Nous sommes le Lun 27 Fév 2017 17:00


Ces mots qui vous touchent...

Le lieu de Culture, comme le titre de la rubrique l'indique. Ici il s'agira d'Oeuvres et d'Auteurs du vaste paysage culturel. Textes, photos, vidéos...
Rappelons que vos propres créations ont leur lieu consacré!

Modérateur: W4x

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Maitresse Rita » Mer 18 Juil 2012 21:53

Ils cassent le monde
En petits morceaux
Ils cassent le monde
A coup de marteau

Mais ça m'est égal
Ca m'est bien égal
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez

Il suffit que j'aime
Une plume bleue
Un chemin de sable
Un oiseau peureux
Il suffit que j'aime
Un brin d'herbe mince
Une goutte de rosée
Un grillon de bois

Ils peuvent casser le monde
En petits morceaux
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez
J'aurais toujours un peu d'air
Un petit filet de vie
Dans l'oeil un peu de lumière
Et le vent dans les orties

Et même, et même s'ils me mettent en prison
Il en reste assez pour moi, il en reste assez
Il suffit que j'aime
Cette pierre corrodée
Ces crochets de fer où s'attarde un peu de mon sang
Je l'aime je l'aime
La planche usée de mon lit
La paillasse, le châlit
La poussière de soleil
J'aime ce judas qui s'ouvre
Ces hommes qui sont entrés
Qui s'avancent, qui m'emmènent
Retrouver la vie du monde
Retrouver la couleur
J'aime ces deux longs montants
Ce couteau triangulaire
Ces messieurs vêtus de noir
C'est ma fête, je suis fier
Je l'aime, je l'aime
Ce panier rempli de son
Où je vais poser ma tête
Oh je l'aime, je l'aime
Je l'aime pour de bon

Il suffit que j'aime
Un brin d'herbe bleue
Une goutte de rosée
Un amour d'oiseau peureux
Ils cassent le monde
Avec leurs marteaux pesants
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez, mon cœur

Boris VIAN
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 700
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Pellucidar » Jeu 19 Juil 2012 10:55

"Toutes les lois ne sont pas bonnes à dire."

Isidore Lucien Ducasse alias comte de Lautréamont
Poésies II (1870)
"I don't think I'm easy to talk about. I've got a very irregular head. And I'm not anything that you think I am anyway." Syd Barrett
Avatar de l’utilisateur
Pellucidar
Jamais sans mon Verre en Verre
 
Messages: 643
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Mar 27 Sep 2011 17:44
Localisation: Lyon
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: obsolète
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Maitresse Rita » Dim 22 Juil 2012 12:26

Je t'attendais ainsi qu'on attend les navires
Dans les années de sécheresse, quand le blé
Ne monte pas plus haut qu'une oreille dans l'herbe
Qui écoute apeurée la grande voix du temps
...
Tu venais de si loin derrière ton visage
Que je ne savais plus à chaque battement
Si mon cœur durerait jusqu'au temps de toi-même
Où tu serais en moi, plus forte que mon sang

Michèle Bernard
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 700
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Joachim » Jeu 26 Juil 2012 09:16

"Au gel de tes yeux ose s'échouer
un chrysanthème gercé d'espoir,
le coeur fané d'un guerrier sans gloires,
qui de tes lauriers s'est consumé.

De ton âme, la mienne s'est flétrie
et mon corps, entier percé des lames
de l'Amour, se vide de ses drames.
Bois ! Trempe-toi de ma tragédie !

Comme ma passion meurt sous ton pas !
Néantisée par les cents poisons,
brulant les fleurs de ma déraison,
depuis tes lèvres jusqu'au trépas.

Ma folie vassale, versée d'onces
se délivre, s'avoue à ta vue,
exhale ses pétales vaincus,
se lie à ton sein et lui prononce :

"je t'aimais" "


:saoul:
Avatar de l’utilisateur
Joachim
 
Messages: 24
Enregistré le: Ven 13 Juil 2012 15:35
Profil: Intéressé dans le cadre de ma profession
Test: NON

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Zébulonne » Lun 6 Aoû 2012 20:12

on dit qu'il était timide.
Qu'il avait le charme efféminé des timides.
Leur douceur.
On dit qu'il approuvait courtoisement les conneries qu'on lui expliquait plutôt que d'en débattre. Qu'il était incapable de dire non. Qu'il était incapable de soutenir un regard hostile. Que lorsqu'il parlait il mettait la main devant sa bouche, comme pour s'excuser de l'ouvrir.
On dit qu'il l'ouvrait peu.
Que sa réserve était son inclination naturelle, et sa morale.
On dit qu'il ne savait pas déchiffrer la musique. Qu'il était infoutu d'écrire et même nommer les formes musicales inouïes qu'il inventait. Que le sentiment de cette incapacité aggravait considérablement sa timidité naturelle.
(...) On dit qu'il ne s'aimait pas. Que sa timidité incurable venait de ce qu'il ne s'aimait pas. Qu'il n'avait aucune assurance aucune. Qu'il demandait souvent à ses proches Est-ce qu'on me prend pour un pitre ? Est-ce que je ne suis pas ridicule avec ce chapeau ?
On dit qu'il ne sortait de sa timidité que pour être, sur scène, l'audace même.
Il fut, le 18 août 1969, l'audace même.
Il fit ceci : Il s'empara de l'Hymne et il le retourna.
(...) Car ce matin du 18 août 1969, à Woodstock, Hendrix fit entendre un cri insoutenable, insoutenablement beau, et paradoxalement libérateur.
Un cri plus fort que tous les mots, un cri d'effroi devant la vie menacée par la folie guerrière et d'espoir increvable devant la beauté.
Un cri qui déchira l'espace, un cri aux accents inconnus, un cri qui était comme une incantation aboyée dans un monde infernal, comme un sanglot terrible.
(...) On dit que la voix d'Orphée faisait miraculeusement se coucher les bêtes. Le cri de Hendrix fit tomber en un instant, ce matin du 18 août 1969, à Woodstock, des murs entiers d'indifférence et d'amnésie.

Hymne, Lydie Salvayre
Zébulonne
 
Messages: 21
Enregistré le: Mar 31 Juil 2012 15:48
Localisation: Paris
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar axolotl » Sam 11 Aoû 2012 18:56

"Seule la passion qui trouve son abîme
Sait embraser ton être jusqu'au fond ;
Seul qui se perd entier est donné à lui-même.
Alors prends feu ! Seulement si tu t'enflammes,
Tu connaîtras le monde au plus profond de toi !
Car au lieu seul où agit le secret, commence aussi la vie"

Stefan Zweig, "Amok"
« J’aimerais pouvoir m’exprimer avec mes sens. Les mots sont parfois très handicapants. »
(Björk)

≽(◕ ᴗ ◕)≼
Avatar de l’utilisateur
axolotl
 
Messages: 2927
Images: 1
Âge: 59
Enregistré le: Mer 1 Aoû 2012 21:13
Localisation: Saint-Nazaire by the sea
Badges: 1
Neun's d'Honneur (1)
Présentation: c'est_par_ici_c'est_pas_par_là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar jpc » Sam 11 Aoû 2012 22:58

Louis Aragon
"Je tombe je tombe je tombe" Le Roman inachevé

Je tombe je tombe je tombe
Avant d'arriver à ma tombe
Je repasse toute ma vie
Il suffit d'une ou deux secondes
Que dans ma tête tout un monde
Défile tel que je le vis

Ces images sous mes paupières
Font comme au fond d'un puits les pierres
Dilatant l'iris noir de l'eau
C'est tout le passé qui s'émiette
Un souvenir sur l'autre empiète
Et les soleils sur les sanglots

Ô pluie, ô poussière impalpable
Existence couleur de sable
Brouillard des respirations
Quel choix préside à mon vertige
Je tombe et fuis dans ce prodige
Ma propre accélération
Avatar de l’utilisateur
jpc
 
Messages: 32
Âge: 44
Enregistré le: Mer 4 Avr 2012 13:58
Localisation: Dans la cave, essayant de comprendre les soubassements de ce monde de m...
Présentation: Ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Petitcaillou » Mar 21 Aoû 2012 17:53

"Que les cieux sont immenses, Que le passé est lointain ! Avec mon frêle corps de cinq pieds, je cherche à comprendre ces immensités, Et comment la philosophie d’Horace peut-elle avoir une quelconque valeure ? La vérité de toute choses ne me laisse qu’un unique message... Nul ne peut comprendre, embrassant ce sentiment, Je me décide pour le doute et enfin la mort ! Déjà je me dresse sur les rochers, nulle angoisse ne m’étreint. Pour la premiere fois je sais, Mon desespoir va croissant avec mon optimisme..."
Misao Fujimura

J'ai lu ce poème pour la 1ere fois j'avais 13 ans. Il me revient parfois, comme en ce moment, et me touche toujours autant.

Et la version japonaise (je ne connais pas cette langue, mais pour ceux qui savent...):
"悠々なる哉天襄、 遼々なる哉古今、 五尺の小躯を以って此大をはからむとす、 ホレーショの哲学ついに何らのオーソリチーを値するものぞ、 万有の真相は唯一言にしてつくす、 曰く“不可解”我この恨を懐て煩悶終に死を決す。 既に厳頭に立つに及んで、 胸中何等の不安あるなし、 始めて知る、 大いなる悲観は大いなる楽観に一致するを。

J'aime beaucoup le poème de Boris Vian. Merci Maïana :)
"Deux cailloux sont dans une boîte de nuit. L'un d'eux dit à l'autre:
- Hey, on danse?
- Ben non on peut pas, on est des cailloux..."


... Sorry about that....
Petitcaillou
 
Messages: 10
Âge: 27
Enregistré le: Dim 19 Aoû 2012 14:48
Profil: Diagnostic +
Test: WISC

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar nikr » Mer 22 Aoû 2012 09:47

Je suis Fan de Louis Aragon :-)

J'arrive où je suis étranger
Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre pour le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger
Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon
Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux
Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus
Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps
C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie
C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux
O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées
Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

Louis Aragon
Avatar de l’utilisateur
nikr
 
Messages: 9
Âge: 37
Enregistré le: Mar 26 Juin 2012 21:22
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Maitresse Rita » Ven 24 Aoû 2012 12:16

Puisqu'il y a des fans d'Aragon, voici quelques mots qui me rendent toute tremblante. :inlove:

Le grand secret

Je vais te dire un grand secret : Le temps c’est toi.
Le temps est femme.
Il a besoin qu’on le courtise et qu’on s’asseye à ses pieds.
Le temps comme une robe à défaire.
Le temps comme une chevelure sans fin peignée.
Un miroir que le souffle embue et désembue.
Le temps c’est toi qui dors à l’aube où je m’éveille.
C’est toi comme un couteau traversant mon gosier.
Oh que ne puis-je dire ce tourment du temps qui ne passe point.
Ce tourment du temps arrêté comme le sang dans les vaisseaux bleus.
Et c’est bien pire que le désir interminablement non satisfait que cette soif de l’oeil quand tu marcheras dans la pièce.
Et je ne sais qu’il ne faut pas rompre l’enchantement.
Bien pire que de te sentir étrangère, fuyante, la tête ailleurs et le coeur dans un autre siècle déjà.
Mon Dieu que les mots sont lourds.
Il s’agit bien de cela.
Mon amour au-delà du plaisir mon amour hors de portée aujourd’hui de l’atteinte.
Toi qui bats à ma tempe horloge.
Et si tu ne respires pas j’étouffe.
Et sur ma chair hésite et se pose ton pas.

Je vais te dire un grand secret : Toute parole à ma lèvre est une pauvresse qui mendie, une misère pour tes mains, une chose qui noircit sous ton regard.
Et c’est pourquoi je dis si souvent que je t’aime, faute d’un cristal assez clair d’une phrase que tu mettrais à ton cou.
Ne t’offense pas de mon parler vulgaire.
Il est l’eau simple qui fait ce bruit désagréable dans le feu.

Je vais te dire un grand secret : Je ne sais pas parler du temps qui te ressemble.
Je ne sais pas parler de toi je fais semblant.
Comme ceux très longtemps sur le quai d’une gare qui agitent la main après que les trains sont partis et le poignet s’éteint du poids nouveau des larmes.

Je vais te dire un grand secret : J’ai peur de toi.
Peur de ce qui t’accompagne au soir vers les fenêtres.
Des gestes que tu fais, des mots qu’on ne dit pas.
J’ai peur du temps rapide et lent, j’ai peur de toi.

Je vais te dire un grand secret : Ferme les portes.
Il est plus facile de mourir que d’aimer.
C’est pourquoi je me donne le mal de vivre, mon amour.

Aragon

Merci à toi, Petitcaillou, j'aime beaucoup la grâce et la violence du poème de Boris Vian, sûrement parce qu'il fut un temps où je me suis sentie comme le prisonnier que regarde toute la beauté qu'il peut et qui se dit qu'il a au moins cette chance, de pouvoir la voir partout où elle est, même dans un brin d'herbe ou une pierre sur le mur de sa cellule. :-)
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 700
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar shinoune » Sam 10 Nov 2012 11:46

Toute rencontre m'est cause de souffrance,
soit parce qu'elle n'a lieu qu'en apparence, soit
parce qu'elle se fait vraiment et c'est alors la
nudité du visage de l'autre qui me brûle autant
qu'une flamme.

Christian Bobin "Ressusciter"
L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant.
René Char
Avatar de l’utilisateur
shinoune
 
Messages: 984
Images: 0
Âge: 64
Enregistré le: Mer 17 Oct 2012 17:14
Localisation: Au bout du lac
Présentation: Par ici, par là
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Sofifonfec » Sam 10 Nov 2012 20:48

Ca m'est égal


Ca m'est égal d'être un peu mort
escamoté dessous la terre
du côté de ceux qui ont tort
d'être plus là pour prendre l'air

Ca m'est égal que plus personne
sache comment je m'appelai
Tant et tant de téléphones sonnent
dans des appartements déserts

Ca m'est égal de ne plus voir
gens qui pleurent ni gens qui rient
de rien sentir de rien savoir
d'être un peu de rien dans du gris

Mais je voudrais pourtant savoir
si quelque part quelqu'un quand même
se souviendra de mes souvenirs
Ai-je rien oublié de tous ceux que j'aime

Je veux bien partir et être très mort
mais mes souvenirs seront-ils en vain
comme au fond des mers les galions pleins d'or
dormant dans le noir de l'eau sans chemins

Mais nos souvenirs seront-ils en vain

Claude Roy in Poésies, Gallimard, 1970
Avatar de l’utilisateur
Sofifonfec
Punky Brewster
 
Messages: 549
Images: 5
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 27 Sep 2012 20:13
Présentation: And now for something completely different
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Sofifonfec » Ven 16 Nov 2012 21:58

Oui je sais que
la réalité a des dents
pour mordre
que s'il gèle il fait froid
et que un et un font deux

je sais je sais
qu'une main levée
n'arrête pas le vent
et qu'on ne désarme pas
d'un sourire
l'homme de guerre

mais je continuerai à croire
à tout ce que j'ai aimé
à chérir l'impossible
buvant à la coupe du poème
une lumière sans preuves

car il faut être très jeune
avoir choisi un songe
et s'y tenir
comme à sa fleur tient la tige

contre toute raison

Jean-Pierre Siméon
in : Ici, Cheyne, 2009
Avatar de l’utilisateur
Sofifonfec
Punky Brewster
 
Messages: 549
Images: 5
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 27 Sep 2012 20:13
Présentation: And now for something completely different
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Maitresse Rita » Lun 26 Nov 2012 18:12

Songe qu'avant d'unir nos têtes vagabondes,
Nous avons vécu seuls, séparés, égarés,
Et que c'est long, le temps, et que c'est grand, le monde,
Et que nous aurions pu ne pas nous rencontrer.

Paul Géraldy
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 700
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar maxmomo » Lun 26 Nov 2012 22:46

Voici deux extraits de chansons de Noir Désir qui me trottent un peu en permanence dans la tête.

Ne cesse pas de trembler
C'est comme ça que je te reconnais
Même s'il vaut beaucoup mieux pour toi
Que tu trembles un peu moins que moi.
(Les écorchés)

Là c'est l'heure où le silence balance sur les eaux du fleuve
Le rythme des horloges qui pourrissent
(Le fleuve)
Nan mais faut pas laisser ça comme ça les enfants ! (George Abitbol)

So this is how liberty dies, with thunderous applause... (Amidala)


Image
Avatar de l’utilisateur
maxmomo
 
Messages: 179
Images: 0
Enregistré le: Mar 20 Nov 2012 23:52
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar sandrinef » Mar 27 Nov 2012 12:16

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;
Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un seul mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;
Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n'être qu'un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;
Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.
Rudyard Kipling (1865-1936)
"Le Monde ne te doit rien. Il était là avant toi" M.Twain
Avatar de l’utilisateur
sandrinef
 
Messages: 1686
Images: 39
Âge: 40
Enregistré le: Jeu 15 Nov 2012 12:11
Localisation: Toujours dans le Sud, souvent dans la Lune et parfois à l'Ouest
Présentation: ici
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar lambda » Jeu 29 Nov 2012 00:26

« Sois moins superbe, ô Mort, puisque l’on t’a nommée à tort puissante et redoutable. Il te faut consentir à ne pas l’être. Car tous ceux que tu crois que ta rigueur accable ne meurent pas. Et tu ne peux m’anéantir, toi esclave du sort, des rois, du hasard. Tu vis avec Poison, Guerre et Maladie. Les charmes, les pavots font sommeil aussi bon et meilleur que tes coups. De quoi ton orgueil s'enfle-t-il donc ? Un court somme et nos yeux s’ouvriront sur le port. Et ce sera ta fin, et la mort de la Mort. »
Sonnet sacré VI, John Donne
Avatar de l’utilisateur
lambda
 
Messages: 121
Âge: 46
Enregistré le: Jeu 16 Fév 2012 11:08
Localisation: Dordogne
Présentation: >>>
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar sanders » Dim 16 Déc 2012 19:22

Il faut toujours un peu de distance -un peu de désir, un peu d'absence, un peu de vide ou une barrière en bois haute de cinquante centimètres- pour que quelque chose arrive. ( Chritian BOBIN, l'équilibriste)
----------------------------
Caminante, son tus huellas
el camino, y nada mas ;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino,
y al volver la vista atras
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante, no hay camino,
sino estelas en la mar.
( Antonio Machado, Chant XXIX Proverbios y cantarès, Campos de Castilla, 1917)

... en français.

Marcheur, ce sont tes traces
ce chemin, et rien de plus ;
Marcheur, il n'y a pas de chemin,
Le chemin se construit en marchant.
En marchant se construit le chemin,
Et en regardant en arrière
On voit la sente que jamais
On ne foulera à nouveau.
Marcheur, il n'y a pas de chemin,
Seulement des sillages sur la mer.

Traduction de José Parets-LLorca
Soit on s'en sort et on invente nous-mêmes un destin, soit on continue dans la spirale du déclin.Thanh Nghiem

L'avenir ... n'est jamais que du présent à mettre en ordre ... tu n'as point à le prévoir mais à le permettre. Saint-Exupéry
Avatar de l’utilisateur
sanders
 
Messages: 2267
Images: 1
Âge: 48
Enregistré le: Jeu 4 Oct 2012 08:04
Localisation: Syndrome Lisa Simpson
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: ... bon ben ... bon bain ...
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar tataouinepalace » Jeu 20 Déc 2012 08:59

Bonjour à tous,

Voilà un texte, que je lis, relis… depuis longtemps, il me fascine!
c'est d'Henri Michaux dans "la Nuit Remue" . bonne lecture.

L'age Héroïque

"Le Géant Barabo, en jouant, arracha l'oreille de son frère Poumapi. Poumapi ne dit rien,
mais comme par distraction il serra le nez de Barabo et le nez fut emporté.

Barabo en réponse se baissa, rompit les orteils de Poumapi et après avoir d'abord feint
de vouloir jongler avec, les fit disparaître prestement derrière son dos.
Poumapi fut surpris. Mais il était trop fin joueur pour en rien rien marquer.
Il fit au contraire celui que quelques orteils de moins ne privent pas.
Cependant par esprit de riposte, il faucha une fesse de Barabo. Barabo,
on peut le croire, tenait à ses fesses, à l'une comme à l'autre.
Cependant, il dissimula son sentiment et reprenant tout de suite la lutte,
arracha avec une grande cruauté unie à une grande force la mâchoire inférieure de Poumapi.
Poumapi fut agréablement surpris. Mais il n'y avait rien à dire. Le coup était franc,
il avait été exécuté en face, sans tricherie aucune. Poumapi essaya même de sourire,
ce fut dur, Oh! ce fut dur.
L’extérieur ne s’y prêtait pas, l’intérieur non plus. Il ne s’attarda donc pas à cet effort,
mais suivant son idée, il reprit la lutte, visa le nombril, défonça l’abdomen,
et par le trou entreprit d’introduire le pied même de Barabo, qu’il parvint à tordre d’abord
puis à immobiliser dans la plaie comme une borne. Barabo se trouva surpris.
Son équilibre sur une seule jambe sans orteils laissait bien à désirer.
Mais il n’en témoigna rien, fit celui qui est à l’aise, qui a des appuis partout, et attendit.
A ce moment, Poumapi, qui avait presque gagné, commit une grande faute. Il s’approcha.
Alors, comme une flèche, Barabo plongea, fut sur lui, lui démit un bras, s’accrocha à l’autre,
le démit pareillement, et s’effondra d’une chute si savante sur le malchanceux Poumapi
qu’il lui brisa les deux jambes.
Couchés corps à corps, pareillement exténués, et accablés de souffrance, Poumapi et Barabo
essayaient vainement de s’étrangler. Le pouce de Poumapi était bien appliqué au cou,
mais les forces pour serrer efficacement lui manquaient.
Les mains de Barabo étaient encore assez nerveuses, mais la prise était mauvaise,
il serrait inutilement le cou de Poumapi.
Devant ce comble de circonstances adverses le cœur des deux frères faillit,
ils se regardèrent quelques instants avec une grandissante indifférence, puis,
se retournant chacun de leur coté, s’évanouirent. La lutte était terminée, du moins pour aujourd’hui."

à bientôt
Tataouine Palace / Matthieu
tataouinepalace
 
Messages: 6
Âge: 41
Enregistré le: Lun 3 Déc 2012 11:25
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Sofifonfec » Dim 23 Déc 2012 15:09

J'ai tant rêvé de toi

J'ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d'atteindre ce corps vivant
Et de baiser sur cette bouche la naissance
De la voix qui m'est chère?

J'ai tant rêvé de toi que mes bras habitués
En étreignant ton ombre
A se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
Au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l'apparence réelle de ce qui me hante
Et me gouverne depuis des jours et des années,
Je deviendrais une ombre sans doute.
O balances sentimentales.

J'ai tant rêvé de toi qu'il n'est plus temps
Sans doute que je m'éveille.
Je dors debout, le corps exposé
A toutes les apparences de la vie
Et de l'amour et toi, la seule
qui compte aujourd'hui pour moi,
Je pourrais moins toucher ton front
Et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.

J'ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé,
Couché avec ton fantôme
Qu'il ne me reste plus peut-être,
Et pourtant, qu'a être fantôme
Parmi les fantômes et plus ombre
Cent fois que l'ombre qui se promène
Et se promènera allègrement
Sur le cadran solaire de ta vie.

Robert Desnos, Corps et biens
Avatar de l’utilisateur
Sofifonfec
Punky Brewster
 
Messages: 549
Images: 5
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 27 Sep 2012 20:13
Présentation: And now for something completely different
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Sofifonfec » Dim 23 Déc 2012 15:29

The Catcher in the Rye.

Ch. 22

(...)
I wasn't listening, though. I was thinking about something else - something crazy. "You know what I'd like to be?" I said. "You know what I'd like to be? I mean if I had my goddam choice ?"
"What? Stop swearing."
"You know that song 'If a body catch a body comin' through the rye'? I'd like--"
"It's 'If a body meet a body coming through the rye'!" old Phoebe said. "It's a poem. By Robert Burns."
"I know it's a poem by Robert Burns."
(...)
"I thought it was 'If a body catch a body' " I said. "Anyway, I keep picturing all these little kids playing some game in this big field of rye and all. Thousands of little kids, and nobody's around - nobody big, I mean - except me. And I'm standing on the edge of some crazy cliff. What I have to do, I have to catch everybody if they start to go over the cliff - I mean if they're running and they don't look where they're going I have to come out from somewhere and catch them. That's all I'd do all day. I'd just be the catcher in the rye and all. I know it's crazy, but that's the only thing I'd really like to be. I know it's crazy."
Avatar de l’utilisateur
Sofifonfec
Punky Brewster
 
Messages: 549
Images: 5
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 27 Sep 2012 20:13
Présentation: And now for something completely different
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar uzu » Lun 24 Déc 2012 01:09

Ce forum demande à ce que vous soyez inscrit et connecté pour voir ce message
Avatar de l’utilisateur
uzu
 
Messages: 669
Âge: 45
Enregistré le: Mer 12 Déc 2012 01:14
Localisation: Entre mes Boules Quies
Présentation:
Coucou c'est moi ;-)
Profil: En questionnement
Test: NON

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar mlle socrate » Mer 9 Jan 2013 21:26

Ah la la, mille merci à l'initiateur de ce sujet!!! :cheers:
Quel bonheur, quel plaisir... :cheers: :cheers: :cheers:

J'aime particulièrement celui-ci, de Paul Eluard, La nuit n'est jamais complète.

La nuit n'est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
Puisque je l'affirme,
Au bout du chagrin,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un cœur généreux,
une main tendue,
une main ouverte,
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.
Avatar de l’utilisateur
mlle socrate
 
Messages: 50
Âge: 40
Enregistré le: Dim 16 Sep 2012 20:27
Localisation: Bordeaux
Présentation: presentations/sais-que-sais-rien-t2655.html
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Sofifonfec » Mer 9 Jan 2013 21:47

(...)

Tout se vide et se remplit
Au rythme de l'infini
Et disons la vérité
La jeunesse est un trésor
La vieillesse est un trésor
L'océan est un trésor
Et la terre est une mine
L'hiver est une fourrure
L'été une boisson fraîche
Et l'automne un lait d'accueil

Quant au printemps c'est l'aube
Et la bouche c'est l'aube
Et les yeux immortels
Ont la forme de tout
Nous deux toi toute nue
Moi tel que j'ai vécu
Toi la source du sang
Et moi les mains ouvertes
Comme des yeux

Nous deux nous ne vivons que pour être fidèles
A la vie



Paul Eluard, Poésie ininterrompue, 1946
Avatar de l’utilisateur
Sofifonfec
Punky Brewster
 
Messages: 549
Images: 5
Âge: 33
Enregistré le: Jeu 27 Sep 2012 20:13
Présentation: And now for something completely different
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

Re: Ces mots qui vous touchent...

Messagepar Maitresse Rita » Mer 9 Jan 2013 23:56

L'affiche rouge

Vous n'avez réclamé la gloire ni les larmes
Ni l'orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servi simplement de vos armes
La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L'affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
À la fin février pour vos derniers moments
Et c'est alors que l'un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le coeur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur coeur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant.

Aragon.

Ca me fout en l'air à chaque fois. :1cache:
"Donc l’idée est que l’existence, ce n’est pas vrai ou faux, ce n’est pas le fait d’être dans le réel ; l’existence, c’est une histoire qu’on se raconte vraiment, on y croit comme l’enfant qui joue au docteur ou à la maîtresse"(M. Vial)
Avatar de l’utilisateur
Maitresse Rita
Corsica Fairy
 
Messages: 700
Âge: 35
Enregistré le: Sam 14 Juil 2012 19:39
Localisation: Thaïlande
Badges: 1
Ex Jardinier (1)
Présentation: Marche à l'étoile même si elle est trop haute !
Profil: Diagnostic +
Test: WAIS

PrécédenteSuivante

Retourner vers Art, littérature, musique, danse…

 


Articles en relation Statistiques Dernier message
Des scènes de films qui vous touchent particulièrement
1, 2, 3, 4par bebel » Mer 15 Fév 2012 17:45

Réponses: 79

Vus: 7817

Dernier message par LoloR Voir le dernier message
Jeu 27 Oct 2016 21:06
Ces lieux en image qui vous apaisent.
1, 2par Hoppy » Jeu 17 Jan 2013 19:26

Réponses: 42

Vus: 5148

Dernier message par Tiramisu Voir le dernier message
Dim 25 Oct 2015 20:14
Ces videos qui vous font pleurer
par Choupinne » Sam 1 Oct 2016 12:58

Réponses: 9

Vus: 460

Dernier message par Plume Voir le dernier message
Dim 8 Jan 2017 15:52
Ces notes qui vous bougent
1 ... 10, 11, 12par Mlle Rose » Ven 4 Fév 2011 11:06

Réponses: 295

Vus: 18065

Dernier message par gabriailes Voir le dernier message
Mar 7 Fév 2017 09:43
Ces reprises qui vous en bouchent un coin.
1, 2, 3par Louise » Mer 13 Fév 2013 22:23

Réponses: 67

Vus: 5839

Dernier message par gabriailes Voir le dernier message
Lun 13 Fév 2017 08:37

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité