Nous sommes le Sam 23 Sep 2017 12:03


Douance et sommeil

Pour des raisons de cohérence de l'ensemble et pour présenter à nos visiteurs une information fiable et claire, cette section est réservée en écriture aux surdoués diagnostiqués.

Modérateur: Bradeck

Re: Douance et sommeil

Messagepar Mlle Rose » Ven 28 Fév 2014 22:07

Han ! Tu pourrais faire une traduc pour les boulets de l'anglais !
Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. E. de la Boétie
NB : Je ne réponds pas aux questions perso en mp, je manque cruellement de temps pour ça et déteste répondre aux gens à l'arrache. Donc... merci d'éviter :f:
Avatar de l’utilisateur
Mlle Rose
 
Messages: 12696
Images: 86
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:56
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Ven 28 Fév 2014 22:10

Purée, je galère déjà à me concentrer pour le lire.... Je vais essayer, délai 60 mois :D
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11406
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar madeleine » Dim 2 Mar 2014 14:09

Pour Mlle Rose et les autres non anglophones, j'ai fait une petite traduc razmoket

Foster traduc.doc


C'est vrai que ça donne à réfléchir, mais faudrait affiner le rapport avec le surdon, non ? Parce qu'il propose un lien avec les pathologies mentales, mais peut-on extrapoler ? Le sommeil des personnes surdouées n'est pas systématiquement perturbé, cf l'étude en lien http://www.ihbv.nl/tl_files/Afbeeldinge ... p_2011.pdf.
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar TourneLune » Dim 2 Mar 2014 17:40

Ah non, aucun rapport avec le surdon dans ce texte, juste avec le post de Géocoucou précédemment :lol:
Pour les mp qui ne sont pas à caractère personnel, merci d'envoyer vos messages au groupe " modérateurs globaux", ce sera plus efficace ;)
Avatar de l’utilisateur
TourneLune
 
Messages: 11406
Images: 357
Âge: 38
Enregistré le: Mar 1 Fév 2011 13:50
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar madeleine » Dim 2 Mar 2014 18:10

Ah oui, ça me rassure :D
le chemin est long et la pente est rude, oui, mais le mieux, c'est le chemin, parce que l'arrivée, c'est la même pour tout le monde... Aooouuuh yeaah...
avec l'aimable autorisation de P.Kirool
Avatar de l’utilisateur
madeleine
Ninja Traductor
 
Messages: 2991
Images: 0
Âge: 50
Enregistré le: Jeu 9 Jan 2014 10:16
Localisation: clermont-ferrand
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: presentations/contente-vous-connaitre-t4411.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Géocoucou » Ven 7 Mar 2014 20:08

Bah moi ça ne me rassure pas du tout :rofl: !

Sérieusement, le sommeil est très important... C'est comme une "faiblesse" universelle mais ça a du sens. Détachement, abandon, ordre qui se fait à l'intérieur.

Je vous dirai si la luminothérapie est efficace :ensoleillé: . Je dois dire que la question de la lumière me préoccupe. Je cherche beaucoup LA bonne lumière, et je regarde le nombre de kelvins affichés sur les ampoules, les lumens, les watts, l'indice de rendu des couleurs et compagnie avant d'acheter. Comme si ma santé en dépendait... et peut-être qu'elle en dépend un peu. Dans les grandes villes, entre les ombres des immeubles, les transports souterrains et la pollution on est peu gâté de ce côté-là...

Wait and see.
"Prévot, dans les débris, a découvert une orange miraculeuse. Nous nous la partageons. J’en suis bouleversé, et cependant c’est peu de chose quand il nous faudrait vingt litres d’eau." A. de Saint-Exupéry, Terre des hommes
Avatar de l’utilisateur
Géocoucou
 
Messages: 242
Âge: 38
Enregistré le: Lun 29 Juil 2013 11:00
Localisation: Port de la lune
Présentation: Vers la lumière ?
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Dok » Ven 16 Mai 2014 13:11

Depuis toujours, du moins aussi loin que vont mes souvenirs, le sommeil n'a jamais été un problème en soi. Peu importe l'endroit où je me trouve, je parviens à le trouver. Bien sûr, comme toutes et tous, j'ai traversé des périodes de cauchemars durant l'enfance. Deux cauchemars récurrents pour être précis. Le même scénario, la même angoisse au réveil. Mais aussi puissants eussent-ils été, jamais ils ne m'ont empêché de m'endormir. Avec le temps, j’ai appris à les combattre, à sortir vainqueur d’une lutte que je croyais initialement vouée à l’échec. Tout seul, comme un grand, je me suis attelé à les dompter quand ils surgissaient, sans m’éveiller. Cela a pris de longues années.

Généralement, il ne faut pas plus de quelques minutes, parfois cela se chiffre en secondes, pour m'assoupir. Pour beaucoup, c'est l'incompréhension. Comment peux-tu avoir l'outrecuidance de dormir aussi vite dans une situation aussi délicate? Comment peux-tu te mettre en mode off alors que tu (nous) traverses (traversons) une période des plus graves?
Il m'arrive quelque fois d'en éprouver une certaine honte, de me dire que je n'accorde pas beaucoup d'importance aux événements de la vie. Honte qui se transforme à d'autres moments en amertume vis-à-vis de moi-même. Oui, je m'en veux de m'être endormi trop rapidement quand, pour d'autres qui vivent un drame similaire, le marchand de sable se fait attendre. Le souvenir de la mort de mon grand-père paternel me revient à l'instant. Le jour de l'annonce, je devais être âgé de 8 ans. L'appétit n'y était pas et pourtant, j'adore les chicons au gratin (roulades de jambons farcies d'endives, le tout saupoudré de béchamel, de fromage râpé et cuit au four à 180° pendant 30 minutes). Rien. Je n'ai rien pu avaler. Le lendemain matin, j'étais en colère contre moi-même. En colère de m'être endormi comme une masse, malgré la perte de l'une des personnes qui a le plus compté pour moi. J'avais cette sensation de l'avoir laissé tomber, abandonner, lui, cet homme que j'ai tant aimé. Je l’ai encore, d’ailleurs. Bien qu’il s’agisse ici d’un élément antérieur à l’endormissement, il en est de même pour ceux qui auront lieu après cette phase de repos. Quel que soit le projet à mener, aucun n’entravera la mise en veille. Il n’est pas question d’insouciance, enfin je le crois, car je reste lucide et mesure très bien l’ampleur que certains projets peuvent avoir dans mon quotidien. Mais acheter du pain le lendemain ou changer d’orientation professionnelle dans les mois à venir sont deux projections dont l’impact sur l'endormissement, à savoir presque nul, est quasiment identique.

Pourquoi moi et pas les autres? Je n'ai pas de réponse limpide. Depuis tout môme, je vis mon existence de l'intérieur. Je puise ma force, mon énergie en moi contrairement à d'autres personnes capables d'emmagasiner celle que les autres leur proposent, offrent par leurs interactions. Je puise tellement dans mes réserves propres pour rester au contact du monde qu'à un instant donné, les stocks sont vides. Plus de jus. Plus de courant. Le témoin du niveau de chargement des batteries s'est lui aussi éteint. Pour faire écho au topic traitant de la sédentarisation, je suis un voyageur physiquement statique. Le vécu en interne est si harassant que le bivouac s’impose de lui-même. Pas le temps de planter la tente que je roupille sur le gazon du voisin de palier. Souvent, il m’est arrivé de m’assoupir alors que je ne me trouvais pas encore en position allongée. Assis sur le bord du plumard, endormi la tête baissée, les avant-bras posés sur les genoux, les pantoufles aux pieds, les lunettes sur le nez, la lumière allumée.

J’ai jusqu’à présent beaucoup parlé du démarrage mais pour ce qui est de l’intervalle entre deux phases d’éveil, je dors d’un trait, à quelques exceptions près. Pas d’insomnies, pas de sommeil saccadé, pas de maux de tête… Non, c’est une ligne droite, tout ce qui a de plus rectiligne. Pas de soubresauts. Rien de l’intérieur (stress, faim, tristesse, joie…) pour entacher la nuit mais rien, également, de l’extérieur. Je dors d’un sommeil profond. Le bruit, les mouvements, la température, l’humidité… ne m’arrachent presque jamais de l’hibernation, hormis la sonnerie du réveil (mais cela ne fait que quelques années que je l’entends). Cela est ainsi et je n’y peux rien.

C’est drôle… à me relire, je donne l’impression de m’en excuser. Enfin, drôle…

Caractéristique, je grince des dents en dormant. Outre le fait que je pète l’émail de mes dents, cela peut empêcher les voisins de pioncer tranquille. Il paraît que cela s’appelle le bruxisme. Les raisons de ce comportement sont à ce jour encore méconnues. La facture du dentiste, moins. Pour certains, l’anxiété y joue un rôle prépondérant et serait à l’origine de tensions musculaires nocturnes. Mon sommeil ne serait donc pas si paisible que je veux bien l’entendre.

Voilà en quelques lignes ma relation au sommeil. Je passe le relais.

Juste un dernier mot : avant de m'endormir, j'adore poser une oreille contre l'oreiller en cherchant à entendre une mélodie toute particulière et qui ressemble à des bruits de pas dans les graviers. C'est ma berceuse favorite.
Avatar de l’utilisateur
Dok
 
Messages: 959
Enregistré le: Sam 23 Nov 2013 20:39
Présentation: 44 minutes...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar sanders » Sam 18 Mar 2017 17:42

Je ne souscris pas trop au titre de ce topic mais il a le mérite d'exister, d'être bien riche en expériences et de parler des troubles du sommeil. Je suis en plein dedans depuis 6 ou 7 ans.


Dok a écrit:Depuis toujours, du moins aussi loin que vont mes souvenirs, le sommeil n'a jamais été un problème en soi. Peu importe l'endroit où je me trouve, je parviens à le trouver...

... Généralement, il ne faut pas plus de quelques minutes, parfois cela se chiffre en secondes, pour m'assoupir. ...

... pour ce qui est de l’intervalle entre deux phases d’éveil, je dors d’un trait, à quelques exceptions près. Pas d’insomnies, pas de sommeil saccadé, pas de maux de tête… Non, c’est une ligne droite, tout ce qui a de plus rectiligne. Pas de soubresauts. Rien de l’intérieur (stress, faim, tristesse, joie…) pour entacher la nuit mais rien, également, de l’extérieur. Je dors d’un sommeil profond. Le bruit, les mouvements, la température, l’humidité… ne m’arrachent presque jamais de l’hibernation, hormis la sonnerie du réveil (mais cela ne fait que quelques années que je l’entends). Cela est ainsi et je n’y peux rien.

Caractéristique, je grince des dents en dormant. Outre le fait que je pète l’émail de mes dents, cela peut empêcher les voisins de pioncer tranquille. Il paraît que cela s’appelle le bruxisme. Les raisons de ce comportement sont à ce jour encore méconnues. La facture du dentiste, moins. Pour certains, l’anxiété y joue un rôle prépondérant et serait à l’origine de tensions musculaires nocturnes. Mon sommeil ne serait donc pas si paisible que je veux bien l’entendre.


Fabs le vaurien a écrit:... toujours le même bruit crispant…un énorme sons métallique que je ressens dans mon corps et entends distinctement…..ce sons annonce le glas de mon agonie nocturne…stridant, tel un spasme….il m’angoisse enormement…mais je sais, que quelques minutes plus tard, une fois mes battements du cœur apaisés…je parviens finalement sans m’en rendre compte à m’endormir...


Je suis passée des nuits type de "Dok" à celles de "Fabs le vaurien" à peu près durant la période où 1 je me suis pris un coup violent sur la tempe (avec vertiges importants qui se sont estompés peu à peu) et où 2 je me suis entrainée à ne plus serrer les dents (après un double pétage des molaires dont une n'a pas survécu à la fracture).

Je ne sers donc plus les dents, mais j'ai des endormissements qui sont pas supers cools. Sophrologie, relaxation, respiration ... rien n'a semblé marcher. Je redoutais de plus en plus d'aller au pieu même si je savais qu'une fois la décharge dans la tête passée, j'allais m'endormir.
Je ne voulais pas prendre de médocs mais je commençais méchamment à dodeliner du carafon en journée a à ne plus entendre le réveil le matin...

Et puis j'ai récemment (depuis trois mois) expérimenté, un peu septique, un petit bidule qui te permet de ralentir la respiration avec une lumière comme aide visuelle. Je l'ai trouvé dans un catalogue spécialisé dans le handicap, mais je pense que ça peut se trouver ailleurs.
Et ben ... :o ... plus de coups d'électricité, c'est ptêtre dans ma caboche mais toujours est-il que ça semble fonctionner alors je partage au cazou. J'ai testé des endormissements sans ce bidule et les "décharges" reviennent. Donc pour l'instant je continue et j'essaierai régulièrement de ne plus utiliser cette aide.

Ça s'appelle dodow. C'est pas donné pour juste une lampe bleue dont la luminosité t'indique quand inspirer (la lumière s'intensifie) et quand expirer (la lumière diminue). Pour autant, même si je sais faire cet exercice, le fait de pouvoir accrocher mon regard et mon attention à cette lumière doit à mon avis être la raison de son efficacité pour moi.
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

Je n'aurais jamais cru que ça se débloquerait tout d'un coup comme ça ! - Avr 2017, Napirisha (avec son autorisation)
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2375
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Traum » Lun 20 Mar 2017 22:03

J'aime bien ce post… Parce que même si je tends à négliger le mien, force est de constater que le sommeil a de l'importance. (Et je trouve de plus en plus au fur et à mesure que les années passent.)

J'ai eu très tôt des difficultés d'endormissement. J'ignore si cela a un rapport ou non, mais je sais que l'on m'a forcée à faire mes nuits au bout d'un mois. Mes parents avaient décidé que ce serait plus pratique pour eux. Ils ont fait de même avec mes frères.
J'ai arrêté de faire la sieste très tôt, et ça m'a valu de gros soucis en maternelle. (J'ai eu la chance et le bonheur infimes de tomber sur une institutrice psychorigide qui voulait que les enfants dorment sinon rien.) En primaire, durant tout le temps que j'ai dû partager ma chambre et subir les horaires de mes frères, ça a été pour moi une relative horreur. Je n'avais aucune envie de dormir et ça pouvait durer des heures. Mes parents étaient fermement opposés à la lecture dans le lit (sous le prétexte que ça nous empêcherait de dormir… mais bien sûr). Je lisais, quand je le pouvais, à la lampe de poche et sans mes lunettes (j'avais pourtant une correction assez lourde) les rares livres que j'avais réussis à traîner jusque ma chambre. À défaut de livres, je me claquais. Littéralement, je faisais du sport en silence, jusqu'à tomber d'épuisement.
Je sais que j'ai eu aussi pendant un certain temps des rythmies qui me valent de garder une bosse au front.
Adolescente, ça a été pire : j'ai encore moins dormi, mais j'étais seule dans ma chambre et mes lunettes se trouvaient enfin à côté de moi. Je n'ai jamais beaucoup dormi : entre 4 et 7 heures. Ça se passait mal, très mal à la maison. Les journées étaient horribles ; je vivais la nuit et j'attendais avec impatience les soirs pour me pelotonner dans mon lit et lire… jusqu'à pas d'heure, en dépit de l'interdiction parentale. Je vivais la nuit. Et parfois, lire même très tard ne suffisait pas à me faire dormir.
J'avais des nuits noires sans rêve. Je ne rêve d'ailleurs presque toujours pas et j'ai presque toujours fait les mêmes rêves dans ma vie. (Des rêves de poursuite, de peur, de perte…)

J'ai eu des difficultés d'endormissement jusqu'à mes 24 ou 25 ans, jusqu'à temps que je soutienne mon mémoire de M1 en psychologie qui traitait notamment de la figure de la « mère folle ». J'en ai ch… pour ce mémoire comme rarement. J'étais physiquement dans un état lamentable : rupture amoureuse (à mon instigation), bruits de voisinage horribles et études difficiles (ce mémoire me renvoyait à des problématiques personnelles lourdes). Je ne dormais plus, j'avais des acouphènes, tout… Je dormais entre 2 et 5 heures par nuit.
Et une fois mon mémoire soutenu et l'immense chagrin de la peine de ma soutenance, j'ai commencé… à faire des siestes, moi qui n'avais jamais pu en faire, et à ne plus avoir de difficultés d'endormissement. Comme ça, du jour au lendemain.
Depuis, j'ai gardé ce sommeil. Je dors bien, profondément. Je peux faire des siestes facilement. Je dors bien en garde alors que nombre de mes camarades font des insomnies de peur de ne pas entendre le téléphone sonner.
J'ai besoin de 6 heures naturellement, et si j'avais moins, je serais heureuse. Je supporte bien le manque de sommeil (même si moins bien depuis quelques années, peut-être aussi parce que ma vie est encore plus chargée qu'elle ne l'a été), moins bien le fait de trop dormir (ça me rend molle aussi).

J'ai eu quelques parasomnies enfant : j'étais somnambulle (j'ai arrêté avec l'adolescence, je crois), il y avait les rythmies, les éveils confusionnels…

Ma seule difficulté réside dans l'inadaptation profonde de mon rythme naturel de vie et de celui que m'impose la société, et particulièrement mes études. Je suis résolument du soir, voire de la nuit. Si je m'écoutais, je me coucherais volontiers vers 3-4 heures du matin pour me lever entre 9 et 11 h. Parfois plus tard. (Je me suis plus d'une fois résolue à me coucher à 6 ou 7 heures parce que je voyais le soleil poindre à l'horizon et que j'ai commencé à culpabiliser.)
Las, je suis étudiante en médecine et on me demande parfois d'être avant 8 heures sur place. Je trouve ça inhumain. Je veux bien enchaîner les gardes. Mais me lever tôt reste une souffrance. Je suis obligée de m'astreindre à une discipline assez stricte (pour moi) de sommeil. Et me coucher avant minuit reste douloureux.
Le réveil est un moment difficile pour moi. Je n'aime pas le matin parce que je dois partir de chez moi. Je n'entends parfois pas mon réveil. (À une époque, j'en avais 4 et je pouvais n'entendre aucun des 4, ni même me souvenir que je m'étais levée pour les éteindre.) Si je me discipline intérieurement, pourtant, eh bien, je serais sur le pont à l'heure voulue. Je ne me comprends pas.

Mon prochain rêve, c'est d'en apprendre plus sur le sommeil polyphasique. Franchement, ça me plairait bien.
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Traum
 
Messages: 387
Âge: 30
Enregistré le: Jeu 15 Jan 2015 22:22
Localisation: D'est en ouest
Présentation: Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar theudericus » Lun 10 Avr 2017 16:51

Traum a écrit:...me coucher avant minuit reste douloureux.
Le réveil est un moment difficile pour moi...


Rhaaaaaaa... putain! J'adhère...

bouquiner ou mater des séries ou des films toute la nuit, le pied total... dormir toute la matinée... j'imagine qu'un psy de bazard comme moi dirait : "Mais mon brave môssieur, vous comprenez bien ce que cela signifie ? Le refus de l'aube, la peur du lever, c'est refuser de vous tenir debout, d'affronter (tout, le monde, les autres?). S'épanouir dans la nuit, seul, c'est cultiver ce refus et cette peur, c'est se persuader que votre monde est auto-suffisant. Vivre la nuit pendant que tout le monde dort, c'est tout simplement refuser la vie et le monde, celui qui dort la nuit et vit le jour. L'éternité n'est pas de ce monde, et cette illusoire tentative nocturne ne la rendra pas plus tangible."

Mais bon faut dire ce qui est : c'est reposant la nuit, il n'y a plus de bruit, plus de mouvements et on croit que le temps n'existe plus. On peut croire que demain ne sera pas, que l'incongruité de la vie s'est enfin immobilisée. On est plus obliger de...

raaaaaaa putain que c'est bien la nuit...
bon par contre, le réveil, merci hein, vive la France!!!
"Le désespoir est, à mes yeux, la rançon de la lucidité. Regardez la vie droit dans les yeux: vous n'y verrez que du désespoir." Irvin D. Yalom in Et nietzsche a pleuré
Avatar de l’utilisateur
theudericus
 
Messages: 139
Images: 0
Âge: 43
Enregistré le: Mer 18 Mai 2016 18:38
Localisation: toulouse
Présentation: viewtopic.php?f=9&t=7505&e=0
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Traum » Mar 11 Avr 2017 14:42

theudericus a écrit:Mais bon faut dire ce qui est : c'est reposant la nuit, il n'y a plus de bruit, plus de mouvements et on croit que le temps n'existe plus. On peut croire que demain ne sera pas, que l'incongruité de la vie s'est enfin immobilisée. On est plus obliger de...

La psy que je suis dirait de ne pas trop écouter les possibles interprétations sauvages des autres. La nuit, c'est fabuleux ! J'avais l'impression d'une immense mer noire à perte de vue, rien qu'à moi, et qu'il fallait la traverser.

D'ailleurs, je pense à un joli titre de témoignage donné par Liz Murray : Breaking night (avec l'explication suivante : “urban slang for: staying up through the night, until the sun rises”).
(Pour les non anglophones : « argot urbain pour : rester debout / veiller à travers la nuit, jusqu'à ce que le soleil se lève ».)
« Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. » Mark Twain
Avatar de l’utilisateur
Traum
 
Messages: 387
Âge: 30
Enregistré le: Jeu 15 Jan 2015 22:22
Localisation: D'est en ouest
Présentation: Il y a tellement d'étoiles dans le ciel…
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Nelea » Lun 7 Aoû 2017 17:08

Bonjour à tous,

Je n'ai pas lu la totalité des posts de ce topic mais je souhaite intervenir parce que j'ai moi-même des problèmes de sommeil depuis de loooonnnngues années, que je n'ai jamais vraiment réussi à guérir, bien que ça tende à se calmer quand le moral va un peu mieux.

Il y a 3 ans, au cours d'une dépression, j'ai eu de gros gros soucis de sommeil. Je me réveillais en plein milieu de la nuit après 2 ou 3h de sommeil et impossible de me rendormir jusqu'au petit matin (heure à laquelle il fallait se lever, donc). Autant dire que les journées étaient très difficiles.

Alors j'ai fait des recherches sur internet, pour essayer de comprendre d'où ça venait, et de trouver des solutions moins invasives que les somnifères ou autres substances abrutissantes.

Et je suis tombée sur ce site, qui a constitué pour moi une belle base de données de connaissances sur le sommeil et son fonctionnement, et les origines diverses des insomnies. J'ai notamment découvert le concept d'insomnies acquises, et même si ça n'a pas tout réglé du jour au lendemain, ça m'a un peu réconciliée avec le dodo.
Voici le lien : https://www.sommeil-mg.net/spip/spip.php?article1

Je vous laisse le loisir de le découvrir, j'y ai personnellement passé quelques heures à le lire en long, en large et en travers !


A l'époque, j'avais également fait quelques séances de sophrologie. Ce n'est pas efficace à 100% quand je fais des insomnies mais ça permet d'apprendre tout de même quelques méthodes de relaxation qui peuvent être utiles quand ça se bouscule vraiment trop là-haut.

Et sinon, pour finir, j'ai une méthode un peu particulière pour éviter à mon esprit de partir dans tous les sens quand je n'arrive pas à m'endormir, c'est de réciter les départements français dans l'ordre, ou les états des Etats-Unis dans l'ordre alphabétique ! (C'est une méthode d'auto-hypnose comme une autre ! :rofl: )
"The only real conflict you will ever have in your life won't be with others, but with yourself", Shannon L. Alder
"Nous avons peur de nous-même et de ce que nous apercevons de nous chez les autres." Henning Mankell
Avatar de l’utilisateur
Nelea
 
Messages: 274
Âge: 28
Enregistré le: Dim 5 Mar 2017 15:05
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Kirigol » Dim 13 Aoû 2017 07:32

Intéressant ton lien...
Ni long dormeur ,ni court dormeur mais ni du matin ni du soir, et ni rigide, ni pas rigide =) (ça m'a fait penser à ni Régis ni Robert lol)

Je dirais que je suis plutôt long dormeur mais avec privation volontaire de sommeil d'après ce que j'ai parcouru.
J'me dis que je peux grapiller du temps sur la nuit, utopie...
Nelea a écrit:Et sinon, pour finir, j'ai une méthode un peu particulière pour éviter à mon esprit de partir dans tous les sens quand je n'arrive pas à m'endormir

Je fixe un point imaginaire, et écoute ma respiration, par le ventre, 1 temps d'inspiration, 2 temps d'expiration.
En principe c'est efficace, sauf si je me mets à analyser la situation :lol:

En plus je lorgne un peu du côté du concept de rythme circadienen ce moment.
Image
18 moisissures argumentatives
"La surface des choses ne l'intéresse pas. Elle l'assomme même franchement."
Avatar de l’utilisateur
Kirigol
 
Messages: 371
Images: 0
Âge: 1
Enregistré le: Mer 24 Fév 2016 18:36
Localisation: IN87vg
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Douance et sommeil

Messagepar Livingstone » Dim 13 Aoû 2017 08:13

Arf... les départements. Ça doit être un classique en fait. Je ne connais pas les états des E-U... je fais les pays d'Afrique par position spatiale... zut, je suis en train de les mettre par ordre alphabétique !
Bon, j'ai trouvé il y a deux ans LE truc ultime en ce qui me concerne... un peu la honte, mais j'écoute en boucle des conférences podcastées avec des orateurs à voix douce et grave... un en particulier, nan, pas celui-là : un autre :lol: je ne mets pas le nom parce que ça la fout mal de servir de somnifère. Conférence prise le soir et prête à redémarrer sur pression d'une main somnolente en cas de réveil trop précoce à mon goût. Ça m'évite tout simplement de "louper mon train", les arrêts en gare étant très, très courts. Au début, j'en choisissais me demandant de la concentration, et je mettais le son un peu trop bas de façon à produire un effort d'attention. Allongée dans le noir sans rien, je peux rester 4 heures sans m'endormir...Progressivement, je me suis fixée sur une seule voix ; j'ai épuisé la nouveauté et la ressource, mais la concentration n'est plus nécessaire car c'est devenu pavlovien rapidement, je m'endors en 5 minutes : si vraiment je mouline, alors j'écoute à nouveau les mots.
Clairement, je suis de ceux pour qui la nuit offre "une fabuleuse immense mer noire rien qu'à moi". La nuit, le calme crée un espace... Mais je reconnais de plus en plus, les heures de sommeil avant 2 h du matin sont bien plus réparatrices.
Merci pour le partage, Nelea, ça semble intéressant.
« Nous croyons fermement que c'est une grave erreur d'avoir des croyances fermes.» Principia Discordia
« Celui qu'a inventé l’échelle on peut pas dire que ce soit un con. Par contre çui qu'a inventé l’étagère trop haute, je le félicite pas ! » Coluche
Avatar de l’utilisateur
Livingstone
 
Messages: 1563
Images: 4
Enregistré le: Lun 8 Aoû 2016 19:16
Localisation: Dans ma captcha, en Cybérie
Présentation: la réponse est 42
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Douance et sommeil

Messagepar Nelea » Dim 13 Aoû 2017 21:32

Pour continuer sur les déclinaisons alphabétiques, il y a aussi la variante pays du monde (bon, ceux-là je ne les ai pas tous !), prénoms féminins, prénoms masculins, nom de fleur, nom de fruit, etc, etc... De quoi occuper des heures et des heures d'insomnies ! :lol:

Sinon, il y a aussi les vidéos d'ASMR, que j'ai découvertes il y a un peu moins d'un an. Assez efficaces pour maintenir l'attention ailleurs que dans sa propre tête avant l'endormissement ou lors d'éveils nocturnes. Le smartphone a, pour ça, un peu révolutionné ma vie. Sur Youtube, je ne jure plus que par GentleWhispering.
Il m'arrive aussi parfois d'écouter des vidéos d'hypnose.
"The only real conflict you will ever have in your life won't be with others, but with yourself", Shannon L. Alder
"Nous avons peur de nous-même et de ce que nous apercevons de nous chez les autres." Henning Mankell
Avatar de l’utilisateur
Nelea
 
Messages: 274
Âge: 28
Enregistré le: Dim 5 Mar 2017 15:05
Présentation:
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Précédente

Retourner vers Discussions et Débats

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Douance et Don
1, 2par Fabs le vaurien » Dim 20 Fév 2011 17:33

Réponses: 28

Vues: 5669

Dernier message par Colonel Moutarde Voir le dernier message
Jeu 9 Juin 2011 16:15
De la douance et de la flemmardise
1, 2, 3, 4par Cyrano » Sam 11 Juin 2011 11:16

Réponses: 76

Vues: 10874

Dernier message par Zébulonne Voir le dernier message
Mer 8 Aoû 2012 18:16
Douance et empathie
1, 2, 3, 4par Madame Chevêche » Ven 4 Mar 2011 15:03

Réponses: 88

Vues: 14774

Dernier message par madeleine Voir le dernier message
Ven 17 Juil 2015 15:15
Douance et variantes d'épilepsie...
par Zyghna » Dim 31 Juil 2011 20:04

Réponses: 6

Vues: 4125

Dernier message par Tails Voir le dernier message
Ven 5 Juil 2013 10:54
Douance et pensée arborescente
par Zeus » Mar 22 Mar 2011 16:11

Réponses: 14

Vues: 10744

Dernier message par Le Ludoptère Voir le dernier message
Lun 28 Jan 2013 22:20

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité