Nous sommes le Sam 21 Jan 2017 03:06


Chronique du sexisme ordinaire

l'Humanité, L'Existence, la Métaphysique, la Guerre, la Religion, le Bien, le Mal, la Morale, le Monde, l'Etre, le Non-Etre... Pourquoi, Comment, Qui, Que, Quoi, Dont, Où...?

Modérateur: W4x

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Napirisha » Mar 6 Sep 2016 09:04

Offtopic :
vers la conscience et le divin

Kamoulox!
Fournisseuse officielle de documents anciens en tous genres. Maison fondée en 1758. (c) Vlid
Avatar de l’utilisateur
Napirisha
 
Messages: 1487
Images: 6
Âge: 34
Enregistré le: Lun 22 Juin 2015 12:15
Localisation: sous le tilleul
Présentation: bonjour!
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar eXistenZ » Mar 6 Sep 2016 10:26

L'asymétrie et l'égalité sont deux choses différentes, il peut exister un rapport hiérarchique avec une égalité de droits et de devoirs.
L'aide est égalitaire en ce que chacun y trouve un intérêt, il existe une réciprocité en termes de respect, et la reconnaissance est elle-même réciproque même si les motivations sont différentes.
Là comme le précise Grabote il y a un sous entendu de soumission qui n'existe que si on a des a priori.
eXistenZ
 
Messages: 29
Enregistré le: Lun 1 Fév 2016 12:55
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Mar 6 Sep 2016 19:43

Offtopic :
*Za* a écrit:finalement, tu devrais peut-être systématiquement tout préciser dès le début,

Ben c'est qu'au départ, je ne pensais pas m'étaler,
je voulais juste faire un peu ... d'humour :1cache: :porte:
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fish » Mar 6 Sep 2016 20:07

Offtopic :
*Za*,

La non mixité est limitée à certaines réunions. Pour reprendre l’analogie avec un forum, c’est comme si certaines sections seulement étaient réservées aux surdoués avérés, ou aux professionnels du son. Ce n’est pas si choquant que ça.

Mais surtout :
Sur la plupart des forums, le ton donné par la charte, l’ensemble des messages déjà postés, les actions de la modération… suffisent à orienter les nioubs vers une certain niveau attendu de langue, de réflexion, de compétence, et finalement à filtrer les interventions. Le forum fonctionne correctement sans nécessiter de contrôles d'accès stricts.

Dans les réunions féministes, cette autorégulation ne fonctionne pas. Les hommes minoritaires monopolisent le temps de parole, et des hommes "débutants en féminisme" évoquent à chaque réunion les mêmes sujets, ce qui empêche une évolution de la réflexion sur le long terme. La non mixité n’est pas un choix politique initial fort. Elle s’impose comme pis-aller suite aux tentatives de mixité parce que la domination masculine continue de s’exercer malgré les bonnes intentions de chacun.
Avatar de l’utilisateur
Fish
 
Messages: 136
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Mer 7 Sep 2016 09:18

Offtopic :
Fish, la comparaison que tu fais s'appuie sur l'idée de "niveau" de connaissance/maitrise d'un sujet. Tu parles de noobs, de féministes débutants. Ca n'est pas le genre... C'est là qu'à un certain niveau ça revient à entretenir la séparation genrée, c'est à dire ce qu'on a toujours pratiqué.
Tu as raison, mais ça aurait du mal à être un modèle absolu et éternel, c'est plutôt une adaptation à un contexte donné, comme tu le précises aussi.
La nuance me semble importante, en général c'est quand on perd de vue ce genre de nuances qu'on tombe dans injustice et qu'un système culturel se met en place contre toute attente logique originelle.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fish » Mer 7 Sep 2016 12:46

Je suis d'accord qu'en tant qu'objectif durable, la non mixité poserait des soucis. Mais je n'ai jamais croisé autre chose dans les discours féministes que ce que j'en dis plus haut: un mode temporaire de lutte, en réaction avec un constat d'échec relatif des réunions mixtes.

Ce qui permet de retomber en plein dans le sujet. Il n'y a aucune méchanceté dans mon propos. Je vous invite simplement à vous poser la question: d'où vient cet a priori que les réunion non mixtes ont comme objectif à terme la séparation homme / femme ? Car il suffit de taper "réunion non mixte" dans Google pour avoir des dizaines de liens expliquant le pourquoi.
Avatar de l’utilisateur
Fish
 
Messages: 136
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Mer 7 Sep 2016 14:28

Pour moi ta question est un peu biaisée: simplement en terme de logique brute, le but est une égalité et de ne plus avoir de séparation qui incite à un traitement différent. Donc dans ce cadre "non mixte" n'a aucun sens. Cadre idéal si tu veux. Parce que "non mixte" reste ce qu'on a toujours fait. Ca n'est pas un changement ni un progrès en soi.

Après en tenant compte des réalités de terrain aujourd'hui ça prend du sens. Mais il reste important de bien voir cette nuance. Parce qu'il s'agit d'un compromis fait aux valeurs à dépasser, afin de faciliter le changement. Pas un état recherché.

De ce que je connais de l'histoire du MLF, puis des travaux syndicalistes amenant au droit de maternité, ou la loi veil etc. La force du féminisme initial a été de fédérer un objectif commun entre gens sans aucun liens. Etudiantes et ouvrières. Etudiantes hétéro, puis hétéro/homos, aux intérêts différentes, femmes étrangères, et enfin les hommes homos qui ont rejoint les réunions.

Après petit à petit ça s'est un peu décousu, la théorie queer a pris le relais, et on a un peu oublié certaines bases du féminisme 60/70. Mais c'est parce que le dialogue a pu se faire entre tous ces gens qu'il y a eu un poids social.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar *Za* » Mer 7 Sep 2016 14:54

@Fish : oui, j'ai bien compris. De la même façon que je vois les forums ouverts fonctionner car le respect de la parole des "sachants" y est pratiqué, j'imaginais naïvement que ce fût possible dans une assemblée féministe ouverte à tous :) tes infos supplémentaires sur le comportement inconscient dans ces réunions justifient en effet la non-mixité. Et là, faut bien dire, on retombe dans le sexisme ordinaire et on ne peut s'empêcher de penser que c'est un peu malheureux d'en être encore là...

Chacoucas, je crois que vous êtes d'accord, on a bien parlé d'un état transitoire. Simplement on y est encore ;)
J'ai mis mon képi dans la cage
et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête... J. Prévert
Avatar de l’utilisateur
*Za*
 
Messages: 2396
Images: 17
Enregistré le: Lun 15 Avr 2013 12:25
Présentation: c'était moi...
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fish » Mer 7 Sep 2016 15:38

Après en tenant compte des réalités de terrain aujourd'hui ça prend du sens. Mais il reste important de bien voir cette nuance. Parce qu'il s'agit d'un compromis fait aux valeurs à dépasser, afin de faciliter le changement. Pas un état recherché.


Mais oui! C'est ce que je raconte plus haut, et c'est le discours des féministes qui organisent des réunions non mixtes. Mais s'il est clairement affirmé que la non mixité n'est que temporaire et destinée à disparaître quand la domination masculine sera vaincue, pourquoi parle-t-on en premier lieu de la peur que la séparation soit un objectif durable ?

Est-ce que vous pensez que le comportement suivant est anodin ?
- "bonjour, nous allons organiser des réunions non mixtes le temps de la lutte parce que la domination masculine continue de s’exercer dans les réunions mixtes"
- "Ah mais attention! Si ça devenait un but en soi, ça serait mal !"

C'est pas que ça soit faux: une séparation durable, ça serait effectivement "mal". Le hic - et la source de mon questionnement - c'est qu'alors que le discours des féministes me semble clair sur les intentions de ces réunions, pourquoi rappelle-t-on un autre objectif (négatif) que celui qu'elles prétendent ?

Pour raccrocher à la douance, est-ce que vous trouvez le discours suivant anodin ?
- "bonjour, j'ai décidé d'aller faire passer la WISC à ma fille".
- "Ah mais attention! Les notions d'intelligence, ça a été utilisé par les fachos de la pire espèce pour limiter l’immigration, stériliser certaines populations voir même envoyer les attardés dans les camps du IIIème Reich".

Encore une fois, c'est pas faux. Mais parmi toutes les évolutions possibles de la discussion, évoquer les dérives racistes de l'intelligence est loin d'être neutre.
Avatar de l’utilisateur
Fish
 
Messages: 136
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Euthyphron » Mer 7 Sep 2016 17:37

C'est un peu simple ce que je vais dire, mais je le dis quand même.
Il me semble que les réunions réservées aux femmes sont particulièrement bien adaptées à la prise de conscience féminine, et que les réunions mixtes favorisent plutôt la prise de conscience masculine.
Or, il me semble que dans la France du XXIe siècle le problème du sexisme réclame davantage la prise de conscience masculine que celle féminine, celle-ci étant réalisée depuis un certain temps maintenant, et donc les réunions mixtes semblent préférables.
Mais là où ce n'est pas le cas, vivent les réunions féministes réservées aux femmes!
Avatar de l’utilisateur
Euthyphron
 
Messages: 372
Âge: 56
Enregistré le: Sam 27 Sep 2014 09:41
Présentation: presentations/pour-plaisir-reflechir-plusieurs-t5407.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Mer 7 Sep 2016 20:17

Oki... je chipote ^^

Mais j'aborde personnellement "QI" avec la même prudence. La prudence c'est une tentative d'être neutre, quand la neutralité n'est pas quelque chose d'inné (on est tous conditionnés, sinon on aurait même pas besoin de parler de féminisme). On voit facilement même sur le forum des propos et idées dériver vers des préjugés qu'on a rendu "types" et qui font partie de la culture d'AS en tant que "trucs à éviter". Et qu'on rappelle et recadre inlassablement.

Le même inlassablement qui demande aujourd'hui à ce qu'on rappelle que le féminisme c'est cool et que c'est essentiel.

Du coup c'est là que je me tiens un peu en recul par rapport à ce que tu dis.
c'est qu'alors que le discours des féministes me semble clair sur les intentions de ces réunions
Sans parler des réunions: "women against feminism", "i don't need feminism" etc. ce sont des mouvements utilisant des arguments féministes pour le critiquer.
Dans ce même monde où on a, désolé de le rappeler mais c'est un fait, des discours féministes brimant des femmes (exemple de la question du voile et de l'utilisation médiatique du féminisme), un féminisme réutilisé pour soutenir les intérêts de la publicité et du marketing (qui exploite traditionnellement en cible number one la femme), et certains discours réutilisant le shaming, et l'appel à une forme de mépris ou une autre.

Et ça n'est pas que du masculinisme, ce point de vue, c'est simplement un constat que l'union de ton et de but est pas au beau fixe. Tellement pas au beau fixe qu'on sait plus qui se bat réellement contre la domination (au moins à en juger par certains medias et coups politiques).

C'est dangereux de taper sur le féminisme, mais les premières responsables (premiers?) sont aussi ceux qui ont quelques éléments d'histoire et cie pour en être conscients. En fait il y a une éducation importante qui a du mal à se faire il me semble, et qui a eu du mal aussi à se faire entre générations.

Aujourd' hui le discours n'est pas clair, en tout cas ça me semble pas (il suffit de regarder le topic en fait: ce que tu dis apporte des choses et convainc des gens, donc c'était pas clair): il y a énormément de discours souvent contradictoires et parfois simplement aberrants. Remettre les choses en place ça demande du coup de la prudence à mon sens: reclarifier le discours dans son ensemble, régulièrement. D'où mon petit zèle ;)

Désolé d'avoir insisté du coup, je vole plus le temps de parole ^^
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fuli » Jeu 8 Sep 2016 09:28

Je voudrais introduire mon petit grain de sel dans ce débat "réunions mixtes/réunions non mixtes".

Dans les réunions mixtes, la parole des hommes serait donc sur-représentée. Il me semble alors que c'est là-dessus qu'il faut travailler, pour que chacun(e) en prenne conscience (est-elle surreprésentée parce que les hommes s'imposent ou parce que les femmes ne se manifestent pas ?) et que chacun(e) voie comment on peut améliorer les choses pour que tous/tes s'expriment et débattent. Organiser des réunions non-mixtes me paraît esquiver le problème, or justement, le problème, il me semble, c'est qu'on ne met pas les problèmes sur la table.
(y a pas un peu trop de problèmes dans cette phrase ? :rofl: )

Et sur la question du sexisme ordinaire, une anecdote : mon secrétaire a été très vexé parce qu'à la dernière réunion générale de l'association, étaient invitéEs "Mesdames les secrétaires". C'est du même ordre qu'on donne du "Docteur" systématiquement à l'infirmier et du "Mademoiselle l'infirmière" systématiquement à l'interne médecin de 28 ans, de sexe féminin.
Ce n'est pas ce que nous sommes qui nous empêche de réaliser nos rêves ; c'est ce que nous croyons que nous ne sommes pas.

Paul-Emile Victor
Avatar de l’utilisateur
Fuli
 
Messages: 88
Enregistré le: Sam 26 Mar 2016 22:37
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fish » Jeu 8 Sep 2016 16:02

En te lisant, j'ai le sentiment que tu considères que le seul problème vient des hommes. Comme si les femmes étaient toutes féministes d'office, et que la seule action nécessaire était d'apprendre aux hommes à être moins dominateurs. Que les hommes doivent travailler sur eux même, c'est indéniable. Mais l'autre moitié du boulot, c'est d'apprendre aux femmes à être moins dominées. Et je crois que c'est là le but des réunions non mixtes.

Et puis je me répète un peu, mais le combat féministe avec les hommes de bonne volonté ne date pas d'aujourd'hui. Je crois qu'il faut un peu faire confiance à celles qui disent "les réunions mixtes, on a essayé, quoiqu'on fasse y'a toujours tel ou tel problème qui revient".

Voilà pourquoi les réunion non mixtes ne sont pas contradictoires avec les réunions mixtes, mais complémentaires. Et je trouve sain que des femmes se réunissent entre elles pour se débarrasser de leur propres préjugés sexistes.
Avatar de l’utilisateur
Fish
 
Messages: 136
Âge: 39
Enregistré le: Dim 3 Jan 2016 18:33
Localisation: Paris
Présentation: clic
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS


Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Fuli » Ven 9 Sep 2016 10:57

Les femmes sont même plus nombreuses que les hommes à penser qu’ils réussiront mieux dans les filières scientifiques (31 % contre 25 %). Cette intériorisation des préjugés débouche sur de l’autocensure, qui alimente les inégalités dans les filières suivies. Ce qui produit des inégalités salariales, les personnes ayant fait des études scientifiques étant mieux payées.


Judas Bricot, je cite ce texte qui vient de ton lien. Il me semble que l'observation est faite à l'envers, comme lorsqu'on dit que les patients des cardiologues ont plus de chance de mourir d'un problème cardiaque, donc qu'il faut éviter de consulter un cardiologue !
Evidemment que les hommes réussissent mieux dans les filières scientifiques, justement pour ces raisons de préjugés. Mais dire que les hommes y réussissent mieux ne signifient pas que ces femmes interrogées pensent qu'ils y sont meilleurs. Simplement elles constatent qu'ils y réussissent mieux, ce qui n'est pas pareil.

J'avais été frappée par une étude où l'on avait interrogé des étudiants et étudiantes, pour qu'ils disent qui ils voyaient comme major de promotion. La majorité du temps, un homme était cité, alors qu'en général c'était une femme qui avait les meilleures notes. Le pourcentage m'avait vraiment frappée, car je pensais vraiment qu'il y avait eu une évolution favorable dans ces jeunes générations.

C'est de moi que tu dis que tu as l'impression que je pense que le problème vient des hommes ? Honnêtement, je ne pense pas penser comme cela :D Dans mon expérience négative en tant que femme, j'ai plutôt reçu des remarques de femmes de mon entourage (concernant le ménage, l'éducation des enfants... : lorsque la maison est en désordre, c'est à la femme qu'on le fait remarquer ; idem lorsqu'on va chercher les enfants à deux, c'est à la maman que les instits parlent).

Sur les réunions non mixtes, je viens de réaliser pourquoi je n'aimais pas cela. J'ai été pendant plusieurs mois sur un site isolé, à une vingtaine de personnes, dont seulement une femme. Mes collègues des autres sites ne cessaient de me dire "Mais pourquoi tu n'organises pas une sortie entre nanas, à vous deux ?". Les sorties étaient toujours difficiles à organiser, pour beaucoup de raisons. Or aucune de nous deux n'avait vraiment envie de partir juste avec l'autre : nous nous entendons bien, mais nous avions davantage envie de partir avec des gens qui nous étaient plus proches. J'ai ressenti ces remarques insistantes comme des injonctions plutôt pénibles.
Dans le même ordre d'idées, une amie m'a raconté qu'elle passait une soirée entre potes, et que des groupes s'étaient formés, les femmes d'un côté, les hommes de l'autre. Par contre, elle s'ennuyait avec les autres filles, qui ne partageaient pas du tout ses centres d'intérêt. Elle a donc rejoint le groupe des gars, où lorsqu'elle est arrivée, tout le monde s'est tu, et au lieu de continuer la conversation avec elle, ils ont décidé de s'en aller plus loin jouer à un jeu pour lequel il y avait juste le nombre de joueurs correspondant au nombre de garçons, comme si sa place n'était pas là.
C'est ce genre de comportements qui m'ennuient, l'idée que forcément on sera mieux au milieu de gens de "notre espèce". Cela m'évoque le sketch de je ne sais plus quel humoriste, où on dit à un Camerounais "Ah ! mais dans l'immeuble, il y a un autre Noir au 5e étage, vous devriez bien vous entendre !!".
Ce n'est pas ce que nous sommes qui nous empêche de réaliser nos rêves ; c'est ce que nous croyons que nous ne sommes pas.

Paul-Emile Victor
Avatar de l’utilisateur
Fuli
 
Messages: 88
Enregistré le: Sam 26 Mar 2016 22:37
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Euthyphron » Sam 10 Sep 2016 09:40

Il y a quelque chose qui me gêne dans cette discussion à propos du sexisme, c'est qu'on fait tout naturellement comme s'il n'y en avait qu'un, alors que j'en vois au moins trois, même si bien sûr il est fréquent de cumuler.
Le premier, je l'appellerai sexisme beauf, ou sexisme de préjugés. Il repose sur une certaine idée de la "Nature". La Nature a fait les hommes et les femmes différents, comme chacun peut le voir (ici, rires gras), donc ils ne peuvent pas être égaux (confusion classique de l'inégalité et de la différence). Et comme l'homme est plus fort que la femme (il paraît) c'est lui le supérieur. Ce sexisme se combat par l'instruction, car il est avant tout naïf.
Le second serait le sexisme par profit, le sexisme capitaliste en quelque sorte. Dans la concurrence sociale, les femmes sont désavantagées, et donc si on a la chance de ne pas être une femme il faut en profiter c'est normal et c'est de bonne guerre. Qui serait assez fou pour ne pas sous-payer une main d'oeuvre utile, dévouée et accoutumée à la discrimination? Aucune raison pour ceux qui en profitent de souhaiter du changement. Ce sexisme se combat par la législation.
Le troisième pourrait être appelé le sexisme sexuel. Il repose sur la considération de la femme comme objet sexuel, à partir de la règle suivante : le désir masculin a des droits (voire parfois tous les droits) le désir féminin n'en a pas. Les années 60 et 70 ont été pleines de promesses quant à l'évolution des rapports de couple contre ce sexisme. Mais j'ai l'impression, subjective je le reconnais, d'une régression depuis, alors que les sexismes 1 et 2 ont quand même du plomb dans l'aile (même s'ils ne sont pas morts).
Je ne sais si un sociologue a étudié mon hypothèse, qui serait la suivante : ce qui fait reculer le sexisme c'est l'évolution des rapports de couple et en particulier du sentiment amoureux des hommes, d'une part, et l'acceptation pleine et entière, voire la généralisation, des amitiés hommes-femmes, d'autre part. Donc quelque chose qui a fort à voir avec la qualité des sentiments.
Avatar de l’utilisateur
Euthyphron
 
Messages: 372
Âge: 56
Enregistré le: Sam 27 Sep 2014 09:41
Présentation: presentations/pour-plaisir-reflechir-plusieurs-t5407.html
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Chacoucas » Sam 10 Sep 2016 11:42

Je dirais qu'il y a encore une autre approche, généralisante, qui a le mérite d'être l'argument infaillible contre tout "c'est pas mon problème ça", ou "c'est pas important". Et il me semble que sur le plan historique c'est cette approche généralisante qui a permis le plus de progrès (parce qu'elle inclut les autres dans une démarche globale). Dans "domination masculine", on regarde "domination".
Ce que permet cette approche c'est pas détourner le regard de "masculine", c'est de réfléchir à ce qu'est la domination et où elle s'applique. Grossièrement elle est partout, c'est un truc culturel et ça se nourrit de toute pensée de "différence" (et "norme": puisque c'est par cette visualisation binaire que "différence" devient péjoratif).

Là dedans on retrouve dans "homme" et "femme" le même délire binaire et normatif. Donc on finit par se dire que le problème vient déjà de la binarité (ça la queer theory tente des moyens à elle, multiplication du lexique etc.) et du normatif. Dans la plupart des autres situations de domination, on a pas un truc aussi massif que dans le sexisme: l'humanité entière est déjà coupée en deux, éduquée différemment, pensée différemment, avec des buts et des droits différents dès la naissance etc.
De ce fait on peut penser qu'une des plus belles arnaques de la culture sur la nature c'est justement d'avoir inventé cette classification (si on considère que la génétique est une voix de "la nature", cette classification est une simplification naïve, rien de plus).

Du coup le problème reste déjà de se penser homme ou femme avant de se penser humain... Et puis bon, c'est pas "nouveau" dans la théorie au fond c'est une interprétation assez évidente de ce sur quoi De Beauvoir avait mis la plume.

Par ailleurs, les "défauts" de discours de certains féminismes que j'avais mentionnés plus haut me paraissent tous venir de ce petit problème de ne pas considérer l'image générale... (ce qui n'empêche nullement toute variation justifiée par l'adaptation à un contexte particulier)

Eutyphron, précisément ce dont tu parles, je n'ai pas de lien à proposer. Cela dit, un certain regard sur les évolutions sociales les rend indissociables de questions économiques et politiques, par exemple l'esclavage a régressé par l'industrialisation et les essors techniques, sinon on ne se serait pas débarrassé de main d'oeuvre bon marché, les femmes ont commencé à avoir des droits (des suffragettes à d'autres questions) parce que l'industrialisation demandait de la main d'oeuvre supplémentaire dans les villes et demandait ainsi qu'elles passent d'assistance au foyer à salariée industrielle (dynamiques un peu complexes avec plusieurs niveaux d'incidences, et pas au même rythme selon pays) etc.
La politique grossièrement suit l'évolution économique. La législation dépendrait donc indirectement de ces changements.

Du coup dans cette optique très globalisante les discours qui prennent le plus de sens sont du genre Christine Delphy etc. (féminisme matérialiste). L'évolution des sentiments me paraissent facilement liables à ces questions économiques. Et pour le coup c'est vraiment une approche sociologique.
Avatar de l’utilisateur
Chacoucas
 
Messages: 884
Enregistré le: Jeu 26 Mar 2015 09:12
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Dim 11 Sep 2016 08:38

J'aime bien ta façon de présenter les choses Euthyphron.
Ta dernière hypothèse fait tout à fait écho à mon cheminement personnel. Et je dois dire que participer à ce forum me permet de pratiquer plus souvent le dialogue amical avec des hommes et j'en suis bien contente. L'anonymat permet, au moins en partie, de s'affranchir des jeux de séduction qui me pèsent bien souvent irl.
Dans l'ensemble, j'apprécie beaucoup ces partages que ce soit dans le cadre d'un dialogue interpersonnel ou dans celui de tous les topics qui donnent l'occasion de parler de soi. Je pense en effet, qu' ils modifient et j'espère atténuent, les préjugés que nous pouvons avoir les un-e-s sur les autres.
J'apprécie aussi ton évocation de la "qualité des sentiments" à laquelle j'ajouterai la "qualité de l'attention", car les préjugés sont les conséquences d'une sorte de paresse mentale, voire existentielle ...

Tant que j'y suis, je voudrai remercier Livingstone qui m'a demandé d'utiliser les traits d'unions plutôt que les points dans ma féminisation de la langue française. J'avoue que ça ne fait pas, subtilement, le même effet et que je préfère la sensation que me donne le trait d'union . :)
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Dim 20 Nov 2016 09:45

On dit "Trump" et on dit "Hillary",
on disait "Sarko" et "Ségolène",
...
Franchement,qui donnerait les clefs d'un pays à quelqu'une qu'on appelle par son prénom ?

Je m'aperçois que je dis par exemple "Ameisen" et "Siri Hustvedt" (euh oui, c'est une femme).
Quand je parle d'une femme mon premier élan sera de nommer son prénom,
comme s'il était important que l'on sache tout de suite qu'on a à faire à une femme.
Quand je me contrôle pour dire Hustvedt ou Salmona ou Huston, ça me fait bizarre
mais bon je m'entraine pour que ça devienne naturel.

Conclusion : ne jamais appeler Marine Lepen par son nom de famille !!

Edit : hier j'ai vu un très beau documentaire sur la Nationnal Gallery de Londres, il y'a beaucoup de femmes dans le personnel, mais on voit bien dans quelles mains est le pouvoir de décider. On sent comme une sorte de résignation chez ces femmes pourtant très intelligentes et cultivées.
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar sandrinef » Dim 20 Nov 2016 11:21

C'est vrai que si on disait Donald, en plus, ce serait comique. :ainoa:
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain
Avatar de l’utilisateur
sandrinef
 
Messages: 1680
Images: 39
Âge: 40
Enregistré le: Jeu 15 Nov 2012 12:11
Localisation: Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Grabote » Dim 20 Nov 2016 11:32

:rofl: Donald et Hillary !!!
La grande classe!
Avatar de l’utilisateur
Grabote
 
Messages: 2399
Images: 22
Âge: 47
Enregistré le: Mar 16 Sep 2014 20:08
Localisation: dans un village
Présentation: *
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar kalimeris » Dim 20 Nov 2016 12:42

Toujours avec Donald, un mot nouveau pour désigner une pratique courante et ancienne :

Comprendre le « manterrupting » en une leçon

La journaliste Alice Antheaume a choisi d’expliquer sur France Inter le « manterrupting », ou comment certains hommes ont tendance à couper la parole aux femmes. Elle commence sa chronique… et est interrompue par un journaliste. Pendant de longues minutes.

http://www.liberation.fr/direct/element ... ies_51601/
autre exemple du manterrupting : https://www.buzzfeed.com/paulaveline/on ... -candidats
Avatar de l’utilisateur
kalimeris
 
Messages: 554
Images: 7
Âge: 37
Enregistré le: Dim 21 Déc 2014 13:38
Localisation: à l'ouest
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Livingstone » Dim 20 Nov 2016 13:45

En même temps, si les femmes ne prenaient pas des noms d'emprunt, elles n'auraient pas à le rendre. (Ni à s'évaporer aussi vite des archives, mais c'est un autre sujet).


On disait Chirac, mais François II...
Ok, je -->


Kali, si ce n'était qu'en politique... en prime la hauteur de voix (grave/aigüe) semble agir sur des centres très primaires dans le règne animal.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 659
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Leticia Papillon » Dim 20 Nov 2016 15:55

Par rapport à l'égalité homme - femme, qui n'est pas encore effectivement totalement acquise dans les mentalités, il y a une inégalité je pense importante à signaler.
Je lance un pavé dans la mare :1cache: mais je pense qu'il est temps dans la société d'aujourd'hui pourtant de le faire, pour aller vers une société plus juste pour les deux sexes et donc plus largement, pour les humains que nous sommes.
Il y a maintenant une inégalité criante entre l'homme et la femme : la femme a un droit que l'homme n'a pas.
Aujourd'hui, un homme n'a aucun droit quant à son choix de devenir père ou non.
Seule la femme peut choisir ou non de devenir mère. L'homme n' a alors aucun mot à dire.
Nous sommes dans une société où la venue au monde des enfants n'est régie que par le désir et la volonté de la femme ; l'homme est totalement éjecté de cette décision. S'il ne veut pas d'enfant d'une femme avec qui il a eu des rapports sexuels et que celle-ci, enceinte, souhaite, elle, cet enfant, il ne peut strictement rien faire et devient père malgré lui. La loi et la société l'en oblige et le juge même coupable si'l ne s''y soumet pas.
Bien sûr, en général, les hommes et les femmes se respectent et s'écoutent mutuellement et la femme prend en compte le désir de l'homme.
Mais dans certains cas, comme l'homme dans un viol ne prend pas en compte le non-désir de la femme, certaines femmes ne prennent pas du tout en compte le non-désir de l'homme, s'en fichent complètement et font un enfant sans père, pire que sans père, avec un père farouchement contre.
Ainsi, après des années de combat pour que la femme puisse disposer librement de son corps et de sa sexualité, nous sommes aujourd’hui' dans une société où c'est l'homme qui ne dispose plus de son corps librement. Pour être sûr, à 100%, de ne pas faire d'enfant avec cette femme avec qui il ne souhaite pas fonder une famille, la seule solution dont il dispose, c'est la chasteté ou une sexualité incomplète. L'homme ne peut donc avoir une vie sexuelle libre, dans la société d'aujourd''hui.
Il faudrait que cela rentre en compte dans le combat pour l'égalité des sexes.
Avatar de l’utilisateur
Leticia Papillon
 
Messages: 43
Âge: 42
Enregistré le: Sam 6 Fév 2016 12:24
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Chronique du sexisme ordinaire

Messagepar Riffifi » Dim 20 Nov 2016 16:33

Leticia Papillon, il y a cette chose méconnue qu'on appelle la contraception...
Où que tu sois, creuse profond. En bas, c’est la source.
Laisse les hommes noirs crier : « En bas, c’est toujours l’enfer".

(merci Friedrich)
Avatar de l’utilisateur
Riffifi
 
Messages: 901
Âge: 37
Enregistré le: Sam 20 Avr 2013 15:35
Localisation: à l'Ouest
Présentation: riffifi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Questions de société et Débats Philosophiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités