Nous sommes le Dim 26 Fév 2017 11:02


Relation de couple et faux self

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Zyghna

Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Mer 21 Mai 2014 14:44

Je poste ce nouveau sujet sur la relation de couple et le faux self. Si je suis passée à coté d’une rubrique où il pourrait coller, merci de le rediriger vers le sujet adéquat.

Je me questionne sur les conséquences de la construction d’un faux self au sein des relations de couple. J’aimerais comprendre en quoi la construction d’un faux self peut entacher une relation de couple et comment s’en sortir.
Est-ce que vous avez fabriqué une personnalité en faux-self ? Est-ce votre conjoint qui a construit une personnalité en faux-self ? Quelles difficultés cela occasionne-t-il dans votre couple ? Vous en êtes vous « sortis ? » Avez-vous des pistes ? Le diagnostic de douance et la prise de conscience d’un faux-self a-t-il apporté une amélioration à vos relations ?

PS : je rappelle brièvement ce qu’est une personnalité ayant développé un faux self : une personnalité « fausse » fabriquée pour se mettre à la portée des autres et correspondre à ce qu’ils attendent de nous.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Mer 21 Mai 2014 14:46

Je vis en couple depuis 13 ans. Depuis que nous nous connaissons, mon conjoint éprouve de vraies difficultés, au sein du couple à exprimer ses points de vue, ses désirs, ses désaccords. Ses difficultés à « dire » occasionnent des tensions importantes au sein de notre couple.
A la lumière du diagnostic de douance (établi récemment chez mon conjoint), j’ai le sentiment que nos difficultés de couple peuvent être liées à la construction d’un « faux self ».

Je partage mon expérience, car j’aimerai la confronter aux vécus d’autres adultes hp et à leurs éventuelles difficultés rencontrées au sein du couple.
Nous avons parcouru un long chemin avec mon conjoint, et je ne vous cache pas que mon dernier espoir pour envisager une issue positive dans notre relation de couple repose sur le diagnostic récent de douance et sur les répercussions que cela va éventuellement occasionner.

Dans l’intimité, au sein de notre relation de couple, mon conjoint a beaucoup de difficulté à avoir accès à ce qui le motive, à ses désirs, à ses envies.
Au tout début de notre relation, je me souviens de son stress à faire les boutiques en vue de choisir des vêtements. Il en avait une réelle envie mais se sentait incapable de faire des choix selon ses goûts. Il essayait de trouver un repère, un guide pour faire ses choix et ce guide, il le cherchait à travers moi. Je faisais alors très attention de ne pas lui donner mon avis avant qu’il ne me donne le sien, afin d’être sûre que ce serait son choix non influencé par mes préférences. Petit à petit, il s’est mis à prendre du plaisir et aujourd’hui il apprécie de faire du shopping seul, pour choisir ses vêtements.
Si j’ai commencé par l’exemple du shopping, c’est que c’est ce qui me frappait le plus au moment de notre rencontre. Petit à petit, je me suis rendue compte de sa difficulté à avoir accès à ses désirs « en ma présence » (sur des questions impliquant des choix à deux) : dans le choix et l’organisation des vacances, dans l’organisation des week-end, dans les choix d’éducation pour nos enfants…J’écris « en ma présence », car parallèlement, je suis chaque fois étonnée de découvrir sa facilité à faire des choix pour lui-même (par ex, les visites touristiques qu’il organise sans difficultés lors de ses déplacements professionnels à l’étranger). Lorsqu’il fait ses choix seul, tout semble devenir plus facile. Et je ressens une belle énergie vitale qui s’empare de lui.
Par ailleurs, si au fil des années, après un accompagnement personnel auprès d’un thérapeute, mon conjoint a réussi à s’affirmer auprès des membres de sa famille de manière continue, « irréversible », en ce qui concerne notre relation, cela évolue dans la discontinuité, comme une vague : des périodes où il est dans une impossibilité à dire ses désirs et des périodes où il exprime plus facilement ses besoins et émotions (ces périodes s’échelonnent généralement sur plusieurs mois). Et c’est bien cette discontinuité qui me perturbe.

Parfois, sa difficulté à dire se manifeste par de la rétention d’information. Il n’évoque que certains aspects, et au dernier moment j’apprends des éléments importants dont il avait pourtant connaissance auparavant.
D’autres fois, son incapacité à dire son désaccord sur le moment se manifeste par la suite à travers des petites phrases blessantes, qui me laissent dans l’incompréhension.
A d’autres moments, son incapacité à dire se manifeste par une absence de retour lorsque je parle (je me retrouve alors avec l’impression que le dialogue attendu s’est transformé en monologue).

J’ai passé une certaine époque lui demander de me dire ses désirs (en ce qui concerne les choix concernant le couple), avant d’évoquer les miens (espérant que mon silence favoriserait l’émergence de son désir).
Je pensais (comme pour les choix vestimentaires) qu’en l’invitant à dire ses désirs, la situation évoluerait au fil du temps et que je n’aurais plus à lui demander, mais que cela deviendrait naturel dans notre relation : que chacun exprime ses souhaits à l’autre.
Mais je me suis épuisée et totalement perdue dans ce combat. J’attendais parfois des heures, des jours avant qu’un désir n’émerge et ne soit verbalisé. J’ai passé des mois à attendre, à l’attendre dans l’expression de ses désirs. Et à l’attendre, je perdais le mien (désir).
Suite à un accompagnement thérapeutique, après une prise de conscience de ma perte de vitalité, j’ai compris que ce n’était pas une solution : j’ai arrêté d’attendre, arrêté de me taire. J’ai renoué avec l’expression de mes envies, sans attendre l’expression de ses désirs.
Mon conjoint a choisi à peu près à la même époque de se faire accompagner. Il a pris conscience de certains blocages et la relation s’est nettement améliorée. Il exprimait plus facilement ses envies et j’étais pleine d’espoir. Mais alors que cette prise en charge lui a permis de s’affirmer et de dire les choses à sa famille, cette amélioration dans notre couple fut passagère.

Après plus de dix ans de vie commune, je n’arrive plus à accepter qu’il ne puisse pas exprimer librement ses désirs en ma présence. Je ne comprends pas pourquoi il se sent tellement inhibé à mes cotés. Je me sens dévalorisée en tant que femme, épouse, devant cette incapacité à le rendre libre à mes cotés. J’ai toujours pressenti qu’il y avait une belle personne riche, sensible, cachée derrière ce masque. Mais aujourd’hui encore, je n’arrive pas à apercevoir ce qu’il y a sous ce masque. Je le devine sans le palper. Et ça me désespère, car je ne sais pas si je vais encore réussir à l’attendre longtemps : attendre qu’il enlève son masque pour découvrir enfin qui il est.
Depuis plusieurs mois, la colère a pris le dessus et mon irritabilité se manifeste fréquemment, ce qui ne l’aide pas (bien au contraire) à exprimer son désir.
Je perds l’espoir d’un changement et ça me fait peur.

Est-ce que vous avez vécu une situation similaire. Vous en êtes vous « sortis ? » Avez-vous des pistes ?
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Kayeza » Mer 21 Mai 2014 17:55

J'ai connu une situation qui se rapprochait de la vôtre, mais elle n'a que très peu duré. Je pense comprendre donc ce que tu peux ressentir.
Je ne suis pas spécialiste de ces questions-là mais il y a deux points qui me paraissent intéressants à soulever :
- ton exposé ne m'a pas permis de savoir si vous étiez encore suivis, l'un ou l'autre ou vous deux, par un/e psy. Est-ce le cas ? Je pense qu'une problématique compliquée comme celle-là est du ressort d'un/e professionnel/le, surtout que, comme tu le dis, la colère et l'irritabilité chez toi sont un signe que tout cela s'envenime et qu'il ne faudrait pas trop laisser trainer.
- pardon si je fais de la psychologie de bazar, mais je pense à un truc... Le faux self se construit dans les toutes premières années de vie, voire les premiers mois, en général au sein de la relation de proximité avec la mère. Ce que tu écris là me fait penser que ton conjoint n'arrive pas à s'affirmer face à toi peut-être parce qu'il te voit comme sa mère. Désolée si c'est évident...

D'un autre côté, une relation, c'est quelque chose qui se passe entre deux personnes, il est très rare que seul l'un des deux soit "responsable" de la situation. Il y a beaucoup de ressorts inconscients à l'oeuvre là-dedans, d'autant plus difficiles à déceler qu'ils remontent souvent à la petite enfance, dont on n'a pas de souvenirs. Peut-être qu'il y a chez toi quelque chose qui l'impressionne et qui l'empêche d'exprimer ses désirs ? Dans tous les cas, il me semble évident que le problème est bien dans votre relation, et pas chez lui seulement, puisque tu dis bien que, seul, il se "débrouille" très bien.

Désolée de ne pas pouvoir t'aider davantage, ce sont juste là les quelques idées qui me sont venues à te lire...
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4691
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Maithril » Mer 21 Mai 2014 19:28

O'Rêve

Ton post m'a remué. Et pour cause, à te lire, je pourrais être ton mari. Je suis persuadé que c'est comme ça que ma femme me voit.
Et elle n'a pas tort.

Cela fait quelques temps que je réfléchis au pourquoi. Surement une explication dans mon enfance, dans mon vécu. Mais surtout, je pense que c'est la construction d'une armure en béton autour de moi qui en est la cause. Cette armure me suit partout, dans ma vie, dans mes vies (professionnelle, associative, personnelle, intime). A force d'avoir pris des coups, d'avoir été critiqué pour ma différence, je n'ose pas être moi-même. Peur d'être incompris.
Ca, je l'ai compris il n'y a que peu de temps, avec un psy de couple.

Aujourd'hui, je sais que je suis surdoué et que ca doit jouer. Mais, tout en le sachant, mon "vrai moi" reste bien caché. Au point qu'il m'arrive de l'oublier... Et ca, va falloir que je le travaille.
Avatar de l’utilisateur
Maithril
 
Messages: 522
Âge: 43
Enregistré le: Jeu 15 Mai 2014 21:05
Localisation: Dans la forêt, à l'Est de Lutèce
Présentation: Ca, c'est vraiment moi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Mer 21 Mai 2014 22:28

Kayeza, je te remercie pour tes justes remarques, qui ne sont pas forcément faciles à lire mais qui ont le mérite de faire avancer mes réflexions.

-En ce qui concerne notre suivi psychologique, nous étions tous les deux accompagnés jusqu’à récemment. Les diagnostics de douance ont pas mal chamboulés nos accompagnements thérapeutiques. Mon conjoint recherche maintenant un thérapeute connaissant la douance pour le suivre. De mon coté, j’ai éprouvé le besoin de faire un break dans ma prise en charge. Après près de dix ans d’accompagnement thérapeutique, je ressens le besoin de voir comment j’avance seule, avec cette nouvelle « pièce» du puzzle. Mais il est vrai que je me questionne maintenant sur une thérapie de couple.
De mon coté, avant le diagnostic de douance, au cours d’une thérapie, j’ai pris également conscience de ma personnalité en « faux-self ». J’ai compris que cette construction, pour ma part remonte effectivement à la petite enfance (relation avec ma mère). Mais à la différence de mon conjoint, cette personnalité s’est construite dans mes relations sociales (en particulier dans le monde professionnel). J’ai construit mon parcours professionnel en fonction du désir de ma mère.
Dans l’intimité (avec mon conjoint, mes enfants, mes rares amis), je me sens en revanche en sécurité, libre d’être moi-même. D’où ma difficulté à comprendre à mon conjoint.

-Le fait qu’il me voit comme sa mère : c’est effectivement une douloureuse sensation que j’ai pu ressentir.
J’ai parfois le sentiment qu’il me demande des permissions, là où j’attends seulement qu’il m’apporte une information sur un choix, une décision.
J’ai parfois la sensation qu’il recherche des bras rassurants.
J’ai parfois l’impression qu’il est dans l’opposition, tel un adolescent.

-En ce qui concerne les ressorts inconscients, j’ai effectivement le sentiment que je reproduis quelque chose. C’est dure à écrire, mais par certains cotés, je reconnais des caractéristiques de mon père chez mon conjoint. Des traits que j’ai de grandes difficultés à regarder en face.
Mon père était présent physiquement, mais absent dans sa fonction paternelle. Ma mère a assumé les deux fonctions : maternelles et paternelles, avec les conséquences que cela peut avoir. Le désir de mon père était également enfoui (en ce qui concerne les décisions de couple). Je ne peux nier que j’ai ma part de responsabilité dans la situation.
Et dans ce qui se joue (de mon coté), je me pose encore des questions. Qu’est ce qui me pousse à vouloir « changer » la personnalité en faux-self chez mon conjoint ? Est-ce que je ne cherche pas à réparer mes blessures, le manque de la fonction paternelle derrière cette persistance à vouloir à sauver mon conjoint ? Je pense que tout cela influe notre relation.

Maithril, je te remercie pour ton message, qui me touche.
Tes mots me rappellent combien l'armure a (ou a eu) ses raisons d'exister et toutes les précautions qu'il est nécessaire de prendre pour la retirer (de la patience, du temps...)
Je te souhaite de trouver la clé qui te permettra de la retirer.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Kayeza » Mer 21 Mai 2014 22:49

O'Rêve a écrit:Je ne peux nier que j’ai ma part de responsabilité dans la situation.

Je ne parle pas de responsabilité consciente et encore moins de faute, entendons-nous bien. Je pense simplement que dans un couple, un schéma en rencontre souvent un autre, comme deux pièces d'un puzzle qui s'emboitent. C'est la raison pour laquelle il est vain, à mon avis, de vouloir remédier à une situation problématique en ne considérant qu'un seul côté. Mais il ne s'agit pas non plus de se culpabiliser, cela ne sert à rien. Ton conjoint comme toi-même avez probablement "subi" des histoires qui ne vous appartenaient pas, car elles venaient de vos parents, qui les tenaient eux-mêmes de leurs parents, etc. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible de se libérer de tout ça et de s'affranchir de ses ressorts, même s'ils sont ancrés profondément.

(Je me suis permis de fusionner tes deux posts, histoire de gagner en lisibilité.)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4691
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Tipiak » Jeu 22 Mai 2014 06:14

Merci pour ces témoignages qui, comme à Alice, m'ont permis de voir l'autre côté du miroir.

Dans ce que tu dis de l'attitude de ton compagnon O'Rêve, ça m'évoque l'idée qu'il doit t'aimer comme un dingue, au point de préférer renoncer à lui-même plutôt que de risquer de perdre ton amour... Mais c'est une interprétation ultra-subjective et personnelle, et rien ne permet d'affirmer que j'ai raison.
Je partage juste cette pensée avec toi, car ce que tu décris de votre relation me rappelle la mienne, où mon compagnon serait à ta place, et pourrait vivre la situation comme un manque de confiance de ma part envers lui.

Et de mon point de vue, il ne s'agit pas d'un manque de confiance, mais d'une priorisation optimisée des objectifs : l'amour que je porte à l'autre est au dessus de tout, même de moi, à n'importe quel prix.

Après, la chance qu'a ton compagnon, c'est que tu me parais te soucier réellement de son bien être, et que tu n'abuses pas de la situation. En plus, tu paraîs bien comprendre ce qu'il se passe, et ce qu'il y aurait à faire. Le hic, c'est que ce n'est peut-être pas forcément à toi de l'aider : C'est pas parce qu'on veut ou qu'on pourrait, qu'on doit.
C'est un peu difficile à formuler, mais la façon dont je vois les choses, c'est que la nature de la relation entretenue avec une personne donnée est un peu comme un filtre posé sur le champ des possibles : limitante, dans la mesure où certaines choses ne peuvent plus être de notre ressort, du fait de la nature de la relation, du rôle qu'on endosse vis-à-vis de cette personne.

je vais insister lourdement avec un exemple : Imaginons un homme, qui aurait la chance d'avoir une mère et une épouse "parfaites", qui le comprendraient entièrement, avec une grande lucidité sur ses problèmes, et la capacité à les résoudre parce que toutes deux sauraient exactement ce qu'il faut faire. Il n'en demeurerait pas moins alors que la mère ne pourrait pas faire la même chose que l'épouse, et vice versa. Et même, il y aurait des choses qui ne seraient du ressort ni de l'une, ni de l'autre. Parfois, le regard que l'on peut porter sur quelqu'un importe davantage que notre capacité à l'aider. Parfois, le fait de sentir la confiance de l'autre dans notre capacité à nous débrouiller et à être heureux est plus aidant que le fait de savoir que l'autre voit et comprends nos failles, et est prêt à nous aider. Car parfois, c'est grâce au regard de l'autre que l'on peut reconstruire le regard porté sur nous-même.

Néanmoins, tout ce que je viens de dire n'est que pures conjectures personnelles, et n'a pas d'autre valeur qu'un avis parmi tant d'autres.

Pour finir, j'insiste sur le fait que tu n'as pas "mal fait" quelque chose, que tu n'es pas responsable des difficultés de ton compagnon, ni de leur évolution. Seulement, peut-être serait-il moins difficile pour toi de vivre avec, en prenant éventuellement en compte la considération que ces difficultés ne sont pas un échec de ta part à l'aider.

Mais ça ne reste que mon humble avis, et je n'ai pas forcément raison.
Nous ne te lècherons pas car tu es toxique!
Mais ma signature est toujours 20% plus cool, d'ailleurs je retourne sur mon bateau pêcher des colins, signé ton papa le Captain Igloo.
Avatar de l’utilisateur
Tipiak
 
Messages: 442
Enregistré le: Jeu 1 Aoû 2013 20:31
Localisation: Ben en général je me déplace, alors bon...
Présentation: attention, bazar sauvage en liberté
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Maithril » Jeu 22 Mai 2014 07:44

Ce post m'a fait cogité toute la nuit, tellement elle me renvoie à ma propre histoire. Cette vision de l'autre binôme du couple m'aide à comprendre le pourquoi. Quelques pistes en vrac :
  • Ton homme fuit-il les querelles?
  • As-tu tendance à donner un avis quand il exprime une opinon?
  • Quand il prend une décision et que tu n'es pas d'accord, comment l'exprimes-tu?
  • A-t'il des amis à lui, rien qu'a lui?
  • A-t'il une passion, un hobby qu'il pratique en dehors du cercle familial?

Entendons-nous, je ne te jette pas la pierre. Le mâle est un animal bien complexe qu'une réaction anodine mais inapproprié peut bloquer, surtout s'il se pense être le mâle dominant comme nous l'ont enseigné des années d'évolution!

En cogitant cette nuit, j'ai en fait l'impression de rester dans mon armure, bien au chaud derrière les tours de mon chateau-fort. En fait, le faux-self a tellement pris le pas sur moi, en 40 ans d’existence et de construction en béton armé, que je ne m'autorise pas à être moi, et (surtout je dirais presque) en couple. Avec une peur derrière : j'ai construit ma vie intime sur quelque chose qui n'est pas moi. Et si je deviens moi, je risque de tout perdre, de me retrouver encore plus seul.

Voilà, un peu désordre où m'a amené ton post. Est-ce transposable à ton homme?
Avatar de l’utilisateur
Maithril
 
Messages: 522
Âge: 43
Enregistré le: Jeu 15 Mai 2014 21:05
Localisation: Dans la forêt, à l'Est de Lutèce
Présentation: Ca, c'est vraiment moi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar lady space » Jeu 22 Mai 2014 09:33

Je ne sais pas si tu as lu Monique de Kermadec, notamment le chapitre sur le faux-self. Il en ressort très clairement que c'est au moment où la personne est en train de se défaire de son faux-self qu'elle est le plus vulnérable, car sans défense. Ajoutons à cela le fait qu'on a construit ce faux-self dans la toute première enfance, parce que l'on n'était pas accepté comme on était, que ce soit par ses parents ou, plus tard, en société.

C'est donc là-dedans que ton conjoint se débat et qu'il a déjà fait des progrès assez impressionnants en se libérant de ses parents. Et il continue son travail.

Maintenant, je vois que tu es en train de perdre patience, que tu aurais besoin que ce travail avance plus vite, et c'est ton droit. Seulement, ton conjoint est obligé d'avancer à son rythme, tu n'y peux rien, lui non plus. Et c'est là que tu dis ne plus pouvoir accepter qu'il n'exprime pas ses désirs en ta présence. Alors que le fait ne pas être accepté comme on est représente justement le nœud du problème.

Je comprends que ce stade soit douloureux pour toi, mais tu n'as aucune prise sur ce qui se passe chez ton conjoint. Tu n'as pas d'autre choix que d'accepter (accepter dans le sens "admettre/reconnaître que c'est comme ça en ce moment et que cette situation ne te plaît pas") cet état de fait : ton conjoint n'est pas encore systématiquement capable d'exprimer ses désirs vis à vis de toi. À mon sens, ils serait profondément irrespectueux (et aussi contradictoire) de chercher à le pousser à évoluer plus vite. Pour caricaturer, ça donnerait quelque chose comme "Mais bon sang - veux-tu enfin te mettre à vouloir quelque chose ?". S'il se pliait à ça, il ne serait de nouveau pas authentique, le résultat inverse de ce que tu souhaites. En outre, il relève du principe du respect et de la bienveillance fondamentale, que l'on doit à tout le monde, de d'abord accepter l'autre comme il est. Et c'est en même temps ta meilleure, sinon ta seule chance de le mettre assez en confiance pour qu'il puisse oser se dévoiler progressivement.

Je sais à quel point c'est difficile - on a tous nos moments où notre partenaire nous exaspère, où l'on aurait envie qu'il soit différent, qu'il change - mais on n'a pas de prise à ce niveau-là. Par contre, on peut toujours agir sur notre façon de voir, de vivre les choses, en prenant du recul pour voir ce qui se joue en nous-mêmes. C'est en avançant soi-même que l'on entretient la dynamique dans l'ensemble de notre entourage. Mais, là encore, ce que l'entourage en fait ne nous appartient pas.

Tu dis ensuite vouloir enfin découvrir ce qui se cache sous le masque, découvrir qui il est vraiment (et je suppose qu'il aimerait bien le voir lui aussi). Mais il n'est pas uniquement ce qui est encore caché ; il est en même temps tout ce qui est visible aujourd'hui, avec son histoire, ses joies, ses peurs, son parcours. Il y a certainement bien plus en lui que ce qui apparaît en ce moment, mais ce qui est déjà là, ou été là, c'est aussi lui.

Je ne sais pas si mon témoignage peut t'être utile, et mon vécu n'est très certainement pas généralisable, mais tu demandes si quelqu'un est passé par là et des pistes pour s'en sortir, donc voilà:

Pendant longtemps, j'ai eu une sensation comme si j'étais un fantôme qui se promène dans ma propre vie. Jusqu'au jour où j'ai compris cette histoire de faux-self et que j'ai reconstitué cette partie de mon histoire sur la base de ce qu'on m'a raconté à l'âge adulte, car je n'ai pas de souvenir propre de cette époque, j'étais trop petite. J'ai dû construire ce faux-self toute petite pour assurer ma survie autant psychique que physique face à une mère qui a perdu toute implication émotionnelle dans la relation avec son bébé (donc moi) et face à un père pas très présent non plus.

Je savais que ma mère était capable de craquer à tout moment, à tout laisser tomber, y compris moi, tant elle était fragile et prise par ses propres problèmes. J'avais donc intérêt à être facile à vivre, à ne pas lui poser de difficultés supplémentaires. Et voilà le petit soleil, toujours souriante, docile, qui gardait ses problèmes pour elle, qui cherchait à faire plaisir, à être ce qu'on lui demandait d'être, celle qui se débrouillait seule, sachant pertinemment qu'il n'y avait personne pour la soutenir. le tout dans l'espoir d'obtenir un peu d'affection, de reconnaissance. Sauf qu'aucun de mes parents n'était capable de m'en donner. Je n'ai jamais été maltraitée dans le sens qu'on donne habituellement à ce terme, mais j'ai grandi dans la plus grande indifférence ; les quelques fois que j'ai exprimé un désir, on ne m'a pas entendue, on n'en a pas tenu compte. Ils ont certainement fait tout ce qui leur était possible, mais le fait est que c'était insuffisant pour moi.

La reconnaissance, je l'ai trouvé plus tard, à l'école - ça tombait bien que je suis surdouée, au moins sur ce point, j'ai pu me débrouiller plutôt bien.

Seulement, ça impliquait une deuxième couche de faux-self - sociétal cette fois-ci. C'est-à-dire que j'ai vite compris que, pour avoir des amis (et j'en avais désespérément besoin), il valait mieux ne pas trop détonner. Donc avoir de bonnes notes, oui, mais surtout pas excellentes, sous peine d'être rejetée comme bêcheuse ou autre intello. Ne pas se faire remarquer en gros, faire profil bas - au point que j'ai fini par ne plus vraiment savoir ce qui était important pour moi ou pas. Et le fait de s'intéresser à 10 000 choses très différentes n'arrange rien non plus pour y voir clair.

J'ai ensuite déconstruit ce faux-self dans le sens inverse, les couches plus récentes et superficielles d'abord, à commencer par l'idée d'être obligée de me contorsionner, de me freiner, pour avoir des amis. Parce qu'il est évident que les amitiés "achetées" à force de se cacher n'apportent rien, étant donné qu'elles s'adressent à une personne qui n'existe pas vraiment.

Puis, j'ai pu régler certaines choses avec mes parents aussi. Parce que je suis grande maintenant, leur affection n'est plus vitale pour moi à l'heure actuelle. Par contre, leur indifférence a laissé des traces, entre autres un automatisme ou un schéma auquel je dois toujours encore faire attention : il s'agit de l'expérience que, plus une personne m'est proche, moins elle va entendre mes besoins et envies.

Et la personne qui m'est la plus proche aujourd'hui c'est mon mari. Et j'ai vu un réflexe assez contreproductif à l'œuvre : c'est de sa part que je m'attends le moins à être écoutée. Il m'a longtemps paru normal de ne pas lui faire part de mes désirs, tout simplement parce que je m'attendais pas à ce qu'il dise "oui", et parce que la peur de ne pas être écoutée à nouveau, d'être déçue encore une fois, était trop grande.

En plus, s'il y a une personne au monde aujourd'hui qui a encore le pouvoir de me blesser profondément, c'est bien mon mari. Ce serait vraiment très douloureux si j'arrivais à mettre la main sur quelque chose de très important pour moi (et je suis également toujours en train de chercher sous le masque, sans avoir une idée précise de ce que je risque de découvrir ou seulement de ce que je cherche) et qu'il serait contre, s'il ne comprenait pas...

Par contre, je sais maintenant que ses réactions, ce avec quoi il est d'accord ou pas, ne m'appartiennent pas. Ce qui me reste à faire, c'est donc de travailler sur moi, d'apprendre à ne pas me laisser atteindre par ce qui ne m'appartient pas.

J'ai longtemps eu moi aussi cette peur évoquée par Maithrill : et si je me montrais sous mon vrai jour et il ne m'aimait plus ? Je serais encore plus seule. Mais, tant que je me cache, je suis déjà seule dans ma cachette (ou dans mon armure), donc ça ne changerait pas grand chose. Puis, s'ensuit une autre question : est-ce que j'ai vraiment envie ou besoin de passer ma vie avec une personne qui ne m'accepte pas comme je suis ? De payer un prix très élevé, juste pour ne pas être seule (on va dire techniquement seule, car dans les faits, je le serais quand même, avec une personne à mes côtés à qui il faut cacher mes aspirations profondes) ? Pour ma part, la réponse est clairement "non". C'est ce que j'ai fait toute ma vie jusqu'à très récemment, je n'en suis pas encore sortie entièrement, mais ça m'a coûté bien trop cher, pour que je puisse envisager de persister dans cette voie, sous ce masque dont je sais maintenant qu'il a failli m'étouffer.

Et - contre toute attente de mon cœur peureux - mon couple a survécu :-)
Jeder ist ein Ausländer - fast überall.
(Slogan allemand des années 70/80 qui rappelle que nous sommes tous des étrangers quasiment partout dans le monde, sauf dans notre pays d'origine.)
Avatar de l’utilisateur
lady space
 
Messages: 1913
Âge: 52
Enregistré le: Ven 18 Fév 2011 17:41
Localisation: Alsace
Badges: 1
Ex Modérateur (1)
Présentation: vers mon orbite
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Kayeza » Jeu 22 Mai 2014 09:43

Maithril a écrit:Avec une peur derrière : j'ai construit ma vie intime sur quelque chose qui n'est pas moi. Et si je deviens moi, je risque de tout perdre, de me retrouver encore plus seul.

Je suis peut-être un peu fleur bleue, mais tant pis, j'assume. Je considère que ce qui nous attire chez l'autre, ce n'est pas seulement ce qu'il est mais ce qu'il peut devenir. Je suis persuadée que nous avons des antennes bien plus puissantes que ce que l'on ressent consciemment. Du coup, je me dis que si "tu deviens toi", madame sera peut-être... soulagée de découvrir enfin l'homme qu'elle pressentait mais qui semblait lui échapper ?
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4691
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Jeu 22 Mai 2014 10:10

Tipiak :

« Le hic, c'est que ce n'est peut-être pas forcément à toi de l'aider : C'est pas parce qu'on veut ou qu'on pourrait, qu'on doit.
C'est un peu difficile à formuler, mais la façon dont je vois les choses, c'est que la nature de la relation entretenue avec une personne donnée est un peu comme un filtre posé sur le champ des possibles : limitante, dans la mesure où certaines choses ne peuvent plus être de notre ressort, du fait de la nature de la relation, du rôle qu'on endosse vis-à-vis de cette personne. »


Une partie de moi sait que ce n’est pas à moi de l’aider. Ce que j’endosse est lié à mon histoire personnelle (à ce qui relève de l’enfance). Toute la difficulté est lorsque la compréhension des mécanismes est mise en lumière (que ce qui était inconscient devient conscient). Est-ce que je continue à vouloir réparer une blessure de mon enfance à travers la relation avec mon conjoint ? Ou est ce que je choisis d’aller vers autre chose ? Mais est-ce que toutes les relations de couple ne sont pas empreintes de tentatives de réparation de blessure remontant à l’enfance ? Est-ce que l’amour ce n’est justement pas de les dépasser pour aller vers une relation plus libre, plus adulte ?
Il ne s’agit plus de se sentir fautif ou coupable, mais de faire des choix. Qu’est-ce que je choisis maintenant ? Ai-je encore la force de nous donner du temps pour continuer à construire, à avancer ensemble ?

Parfois, le regard que l'on peut porter sur quelqu'un importe davantage que notre capacité à l'aider. Parfois, le fait de sentir la confiance de l'autre dans notre capacité à nous débrouiller et à être heureux est plus aidant que le fait de savoir que l'autre voit et comprends nos failles, et est prêt à nous aider. Car parfois, c'est grâce au regard de l'autre que l'on peut reconstruire le regard porté sur nous-même.

Toute la difficulté est que j’éprouve un manque (presque vital) face à sa difficulté à s’exprimer. C’est un manque quotidien et je ressens le besoin de son expression pour m’épanouir au sein de notre relation de couple. Ce manque devient si présent que la souffrance m’empêche de porter ce regard bienveillant.

Maithril :

Ce post m'a fait cogité toute la nuit, tellement elle me renvoie à ma propre histoire. Cette vision de l'autre binôme du couple m'aide à comprendre le pourquoi. Quelques pistes en vrac :


Je vais tenter de répondre à tes questions :

• Ton homme fuit-il les querelles?


Cela dépend. Avec sa famille ou à son travail, je sais qu’il peut entrer en conflit. Au sein de notre relation, il fuit effectivement les querelles.

• As-tu tendance à donner un avis quand il exprime une opinion?


Je dirai qu’avec le temps, j’ai appris à l’écouter et à ne plus donner systématiquement mon opinion. En particulier lorsqu’il me parle de son travail, j’essaie avant tout d’être à son écoute.

• Quand il prend une décision et que tu n'es pas d'accord, comment l'exprimes-tu?


En fait, il prend rarement des décisions pour lesquelles je manifeste un désaccord. J’ai le sentiment que cela arrive rarement car il tâte le terrain pour évaluer ce que j’en pense avant de voir s’il va m’en parler ou pas. Suivant ce qu’il perçoit (désaccord potentiel), je le soupçonne de mettre de coté ses envies. A d’autres moments, au lieu de vraiment prendre une décision, il formule des demandes, des permissions et là je m’agace (mais ce n’est généralement pas sur le fond, mais sur la forme). Je lui dis que je ne supporte pas de me retrouver dans cette situation, que je n’ai pas à choisir pour lui. Je lui dis que ce que je souhaite, c’est qu’il me parle de ses décisions et qu’on discute ensemble de la manière de s’organiser (contraintes quotidiennes, gestion des enfants).
Quand il prend une décision, je suis heureuse et je le lui dis. En revanche quand il ne prend pas de décision, l’irritation monte.

A-t-il des amis à lui, rien qu'a lui?


Oui. Mon conjoint a ses amis (il en voit certains régulièrement, à l’occasion de déplacements professionnels). Il fait également des sorties avec des amis (activités sportives)

• A-t-il une passion, un hobby qu'il pratique en dehors du cercle familial?


Il a des activités en dehors du cercle familial : autour de la musique et du sport. On ne peut pas parler de passion, car après quelques mois de pratique (1ou 2 ans) il se lasse ou s’ennuie et recherche une nouvelle activité.

« En cogitant cette nuit, j'ai en fait l'impression de rester dans mon armure, bien au chaud derrière les tours de mon chateau-fort. En fait, le faux-self a tellement pris le pas sur moi, en 40 ans d’existence et de construction en béton armé, que je ne m'autorise pas à être moi, et (surtout je dirais presque) en couple. Avec une peur derrière : j'ai construit ma vie intime sur quelque chose qui n'est pas moi. Et si je deviens moi, je risque de tout perdre, de me retrouver encore plus seul. »


Je retrouve bien mon conjoint dans ces phrases. Je pense qu’il a une peur terrible de me perdre en me montrant sa vraie personnalité. De mon coté j’ai la conviction que s’il n’enlève pas son masque, nous nous perdrons. S’il enlève son masque, je ne sais pas comment nous évoluerons. Ce que je sais, c’est que j’aimerais le connaître sans ce masque, pour savoir si nous nous correspondons vraiment une fois le masque retiré. De toute façon il sera forcément plus beau sans masque. Après il y a un risque que nos points d’intérêt ne se marient plus. Mais je veux prendre ce risque. Je préfère l’idée de le perdre une fois son masque retiré, que de le voir partir avec son masque.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Kayeza » Jeu 22 Mai 2014 10:25

O'Rêve a écrit: Mais est-ce que toutes les relations de couple ne sont pas empreintes de tentatives de réparation de blessure remontant à l’enfance ?

Je pense qu'une bonne partie des relations de couple sont effectivement basées là-dessus... Mais justement :
O'Rêve a écrit:Est-ce que l’amour ce n’est justement pas de les dépasser pour aller vers une relation plus libre, plus adulte ?

Oui !

C'est la question que je me pose en ce moment : cet amour que je ressens pour cet homme en particulier, et qui est basé pour une bonne partie sur ces mécanismes inconscients de réparation (Alice Mille en parle très bien*), serait-il toujours là si j'arrivais à dépasser ces mécanismes ? Dans ce cas précis, il me semble que l'attirance que j'ai pour lui est plus forte que ça, qu'elle la dépasse, mais je n'en suis pas sûre... En plus, il y a aussi son "faux-self" à lui, ou au moins ses mécanismes de réparation à lui. Alors si on s'en "guérit", est-ce qu'on se rapproche l'un de l'autre ou est-ce qu'on s'éloigne ? Il me semble que c'est impossible à savoir à l'avance, mais je veux bien courir le risque. Car comme tu dis, O'Rêve :
O'Rêve a écrit: Je préfère l’idée de le perdre une fois son masque retiré, que de le voir partir avec son masque.


(* Elle considère que le remède à ce désir de réparation, c'est de faire le deuil de toutes ces choses qu'on n'a pas reçues, pour avancer vraiment et cesser d'être dans le regret et la répétition. J'avoue que je n'ai pas vraiment compris comment il faudrait s'y prendre, j'y travaille encore...)
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4691
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Maithril » Jeu 22 Mai 2014 13:32

O'Rêve a écrit:Mais je veux prendre ce risque. Je préfère l’idée de le perdre une fois son masque retiré, que de le voir partir avec son masque.

lady space a écrit:je suis déjà seule dans ma cachette (ou dans mon armure), donc ça ne changerait pas grand chose. Puis, s'ensuit une autre question : est-ce que j'ai vraiment envie ou besoin de passer ma vie avec une personne qui ne m'accepte pas comme je suis ? De payer un prix très élevé, juste pour ne pas être seule (on va dire techniquement seule, car dans les faits, je le serais quand même, avec une personne à mes côtés à qui il faut cacher mes aspirations profondes) ?

Je pense que vous avez mis le doigt là ou ca fait mal. Et je parie que ca va me faire cogiter...
Avatar de l’utilisateur
Maithril
 
Messages: 522
Âge: 43
Enregistré le: Jeu 15 Mai 2014 21:05
Localisation: Dans la forêt, à l'Est de Lutèce
Présentation: Ca, c'est vraiment moi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Jeu 22 Mai 2014 19:52

Merci Lady Space pour ton témoignage franc et sincère.

Je comprends que ce stade soit douloureux pour toi, mais tu n'as aucune prise sur ce qui se passe chez ton conjoint. Tu n'as pas d'autre choix que d'accepter (accepter dans le sens "admettre/reconnaître que c'est comme ça en ce moment et que cette situation ne te plaît pas") cet état de fait : ton conjoint n'est pas encore systématiquement capable d'exprimer ses désirs vis à vis de toi. À mon sens, il serait profondément irrespectueux (et aussi contradictoire) de chercher à le pousser à évoluer plus vite. Pour caricaturer, ça donnerait quelque chose comme "Mais bon sang - veux-tu enfin te mettre à vouloir quelque chose ?". S'il se pliait à ça, il ne serait de nouveau pas authentique, le résultat inverse de ce que tu souhaites. En outre, il relève du principe du respect et de la bienveillance fondamentale, que l'on doit à tout le monde, de d'abord accepter l'autre comme il est. Et c'est en même temps ta meilleure, sinon ta seule chance de le mettre assez en confiance pour qu'il puisse oser se dévoiler progressivement.


Je pense que tu as entièrement raison dans ce que tu écris. Je me demande en faite si avec mon vécu personnel et les émotions que cela suscite si je vais réussir à accepter, à être à ses cotés sans "trop" le blesser et à être à ses cotés sans m’oublier. Telles sont les questions qui vont guider mes choix pour l’avenir.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar arizona » Ven 23 Mai 2014 01:27

Offtopic :
Je ne me sens pas concernée par ce topic, mais dis donc lady space, tu m'as scotchée encore une fois. Ce que tu dis est tellement juste, et bien exprimé !
Si nous n'étions pas d'ici, nous serions l'infini.
D'une chanson.
Avatar de l’utilisateur
arizona
 
Messages: 1113
Images: 14
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 9 Mai 2013 08:00
Présentation: presentations/arizona-t3599.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Maithril » Ven 23 Mai 2014 08:59

Comme attendu, vos propos, les filles, ont fait fonctionner mon cerveau pendant mon sommeil, et dans le train, je n'ai plus qu'à rassembler les idées. J'espère que ca va aider O'rêve à mieux comprendre ce que peut ressentir son homme.

En fait, j'ai l'impression qu'avec ma muraille, mon faux-self, j'ai réussi à me construire ce que la thermodynamique appelle un équilibre métastable.
Image


Donc, même si je sais que là ou je suis n'est pas l'idéal, que je ne suis pas moi, j'y trouve un certain confort. Et ce confort, ça reste une vie familiale, le fait de ne pas être totalement seul tous les soirs, de partir en vacances, de voir du monde, avec en plus des oasis que je me suis construit où je peux être réellement moi. Ces petits oasis sont rares, mais me permettent de ne pas sombrer.

Etre moi, totalement moi à la maison, c'est prendre ce risque, de casser cet équilibre que j'ai mis 40 ans à construire. Tu ajoutes à cela qu'en étant hypersensible, je ne tiens pas à prendre des critiques de la mère de mes enfants sur ce que je commence à prendre conscience comme étant moi. C'est pour cela, que je me renferme sur moi-même, avec un espoir (vain????) qu'en donnant un tout petit peu le change, je peux conserver cet équilibre précaire. Un peu comme un naufragé qui se rattache à son radeau de fortune où il sait qu'il peut continuer à vivre, même s'il prend l'eau.
Avatar de l’utilisateur
Maithril
 
Messages: 522
Âge: 43
Enregistré le: Jeu 15 Mai 2014 21:05
Localisation: Dans la forêt, à l'Est de Lutèce
Présentation: Ca, c'est vraiment moi
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Sam 24 Mai 2014 12:54

Maithril, ta comparaison avec la thermodynamique me parle. Merci.

Tous ces échanges me redonnent l'espoir. Que l'on peut y arriver, que l'on va y arriver.
Hier matin, je me suis réveillée avec une jolie image en tête. Je voyais un joli petit jardin, avec des pâquerettes. Ce petit jardin, une voix m’a soufflé que c’était celui de mon conjoint. Et que je pouvais y cueillir des fleurs ou bien juste les regarder. Que ce jardin était appelé à évoluer, à se transformer, avec des nouvelles variétés. Cette image me parle et me renvoie à nouveau aux mots de Lady Space :

« Tu dis ensuite vouloir enfin découvrir ce qui se cache sous le masque, découvrir qui il est vraiment (et je suppose qu'il aimerait bien le voir lui aussi). Mais il n'est pas uniquement ce qui est encore caché ; il est en même temps tout ce qui est visible aujourd'hui, avec son histoire, ses joies, ses peurs, son parcours. Il y a certainement bien plus en lui que ce qui apparaît en ce moment, mais ce qui est déjà là, ou été là, c'est aussi lui. »


Je vois déjà de jolies pâquerettes dans le jardin de mon conjoint. Et elles mes font du bien.

Hier, j’ai également rencontré un livre « Ensemble, mais seuls » de Christophe Fauré. Le résumé et le sommaire m’ont attiré. Je vais me plonger dans sa lecture.
http://www.christophefaure.com/content/view/26/14/
J’espère y trouver des pistes à explorer…
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Ven 3 Oct 2014 22:56

Couple et faux self, la suite….
Depuis mon dernier post, et en quelques mois, notre relation de couple a nettement évolué. Je m’explique : alors que la relation avec mon conjoint était « en sursis » au printemps 2014, la période estivale a semé de belles petites graines dans notre relation. Depuis quelques temps, mon conjoint prend plus de décisions, s’implique plus, n’attend pas forcément un assentiment de ma part pour oser entreprendre. Il ose parler de ses désirs, s’affirme. Son « faux-self » au sein du couple s’efface et je ressens une certaine forme de soulagement à voir la carapace se fissurer !
Ainsi, nous faisons de nouveaux projets (où nous nous impliquons tous les deux) : par exemple envisager des travaux dans notre maison. En quelques semaines, mon conjoint s’est réinvesti dans la « gestion de la maison » et le partage des tâches. Il communique sur ses désirs plus facilement, et il est plus facile maintenant de planifier nos activités communes et nos activités « seuls », en en discutant, en se partageant le temps, en tenant compte de la présence des enfants. C’est comme si il se réappropriait une place. C’est une métamorphose positive. Ça me fait un bien immense, et ça donne de la liberté au sein de notre couple !
Ces modifications dans son comportement ont commencé vers le début de l’été. Nous avons discuté du ou des déclics qui ont été les initiateurs de son changement. Il m’a révélé que depuis le bilan psychologique, il développait une plus grande « bienveillance » (selon ses propres termes) envers lui-même.
Il m’a également avoué que son épanouissement au travail le questionnait beaucoup et que ses questionnements rejaillissaient sur notre vie privée. Depuis quelques temps il constate qu’il peut faire une distinction entre les deux, qu’il peut nourrir la relation de couple même si il est en questionnement sur son avenir professionnel.
Il a également évoqué qu’il procrastinait volontiers dans notre univers privé. Mais il a compris récemment qu’à trop procrastiner, il mettait en péril notre relation (à toujours repousser, à ne pas s’investir sur des réflexions de projet de couple…). Ces différentes prises de conscience se sont faites parallèlement et ont apporté de la souplesse, une respiration, des petites lumières dans notre relation.
Voili voilou. J’ai eu envie de partager un instant T de notre relation de couple. Pour souffler une note d’optimisme dans la bulle du faux self qui recroqueville.
La carapace du faux self peut se craqueler. Il existe des failles dans la coquille, failles dont les mystères sont à percer et les clés à trouver.
De mon coté, après avoir longtemps pensé que je pourrais l’aider, le sauver, le métamorphoser par ma présence a ses cotés, j’ai compris récemment que je ne pourrais jamais être une clé. Son chemin, je l’ai vu, en quelques mois le parcourir seul. J’ai senti que sa transformation était intérieure. Son changement il le doit à lui, au chemin qu’il a parcouru.
Je suis fière de lui, et maintenant j’ai envie de vivre pleinement aux cotés de ce nouvel homme, plus épanoui.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Yniel » Sam 4 Oct 2014 16:37

Merci pour ton retour d'expérience.
Je suivais ce sujet sans participer, parce qu'il me touche de trop près. Ton histoire est mot pour mot la mienne, si ce n'est que mon mari n'est pas diagnostiqué (mais de plus en plus je me demande ce que serait le résultat...) et que son armure il la porte en continu même avec ses amis proches. Particulièrement costaude son armure...
On en est arrivés à un point que normalement d'ici 2 semaines nous serons séparés. Ce qui m'insupporte, même si vivre à ses côtés est une souffrance.
J'ai passé le test pour trouver une piste de réflexion, et une psy qui saurait me guider dans mes réflexions. Ce sujet m'a également bien aidé à faire le tri dans mes pensées à propos de ma relation avec mon mari. Déja grand merci !

J' ai retiré de toutes les pistes de réflexion que c'est à lui de vouloir évoluer, et que je ne peux qu'essayer de l'accompagner s'il le désire.
Mais pour l'instant il ne voit aucun intérêt à évoluer, et me pousse à partir "si c'est cela qui doit m'aider à aller mieux", telle est forte son armure contre ses sentiments. Jamais il ne m'a dit que j'allais lui manquer ou quoi que ce soit d'autre. Juste de faire au mieux pour moi.
Alors Lundi soir nous avons un rdv chez la psy qui m'a fait passer le bilan. Elle m'a proposé de nous voir, sans parler douance, juste pour essayer de nous aider.
J'espère que ce sera un point de départ de réflexion personnelle pour lui. Et donc d'une évolution pour nous deux. Je ne peux pas faire plus que lui donner un lieu où il aura une écoute et une aide, s'il en comprend l'utilité.

Ton témoignage d'évolution de ton conjoint me redonne de l'espoir, deux jours avant notre rdv.
« La vérité est recherchée pour elle-même. Et ceux qui sont engagés dans une quête du savoir par goût de la vérité ne sont pas intéressés par autre chose. La recherche de la vérité est difficile et la route qui y conduit est ardue... »

Alhazen
Avatar de l’utilisateur
Yniel
 
Messages: 561
Âge: 40
Enregistré le: Dim 6 Avr 2014 22:05
Présentation: Présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Dim 5 Oct 2014 14:19

Il y a quelques mois, ce qui me faisait le plus souffrir, c'était que toute mise en mouvement dans notre relation échouait. La relation était totalement bloquée, figée. Ses attitudes me laissaient penser qu'il n'avait plus envie de l'investir.
Je me revois un soir, alors que les enfants étaient couchés, aller vers le jardin délaissé par mon conjoint (partage des tâches :'( ), et regarder les arbustes en train de crever, étouffés par le lierre, les fougères et les ronces que je voyais progresser et gagner du terrain depuis plusieurs années ... Toute tentative pour trouver une solution pour ce jardin à l'abandon échouait. Les propositions tentées : "si tu n'as pas le temps de t'en occuper, nous pouvons embaucher une personne. Dis moi ce que tu en penses..." "Nous pouvons nous redistribuer les tâches : je peux peut-être prendre en charge une partie de l'entretien du jardin?..."Sauf qu'il ne prenait jamais de décision, ne donnait pas de réponse : le faire lui même ou appeler une personne pour prendre en charge l'entretien ou se redistribuer les tâches...cela pendant plusieurs années.
Alors ce soir là, j'ai pris mes gants, j'ai arraché et arraché du lierre en pleurant. il m'a regardé faire. Il n'a rien dit.
Le lendemain ,je lui ai montré les monticules de lierre et je lui ai dit : "Notre jardin, il est à l'image de notre relation. Il est en train de crever et ça me rend triste."
Je n'oublie pas la souffrance au quotidien. Bloquer le mouvement, la vie, la respiration dans le couple, voila ce qu'un faux self construit depuis des années peut introduire comme souffrance à l'intérieur de la relation de couple.
La rencontre de demain pourra peut-être ouvrir un souffle pour relancer un mouvement au sein de la relation. Je l'espère pour vous. Merci pour ton témoignage.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar O'Rêve » Mar 16 Déc 2014 23:00

Au mois d’octobre, je percevais la sortie du tunnel de nos difficultés de couples mais l’embellie n’a pas duré…
C’est comme si mon conjoint surfait sur des vagues : il monte, il redescend, se fait engloutir par des rouleaux. C’est dur.
Dans le courant du mois de novembre, mon conjoint a terminé un bilan de compétence. De ce bilan, il a retenu qu’il avait des besoins d’approbation et des attentes de « retour social » élevés. Il vit ces données comme une preuve de nullité, de défaillance. Il est en proie à une colère rentrée qui le ronge. Depuis ces « résultats », il a complètement perdu confiance en lui et cela se ressent également au niveau de notre couple.

Alors que pendant la période d’embellie, il développait une plus grande bienveillance envers lui-même, qu’il exprimait ses désirs plus facilement au sein du couple, les résultats de son bilan l’ont totalement décontenancé. C’est comme si les résultats de son bilan le condamnaient à être ce qui y était écrit. Il a perdu sa bienveillance envers lui-même et se comporte de façon à correspondre à ce qu’il a retenu du bilan : ainsi il est retombé dans un schéma où il recherche l’approbation tout en étant dans une forme de rejet qu’il manifeste par une forte colère rentrée.
Il est retombé dans des attitudes déroutantes et déstabilisantes.
Régulièrement, je ne reçois pas des réponses lorsque je lui pose des questions : ni oui, ni non, ni je ne sais pas, ni plus tard…
Parallèlement, il prend des décisions et me met également devant des faits accomplis ou alors il ne tient pas compte du discours que j’ai tenu.
Par exemple, nous programmons des sorties. Les deux sorties qui nous intéressent se révèlent être des vendredi soir qui se suivent (2 semaines de suite). Mon travail me demande de m’organiser avec mes collègues pour pouvoir faire des sorties le soir. Je lui dis que je vais m’arranger avec mes collègues pour faire une sortie (le 1er vendredi), mais que je ne me sens pas de demander un arrangement pour le 2ème vendredi. Et bien il a tout de même acheté 2 places pour la sortie n°2 (en plus de la n°1) et m’a redemandé quelques jours avant la sortie n°2, si je ne pouvais pas y aller avec lui. Je lui ai redit que non et lui ai suggéré d’inviter quelqu’un pour l’accompagner.
A d’autres moments, il pense à ma place sans vérifier. Le dernier exemple concerne l’achat du sapin de Noel. Un dimanche matin, je suggère que l’un de nous aille acheter le sapin, et que l’autre aille faire les courses pour le repas. Il propose d’aller acheter le sapin et commence à préparer les enfants. Je lui demande alors s’il a envie d’y aller avec les 2 enfants (je suis étonnée qu’il habille le plus petit, car ce ne sera pas très pratique de porter le plus petit avec le sapin). Il me répond qu’il a envie d’y aller avec le plus grand mais qu’il pensait que je voulais qu’il y aille avec les 2 enfants. Je lui dis que ce n’était pas mon souhait et que je vais m’occuper du plus petit pendant qu’il va chercher le sapin avec le plus grand.

Ce ne sont que quelques exemples (et je vais m’arrêter là) mais dans le quotidien ils se répètent et être retombés dans ces schémas relationnels me mine, surtout après avoir vécu l’embellie.
Dans ces moments, je me sens triste et perdue. Je me mets à penser à autre homme que j’ai vu à plusieurs reprises lors d’évènements professionnels, un homme qui m’a troublé. Un homme à qui je n’ai pourtant encore jamais parlé. Je me prends parfois à rêver d’une nouvelle relation, et ça me fait peur. Je vis entre l’envie de revoir cet homme et le souhait de fuir cette possible rencontre.
Au moment de l’embellie avec mon conjoint, je ne pensais plus à cet homme. Je suis triste de me voir rêver une autre histoire car je ne me sens pas bien dans mon couple en ce moment.
Avatar de l’utilisateur
O'Rêve
 
Messages: 251
Enregistré le: Mar 1 Avr 2014 18:56
Présentation: presentations/reve-t4816.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Kayeza » Mer 17 Déc 2014 18:51

Pas facile, tout ça... Je ne suis pas psy ni conseillère conjugale, mais je voudrais juste dire une chose : je trouve assez naturel que tu penses à quelqu'un d'autre quand ça ne va pas trop dans ton couple. Et ce n'est pas parce que tu y penses que tu te rends coupable d'infidélité... Quand ça ne va pas trop, on a tous besoin de s'évader dans la tête, ça me parait tout à fait humain. Tout ça pour dire : la situation est compliquée, pas besoin d'en rajouter avec de la culpabilité...

Est-ce tu as quelqu'un de confiance avec qui parler de tout ça ? Voire un.e psy ? Voire carrément, on peut rêver, quelqu'un qui pourrait vous recevoir tous les deux dans le cadre d'une thérapie de couple ? Tout ça pour dire : ne reste pas seule avec ça, tu as besoin d'aide (et lui aussi d'ailleurs, mais tant qu'il ne verra pas, tu ne pourras rien faire pour lui).

Courage !
"Our life is not our own - from womb to tomb we are bound to others." Cloud Atlas
Avatar de l’utilisateur
Kayeza
Galette de Riz
 
Messages: 4691
Images: 52
Âge: 38
Enregistré le: Mar 25 Oct 2011 17:46
Localisation: ... et à l'oeil !
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: C'est qui, déjà ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar Yniel » Jeu 18 Déc 2014 10:00

O'Rêve a écrit:Au mois d’octobre, je percevais la sortie du tunnel de nos difficultés de couples mais l’embellie n’a pas duré…
C’est comme si mon conjoint surfait sur des vagues : il monte, il redescend, se fait engloutir par des rouleaux. C’est dur.
Dans le courant du mois de novembre, mon conjoint a terminé un bilan de compétence. De ce bilan, il a retenu qu’il avait des besoins d’approbation et des attentes de « retour social » élevés. Il vit ces données comme une preuve de nullité, de défaillance. Il est en proie à une colère rentrée qui le ronge. Depuis ces « résultats », il a complètement perdu confiance en lui et cela se ressent également au niveau de notre couple.

Alors que pendant la période d’embellie, il développait une plus grande bienveillance envers lui-même, qu’il exprimait ses désirs plus facilement au sein du couple, les résultats de son bilan l’ont totalement décontenancé. C’est comme si les résultats de son bilan le condamnaient à être ce qui y était écrit. Il a perdu sa bienveillance envers lui-même et se comporte de façon à correspondre à ce qu’il a retenu du bilan : ainsi il est retombé dans un schéma où il recherche l’approbation tout en étant dans une forme de rejet qu’il manifeste par une forte colère rentrée.
Il est retombé dans des attitudes déroutantes et déstabilisantes.
Régulièrement, je ne reçois pas des réponses lorsque je lui pose des questions : ni oui, ni non, ni je ne sais pas, ni plus tard…
Parallèlement, il prend des décisions et me met également devant des faits accomplis ou alors il ne tient pas compte du discours que j’ai tenu.
Par exemple, nous programmons des sorties. Les deux sorties qui nous intéressent se révèlent être des vendredi soir qui se suivent (2 semaines de suite). Mon travail me demande de m’organiser avec mes collègues pour pouvoir faire des sorties le soir. Je lui dis que je vais m’arranger avec mes collègues pour faire une sortie (le 1er vendredi), mais que je ne me sens pas de demander un arrangement pour le 2ème vendredi. Et bien il a tout de même acheté 2 places pour la sortie n°2 (en plus de la n°1) et m’a redemandé quelques jours avant la sortie n°2, si je ne pouvais pas y aller avec lui. Je lui ai redit que non et lui ai suggéré d’inviter quelqu’un pour l’accompagner.
A d’autres moments, il pense à ma place sans vérifier. Le dernier exemple concerne l’achat du sapin de Noel. Un dimanche matin, je suggère que l’un de nous aille acheter le sapin, et que l’autre aille faire les courses pour le repas. Il propose d’aller acheter le sapin et commence à préparer les enfants. Je lui demande alors s’il a envie d’y aller avec les 2 enfants (je suis étonnée qu’il habille le plus petit, car ce ne sera pas très pratique de porter le plus petit avec le sapin). Il me répond qu’il a envie d’y aller avec le plus grand mais qu’il pensait que je voulais qu’il y aille avec les 2 enfants. Je lui dis que ce n’était pas mon souhait et que je vais m’occuper du plus petit pendant qu’il va chercher le sapin avec le plus grand.

Ce ne sont que quelques exemples (et je vais m’arrêter là) mais dans le quotidien ils se répètent et être retombés dans ces schémas relationnels me mine, surtout après avoir vécu l’embellie.
Dans ces moments, je me sens triste et perdue. Je me mets à penser à autre homme que j’ai vu à plusieurs reprises lors d’évènements professionnels, un homme qui m’a troublé. Un homme à qui je n’ai pourtant encore jamais parlé. Je me prends parfois à rêver d’une nouvelle relation, et ça me fait peur. Je vis entre l’envie de revoir cet homme et le souhait de fuir cette possible rencontre.
Au moment de l’embellie avec mon conjoint, je ne pensais plus à cet homme. Je suis triste de me voir rêver une autre histoire car je ne me sens pas bien dans mon couple en ce moment.


C'est mot pour mot ce que je vivais au quotidien... à chaque instant, pour chaque décision, chaque aspect de notre vie (pas vraiment) commune.
La mort dans l'âme je l'ai quitté. Il ne m'a rien dit, ne me dit toujours rien, mais moi je vais totalement mieux. Juste triste de voir que je n'aurais pas été suffisante pour le pousser à doucement enlever son armure. Que même pour moi il n'aura pas essayé une seule fois. Même après avoir compris.

Bon courage O'rêve, tu as pu voir sous l'armure, tu sais qu'il peut peut être réussir. Et je sais combien c'est dur, je t'envoie toutes mes pensées.
« La vérité est recherchée pour elle-même. Et ceux qui sont engagés dans une quête du savoir par goût de la vérité ne sont pas intéressés par autre chose. La recherche de la vérité est difficile et la route qui y conduit est ardue... »

Alhazen
Avatar de l’utilisateur
Yniel
 
Messages: 561
Âge: 40
Enregistré le: Dim 6 Avr 2014 22:05
Présentation: Présentation
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Relation de couple et faux self

Messagepar joran » Jeu 18 Déc 2014 23:42

Bonsoir O Rêve
Votre situation est difficile, et je vous souhaite beaucoup de courage à tous les deux.
Parce que malgré tout je pense que ton mari fort souffrir aussi, d'une part de voir votre relation qui se détériore, et d'autre part, de son attitude.
J'ai une amie qui emploi le terme, en parlant d' elle, mais on peut transposer, de handicapée des sentiments.
Encore une fois, je te souhaite beaucoup de courage
"Il n'est point de bonheur sans liberté,
ni de liberté sans courage."

Périclès
Avatar de l’utilisateur
joran
 
Messages: 1076
Âge: 40
Enregistré le: Dim 26 Juin 2011 00:39
Localisation: *au pied de la montagne*
Présentation: iuhbvfuigylkayg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Suivante

Retourner vers Discussions et Débats

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Sondage: couple HP/non HP
1, 2, 3par isil » Mar 25 Fév 2014 19:48

Réponses: 66

Vus: 8040

Dernier message par Traum Voir le dernier message
Mer 25 Jan 2017 23:08

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invités