intention de cette proposition.

Tournelune, euh, je ne suis pas "attirée", je suis plus agréable et sans doute plus indulgente, pas parce que la jolie fille est "plus fille", mais parce qu'elle est plus agréable à regarder et en effet parce que la beauté est quelque chose qui compte pour moi en général. Pourtant je n'ai pas du tout le même comportement flagrant avec les amis garçons de ma fille, pour lesquels je valorise d'autres qualités, comme l'humour et l'intelligence. (Et en y pensant, c'est pareil pour les adultes, je trouve pratiquement toutes mes amies belles, mais pas tous mes amis. J'en conclu que c'est un de mes critère de sélection pour les femmes, mais pas pour les hommes)
Pour moi, cela relève du sexisme parce que je participe à l'injonction de beauté féminine, et ce, d'autant plus que je suis la première à m'offusquer que (pratiquement) toutes les héroïnes sont (pratiquement) toujours qualifiées de belle avant toute chose. Et, ça m'arrache le clavier de l'écrire, mais je participe à la discrimination des filles qui ne sont pas "jolies".

Je pense à une autre anecdote vécue il y a peu :

* j'ai rendez-vous aux impôts pour résoudre une histoire pro un peu compliquée (vu que je ne rentre pas du tout dans les cases habituelles ^^). Quand j'arrive l'homme qui me reçoit et avec qui j'ai déjà parlé me dit texto "ma collègue qui est aussi accessoirement ma chef m'a dit que blablabli blablabla".
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Dim 28 Fév 2016 22:57

Offtopic :
J'en ai mis assez cette fois? ^^ Enigmatiques en fait, j'ai simplement interprété à la lecture tes étoiles comme des guillemets. En plus c'est des "extraits" de vie et de ressentis, donc pourquoi pas.

cisgenre, en gros ça veut dire "qui s'identifie à son sexe de naissance". Je suis xy (garçon) donc je me prends pour un garçon. Si je me prenais pour une fille je serais plutôt transgenre (on a créé "cisgenre" pour compléter "transgenre" à l'origine). J'avoue ne pas forcément considérer les limites entre les deux comme immuables, personnellement. Mais j'ai pas inventé le terme non plus ^^
Si on veut creuser, dans les rares (dans nos sociétés de ce coin du globe en tout cas) cas où un garçon né garçon a été considéré dès la naissance comme une fille, il me semble que le terme peut s'appliquer (si il se considère aussi comme une fille), je ne suis pas certain. La définition dirait oui mais la plupart des gens ne sont pas forcément au fait de cette subtilité donc l'emploi diffère surement.
Dans tous les cas ça ne désigne que l'identité genrée, pas les modifications physiologiques ou la sexualité.


Oui ce sont des observations personnelles, très généralistes j'en conviens. Mais bien inspirées par la pratique.
Pour ta remarque sur ce qui est de ne mentionner que nos propres sexismes, je ne me trouve pas spécialement hors sujet, pour deux raisons:
- Une attitude sociale et l'interprétation de comportements sont intimement liés à une culture, n'étant pas un enfant sauvage dans l'absolu, je ne peux que considérer mes interprétations et comportements en regard de ma culture, donc des comportements et codes sociaux de "mes pairs".
- Et puis dans chacune de ces idées, qui sont plus des observations brutes que des choses interprétées a posteriori, il s'agit bien de mon attitude et ma lecture des choses, qui participe d'un sexisme (à défaut de le créer, c'est le pendant de ma première raison, j'ai du mal à croire à la création d'une chose en société: on participe à des codes comportementaux plutôt).
Dans mon premier et mon dernier exemple ce ne sont pas forcément mes comportements directement que je mets en évidence, mais dans les autres je montre comment je participe à un traitement des sexes différents dans le quotidien.

La domination masculine et la soumission féminine par contre même si c'est un peu le contexte supposé, tu n'avais pas précisé dans "sexisme" :) mais encore une fois je pense que dans la pratique les choses sont suffisamment complexes pour tenir compte de tout "sexisme", sinon on retombe dans ce que tu observes: on tient les mâles pour responsables de cette domination. Ca fait une différence énorme dans l'approche. La différence entre la curiosité sociologique et la politique par exemple. Pour rester dans les choses en "isme" si je fais un lien avec le racisme on devrait voir ça comme plus évident.

Ton dernier exemple ne m'aurait pas choqué, j'aurais pu dire ça d'un mec. Collègue, et accessoirement boss, le sous entendu est possiblement marxiste, ou inspiré de ce genre de commentaires sur les classes dans le monde du travail. Et l'exemple de la voiture a plus de chances d'être un sexisme que de ne pas en être, mais je n'exclus pas une possibilité du type de celle que Kalimeris mentionne. Mes copines (les deux sens de "copine" sont valables ici) me font souvent monter à l'avant et faire la discussion pour rester peinardes à l'arrière :) Même si je ronchonne à l'idée. Accepter en soi me fait aussi participer au sexisme: de fait je n'accepterais pas systématiquement si c'était un gars qui me demandait ça. Ségrégation positive...
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Dim 28 Fév 2016 23:22

Merci pour tes explications :), (j'aime bien les guillemets)
je ne te pensais pas hors sujets, ni que tes exemples étaient trop généralistes, j'ai juste un peu de mal à te comprendre parfois, donc je voulais être sure de t'avoir suivi .
Chacoucas a écrit:Ton dernier exemple ne m'aurait pas choqué, j'aurais pu dire ça d'un mec.

Toi oui, mais là je peux t'assurer que c'était le mec qui n'assumait pas du tout cette situation devant une autre femme en tous cas, et sa "chef" ou "cheffe" ?? n'était pas beaucoup plus à l'aise !!

Concernant mon exemple de la voiture, en fait, euh, ils étaient pratiquement de la même taille ^^
mais peut être que j'ai pensé ça parce que c'est plutôt avec elle que j'avais envie de discuter ;)
bien que j'ai apprécié la conversation avec lui :mrgreen:
Ceci dit pour moi, c'est clair que c'est autre chose qui s'est joué à l'insu des protagonistes, mais bon peut être que je délire, que la place de devant n'est pas la meilleure place , ça ne serait pas la première fois :lol:

Chacoucas a écrit:La domination masculine et la soumission féminine par contre même si c'est un peu le contexte supposé, tu n'avais pas précisé dans "sexisme" :) mais encore une fois je pense que dans la pratique les choses sont suffisamment complexes pour tenir compte de tout "sexisme", sinon on retombe dans ce que tu observes: on tient les mâles pour responsables de cette domination. Ca fait une différence énorme dans l'approche. La différence entre la curiosité sociologique et la politique par exemple. Pour rester dans les choses en "isme" si je fais un lien avec le racisme on devrait voir ça comme plus évident.

+1
la définition du cnrtl est d'ailleurs incroyable de ce point de vue là, je croyais que c'était des gens sérieux ...
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar *Za* » Lun 29 Fév 2016 06:44

Par rapport à la préférence envers les plus jolies, je crois que ce n'est pas une question de sexe : on est naturellement attirés vers les personnes que l'on trouve belles, hommes ou femmes. Il en était question dans un article du blog Hacking Social (ou dans son bouquin), mais je ne parviens pas à remettre la main dessus ; parce que ça peut être une technique de comm' très efficace. C'est malheureux, mais pas particulièrement réservé à un genre, enfin à ma connaissance.
Et pour la voiture je suis assez d'accord avec Kaliméris : chaque couple a ses habitudes... ça dépend déjà des liens qu'on a chacun avec le conducteur, de notre appétence personnelle à la conversation, voire... du mal des transports (cf moi-même !)...

Mais bon pour me faire pardonner :lol: je vais me plier au jeu !! ;)

- Mon oncle, de passage à la maison il y a peu, s'adressant à moi alors que mon homme est au boulot :
"Za, t'as pas idée de là où seraient rangés les tournevis cruciformes ?", et devant mon levage incrédule de sourcils :
"Nan, t'en sais rien ?".
Et même après mon "mais tu me prends pour qui ??" (accompagné du tournevis souhaité, bien sûr)
"Ouais, c'est vrai, t'es la fille de mon frère" (= pas tout à fait une fille.......)

- Le mari de ma collègue, à table : il parle de son fils ado qui mangeait un peu n'importe comment et s'est mis à suivre avec succès les conseils en ligne d'un coach diététique + sport. Un autre collègue lui demande ce qu'il en était de sa fille de deux ans plus âgée :
"Nan mais C..., c'est une fille, elle mange comme une gonzesse !" (sur un ton vraiment "OSF").
"... et ça veut dire quoi, manger comme une gonzesse ?" (de Za en arrêt sur image, coudes sur la table et bouche pleine, les couverts à la main, le nez brusquement tiré de son -fameux- chili con carne).
Ça m'a surprise d'être la seule à vraiment réagir. Je n'ai pas eu la réponse à ma question, et honnêtement, je ne comprends toujours pas ce qu'il a voulu dire (les paris sont ouverts).
Je vais donc éviter d'extrapoler...
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2402
Images: 17
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Lun 29 Fév 2016 09:28

*Za* a écrit:on est naturellement attirés vers les personnes que l'on trouve belles

J'ai déjà répondu, mais bon, faut croire que je n'ai pas été convaincante .
En ce qui me concerne, dans la mesure où je suis attentive à ce sujet,
je considère que c'est du sexisme de ma part :
parce que je ne traite pas les filles et les garçons de la même façon,
et parce que j’exècre cette prédominance de l'injonction à la beauté pour les femmes.
Je rage d'y participer malgré moi.
Bien sur, depuis que je m'en suis rendue compte, j'essaye de rectifier le tir !!
Mais bon si vous dites que ce n'en est pas , je devrai peut être pas me prendre la tête plus que ça ! :shake:
(j'déconne, vous savez comment c'est, je suis convaincue de ce que je dis, du moins dans ce cas là :lol: )

*Za* a écrit:chaque couple a ses habitudes...

Vous ne lisez pas ce que j'écris ou quoi, ils ne se connaissaient pour ainsi dire pas !
Edit : ils n'étaient pas dans une relation de couple.
Je vous propose un petit jeu pour quand vous vous ennuierez dans les embouteillages :
comptez donc la répartition des places quand il y'a un homme et une femme, un homme et deux femmes, deux hommes et deux femmes ... et on se retrouve ici pour partager nos stats ! :lol:

Ça veut dire quoi OSF ?
On connait bien le "pleurer comme une gonzesse" mais manger ?? :nesaitpas:

* j'utilise bien plus souvent le mot con*ard que con*asse,
je suis pourtant persuadée qu'il y en a autant dans chaque catégorie !!
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Lun 29 Fév 2016 12:29

" j'utilise plus souvent le mot "pute" pour parler de types sans éthique ni considérations d'honnêteté, mais je l'utilise parfois aussi pour des femmes dans à peu près la même signification" (oui je sais, c'est mal, mais je trouve que ça sonne bien ^^ )

"Et "putain" comme interjection exprimant la surprise ou la déception" (prononcer puuuutiiiiiin, ou alors rajouter "merde" à la suite, scansion rapide et binaire)

Offtopic :
pour le cntrl, j'ai eu il n'y a pas longtemps une discussion avec un pote sur le mot "art", en proposant une définition personnelle, puis on a comparé avec le cntrl. De fait la plupart de leurs définitions semblaient extrêmement dangereuses idéologiquement... Dans quelle mesure c'est important je ne sais pas, mais il ne faut pas se fier à leurs définitions comme des "idéaux" plutôt comme un reflet des idées courantes dans divers cercles (intellectualisés ou pas, sachant que les moins intellectualisés sont pas forcément les pires...). leur qualité est surtout de faire de longs articles avec une certaine variété de définitions, probablement pas toujours exhaustives et dénuées d'orientation.


Pour les filles plus jolies... peut être ça aurait plus de pertinence dans la bouche d'un homme qui parle de sélection de partenaires sexuelles? Ou qui suggère qu'une fille "pas féminine" n'en est pas une? Mais si jamais on aurait un nouveau témoignage de sexisme: ce que dit un homme est différent de ce que dit une femme. Donc je pencherais pour trouver la remarque de Grabote assez intelligente même si c'est pas simple à expliquer (de fait il y a de nombreuses positions consensuelles pas toutes compatibles entre elles, donc on finit vite par se contredire ou se décrédibiliser en ne citant que des comportements extrêmes si on tente d'expliquer... Pourtant le fait initial reste là et il y a bien certains préjugés en ce sens à de nombreux niveaux).

Offtopic :
Ici je fais un lien rapide avec "manger comme une gonzesse", je l'ai entendu dans deux sens opposés: soit manger du bout de la cuillère en laissant presque tout dans l'assiette, référence à la mode et au culte de la privation, soit dans le sens manque de discipline et de "raisonnabilité" dans la consommation (je l'ai aussi entendu par des filles à propos de mecs "manger comme un mec" = avaler n'importe quoi, n'importe comment, en grande quantité. J'ai aussi entendu dans le sens "capricieux"...). On a affaire justement je crois à un "produit" un peu artificiel du raisonnement genré: l'autre genre fait forcément n'importe quoi.


Que ça soit valable pour les hommes, bien sur. Et on retrouve des consensus très variés. Personnellement cheveux longs et barbe me semblent plus virils que crâne rasé et peau imberbe, à quoi de nombreux individus me répondent que ce n'est pas de la virilité mais de la saleté... Et on trouve bien au final cette idée que les filles qui jouent dans la boue sont des garçons manqués... Comme les commentaires sur la "féminisation" des hommes qui s'épilent et participent au marché, surtout dans les domaines textiles et cosmétiques.

Une discussion avec le même pote que pour l'art avait donné cette idée: la cible primordiale de la publicité est la femme, elle est le moteur de consommation du foyer. Féminiser les hommes amène donc à élargir cette cible à tout le foyer (l'homme après l'enfant). Et pour cette progression rhétorique, on passe par le consumérisme typiquement féminin, appuyé naturellement par la femme dans le couple.

Je n'ai rien trouvé de solide à argumenter contre ça. Vous en pensez quoi? C'est quotidien, et on nage en plein dans des dynamiques genrées et sexistes.

Edit: j'en profite pour répondre à l'avance à "mais c'est quoi cette absurdité, mon homme dépense plus que moi": je consomme en effet plus que mes copines en général, mais pour avoir eu une copine marketeuse elle m'a bien fait comprendre que j'étais un monstre pour le marketing: ce sont des produits très ciblés et liés à une utilité plus que des produits courants sur lesquels on peut agir avec les outils marketing habituels qui m'intéressent vraiment. La cible de la publicité reste donc (traditionnellement et on tente d'élargir) la femme.
Ca soulève pour moi une autre question, puisque le consensus des cultures tend souvent vers "éduquer la fille à la frustration": est ce qu'il y a corrélation entre ces deux conditionnements? causalité? à quels niveaux?
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Lun 29 Fév 2016 12:59

* oh oui p....n, je l'utilise sans cesse à mon "corps défendant", :lol:
c'est sexiste et en plus c'est prostituophobe (Chacoucas un vrai mot pour désigner ça ?)
Alors que je ne méprise pas du tout les prostitué.e.s, je pense au contraire qu'elles remplissent (malheureusement) une fonction sociale très importante et qu'il est scandaleux et hypocrite qu'elles et ils soient à ce point marginalisé.e.s et précarisé.e.s.

À ce sujet connaissez vous le très beau documentaire de Jean-Michel Carré "Les travailleu(r)ses du Sexe" ?
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Lun 29 Fév 2016 13:13

Comme j'aime bien les néologismes improvisés, prostituophobie me semble parfait :) sur google ça donne une seule autre occurence sur le site de brigitte lahaie, entre guillemets. Un mot commence comme ça je crois ;) Je n'en connais pas d'autre.

Si la définition de la prostitution c'est satisfaire les besoins ou envies d'un individu contre rétribution en service ou matériel (quand on parle de "prostitution domestique", on va vers cette définition je crois) eh bien la prostitution est le fondement idéologique de notre économie. Dans une société qui ne se définit en gros que par l'économie... :) ça va loin hein? De quoi être prostituophobe sans le savoir :lol:
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Coralie352 » Lun 29 Fév 2016 13:52

J'ai trouvé dans mon dico vieux de plus de 20 ans :
Cypridophobie : Phobie des Prostituées

Ca correspond pas tout à fait, mais bon...
"Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety."
Benjamin Franklin, 1755
Avatar de l’utilisateur
Coralie352
 
Messages: 710
Images: 13
Âge: 45
Enregistré le: Dim 20 Sep 2015 16:01
Localisation: 49.61132 ; 6.12934
Présentation: La Patte blanche ? C'est par ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Lun 29 Fév 2016 14:00

:o p....n :$
Cypride de Cypris " Un des noms chypriote de la déesse grecque Aphrodite " (wikipédia)
(c'est quelle édition ton dico ???)
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar kalimeris » Lun 29 Fév 2016 14:12

Je ne sais pas si c'est du sexisme, mais il y a eu aussi cette discussion à la pharmacie où le pharmacien me dit qu'on ne donne des patchs anesthésiants qu'aux bébés, je lui explique la bélonéphobie, et puis il termine par "ma petite [mon prénom]". Je n'ai pas du tout apprécié, j'avais envie de dire "je ne suis pas votre petite [mon prénom]", mais je n'ai rien dit de peur que l'échange désagréable se poursuive.

A propos des contraintes de genres, je trouve très triste que les hommes se privent de porter des couleurs autres que le noir, le gris, le marron. Les boutiques ou rayons de vêtements pour hommes sont révélateurs : il n'y a que peu de couleurs comparé à ceux des femmes.
Avatar de l’utilisateur
kalimeris
 
Messages: 554
Images: 7
Âge: 37
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 13:38
Localisation: à l'ouest
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Lun 29 Fév 2016 14:41

C'est amusant, parce que je n'avais pas fait le lien avec les fringues homme ou femme, mais en effet ce goût du marron/gris/noir m'horripile depuis que je suis de retour en Europe. Et je ne trouve plus de fringues qui m'attirent non plus.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar *Za* » Lun 29 Fév 2016 14:45

@Grabote : oui pardon, j'ai été assez brouillonne ce matin :$

Pour OSF, c'était pour on s'en fout, mais j'ai oublié le E :D
En tout cas, j'ai trouvé ça assez méprisant... et s'agissant de sa propre fille... mbref.

Par rapport à la beauté, je voulais dire, en fait, que ce mécanisme est normalement à l’œuvre de façon inconsciente quelle que soit la personne. Peut-être que pour les garçons, tu en es juste moins consciente. Tu vas peut-être juger un garçon "drôle" ou "intelligent", mais que c'est en réalité sa beauté qui t'aura soufflé ces prétendues qualités (ou renforcé celles qui étaient présentes) - apparemment, c'est assez courant. Mais effectivement, c'est pas cool pour les amies de ta fille !

Pour la voiture, vraiment, partant d'un seul exemple je crois qu'on ne peut rien conclure, il y a trop de paramètres qui rentrent en jeu.
Par contre, comme tu le dis, l'observation d'une grande quantité de voitures nous donne bien plus d'éléments :) et je pense que c'est éloquent...
Ça me fait d'ailleurs revenir sur ces deux rôles "caricaturaux" auxquels hommes et femmes sont souvent reliés : l'homme qui est aux commandes et se remonte les manches, et la femme qui se laisse porter - mais qui ne choisit pas. NB : dans d'autre situations de la vie, ces rôles pourront être inversés.
Les deux côtés pâtissent de ces stéréotypes moisis. Hommes comme femmes ont a subir le sexisme, même si malheureusement les femmes le vivent souvent de manière plus violente et plus restrictive envers leurs droits, leur liberté et leur indépendance.

Je pense alors à une autre remarque que j'ai eu récemment de la part d'une collègue.
Pendant les vacances, avec mon homme, on a fait des photos dans un vieux taxi-vélo comme on en trouve dans beaucoup de pays africains et asiatiques. On a échangé de place entre le conducteur et le "client", pour en faire plusieurs.
Et pour le nouvel an j'ai posté sur FB celle ou je conduisais le vélo, parce qu'on était plus marrants, moins sérieux dessus.

J'ai eu droit à des commentaires amusés sur ce "parti pris", parité nanana, comme quoi c'est l'homme qui doit conduire, nanana... bon, OK, c'était pour rire, enfin quand même, je n'imaginais pas que ça ressortirait à ce point, et c'était vraiment sur l'homme/la femme et non sur nos masses respectives (ce qui aurait été plus logique en fait). Et puis dans les commentaires, j'ai posté la photo inverse du coup.
Ma collègue : "moi je préfère celle-ci, c'est mon petit côté féministe"
Moi : "En quoi c'est féministe de rester à l'arrière ???"
Ma collègue : "J'aime voir les hommes souffrir pour moi !! ;)"

:nesaitpas: OK, bon, je m'incline. J'ai ajouté que si c'était ça le féminisme, je comprenais que ça patine.
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2402
Images: 17
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Lun 29 Fév 2016 15:12

:rofl:
Super exemple ^^ surtout que c'est assez démonstrateur de ne plus considérer que le côté homme/femme dans un truc pareil. Et même si on regardait l'aspect "masses laborieuses/masses oisives" on en resterait à ce qui est évident: on a des grilles de lecture et notre plus gros ennemi c'est justement ces grilles de lecture, qu'on remplace par de nouvelles plutôt que d'en questionner la démarche.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Daysofwonder » Lun 29 Fév 2016 15:15

Pas plus tard que ce matin, j'ai dit à ma copine: "Hééé t'as vu qui a reçu l'Oscar d..." et j'ai été coupée par "ouiiiii DiCaprio l'a eu!!!" J'allais terminer: "de la meilleure actrice?". Réponse: "Ah bah non je ne sais pas...". J'avoue avoir fait exprès, je ne connais absolument pas cette actrice :D Mais globalement ça m'enrage de voir à quel point les acteurs, réalisateurs, sportifs sont encensés par rapport à leurs homologues féminines. Tout le monde connaît Messi, qui connaît Marta? Tout le monde connaît DiCaprio, mais qui connaît Brie Larson? Alors ok là nous avons un cas un peu spécial concernant Leo, mais il y a également de très grandes actrices qui n'ont jamais obtenu d'Oscar et pourtant le monde du net et des medias ne s'en offusque pas autant... (pour étayer mon propos, j'ai tapé "Actrices qui n'ont jamais eu d'oscar", je suis tombée sur ces "20 stars qui n'ont jamais eu d'oscar" et il n'y avait qu'une seule femme, Sigourney Weaver!!!).

Je parle ici de notoriété, mais on peut très bien parler de salaire évidemment...

Bon ok je sombre un peu dans le féminisme, pas sûre que je sois très bien dans le thème, mais tout de même!

kalimeris: oh bah oui c'est du sexisme, si tu avais été un homme ton pharmacien n'aurait jamais dit "mon petit" :D
Avatar de l’utilisateur
Daysofwonder
 
Messages: 237
Âge: 30
Enregistré le: Ven 7 Nov 2014 18:20
Localisation: Suisse
Présentation: ici
Profil: En questionnement
Test: MENSA

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Napirisha » Lun 29 Fév 2016 15:47

un article sur ma ville a écrit:Enfin, vous pouvez simplement vous promenez dans la ville et découvrir le quartier historique, et pour les femmes, vous trouverez de nombreuses boutiques pour pouvoir faire des emplettes et ramener des souvenirs de votre séjour


De toutes façons, pour les messieurs, c'est tout en gris et noir, ils n'ont pas besoin de faire du shopping ^^

(Pour se rassurer, les stéréotypes ne l'emportent pas toujours : ma nièce et son meilleur copain, 4 ans, ont décidé de porter des déguisements qui vont ensemble pour le carnaval. Lui en chevalier, bien sûr. Et elle, en chevalière!)
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1496
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Armie » Lun 29 Fév 2016 17:01

Certaines recherches en psychologie sociale ont montré que l'activation des stéréotypes sociaux peut se faire à notre insu, que l'on y adhère ou non.

Je ne suis pas très fière d'en avoir fait moi-même l'expérience...

Réunion de lancement d'un projet, plein de gens importants, tour de table de présentation.
Je réalise par la surprise ressentie, en entendant cette jolie et plutôt jeune femme impeccablement apprêtée se présenter comme directrice de recherche en [domaine d'excellence] du laboratoire de [organisme de recherche réputé], que je l'avais inconsciemment étiquetée comme la "barbie de la compta ou du marketing, sans doute"... Enfonçant le clou de mon préjugé crasse: son collègue, cinquantenaire ("son boss, évidemment") se présentant comme... et bien, venant avec sa chef!

Damned, moi qui remarque régulièrement l'infériorité numérique des femmes dans les réunions de décideurs, qui pousse à la parité dans les panels d'experts, qui déteste les injonctions sur la plastique ou l'apparence...

Telle est prise qui croyait prendre! :o
Avatar de l’utilisateur
Armie
 
Messages: 520
Âge: 32
Enregistré le: Jeu 11 Déc 2014 14:39
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Questions de société et Débats Philosophiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités